Fêtes populaires et carnaval

De
Publié par

Les barraqueiros, les marchands des fêtes populaires de Salvador, sont à la croisée des chemins… Ils renvoient d'abord à l'ancestralité africaine déportée par l'esclavage à Salvador de Bahia. Du fait d'être associés à la rue, à la pauvreté et à l'Afrique, ces « porteurs de traditions » sont aussi la cible de mesures de répression dues à des préjugés locaux sur « la place du noir » dans la société brésilienne, et de mesures globales de standardisation lorsqu'ils s'inscrivent dans le contexte touristique.
Publié le : lundi 15 février 2016
Lecture(s) : 7
EAN13 : 9782140001383
Nombre de pages : 216
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Julie Lourau
Fêtes populaires et carnaval Le commerce de rue en temps de fête à Salvador de Bahia
ANTHROPOLOGIE C R I T I Q U E
Fêtes populaires et carnaval Le commerce de rue en temps de fête à Salvador de Bahia
« Anthropologie critique » Collection dirigée par Monique Selim
Cette collection a trois objectifs principaux :— Renouer avec une anthropologie sociale détentrice d’ambitions politiques et d’une capacité de réflexion générale sur la période présente ;— Saisir les articulations en jeu entre les systèmes économiques devenus planétaires et les logiques mises en œuvre par les acteurs ;— Étendre et repenser les méthodes ethnologiques dans les entreprises, les espaces urbains, les institutions publiques et privées, etc.
Derniers ouvrages parus : Wenjing GUO Internet entre État-parti et société civile en Chine, 2015. Anne QUERRIEN, Monique SELIM La libération des femmes : une plus value mondiale,2015. Fernandino FAVA Qui suis je pour mes interlocuteurs ?2014. Roch Yao GNABÉLI Les mutuelles de développement en Côte d’Ivoire. Idéologie de l’origine et modernisation villageoise, 2014.Gaëtane LAMARCHE-VADEL Politiques de l’appropriation, 2014. Mathieu CAULIER De la population au genre. Philanthropie, ONG, biopolitiques dans la globalisation, 2014.Nicole KHOURI, Joana PEREIRA LEITE Khojas ismaïli du Mozambique colonial à la globalisation, 2014.Claire MESTRE Maladies et violences ordinaires dans un hôpital malgache, 2014.Françoise HATCHUEL Transmettre ? Entre anthropologie et psychanalyse, Regards croisés sur des pratiques familiales, 2013. Yannick FER, Gwendoline MALOGNE-FER Le protestantisme évangélique à l’épreuve des cultures, 2013.Nicole FORSTENZER Politiques de genre et féminisme dans le Chili post-dictature, 2012.
Julie LOURAU
Fêtes populaires et carnaval Le commerce de rue en temps de fête à Salvador de Bahia
Nous tenons à remercier Nicole Beaurain, Monique Selim et Françoise Gavarini dont les collaborations ont permis à ce livre de voir le jour. © L'HARM ATTAN, 2016 5-7, rue de l'École-Polytechnique, 75005 Parishttp://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-08234-9 EAN : 9782343082349
Sommaire Présentation Introduction LES FÊTES POPULAIRES« Race », « classe », « ethnie » : Lecture historique et transversale de l’utilisation de ces notions dans le contexte bahianais Histoire des fêtes de largo La tradition des marchands de rue en temps de fête Portrait : Dona India Mythe des origines La rue est au noir La place, lescantos Identités locales Espaces et identités desbarraqueiros Présence du candomblé dans les fêtes Les barraqueiros, l’Afrique et le candomblé Décadence des fêtes populaires Les fêtes «lights» : Territoires festifs Lieux Localisation des « coins » et ethnicité Hiérarchisation Règles souples LE CARNAVALLe carnaval ritualisé Petite histoire du carnaval Fiches ethniques carnavalesques Circuits carnavalesques Organisation spatiale de la ville de Salvador Le rôle de la fête en ville Les barraqueiros et autres marchands de rue
9 11 29
31 47 57 58 59 63 72
75 75 76 79 80 81 85 86 88 91 93 99 103 104 107 110 115 121 125
8COMMERCE DE RUE ET FÊTES ÀSALVADOR DEBAHIAContrôle et limitation Tarifs et réglementation du carnaval Totalitarisme visuel Les 4 identités du pauvre : formalisation identitaire Les identités ethniques du carnaval : objectif institutionnel de résolution des relations raciales et mise en spectacle touristique de Salvador et du Brésil Conclusion ANNEXESRéférences bibliographiques Glossaire Tableaux
126 128 135 147
163 177
191 201 205
PRÉSENTATION
Lesbarraqueiros,les marchands des fêtes populaires de Salvador, sont à la croisée des chemins… Ils sont d’abord (dans leurs récits), de façon récurrente et dans une litanie de résistance, les gardiens d’une tradition, d’un mode de faire qui renvoient à l’ancestralité africaine déportée par l’esclavage à Salvador de Bahia. Ces pratiques, qu’ils estiment africaines et qui sont marquées par la condition esclave restent celles des populations pauvres dans la contemporanéité. Du fait d’être associés à la rue, à la pauvreté, et à l’Afrique dans son acception de terre non civilisée – argument avancé officiellement pendant des siècles afin de justifier les crimes et violences commis au nom de la colonisation et de l’avancée de la civilisation – ils sont aussi victimes, de la part des pouvoirs publics, d’une répression effrénée et d’une volonté de contrôle. Bien qu’ils se trouvent au cœur de la plus grande fête populaire de la planète, comme s’en targuent les organisateurs officiels du carnaval de Salvador, ces marchands de rue n’en sont pas moins souvent malmenés par des mesures de standardisation qui ne tiennent pas compte de leur spécificité historique, locale. Ces « porteurs de traditions » sont donc la cible de mesures de répression dues à des préjugés locaux sur « la place du noir » dans la société brésilienne, et de mesures globales de standardisation lorsqu´ils s’inscrivent dans le contexte touristique. Ces différentes logiques sont à l’œuvre dans la contemporanéité de Salvador, faisant de Salvador, selon l’appellation de Donzelot, une ville à plusieurs vitesses, qui inscrit ses espaces dans des temporalités politiques spécifiques. Ces temporalités renvoient à
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.