//img.uscri.be/pth/b62bdeb415c15b22ab06d8d3e7541c13d453386f
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 10,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Ethique médicale ou bioéthique?

De
159 pages
La réflexion éthique ne saurait être le fait exclusif d’une élite. Si, dans le domaine biomédical, elle s’élabore dans toutes les disciplines oeuvrant à la santé, elle se tisse, ensuite, de confrontations et d’échanges, offrant, l’exemple même de la multidisciplinarité. L’éthique trouve naturellement sa source de réflexion dans l’action. Aucune inflexion des pratiques n’est à espérer, en dehors de toute démarche parallèle d’information. Faire et faire savoir est, là comme ailleurs, la clef de l’efficacité. Expression de l’activité du Laboratoire d’Ethique médicale et Biologique de la Faculté de Médecine Necker-Enfants Malades, à Paris, Les Cahiers de l’Ethique en mouvement sont aussi - et surtout destinés à rappeler qu’aucune réflexion éthique, si bien menée soit-elle, n’exempte pas l’individu de son propre choix, de sa propre décision.
Voir plus Voir moins

Les Cahiers d'éthique

médicale

Éthique Médicale ou Bioéthique?
DANS CE NUMÉRO

L'Éthique

entre le Mal et le Pire : Un échange de vues entre Paul Ricœur et Yves Pelicier Libres propos sur les Lois de Bioéthique du Pre Claude Huriet, Sénateur

Controverse L'Éthique peut-elle être objet d'enseignement? L'Éthique médicale en action La situation d'expertise dans le domaine médical

Laboratoire d'Ethique Médicale et de Santé Publique UNIVERSITÉ RENÉ DESCARTES (PARIS V) Faculté de Médecine Necker-Enfants Malades; 156 rue de Vaugirard _ 75730 Paris Cedex 15 TEL: 01 40 61 56 52 FAX: 01 40 61 55 88

-

@L'Hannattan, 1997 ISBN: 2-7384-5101-2

,

L'Ethique en mouvement
,

Christian HERVE (éd)

,

Les Cahiers d'Ethique Médicale

Volume 1/97

Ethique Médicale ou Bioéthique?

",

L'Harmattan 5-7, rue de l'École Polytechnique 75005 Paris - FRANCE

L'Harmattan Inc. 55, rue Saint-Jacques Montréal (Qc) - CANADA H2Y lK9

Collection L'éthique en mouvement Dirigée par Christian Hervé La réflexion multidisciplinaire dans le domaine de la santé et de la maladie est accueillie dans l'espace fourni par cette collection. Cet espace d'accueil appelle les travaux du laboratoire d'éthique médicale et de santé publique de Necker et de formation doctorale de Paris V-René Descartes et des autres laboratoires d'éthique médicale français, canadiens et européens.
Fondements d'une réflexion éthique managériale Ch. Hervé (ed.), 1996. de Santé,

L'Ethique en mouvement
" Les Cahiers d'Ethique Médicale

~

Directeur

BI

Rédacteur en Chef

Christian Hervé

Comité de Rédaction
Yves Pélicier

Laurence Azoux-Bacrie Christian Ballouard Alain Béry Claude Boissier-Rambaud PietTe-Olivier de Busscher Agnès Certain Nadine Davous Marc-Alain Descamps Jean-Marie Fessler Martine Gaillard Francis Gold Marc Grassin Jacques Hassin Didier Joumois Francine Le Bret Elisabeth Lucchi Daniel Maroudy Marianne de Montalembert Grégoire Moutel Frédéric Pochard Conseiller technique

Rémy Belhomme 5

In Memoriam
A la veille de confier à l'éditeur cette première livraison des " Cahiers ",

nous parvenait la funeste nouvelle de la disparition du Pre Yves Pélicier. Ainsi, le Pre Pélicier n'est plus. Il s'en est allé en pleine activité, victime d'une mauvaise chute, à l'issue d'une table ronde à laqueUe il venait, brillamment, de participer, dans le cadre d'une journée de formation axée sur le dilemme, profondément actuel, "Gérer et/ou soigner à l'Hôpital" , dont l'objet était de resituer, dans ce contexte, la rrdssion du soignant. Il s'en est allé au moment, même, où il commençait à recueillir, sous forme de soutenance de thèses d'Université, les fruits de l'action qui l'avait conduit à présider à l'instaurgtion de la première filière universitaire française de recherche en Ethique médicale, aujourd'hui, internationalement reconnue. Ses derniers propos universitaires soulignaient ce qu'il convenait d'approfondir et de promouvoir pour sauvegarder la dignité de lafonction de médecin, et préserver, dans une nécessaire évolution, les qualités qui font sa grandeur, la compétence et le souci de l'humain, fondements essentiels de la confiance du patient.
Il s'en est allé au terme d'une brillante carrière universitaire, couronnée par l'attribution de l'Émeritat de la Faculté de Médecine Necker-Enfants M!Jlades, à Paris. Mais, fondateur de la psychologie médicale et de l'Ethique biomédicale, le Pre Yves Pélicier a su faire en sorte de ne pas partir totalement. Il a su construire un maillage subtil qui, reliant ses élèves, induit à chacun la volonté de le faire vivre, à travers ses combats et ses idées, qui, dans le domaine de l'Ethique médicale, sont, maintenant, les nôtres.

L'authenticité de sa démarche, la justesse de son discernement, la profondeur de sa réflexion avaient conféré à Yves Pélicier l'aura d'un Maître incontesté. Un Maître dont je m'honorais d'avoir acquis l'amitié. C'est à ce Maître, à notre Maître, que nous rendons, aujourd'hui, particulièrement hommage avec ce premier volume des Cahiers, qui, d'abord, témoignent de son engagement. Christian HERVÉ 7

SOMMAIRE
ÉDITORIAL
de Christian Hervé

p. Il p. 17

DIALOG UE L'Ethique, entre le Mal et le Pire. Un échange de vues entre Paul Ricoeur, et Yves Pelicier,
(Propos recueillis par Sophie Duméry et Christian Ballouard).

CONTROVERSE L'Ethique, objet d'enseignement?
Exorde du Pre .Jean BERNARI) * Le plaidoyer de Ch. Hervé, P. Canoui et G. Moutel. * Ethique, Pédagogie, Philosophie: les 3 mots- clés de Francine Lebret. * Une démarche exploratoire de Jean-François Malherbe.

p. 35

.........

Les Lois de Bioéthique.
Libres Propos du Pre Claude HURIET, Sénateur.
Conférence inaugurale du Cycle 1995 du DEA d'Ethique

p. 79

.........
Des Formes d'Enseignement de l'Éthique médicale.
* En France:
* En AllemaJ!ne : * Au Canada

p. 95

à Paris (Odette Dufloux) et à Toulouse.(Jean-Pierre Marc Vergnes)
L'exemple de Lii.beck (Dietrich von Engelhardt) à Montréal (Daniel Sylvestre, Jocelyn Aubut, Marie-Hélène Parizeau).

L'ÉTHIQUE MÉDICALE EN ACTION
Suffit-il d'être savant pour être sage? (Florence Veber)
(Synthèse d'un mémoire de DEA sur la situation d'expertise le domaine médical J.

p. 139
dans

9

L'ÉDITORIAL
de Christian HERVÉ

L'Ethique médicale et biologique, ou l'Ethique biomédicale, ou, encore, la Bioéthique, se sont plues à se différencier ces dernières années. La pluralité des actions pédagogiques, des actions de recherche, voire, même, littéraire, dans ce domaine, a été validée par tous ceux qui s'y engageaient. Le Laboratoire d'Ethique Médicale et de santé publique (LEM), de la Faculté de Médecine de Necker-Enfants Malades, s'est, pour sa part, investi dans un avancement de l'Ethique à travers l'évaluation des pratiques médicales et des biotechnologies. Une approche spécifique, que ces cahiers ont pour mission de faire connaître, tout simplement, mais aussi, avec l'ambition, espérons-le, justifiée, d'initier un travail commun avec ceux qui l'estimeraient utile pour leur propre cheminement.

Avant toute chose, nous devons, déjà, expliquer l'emprunt de ce mot "Laboratoire", pour qualifier ce lieu de réflexion conduisant logiquement _ via un Diplôme d'Etudes Approfondies _ à la formation Doctorale en Ethique médicale et biologique de l'Université René Descartes (Paris V). C'est au Doyen Philippe Even que revient le mérite de ce choix. J'ose le qualifier de prémonitoire. Alors, en effet, que Il

l'idée d'un enseignement de l'Ethique avait été émise par le Pr Jean Bernard, lors d'une réunion, dans cette même Faculté de Necker, en novembre 1989, la nature même de cet enseignement restait à définir.

Cette responsabilité m'ayant été confiée, mon premier soin fut ck demander à des médecins chevronnés de venir exposer aux étudiants ce qu'ils qualifiaient, eux mêmes, de problèmes d'Ethique, dans leurs pratiques. A ces témoignages _ car, en fait, il s'agissait principalement de celn _ sont venues s'ajouter les approches spécifiques de collègues d'autres Facultés de l'Université René Descartes, celles de socioanthropologues (comme le Pr. Dominique Desjeux), de juristes (comme le Pr. Monique Guillaume-Hoffnung), d'économistes (comme le Pr. Didier Castiel), de psychologues (comme les Pr. Marc-Alain Descamps et Odette Dufloux)... etc. Ainsi, ce laboratoire est-il devenu le lieu de rencontre des problèmatiques (paifois contradictoires) des sciences de la biologie, ck la médecine (y compris les pratiques pharmaceutiques et odontologiques), de la sociologie, de la psychologie, de l'économie et du droit. Se basant sur les méthodologies spécifiques de chaque discipline, le laboratoire s'est, ainsi, défini comme un lieu de recherche permettant, par une confrontation, également, méthodique de ses résultats, une évaluation multidisciplinaire des pratiques dans le champ de la santé. C'est sur cette base que s'est élaborée la Formtltion Doctorale d'Ethique médicale et biologique, ancrée, aujourd'hui, sur 13 laboratoires d'accueil, notamment d'unités de l'INSERM ("U 158", dirigée par le Dr. Patrice Pinell, et IIU 230", dirigée par le Dr. Jean Pierre MarcVergnes), du CNRS (le "CERMES" dirigé par Mme Claudine 12

Herzlich), et de l'EPHE (ill cinquième section des sciences religieuses et la Chaire de la Laïcité de la Sorbonne, de M. Jean Baubérot). Ce modèle a servi de base pour promouvoir, au niveau international, la cycle des études médicales (notamment, la recherche en Ethique, en 3ème formation de formateurs), via le Réseau du Conseil de l'Europe, qui regroupe les enseignants d'Ethique médicale dans les facultés européennes de médecine, et s'étend, aujourd'hui, à 20 pays, dont 10 de l'Europe Centrale et Orientale. D'un autre côté, dès 1992, le Québec s'est intéressé à notre conception d'appréhension de l'Ethique à partir d'une évaluation des pratiques, dans le domaine de la biologie, de la médecine et de la santé publique, pour, ensuite, mesurer et peser les enjeux et le sens des décisions, a priori, comme a posteriori. L'Université de Montréal signait, alors, une convention, en janvier 1993, sur la base d'une association entre la Chaire de Psychiatrie Ugale et d'Ethique Médicale du Pr. David Weisstub et le Laboratoire d'Ethique Médicale de Necker. En 1994, nous accueillions des étudiants de Montréal, titulaires d'un D.E.S.S de Bioéthique dispensé par la Faculté des Etudes Supérieures de l'Université de Montréal, dirigée par le Pr. Guy Durand. Cette association s'est élargie, récemment, au Pr. Jocelyn Aubut, de la Faculté de Médecine de l'Université de Montréal, et au Pr. Marie-.tiélène Parizeau, des Facultés de Médecine des Universités Mac Gill, à Montréal, et Laval, à Québec. En 1996, une autre convention a été signée avec l"Universté de Sherbrooke, représentée par son Doyen, le Pr.lean-François Malherbe, tandis qu'était lnise sur pied une collaboration avec l'Université du Québec, en liaison avec 1£Pr. Pierre Couture, Recteur de l'Université du Québec à RÙnouski, et le Pr. PÎerre Fortin, Directeur du Programme de la MaÎtrÎse en Éthique de la Inêm.eUniversité. 13

Ce sont les travaux effectués dans ce contexte national et international que cette revue a pour mission de faire connaître. Elle a, pour ce faire, adopté le principe de cahiers thèmatiques, sans, pour autant, gommer la spécificité d'actions menées conjointement, à ParisINecker, à Strasbourg, à Toulouse, à Montréal...

Ces cahiers se veulent interactifs, et sont, naturellement, ouverts aux réactions et aux controverses. Et cela, d'autant plus, si nous considérons que l'enseignement en Ethique, dans notre acception, se nourrit en permanence du substrat des travaux de recherche comme de celui de tous travaux scientifiques. Véritable tribune, confrontant les mouvements des idées, dans la multidisciplinarité et la pluralité des conceptions, tout comme des idéologies, les unes et les autres étant mises en valeur, non d'un point de vue dogmatique, mais discursif, propre à alimenter le débat à promouvoir. C'est bien, en effet, de la nécessité du débat éthique et de sa promotion dans notre société, dont il s'agit, débat que ces cahiers universitaires ont pour but ultime de servir. Il en est un autre, qui est de cadrer notre pensée et nos raisonnements, de les confronter avec d'autres qui, dans une démarche similaire ou différente, nous apporteront énormément. Cette recherche d'ouvertu-:-ea conforté la forme que nous avons voulu donner à cette revue. Dialogues, controverses, recherche, documentation... autant de cadres spécifiques et privilégiés d'une réflexion sur la décision comme prescription, à la demande d'un autre ou de la collectivité (en médecine préventive et prédictive, notamment), et, souvent, en complète contradiction avec l'acte. L'on conçoit ainsi la dimension "santé publique" de cette réflexion, qui se doit, en conséquence, d'introduire l'apport des sciences sociales dans l'acception de l'Ethique à laquelle nous nous référons. 14

Après cette présentation de la dimension que nous souhaitons donner à ces Cahiers d'Ethique Médicale ou de Bioéthique, qu'il me soit permis de remercier ceux sans lesquels le travail constituant la substance même de cette publication n'aurait jamais pu être réalisé, qui ont fait confiance et, aujourd'hui, cautionnent notre dimarche au sein du Comité de réflexion de ce lAboratoire d'Ethique Médicale et de Santé Publique de la Faculté de Médecine de Necker-Enfants Malades, c'est-à-dire, sous l'égide du Doyen Philippe Even, les Pr. Jean Bernard, Yves Pélicier, Jean-Charles Sournia, Jean Michaud, Christian Cabrol et ClaUlk Sureau. Qu'une pensée spéciale aille à France Quéré, récemment décédée, qui nous a constamment soutenu dans nos efforts, et demeure toujours présente, à travers plusieurs de ses élèves qui participent à notre conseil de rédaction. Qu'il me soit, surtout, permis de remercier le Ministère de l'Éducation Nationale et celui des Affaires Étrangères _ tout particulièrement, le Bureau Québec-France et son Directeur, M. R. Goeldner _ pour l'appui qu'ils ont apporté au dévéloppement, dans le cadre du lAboratoire, d'une coopération franco-québécoise qui trouve, ici, son expression concrète. Enfin, si des compliments restent à adresser, c'est aux membres mêmes du liIboratoire qu'ils doivent aller, eux qui ont connu les découragements, les incertitudes et les remises en question existentielles de notre travail en commun. Cette équipe a démontré sa volonté de perdurer et d'oeuvrer ensemble. Son espoir est d'imprimer dans la pratique cette conception de la visée éthique, synthétisée dans cette phrase, pleine de sens, de Paul Ricoeur: "ILlvisée éthique. c'est la vie bonne. avec et pour les autres. dans des institutions justes".

15