//img.uscri.be/pth/5e3e355229827e50db7c6908a2dd77cb881854ad
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 18,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Familles et temps

De
234 pages
Bien que la transmission intra et intergénérationnelle soit toujours assurée, le temps conjugal est précaire et celui de l'enfance précoce. La relation à un nouveau temps engendrée par la mondialisation permet d'apprécier les changements qui touchent les familles en étudiant leurs diverses dimensions dans un contexte d'interculturalité et d'incertitude grandissantes. L'auteur s'emploie à revenir dans cet ouvrage sur les concepts lévi-straussien de « bricolage » et de « profilage » en les adaptant à la vie conjugale et familiale des sujets contemporains.
Voir plus Voir moins
Sous la direction deValérie Aubourg et Georges Eid
Familles et temps
Modification des liens conjugaux et parentaux
Familles et temps
Sous la direction de Valérie Aubourg et Georges Eid
Familles et temps
Modification des liens conjugaux et parentaux
© L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Paris www.harmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-10302-0 EAN : 9782343103020
AVANT-PROPOS
L’Institut des sciences de la famille a été fondé en 1974 à l’université catholique de Lyon, par la juriste Emma Gounot. Il a fêté ses 40 ans les 13 et 14 novembre 2014. À cette occasion, un colloque scientifique international, « Familles et temps », fut organisé. Il s’était donné pour objectif d’étudier les conséquences, sur les couples et les familles, de notre changement de rapport au temps. Il a réuni des spécialistes issus de différents champs disciplinaires (droit, sociologie, anthropologie, histoire, philosophie, psychologie, etc.) devant de nombreux étudiants, enseignants et partenaires de l’institut. Cette manifestation permit d’accueillir les membres du Réseau européen des instituts de la famille (REDIF) en provenance des universités catholiques de Milan, Salamanque, Madrid, Barcelone, Bilbao, Lille et Louvain. Il fut introduit par une série de conférences consacrées à l’histoire de l’Institut et à son positionnement universitaire. Il se déploya ensuite autour de quatre axes composant les quatre chapitres de cet ouvrage : 1. Temps et changements des familles 2. Familles au temps démocratique 3. Temporalité et incertitudes familiales 4. Couples et familles au temps du virtuel
INTRODUCTION
Georges Eid
Le temps de la modernité a fait son temps. Voici venu celui de la 1 postmodernité , dans un cadre particulier, celui de la mondialisation impliquant une large expansion du présent, et un rétrécissement à la fois du passé et du futur. Son accélération et sa fragmentation, observées en économie, en politique et en sciences sociales, ont un impact majeur dans le domaine familial et imposent la flexibilité dans nos vies. La vitesse devient un atout incontournable. Car un des signes les plus importants de la réussite est de décider de sa propre vitesse ou de s’en échapper. Le plus rapide sera le meilleur. Ce n’est plus forcément l’expérience, mais la capacité de traiter un maximum d’informations à la fois qui va permettre de saisir les opportunités, dans le cadre d’une volatilité accrue. Certains, de plus en plus nombreux, auront plusieurs vies en une et ne cesseront de se redéfinir encore et encore, pour se rapprocher au maximum d’une identité dite « authentique ». Cette temporalité surtout physico-numérique, fondée sur le web, a donc un effet significatif sur la reconfiguration du social et du personnel. Nous sommes de plus en plus dans un monde et dans des familles en réseau. Les distances deviennent des sites de coprésence, ce qui change le sens de la réalité physique. Nous voilà au-delà de ce que Benjamin Franklin avait annoncé, que « le temps, c’est de l’argent », ou de ce que John Kennedy avait conseillé, en 1961, à ses concitoyens, qu’« ils devraient utiliser le temps comme un outil et non comme un divan. » Nous évoluons dans ce que nous avons appelé dans notre contribution,
1 Qui refuse les grands récits et met l’accent sur le fragment, l’hybridité, le relatif, le jeu, la parodie, le pastiche et l’ironie. Parmi les auteurs dans ce domaine, nous pouvons citer : Ch. Jencks, J.-F.. Lyotard, Z. Bauman, M. Maffesoli, F. Jameson, I. Hassan…