Faire psycho

De
Publié par

Publié le : lundi 1 janvier 0001
Lecture(s) : 216
EAN13 : 9782296269774
Nombre de pages : 176
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

«Faire psycho» Pourquoi? Comment?

Gérard GUILLEC

«FAIRE PSYCHO» POURQUOI? COMMENT?

L'Harmattan 5-7, rue de l'Ecole-Polytechnique 75005 - Paris

A mes Parents A tous ceux que j'aime

@ L'Hannattan, 1992 ISBN: 2-7384-1452-4

TABLE DES MATIERES INTRODUCTION PREMIER CHAPITRE: DU LYCEE A L'UNIVERSITE

.........

7

.................................

17 17 23 26 30 38 41 41 48 52 55 59

a) Attention: Dangers! ........................... b) L'enseignement et la documentation ........................ c) Les associations d'étudiants ...................................... d) Quelques conseils à ne pas négliger .......................... e) Qu'est-ce que la psychologie? .................................. DEUXIEME CHAPITRE: COMMENT «Faire Psycho»? ....................................

a) Quelques généralités sur les études universitaires .... b) Quelques remarques qui vous seront très utiles ........ c) A propos de la formation des psychologues praticiens .... d) Etes-vous «matheux»? .............................................. e) Do you speak English? .............................................. TROISIEME CHAPITRE: L'ETUDIANT DE «PSYCHO» FACE A SES ETUDES ET A SON AVENIR ............ a) Une liberté de choix des études singulièrement «entamée» .................................................................. b) De la première année au troisième cycle .................. c) Que deviendront vos projets personnels? .................. d) Possédez-vous un bon sens de l'orientation? ............ e) Et après vos études? .................................................. QUATRIEME CHAPITRE: LES PSYCHOLOGUES: QUI SONT-ILS ET QUE FONT-ILS? .................................................. a) Une Identité Professionnelle problématique .............

63 63 66 70 74 79

87 87

b) «Intervenir» c) «Evaluer» d) Où travaillent-ils? 1) Les psychologues «militaires» 2) Les psychologues du travail et les psycho sociologues 3) Les conseillers d'orientation, les psychologues scolaires et les formateurs 4) Les psychologues «cliniciens» 5) Les psychologues en «libéral» 6) Dans les autres domaines e) Les associations et syndicats de psychologues f) Le chômage des psychologues g) Et si nous parlions un peu d'Ethique? CONCLUSION NOTES PETIT LEXIQUE DE LA PSYCHOLOGIE INDEX ALPHABÉTIQUE INDEX ALPHABÉTIQUE DES AUTEURS DES NOTIONS

95 97 100 100 101 110 114 117 119 123 129 133 143 147 153 158 160 163 165 173

ANNEXES 1. La Loi sur le Titre de Psychologue 2. Les décrets d'application 3. Le Code de déontologie

INTRODUCTION

Si vous voulez «faire psycho», vous n'aurez pas de mal à trouver de nombreux ouvrages qui vous renseigneront sur le cadre des études ainsi que sur leurs principaux débouchés. Quelques-uns vous offriront même, en prime, un aperçu général sur les multiples courants de la psychologie scientifique. Après en avoir compulsé plusieurs, vous ne saurez rien du tout sur les difficultés inhérentes à l'enseignement de cette discipline et sur l'avenir problématique des psychologues dont le groupe est totalement méconnu par ceux qui veulent faciliter votre choix. Toute la littérature qui vous est proposée pour éclairer votre chemin se révèle en effet bien incapable de vous apporter un secours vraiment efficace pour appréhender et pour affronter, en connaissance de cause, les nombreux obstacles que vous ne tarderez pas à rencontrer en cours de route. Les «guides» qui s'adjugent ce titre présentent en fait peu d'intérêt pour vous préparer à votre future condition d'étudiant<*)et pour seconder concrètement ceux qui sont déjà embarqués dans ce cursus spécialisé. TI en existe un très grand nombre sur le marché mais les théorisations académiques qu'ils comportent sont parfois incompréhensibles pour les non-initiés. Leurs données pratiques sont aussi beaucoup trop générales pour les aider à s'orienter et à franchir sans trop de «casse» l'abîme qui s'ouvre devant eux. Leur intérêt est limité car ils ne permettent pas de connaître les caractéristiques de ces études malgré leur titre «accrocheur». TIs ne valent pas, sur le plan du rendement immédiat, leurs «précurseurs» qui étaient destinés à orienter des étudiants issus d 'horizons intellectuels divergents et qui leur prodiguaient des informations sur les programmes des différents certificats préparés alors en Faculté des Lettres ainsi que des conseils sur l'organisation matérielle de leurs études. Ces 7

«modèles» sont épuisés depuis fort longtemps et sont remplacés actuellement par les «livrets de l'étudiant» publiés par chaque établissement universitaire. La richesse des informations diffusées par ces derniers est fort inégale car peu d'entre eux dispensent les nombreux conseils pratiques et les lectures conseillées que les étudiants en psychologie consultaient jadis avec profit. n est vraiment dommage que les documents qui sont distribués de nos jours à ceux qui entrent en «psycho» ne nous renseignent pas, ne serait-ce que brièvement, sur l'état présent de la psychologie et de ses applications comme le faisaient les premiers guides(l). Nous reprochons cependant le caractère «parisien» de ceux-ci dans la mesure où ils ne donnaient que des précisions sur la structure des enseignements et sur les adresses susceptibles de servir aux étudiants de la capitale, les quelques données sur les études de province étant réduites aux intitulés des principaux certificats et aux noms de quelques enseignants. Ce parisianisme, qui perdure dans de nombreux domaines, a longtemps porté ombrage à la formation des psychologues. Vous êtes certainement persuadés que la qualité de l'enseignement de la psychologie est meilleure dans les diverses universités de la capitale mais cela est absolument faux. Ne croyez surtout pas que la province reste à la traîne pour ce qui est de l'enseignement et de la recherche dans ce domaine. Le plus classique de ces manuels destinés à initier les futurs étudiants en psychologie est sans nul doute celui de Maurice Reuchlin et Michel Huteau paru pour la première fois en 1973(2), qui présente un «patchwork» des divers courants théoriques de cette discipline accompagné d'un saupoudrage d'informations sur leurs débouchés et sur quelques aspects des «métiers» psychologiques. Ces enseignants n'ont pas pu fournir d'informations vraiment précises sur la véritable situation des activités des psychologues car il n'existait pas, jusqu'à une époque récente, de chercheurs vraiment intéressés par l'inscription sociale de ce groupe professionnel. Ce livre mérite d'être consulté pour son résumé de l'évolution des différentes théories de la psychologie contemporaine et, à ce titre, sa lecture vous permettra d'aborder quelquesuns des grands domaines de recherche d'une «science» dont le public ne connaît que les versions édulcorées et popularisées par des marchands du temple. 8

Christiane Martin a publié en 1990 un petit livre sous le titre prometteur Réussir ses études de psycho dans la collection de «l'Etudiant pratique». il vous sera indispensable pour vous retrouver dans le labyrinthe des diplômes délivrés par les différentes universités françaises et il vous initiera aussi à quelques perspectives de travail. Mais il ne pourra pas satisfaire toute votre curiosité car, malgré un intitulé séduisant et une somme de renseignements pratiques que vous ne trouverez nulle part ailleurs, il ne dévoile pas la situation alarmante du marché de l'emploi des psychologues. il risque de vous leurrer si vous prenez son titre au pied de la lettre dans la mesure où il ne vous garantit en rien la réussite dans cette matière qui dépend de critères que son auteur ignore complètement. Cet essai se fonde sur des données numériques surestimées et sa présentation de la psychologie ne vaut pas celle qu'en ont fait M. Reuchlin et M. Huteau. il serait bon de consulter ces quelques sources auxquelles nous ajoutons, entre autres, l'Annuaire National de l'Enseignement Supérieur conçu et réalisé par la société «l'Etudiant» dont les éditions successives sont remises à jour régulièrement et que vous pouvez consulter dans la plupart des bibliothèques ou dans le centre de documentation de votre lycée, sans oublier les différents numéros édités par la revue «Avenirs» de l'O.N.I.S.E.P. Mais elles sont cependant très incomplètes pour vous faire découvrir ce qui vous attend tout au long de vos études de «psycho» et après, dans un éventuel emploi de psychologue. C'est pourquoi nous vous proposons, dans ce travail, un ensemble d'informations générales et nouvelles qui, espérons-le, vous permettront de mieux appréhender la spécificité de ces domaines inconnus aux noninitiés. *

*

*

C'est en effet un monde tout à fait nouveau qui s'ouvrira à vous après la fin de vos études secondaires et il est normal que vous souhaitiez trouver des bouées qui puissent vous signaler les obstacles qui ne vont pas manquer de se dresser devant vous lors de votre entrée dans le «supérieur» ainsi que quelques «ficelles» pour vous tirer d'affaires lorsque cela s'avérera nécessaire. Aussi, pour ne pas répéter ce que

9

vous savez peut-être déjà sur les modalités d'inscription en «psycho» grâce aux démarches que vous avez effectuées, nous vous apporterons des informations originales pour favoriser votre orientation, sans prétendre cependant vous donner des conseils pour réussir à coup sûr. La somme de connaissances livresques et techniques que vous possédez sur la psychologie et la psychanalyse vous deviendra inutile lorsque vous serez confrontés aux embûches dont vos études sont parsemées et aux réalités du métier de psychologue. Qu'importe, en effet, à une cordée d'alpinistes en perdition dans un massif inconnu d'avoir consulté, avant son départ, toutes les encyclopédies illustrées permettant de tout savoir sur la structure géologique et les beautés de la faune la plus rare de la montagne ou d'avoir compulsé tous les traités généraux du bon montagnard avant de s'engager dans une course vers l'aventure au lieu d'avoir pris la précaution de louer les services d'un guide au courant de tous les recoins de la région à explorer. Chaque spécialiste ne peut s'impliquer, «à fond», que dans les quelques domaines dont il possède la maîtrise complète. TI faut se méfier des «généralistes», beaux parleurs, qui sont capables de fournir des conseils sur n'importe quoi mais qui se révèlent impuissants lorsqu'il s'agit d'indiquer les «astuces» et les «recettes» qui permettent de retrouver son chemin et de sortir des impasses ou qui évitent de s'exposer à des périls imprévus. Les cicérones officiels de la montagne sont bien impuissants à informer les touristes sur les chemins non balisés et les «trucs» qui tirent d'affaire que les vieux routiers sont les seuls à posséder. Rien ne remplace non plus les informations qu'un habitué d~s lieux peut donner pour découvrir les beautés cachées et les facilités d'accès de l'endroit à explorer. L'avis d'une personne qualifiée est indispensable avant de partir pour un voyage dont on ne connaît les dangers que par ouïe-dire. Certes, les meilleurs «tuyaux» ne permettent pas d'éviter tous les pièges ou n'épuisent pas toutes les situations possibles mais ils assurent les bases essentielles pour se débrouiller dans les situations délicates. Mais attention! Des centaines de conseils ou d'informations ne servent à rien si les personnes aventurées sur un terrain étranger ne montrent pas un sens critique à toute épreuve devant les situations concrètes. Pour essayer de répondre à votre attente légitime, nous 10

n'avons donc pas adopté la démarche des livres dont nous avons signalé l'existence. Ne cherchez pas ici non plus un hit-parade ou un «Top 50» qui traduiraient la hiérarchie des établissements universitaires d'après le taux de réussite de leurs étudiants. Nous nous garderons bien aussi de leur décerner des étoiles selon la «qualité de leurs enseignements, comme le fait le guide «Michelin» pour l'hôtellerie et la gastronomie car il n'existe pas, pour la psycho, ni pour les autres disciplines, de solutions infaillibles pour que tout le monde décroche un diplôme. Contrairement à ce que vous proposent les autres «vademecum», nous ne détaillerons pas les méthodes de travail susceptibles de vous conduire à la réussite. Nous ne vous ferons pas passer non plus des tests destinés à évaluer votre progression intellectuelle, comme certains ouvrages le proposent sans vérifier si cela marche vraiment. Pour achever ses études et devenir psychologue, il n'existe pas de «profil type» comme le prétendent des charlatans qui veulent vous imposer leur marchandise. Ce n'est qu'un leurre qui est agité pour vous faire croire que des dispositions personnelles suffisent pour «devenir psychologue». Votre réussite future ne dépend pas du tout de vos «motivations» actuelles ni de votre signe astral, comme certains le croient au point de consulter des «voyantes» avant de s'inscrire en première année. Plutôt que de vous enfoncer dans la croyance qu'il suffit de bien se connaître pour être un bon psychologue, nous préférons vous plonger dans la réalité, même si elle n'est pas toujours bonne à découvrir afin de vous enlever vos illusions. Nous ne chercherons pas à vous faire peur ni vous à tromper en vous laissant croire que vous irez jusqu'au bout de vos études et si vous cherchez les clés qui vous ouvriront automatiquement et sans peine les voies d'accès à des emplois «assurés», ce n'est pas nous qui vous les donnerons car elles n'existent pas. Vous n'aurez pas de peine à trouver ce genre de propositions dans les multiples publications qui envahissent les rayons de certaines librairies car une multitude de brochures et d'ouvrages aux titres aussi alléchants les uns que les autres inondent le marché. Notez que chaque année elles vous promettent de nouvelles chimères. De nombreux «affairistes» s'intéressent en effet à vous pour vous appâter avec des gadgets miracles qui vous seront d'un piètre se-

11

cours lorsque vous serez confrontés à la réalité de votre nouvelle vie. Comme il n'existe pas non plus un type défini d'étudiant en psychologie ni de recettes de succès valables pour tout le monde, nous essaierons de jalonner le plus clairement possible votre futur parcours en vous informant sur quelques particularités des études et de la formation qui vont vous être dispensées pendant plusieurs années tout en vous signalant des écueils dont vous ne soupçonnez pas l'existence. Ainsi, par exemple, vous apprendrez que si vous avez, théoriquement, toutes vos chances d'accéder au troisième cycle, vous rencontrerez cependant plus ou moins de difficultés pour le faire selon votre passé scolaire. Vous ne découvrirez donc pas, ici, une seule clé de succès spécifique aux études de «psycho», mais seulement quelques indications qui, espérons-le, vous permettront de vous introduire dans le «supérieur» en situant quelques-uns de ses tenants et de ses aboutissants. Même si vous ne voulez pas «devenir psychologue», il ne vous sera pas inutile de savoir qui sont les praticiens de la psychologie dont l'utilité demeure modeste malgré leurs prétentions à vouloir intervenir dans tous les secteurs de la vie sociale. n nous importe moins, ici, de faire un exposé de ce qui ne peut être qu'une conception personnelle de la psychologie ou des activités des praticiens comme l'ont fait pour vous d'autres ouvrages, que de préparer votre arrivée sur cette planète inconnue où vous allez débarquer en balisant votre point de chute de quelques points de repères et en vous informant de quelques us et coutumes propres au nouveau continent que vous découvrirez bientôt. Une certaine prise de conscience de ce qui vous attend bientôt ne vous évitera pas d'affronter l'angoisse de la rentrée qui se trouvera accentuée par la multiplicité des démarches administratives à faire en quelques semaines, voire en quelques jours. Cette prise de contact avec la topographie des lieux vous indiquera l'emplacement de quelques amers et vous évitera de vous échouer dès le départ dans cette grande course en solitaire que vous allez bientôt entreprendre à travers cette terra incognita que représente pour vous le monde universitaire. Pour que vous n'ayez pas à subir les désagréments liés à une mauvaise orientation de départ, le premier conseil que nous pouvons formuler est de ne pas attendre le dernier moment de la 12

«rentrée» pour vous soucier des différentes formalités à accomplir en vue de votre inscription mais de procéder, dès que possible, au recensement de tout ce qui vous sera nécessaire à l'ordonnancement de votre future vie quotidienne. Ne soyez pas étonnés si nous ne donnons pas non plus une liste d'ouvrages sur l'ensemble des courants de la psychanalyse et de la psychologie car chaque Unité de Formation et de Recherche (U.F.R.), Département ou Institut qui dispense l'enseignement de la psychologie et assure la formation des psychologues, privilégie des courants de pensée dont les fondements conceptuels et méthodologiques ne reposent pas sur les mêmes critères de scientificité ni sur les mêmes finalités de formation. Les différents «Diplômes d'Etudes Supérieures Spécialisées» (D.E.S.S.) répondent en effet à des visées professionnelles spécifiques qui sont définies en partie dans les brochures éditées à cet effet par chaque université. Il ne faut pas confondre, par exemple, la psychologie clinique(**) et la psychologie cognitive(U) dont les acquis sont repris dans divers courants comme celui la psychologie sociale(**). Vous vous rendrez rapidement compte ainsi, en consultant les brochures que vous devez vous procurer auprès de ces établissements, que les diplômes délivrés en psychologie ne garantissent en rien une homogénéité de contenu, la particularité de cette discipline étant que son enseignement dépend essentiellement de la spécialité de ses enseignants et plus particulièrement des «directeurs» qui définissent les programmes des études et les priorités à donner aux travaux de leur équipe d'enseignants. Ceci implique aussi une spécialisation dans l'orientation de la formation des psychologues et vous ne pourrez pas prétendre approfondir par exemple les différents «courants» de la psychanalyse si les cours sont exclusivement orientés vers l'expérimentation, vos souhaits n'étant pas plus exaucés si votre enseignement clinique se trouve spécialisé dans une école de pensée privilégiée qui peut très bien ne pas vous convenir. Aussi, lorsque cela nous paraîtra utile, plutôt que d'essayer de couvrir l'ensemble de la psychologie académique, nous baliserons des pistes utiles pour stimuler votre réflexion grâce à quelques références portant sur la psychologie ou sur l'état des activités et de l'organisation du groupe des psychologues. * * * 13

Vous pensez bien connaître la psychologie et la psychanalyse mais, néanmoins, ce n'est pas tout à fait vrai. Toutes les connaissances que vous avez pu acquérir à ce jour sur elles à travers une vulgarisation alimentent un marché très florissant pour ceux qui écrivent doctement sur l'éducation ou sur l'épanouissement personnel en reproduisant, sous des formes nouvelles, des lieux communs. Elles ne vous serviront pas du tout à vous débrouiller dans les méandres de votre nouvel univers. Au contraire, vos idées préconçues risquent de vous conduire à une grande déception lorsque vous prendrez conscience de la spécificité de l'enseignement universitaire de ces disciplines. Vos sources d'informations sont le plus souvent erronées car de nombreux ouvrages psychanalytiques ou psychologiques qui sont devenus des «best-sellers» grâce à la radio et à la télévision ont été écrits par des personnes qui ont su allier un sens commercial à un certain don d'écriture pour présenter comme des recettes universelles ce qui relève en fait d'une pratique individuelle. Certains n'hésitent pas à reprendre des banalités théoriques remâchées par nombre de leurs prédécesseurs en les faisant passer pour des découvertes personnelles sensationnelles... Toutes nos informations ne rimeraient à rien si nous vous laissons «devenir psychologue» sans vous dire qui ils sont, où ils travaillent et ce qu'ils font. Vous ignorez, comme tout le monde, quelle est leur place dans la société et quel est l'avenir de leur profession. Pour vous renseigner, nous essaierons de vous donner des informations objectives fondées sur une recherche personnelle mais, comme il n'existe pas de données officielles, nous n'esquisserons qu'un bref portrait des praticiens de la psychologie. Nous établirons donc, dans notre dernier chapitre, un bilan sur ce qui n'est pas encore à proprement parler une véritable «profession» mais un groupe dont l'image sociale de façade commence à s'imposer sans montrer cependant son véritable visage. Il s'agira alors, pour nous, de vous situer, le plus objectivement possible, ce qu'ils sont et ce qui caractérise leurs activités en ce début des années 1990. Notre étude laissera bien sûr beaucoup de «zones d'ombre», d'aspects traités brièvement ou de faits volontairement omis pour ne pas la surcharger de détails inutiles. Nous espérons qu'elle suscitera cependant, chez certains, l'envie d'en savoir plus sur Je non-dit de l'histoire de la psychologie et des psychologues. Futurs étudiants en «psycho», 14

vous serez alors surpris de découvrir ce que sont cette «science» et le travail de ses praticiens car vous n'avez, jusqu'à ce jour, qu'une vision tronquée de ses théories et de ses applications qui ne correspond pas du tout à la réalité de sa version «savante». Ceux qui se trouvent déjà dans le bain se rendront vite compte que nous n'exagérons rien et vous apprendrez aussi que «devenir» psychologue implique de faire des choix idéologiques qui vous assigneront à une place spécifique dans les rouages étatiques. Vous resterez libres de vous «aventurer» dans cette voie, mais que ce ne soit pas aveuglément. Ne croyez surtout pas que nous voulons vous détourner de votre choix d'études que vous avez peut-être déjà fait, et pour certains, d'un projet professionnel qui leur appartient mais, sachez au moins, qu'ils engagent votre destin dans un monde où vous ne serez pas toujours libres de réaliser vos idéaux. C'est à votre sens critique que nous désirons faire appel ici en vous dispensant un minimum d'informations utiles et inédites sur ces différents points qui, espérons-le, secoueront l'inertie de la facilité dans laquelle la société plonge chacun d'entre nous. Nous espérons l'éveiller s'il n'a pas encore été sollicité en vous montrant, avec objectivité et sans passion partisane, les multiples facettes d'un monde que vous ne connaissez jusqu'à ce jour que par la rumeur publique. Nous vous invitons donc à prendre votre avenir en main, de manière lucide et responsable...

15

PREMIER CHAPITRE DU LYCEE A L'UNIVERSITE

a) Attention: Dangers!
Pour la plupart d'entre vous, le passage du Lycée à l'Université se traduira par l'adoption de nouvelles habitudes de vie qui, dans le meilleur des cas, vous obligeront à modifier votre itinéraire quotidien ou à patienter dans la foule du métro, alors que les plus défavorisés émigreront vers une grande ville où ils devront effectuer de nombreuses démarches supplémentaires pour trouver un logement. Même réduite à sa plus simple expression sur le plan géographique, cette traversée vers ce nouveau rivage se traduira en fait par un bouleversement des mœurs qui transformera vos façons de penser et de faire personnelles. Vous serez peut-être séduits par la relative sensation de liberté que procure en général la vie estudiantine mais de nombreux adolescents ont payé assez durement cette illusion pour avoir répondu aux chants des sirènes de la facilité et avoir ignoré que les études dites «supérieures» nécessitent un investissement personnel total et inconditionnel. Quelle que soit la discipline que vous choisirez, le changement de vos habitudes interférera aussi avec les préoccupations de votre âge car vous n'êtes pas encore un adulte et déjà plus un enfant. Nombre de vos pairs ont ainsi échoué pour des raisons qui n'ont rien à voir avec leur intelligence mais pour avoir succombé aux mirages de la pseudo-liberté que vous éprouvez peut-être déjà depuis quelques annéès. Vos «capacités» d'adaptation, pour parler en termes psychologiques(3), seront mises à rude épreuve devant les nombreuses situations imprévues qui vous attendent, les réussites ou échecs en fin de

17

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.