Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 18,00 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Feuillets de graphologie n°5

De
111 pages
L'écriture s'apprend au cours de la scolarité et se met en place en même temps que se développent l'intelligence de l'enfant, sa capacité à intégrer des connaissances et à s'adapter à la vie sociale. Chaque âge aura son style graphique. L'écriture est maîtrisée vers 10 ans. L'adolescence apportera ses "turbulences" et ses paradoxes, qui se manifesteront dans les écritures, comme des étapes de son développement, parallèlement au développement physique, intellectuel, affectif, social...
Voir plus Voir moins

~

Etude de la personnalité

Graphologie Collection dirigée par Monique Genty
Les lecteurs pourront, par l'intermédiaire de différents auteurs, découvrir la graphologie et élargir ou approfondir leur connaissance de cette discipline qui permet de mieux comprendre la personnalité humaine. Chaque ouvrage enrichit la réflexion, ouvre des perspectives et permet au travers de l'acquisition progressive d'une méthode de se familiariser avec l'écriture. Cette collection est destinée aussi bien aux graphologues qu'à ceux qui, sensibles à une trace laissée sur le papier, cherchent à en comprendre toute la portée et la signification.

Déjà parus

M. DESURVIRE, LES FEUILLETSDE GRAPHOLOGIEn03. Technique de l'écriture. L'observation, 2005. M. DES UR VIRE, LES FEUILLETSDE GRAPHOLOGIEn02. Les bases jaminiennes. Les genres et les espèces, 2005.

M. DESURVIRE, LES FEUILLETS DE GRAPHOLOGIE na 1 : Les bases jaminiennes. Le geste graphique, 2005. M. DESURVIRE, Graphologie et recrutement, 2005. M. GENTY, L'être et l'écriture dans la psychologie jungienne. R. OLIV AUX, Pédagogie de l'écriture et graphothérapie. F. WITKOWSKI, Psychopathologie et écriture.

FEUILLET S DE GRAPH aLa

G IE

Marcelle Desurvire

-5~

Etude de la personnalité
Le développement

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris FRANCE

L'Harmattan Hongrie Konyvesbolt Kossuth L. u. 14-16 1053 Budapest

L'Harmattan Italia Via Degli Artisti, 15 10124 Torino ITALIE

Du même auteur dans cette collection
Graphologie et recrutement, 2005.

(Ç)Masson,

1991

(Ç)L'Harmattan,

2005

ISBN: 2-7475-8361-9 EAN: 9782747583619

Table des matières
INTROD UCTION

.

.. ...........

.....................

.... .

.........

1
5 6 8 10

1. Le développement de l'enfant à l'adulte, vers l'autonomie La croissance physique et l'organisation psychomotrice Le langage et la conscience de soi Les cycles du développement La petite enfance (10) ; L'enfance (10) ; L'adolescence (13).
.1: 2. L enJant et l actlvlte grap hlque ................... ... . ......................... Apprendre à écrire..................................................................................... Activité graphique du petit enfant.............................................................. Naissance des formes................................................................................. Les étapes du développement du graphisme .............................................. La phase précalligraphique (24) ; La phase calligraphique (27) ; La phase post-calligraphique (30).
L' écri ture des ado lescen ts

,

,.

.,

.

15 16 19 20 24 35 41 42

.. .................. ............... ...... .................................

3. Le développement affectif........................................................................... Les stades du développement psycho sexuel . ..... ...... ....... La naissance (43) ; Les stades prégénitaux (43) ; Le complexe d'Œdipe (47); La période de latence (48); La puberté et l'adolescence (48); L'organisation génitale du caractère (48). L'écriture et la vie affective.. ... ... ..... Le stade oral et l'écriture (49) ; Le stade anal et l'écriture (51) ; Le stade phallique et l'écriture (52). La maturité affective chez l'enfant scolarisé ..............................................
Les désordres de la rela ti on

49 52 53 53

............ ............................................ ...............

L'anxiété, l'insécurité, la peur .... Syndromes d'anxiété chez l'enfant (54) ; Signaux d'alarme dans l'écriture des enfants (55) 4. L'image de soi Le narcissisme ......

... ... ...

...

...... ... ....

59 62

VI Conscience de soi, identité

Table des matières
, ,........................................

L'image du corps et le schéma corporel.................................................... Image de soi, estime de soi........................................................................ Le niveau d'aspiration , ,..........................................
Les mécanismes
Le Le personnage co nfli t

de défense

sociaux

I.....................................

I.. . . . . .. . . .. . . .. . . .. . . .. . . . . . .. . . .. . . .. . . .. .. .. . . .. . . . . . .. . .. .. . .. . . . .. . . .. . ................. ........ ............... .......................... .............. ............... .....

La vie de groupe
5. L'intelligence.

...

.........
. ... .. . .. . . ..
I

64 65 66 66 67 69 70 70 73 74 77 79 87

. .. . .. . .. . . ... .. .. . . . . ... ... . . . .. I. . . . .. .. . ... ... . I. . . . I. . . .. . . . .. ... .. . . .
, ,

Le développement intellectuel
L' intelligence et l' écriture.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . I. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Chez l'enfant (77) ; Chez l'adulte (78). Les formes de l'intelligence........................................................................ Rôle de l'anxiété , . ......
CONCLUSION . ANNEXES
BIBLIOGRAPHIE INDEX ALPHABÉTIQUE

,
... I...

,. .........
, ....

95 99

...
, ... ..............................

..... 103
105

I ntrod

ucti 0 n

« La personnalité se définit comme ce qui se rapporte à la Personne, la racine Persona, d'origine étrusque, signifiant tout d'abord masque de théâtre, puis personnage, rôle, enfin personne. » (Définition du Dictionnaire de Psychologie, N. SILLAMY)

Les quatre Feuillets précédents traitaient de la technique de la graphologie. Les bases jaminiennes ont servi de fondement à la méthode utilisée aujourd'hui et ont créé un vocabulaire spécifique qui s'est un peu modifié, mais reste le fond commun de la technique de l'écriture, en France. Par contre, la psychologie a fondamentalement changé depuis le début du siècle, où est véritablement né l'intérêt envers l'écriture pour l'étude de la personnalité, les graphologues sont obligés d'avoir des connaissances psychologiques de plus en plus étendues et de les actualiser. Il ne leur suffit plus d'une bonne culture générale et d'une technique précise, pour comprendre tout ce qui affleure dans l'écriture, celle des enfants comme celle des adultes ou des vieillards, dans la santé et dans la maladie. Et l'on découvre aussi que les automatismes de l'écriture sont relatifs d'une culture à l'autre, dès que l'on change de système pédagogique et de langue. Les formations de base des graphologues sont assez différentes, bien qu'elles aient en commun un intérêt pour la psychologie et pour le graphisme, cela apporte un enrichissement, que la formation soit littéraire ou scientifique, que les métiers soient d'enseigner, de soigner, de recruter, de former, de rééduquer ou de manager. Le fait d'avoir élevé des enfants, d'avoir acquis une spécialisation ou d'être à la jonction de plusieurs domaines élargit les points de vue d'où l'on peut s'intéresser à l'écriture. La mise en commun des connaissances est plus problématique quand les secteurs sont trop cloisonnés. Le champ de l'écriture s'est élargi et a donné lieu à des spécialités, comme l'étude des écritures d'enfants et des écritures d'adolescents, l'orientation et la sélection professionnelle, l'écriture des malades mentaux, la rééducation de l'écriture, chaque domaine ayant ses exigences et suscitant des formations complémentaires et des recherches. En s~lection professionnelle, par exemple, les métiers et les postes se renouvellent demandant d'autres qualifications et finalement requérant de la part des recruteurs, une attention accrue aux ressources de la personnalité, au-delà des aptitudes et des formations. Le monde de l'éducation change, comme le contenu des études, les méthodes pédagogiques, les programmes, et tout cela influence la formation de l'écriture. L'importance de l'audio-visuel dans l'acquisition du savoir, modifie l'activité intellectuelle, elle-même. Beaucoup d'enfants lisent mal à l'entrée dans le secondaire

2

Introduction

et l'orthographe est souvent étonnante chez des diplômés arrivant au stade du premier emploi. L'étude de la personnalité dans ces derniers Feuillets se limitera à deux perspectives: - celle de son développement reflété par l'écriture (Feuillet n° 5), - celle des théories de la personnalité qui ont donné lieu à des recherches en graphologie, en ne retenant que celles dont la connaissance est demandée à l'examen de la Société Française de Graphologie (Feuillet n° 6). Le développement de la personnalité se réalise par un processus global de succession et de coordination de différents processus qui contribuent à la formation du caractère, de l'enfance à l'âge adulte. Il se fait sur différents plans, simultanément: - sur le plan biologique, par l'organisation psychomotrice, l'apparition du langage et la croissance physique, - sur le plan intellectuel, par des remaniements successifs de la capacité à penser et par l'acquisition du savoir, - sur le plan affectif par l'entrée dans la relation, la naissance du Moi, l'apprentissage de la vie sociale, - sur le plan de la vie de la conscience, l'acquisition du sentiment d'identité, de l'image de soi, l'accès à ses propres motivations, qui vont orienter l'activité. Le développement psychologique n'est pas homogène ni irréversible, il passe par des moments de progrès et des reculs, il peut stagner ou s'accélérer, il n'est pas identique non plus d'un enfant à l'autre, tout en obéissant à des lois générales. Chaque étape intègre les précédentes dans un mouvement de réorganisation de la personnalité, mais il peut y avoir 4es désorganisations momentanées, des arrêts, des retours à l'étape précédente, et de nouveaux départs. A chaque moment de la vie de l'enfant, des forces sont en jeu, des contraintes internes et externes qui amènent des remaniements de sa sensibilité et de son image du monde comme de son image de soi, pendant que son corps acquiert de nouvelles capacités, se réorganise, se restreint ou s'élargit dans ses possibilités. Son âge, son état de santé, les circonstances auxquelles il doit s'adapter pour survivre, son entourage affectif qui peut faciliter ou bloquer cette adaptation, ses capacités intellectuelles qui sont variables d'un enfant à l'autre, donnent à son écriture un caractère transitoire. A l'adolescence, l'écriture est encore instable, mais déjà marquée vers l'état d'adulte, elle se stabilisera dans la vie professionnelle. A notre époque de «juvénilisation » de la société, certains jeunes adultes gardent encore des composantes enfantines dans leur graphisme, comme témoins d'une maturité affective non terminée, alors que la maturité physique et intellectuelle est acquise. Le développement de l'enfant est-il identique sur la planète? C'est la question que pose aujourd'hui l'élargissement des études psychologiques à toutes sortes de populations qui ont eu d'autres références culturelles. Question à laquelle un groupe de chercheurs a donné quelques réponses (1).Il semble que chaque culture offre une diversité d'activités et de modèles d'éducation entraînant des expériences subjectives

e) B. BRIL, H. LEHALLE,Le développement psychologique est-il universel? PUF, Paris, 1988.

Introduction

3

différentes; mais lorsqu'on analyse ce qui est commun à tous les hommes, c'est-à-dire les émotions et les interactions sociales, on retrouve des invariants, des fonctionnements analogues, des jeux semblables et des séquences de développement sensori-moteur identiques, qui donnent à penser qu'il existe des lois de développement universelles, modulées par l'environnement à travers le langage et les conditions écologiques. L'écriture L'écriture, activité scolaire qui accompagne la lecture et le calcul, éveille l'attention des parents et des enseignants lorsqu'elle est troublée parce que l'enfant ne peut plus suivre le rythme des autres, ni enregistrer rapidement et convenablement ce qui est dit en classe, ou le comprendre, et ne peut plus réfléchir sur ce qu'il écrit, tant il est occupé à écrire. L'écriture est le support de la vie intellectuelle, autant pour acquérir des connaissances et les assimiler, que pour réfléchir en créant son propre texte. Le langage oral et la pensée naissent de sa communication avec les autres, dans une démarche qui va de l'extérieur vers l'intérieur, pour s'ouvrir ensuite au dialogue. L'écriture se fait en silence et elle favorise cette intégration, quand elle est devenue aisée. Elle permet aussi de s'exprimer et de se représenter auprès d'autrui, de maintenir des liens affectifs malgré les distances et les séparations, de raconter et faire participer les autres à sa vie quotidienne, de les informer des événements ou des expériences. La machine à écrire peut remplacer l'écriture et tend à le faire, mais la relation à autrui y devient plus rationnelle et moins affective, elle implique moins le scripteur par son anonymat, privilégiant l'information comme celle du livre ou du journal imprimé. Le tracé des lettres sera identique pour la même machine, et même les variations de la frappe des doigts sur le clavier disparaissent avec les progrès de la technique. L'écriture traduit le langage parlé, le fixe sur le papier à travers un code de signes, mais la plume tenue par les doigts est en relation avec les gestes, elle inscrit les variations émotionnelles qui passent à travers le système neuro-musculaire, elle est surveillée par le regard qui contrôle l'organisation de la page, le rythme et la personnalisation des formes, le mouvement, pendant que le cerveau centralise les informations et les décisions qui la concernent, et crée le texte. Il n'existe pas de lieu précis du cerveau, où l'écriture serait localisée, elle résulte d'un ensemble coordonné de fonctions. Le langage s'est organisé à partir d'organes du corps (bouche, oreille, larynx, pharynx) qui avaient déjà d'autres rôles, l'écriture le traduit spatialement dans un autre langage à base de signes, utilisant l'œil et la main, dans une activité conjointe. C'est ce qui s'est passé aussi dans l'histoire de l'humanité, avec les premières traces destinées à traduire la parole. L'écriture est donc intimement liée à toutes les expériences de la relation. Elle n'est pas donnée à la naissance, elle est d'origine sociale, c'est une technique qui s'acquiert à travers un apprentissage et accompagne la ~colarité, elle restera liée aux événements sociaux de son existence ultérieure. L'écriture« analysable » se situe entre deux limites: celle de la non-organisation par immaturité graphique et celle de la désorganisation par perte de la maîtrise du geste. Pourtant, on peut étudier l'écriture de l'enfant qui est en voie d'organisation et celle du malade qui suit le processus inverse, parce qu'on connaît mieux,

4

Introduction

aujourd'hui, grâce aux travaux sur la génétique de l'écriture, la manière dont celle-ci se structure et se déstructure. Nous allons étudier ce parcours, qui en est la « toile de fond», dans les conditions normales d'éducation de notre société occidentale, en laissant de côté les troubles du développement qui sont l'affaire des spécialistes. On fait appel au graphologue dans le cadre d'un examen psychotechnique où il s'agit d'apprécier le niveau scolaire d'un enfant, son adaptation à l'école et à l'environnement et les difficultés qui motivent la consultation. Le calcul de l'âge graphomoteur, par l'écriture, permet de situer l'enfant par rapport aux enfants du même âge, selon des normes statistiques. Dans tous les cas, l'analyse demande des renseignements sur la personnalité (de l'enfant, de l'adolescent, du sujet sain ou malade, comme du candidat à un emploi) car un fragment d'écriture ne signifie rien hors de son contexte: Age du scripteur, qui subit les lois universelles de l'évolution biologique, qui est pris dans un environnement de modes et de modèles, qui a sa façon personnelle de vivre avec le temps. L'âge de l'état-civil peut être différent de l'âge biologique, de l'âge graphique, de l'âge intellectuel et de l'âge affectif. Sexe, parce que l'écriture ne l'indique pas, et montre surtout des tendances psychologiques, masculines et féminines. Situation familiale, scolarité ou profession, pour situer le scripteur dans son environnement social. Pour les enfants, l'anamnèse des difficultés, la place dans la famille, la manière dont il est élevé, le milieu socio-culturel, sont des renseignements essentiels. L'écriture des enfants forme un tout à la fois unifié et mouvant, elle varie encore plus que celle de l'adulte selon les jours, subit davantage les émotions, et se renouvelle plus vite aussi. Elle ne peut être étudiée avec les critères de la graphologie classique parce qu'elle est remise en question à chaque étape et n'est expressive que lorsqu'elle est dégagée des difficultés de l'apprentissage, à des âges différents suivant les enfants. Des troubles de l'organisation graphique (latéralisation, dyslexie, gaucherie) peuvent perturber le tracé sans qu'il y ait d'anomalies intellectuelles ou de caractère. L'observation demande d'autant plus d'expérience et de compétence pour être valable. L'écriture peut donner lieu à une rééducation. L'objet de ce Feuillet est la psychologie de l'enfant, dans une perspective d'évolution et de maturation, qui accompagne l'apprentissage. Beaucoup de jeunes ont contribué à ce travail en donnant leur écriture et des renseignements sur eux, vivement intéressés à se connaître.

1
Le développement de l'enfant à l'adulte, vers l'autonomie
L'autonomie. Définition (LITTRÉ) : « Droit que les Romains avaient laissé à certaines villes grecques de se gouverner avec leurs propres lois.» Par extension, indépendance, son contraire est la dépendance.

La psychologie de l'enfant a fait l'objet de nombreuses théories. On s'accorde à reconnaître que le développement passe par des stades (ou phases, ou étapes, ou crises) dont le contenu varie avec les auteurs. Un stade, selon la définition de J. Piaget: - comporte un ordre de succession constant, - a un caractère d'intégration des structures construites au stade précédent, - est une structure d'ensemble et non une juxtaposition de propriétés, - comporte un niveau de préparation et un niveau d'achèvement. Les stades se retrouvent dans tous les domaines du développement: stades de la croissance corporelle, de l'organisation psychomotrice, de l'acquisition du langage, stades du développement affectif, stades du développement intellectuel, Et la pathologie nous montrera l'envers de ces montages, c'est-à-dire leur déstructuration, qui peut coexister avec des secteurs de personnalité normalement structurés. Le développement n'est pas linéaire, c'est-à-dire continu, homogène, régulier, il comporte une alternance de phases de crise, suivies ou précédées par des périodes de calme indiquant des changements de registre, des sortes de virages marquant le passage d'une organisation de personnalité à une autre. Ces changements peuvent être réversibles, si une nouvelle crise les remet en question. Le développement de l'enfant retrace sa conquête de l'autonomie, depuis l'état de dépendance absolue où il se trouve à sa naissance, à l'immaturité et à la maturité relative, jusqu'à l'indépendance, relative aussi, puisqu'elle se vit dans l'interdépendance des relations. Dans le cours du développement on distingue trois cycles: - la petite enfance (vie prénatale, naissance, première année),
I