//img.uscri.be/pth/281728b247fb319d0c09c8b8c126d5a714c7e03e
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 25,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Evolutions et transformations du mariage dans le christianisme

328 pages
Cet ouvrage revient sur les façons d'aborder le mariage parmi les chrétiens, selon qu'ils sont catholiques, protestants ou orthodoxes ; il aborde également l'influence des idées révolutionnaires dans la conception moderne du mariage ; enfin, une place importante est consacrée à l'époque contemporaine et aux débats actuels de l'Eglise sur la question.
Voir plus Voir moins
Une publication dirigée par Michel Mazoyer et Paul Mirault (éd.)
Évolutions et transformations du mariage dans le christianisme
Evolutions et transformations du mariage dans le christianisme
© L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris www.harmattan.com ISBN : 978-2-343-10165-1 EAN :9782343101651
Michel MAZOYERet Paul MIRAULT(éd.) Evolutions et transformations du mariage dans le christianisme
Composition de la Rédaction des Cahiers de Théologie et de la collection : Catholicae Disputationes Présidence : Michel Mazoyer Université Paris I Direction éditoriale : Paul Mirault, Professeur de philosophie, Patrick Guelpa. Comité Scientifique : Christian Banakas, Marie-Françoise Béal, Père Jean-Michel Gleize, Père Michel Lelong, Père Blanc et essayiste, Michel Bouvier, Université Catholique de Lille, Michel Mazoyer, Yves Roucaute, Professeur Université Paris X – Nanterre, Michel Bastit, Patrick Guelpa, Université Charles de Gaulle de Lille, Paul Mirault. Illustration: Fabrice Poisblaud,Adam et Eve
BIBLIOTHÈQUEDISPUTATIO: Le péché originelFrançois-Xavier De Guibert La guerre et la paixFrançois-Xavier De Guibert L’embryon est-il une personne ?Lethielleux Evolution et christianismel’Harmattan
EDITORIAL
L’institution du mariage a joué un rôle considérable dans la civilisation humaine, et le mariage chrétien a particulièrement contribué à donner à la femme la place qui lui revient. Car, contrairement à ce qui peut être dit par les uns ou les autres, la civilisation chrétienne a très largement contribué à cette libération. Notre cinquième Cahier se propose de revisiter cette histoire en s’arrêtant sur quelques moments culturels particulièrement significatifs. Le christianisme a réglementé peu à peu cette institution qui prend ses racines dans la Bible (Nutkowicz) et dans la culture romaine (Charles Guittard). Hélène Nukowitz souligne la place importante que jouent l’amour, la passion, le désir et l’affection dans la tradition hébraïque. Dans un autre article intituléQuelques notes sur le statut de la femme durant la période talmudiqueelle définit le statut de la femme dans l’espace de l’union et de la séparation. Par ailleurs elle consacre quelques pages à la question du voile dans la Bible et dans le Talmud, mais également dans les communautés chrétiennes, qui nous éloignent des interprétations erronées qui entourent cet usage millénaire : « La coiffe, comme le voile, conservent au cours du temps, leur rôle d’emblème de séparation définissant les espaces du monde extérieur et intérieur. Ils peuvent être liés au social, tels les fiançailles, le deuil ; au sacré, avec le décalogue transmis à Moïse ; au religieux, avec la récitation du Shema ; à la vie quotidienne où règne l’élégance. Associés à l’apparence, au visible, au manifeste, le voile et la coiffe délimitent une frontière entre les espaces. Ils cachent et protègent du monde extérieur ce qui est lié au mystère, au secret, au monde intérieur. » Ch. Guittard montre que le mariage chrétien renoue dans une certaine mesure avec le vieux mariage traditionnonnel romain réservé à l’aristocratie. Sur de nombreux points le mariage romain primitif, la confareatio, rejoint ce que sera le mariage chrétien : le caractère indissoluble du mariage, le respect et l’amour des conjoints, l’aspect transcendant du mariage. Raphël Nicolle montre également ce que Tertullien, le théologien antique si souvent décrié, mais si peu et si mal lu, doit à la civilisation romaine traditionnelle. Une place importante est consacrée dans ce livre à quelques-uns des grands textes qui ont permis de définir les structures du mariage chrétien. Ch. Banakas s’appuyant sur les Évangiles montre que Jésus établit une égalité complète entre l’homme et la femme face à la question de l’adultère.
9