//img.uscri.be/pth/e5de0d8b593113d1d65eddcf491f8d4c9c95276d
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 26,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Francs-Comtois célèbres et moins connus

De
338 pages
Cet ouvrage est une version entièrement revue et complétée d'un ouvrage paru en 2006, Ils étaient comtois: recueil de biographies, Mclcone. Célèbres ou moins célèbres, issus du terroir ou s'y étant illustrés d'une manière ou d'une autre depuis la Renaissance et jusqu'à nos jours, Raoul H. Steimlé rend hommage à la Franche-Comté. De nombreuses personnalités d'hier et d'aujourd'hui y figurent: Victor Hugo, Gustave Courbet, Louis Pasteur, les Frères Lumières, Marcel Aymé, Edgar Faure.
Voir plus Voir moins
Raoul H. Steimlé
Francs-Comtois célèbres et moins connus
CONNAISSANCE DES RÉGIONS Franche-Comté
Francs-Comtois célèbres et moins connus
Collection « Connaissance des Régions »
Cette collection accueille des monographies régionales
Serge La Barbera,Trilogie Périgourdine, 2014.
Raoul H. Steimlé
Francs-Comtois célèbres et moins connus
Du même auteur : Introduction à la Neurochirurgie Éditions Laboratoires Pierre Fabre, 1981 Sur la route des Stehlé, Esdé éditions, 1997 {Pseudonyme H. Meistlé Au fil du bistouri, Éditions Cabédita, 2000 Ils étaient Comtois Éditions Mcicone, 2006 Traduction : Le parfum de Maman, Maria E. Bravo-Aguiar, Graine d’Auteur, 2002 © L'HARMATTAN, 2014 5-7, rue de l'École-Polytechnique, 75005 Parishttp://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-03482-9 EAN : 9782343034829
À MEBA, Merci ! En souvenir du long chemin parcouru ensemble. À nos enfants ; à tous les enfants du monde. Vœux pieux peut-être ? Qu’ils vivent en paix !
À la mémoire de Maîtres, Professeurs et Amis : J.-A. Barré, A. Asenjo, J.-L. Poppen, E. Bunster, P. Muller, A.-G. Weiss, D. Philippidès, F. Thiébaut, P. Steimlé, P. Laugier, L.-F. Hollender, G. Piganiol et É. Weber
Vifs remerciements pour leur aide à Parents et Amis particulièrement à G. Méry, G. Steimlé, F. Weill
Introduction
Cet ouvrage, n’est pas un dictionnaire. Il en existe déjà plusieurs pour la région, notamment ceux de Suchaux, de Fourquet, de Roche et Vernus. Certains se limitèrent géographiquement à une région, d’autres à des professions ou époques. L’étude des personnages dont les noms furent donnés à des rues ou lieux publics est intéressante car, la sélection par une municipalité garantit la reconnaissance par un consensus, certes variable avec la politique et le moment ! Les personnes célèbres évoquées, décédées presque toutes, furent en grande majorité natives de Franche-Comté. Quelques-unes naquirent ailleurs, mais vécurent dans la région et avec leurs qualités, connaissances et savoir-faire participèrent à son histoire, à son essor ou à son dévelop-pement, ce qui nous poussa à raconter leur vie Notre difficile et, parfois, subjective sélectionde plus de 280person-nages tint compte, de leur renom et de ce qu’elles apportèrent au Pays et/ou à la Province. La valeur de quelqu’un est certes difficile à jauger. Nous avons sélectionné des personnalités de premier plan, connues, parfois seulement dans leur région, pour un motif précis ou dans un contexte historique voire familial particulier. Nous avons hélas été limité dans le nombre de biographies pour des raisons éditoriales et parce que nous n’avons pas opté pour le genre du dictionnaire ! Ce recueil se veut aussi un hommage à la région où se déroula l’essentiel de la carrière de l’auteur. On voudra bien excuser l’omission de figures qui auraient mérité d’être citées ! Les biographies sont présentées par ordre chronologique, le plus souvent selon l’année de naissance de l’intéressé. Ce fut parfois difficile, lorsqu’ils vécurent en charnière de siècles. Il a été tenu compte alors de leurs actions les plus notables pour les classer chronologiquement. À la Renaissance, en Franche-Comté comme ailleurs, le renouveau e e artistique, culturel, scientifique, économique et social desXVetXVIsiècles, fut énorme. Les grandesdécouvertes, de l’Amérique en particulier, la route des Indes aussi, élargirent l’horizon en augmentant ou en motivant de façon complexe les bouleversements politiques.La divulgation de l’Imprimerie joua également un rôle majeur.
7
Les économies régionales, nationales et mondiales même ont évolué pour être maintenant de nouveau en « crise », malgréles progrès et compétences intervenus! La diversité des humains ne permet pas de dire que notre échan-tillonnage donne une vision réaliste de la variété de population régionale car, nous n’avons par exemple pas décrit la vie de sujets en conflit avec la société et la législation de droit commun. Si tous les personnages étudiés ne furent pas des parangons de probité ou d’honorabilité, comme C. Lacuson-Prost ou J. de Wattewille, « La bande à Bonnot » et son chef, originaire de la région de Pont-de-Roide, abattu par la Sécurité, ne nous parurent pas devoir figurer dans cette sélection. D’autres exemples existent sans doute. Il y en a malheu-reusement partout !
« Écoutons dans nos vallons le pas des cohortes comtoises »
Besançon, janvier 2014
Chapitre I
e Renaissance etXVIIsiècle
Jean II CARONDELET(1469-1545), né à Dole d’une grande famille e er venue de Bresse auXIICarondelet (1429-siècle, était le fils de Jean 1 1502), chanoine et archidiacre du chapitre de Besançon, conseiller au parlement de Bourgogne sous Philippe le Bon et grand chancelier de l’archiduc Maximilien d’Autriche. Jean II voyagea en Italie pour satisfaire son goût des arts, devint conseiller de Marguerite d’Autriche, duchesse de Savoie (veuve depuis 1504) régente des Pays-Bas en même temps que souveraine à vie de Franche-Comté. Déjà Haut-Doyen du chapitre de Besançon, Jean, fut consacré archevêque de Palerme et Primat de Sicile, dignités dont il jouit jusqu’au moment de succéder à son frère Ferry, abbé de Montbenoît, mort en 1528. En 1531, il fut Président du Conseil privé des Pays-Bas auprès de Marie de Hongrie sœur de Charles-Quint. Elle gouverna après la mort de Marguerite d’Autriche en 1530 et fut assistée, de trois Conseils : Privé (avec Carondelet), d’État et aux Finances. Jean II assuma encore de hautes fonctions, tout en s’occupant de l’Abbaye de Montbenoît. Le philosophe Érasme, dont il fut le protecteur et l’ami, lui dédia son édition de Saint-Hilaire. Raphaël fit son portrait. Mort à Malines, à la Cour de Palerme (1545), Jean II fut inhumé à Saint-Donat de Bruges. D’après Guénard, son portrait par Holbein, fut donné par le maire Daclin au Musée de Besançon. Le diptyque, de Gossaert, dit Mabuse, fut transféré du Palais Granvelle au musée des Beaux-Arts de Besançon puis au Louvre. Rappelons les deux toiles de Bruyn, citées par Castan. L’une fut exposée à la pinacothèque de Munich, l’autre conservée par la duchesse de la Trémoille. Nous ignorons le sort de celle de Raphaël.
Jean Baron LALLEMANDou Jehan Allemand, Sire de Crissey-Baron de Bouclans (1470-1560) naquit à Dole dans une famille honorable mais modeste. Il débuta au Parlement de Dole comme clerc de l’huissier-audiencier mais fut une grande figure de l’entourage de Charles-Quint, tout en restant assez méconnu dans la région. Il se disait descendant du chevalier Rodolphe Lallemand mort en 1287, dont la lignée de Belmont s’éteignit avec la famille de Saint-Mauris, alors que la souche de Vaite survécut ; Jean serait issu de celle-ci ; recommandé
9