Freud et Rome

De
Publié par

Cet ouvrage s'adresse à tous les amoureux de Rome et de l'Italie, aux passionnés de Freud et de la psychanalyse. Il propose un parcours baroque. Une promenade avec un Freud sensuel sous le soleil de la Ville éternelle. Savoir tout ou presque sur la difficile implantation de la psychanalyse en Italie. Savoir ce qu'il en est des rapports entre le Vatican et Freud. Un Freud passionné d'archéologie. L'antiquité romaine sera aussi au rendez-vous.
Publié le : vendredi 1 avril 2011
Lecture(s) : 78
EAN13 : 9782296804999
Nombre de pages : 141
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat







FREUD ET ROME






















































© L’Harmattan, 2011
5-7, rue de l’Ecole polytechnique ; 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-296-54544-1
EAN : 9782296545441

Roland BRUNNER 








FREUD ET ROME

































L’Harmattan 
Psychanalyse et Civilisations
Collection dirigée par Jean Nadal

L'histoire de la découverte de la psychanalyse témoigne que démarche
clinique et théorie issues de champs voisins ont concouru, par étayage
réciproque à élaborer le concept d'inconscient, à éclairer les rapports
entre pathologie et société et à reconsidérer les liens entre le malaise
du sujet singulier et celui de la civilisation.
Dans cette perspective, la collection Psychanalyse et Civilisations
tend à promouvoir cette ouverture nécessaire pour maintenir en éveil
la créativité que Freud y a trouvée pour étayer, repenser et élargir la
théorie. Ouverture indispensable aussi pour éviter l'enfermement dans
une attitude solipsiste, qui en voulant protéger un territoire et
préserver une identité, coupe en réalité la recherche psychanalytique
de ses racines les plus profondes.

Dernières parutions

Renaud DE PORTZAMPARC, La Folie d’Artaud, 2011.
Harry STROEKEN, Rêves et rêveries, 2010
Madeleine GUIFFES, Lier, délier, la parole et l’écrit, 2010.
Prado de OLIVEIRA, Les meilleurs amis de la psychanalyse, 2010.
J.-L. SUDRES (dir.), Exclusions et art-thérapie, 2010.
Albert LE DORZE, Humanisme et psy : la rupture ?, 2010.
Édouard de PERROT, Cent milliards de neurones en quête d’auteur.
Aux origines de la pensée, 2010.
Jean-Paul DESCOMBEY, Robert Schumann. Quand la musique
œuvre contre la douleur. Une approche psychanalytique, 2010.
Serafino MALAGUERNA, L’Anorexie face au miroir. Le déclin de la
fonction paternelle, 2010.
Larissa SOARES ORNELLAS FARIAS, La mélancolie au féminin.
Les rapports mère-fille en lumière, 2009.
Alain LEFEVRE, Les lesbiennes, une bande de femmes. Réalité ou
mythe ?, 2009.
Richard ABIBON, Les Toiles des rêves. Art, mythes et inconscient,
2009.
Jacy ARDITI-ALAZRAKI, Un certain savoir sur la psychose.
Virginie Woolf, Herman Melville, Vincent van Gogh, 2009.
Esmat TORKGHASHGHAEI, L’univers apocalyptique des sectes.
Une approche pluridisciplinaire, 2009.










À mon fils Roman

Avant-propos


Cet ouvrage s'adresse à tous les amoureux de Rome et
de l'Italie, aux passionnés de Freud et de la psychanalyse.
Il propose un parcours baroque. Une promenade avec un
Freud sensuel sous le soleil de la ville éternelle. Savoir
tout ou presque sur la difficile implantation de la psycha-
nalyse en Italie. Savoir ce qu'il en est des rapports entre le
Vatican et Freud. Un Freud passionné d'archéologie.
L'Antiquité romaine sera aussi au rendez-vous.
7







I. PETIT DICTIONNAIRE
DE FREUD À ROME


Introduction


On connaît le juif athée, le germanophone, l'obsessionnel
pisse-froid, dépressif et pessimiste sur l'avenir du monde,
son humour cinglant. On connaît l'homme courageux devant
son cancer et la souffrance, courageux face à la mort. On le
sait certes pétri de culture grecque et romaine, passionné par
l'Antiquité et l'archéologie. Mais on découvrira avec sur-
prise, dans ce petit dictionnaire, un Freud mal connu ; un
Freud jouisseur aimant le soleil, le vin, la bonne chair et la
vue des femmes de Rome ; un Freud dans la joie de vivre…

Il y a des fous de Jérusalem ou de l'Inde. Certains ne
jurent que par Athènes ou Venise. Freud était fou de Rome !
Il se rendra sept fois dans la Ville éternelle : 1901,
1902,1907,1910,1912,1913 et 1923.
11 Biographie de Sigmund Freud


S. Freud naît à Freiberg le 6 mai 1856, petite ville de
Moravie. Il est juif. Son père, commerçant de condition
modeste, s'installe à Vienne en 1860. Freud passera presque
toute sa vie dans cette ville à la fois aimée et détestée.

Ce sont des études de philosophie qu'il veut faire, mais il
opte finalement pour la médecine. Docteur en 1881, il est
trop pauvre pour continuer des études à l'université et tra-
vaille alors à l'hôpital de Vienne, où il se spécialise en neuro-
logie. En 1885, l'attribution d'une bourse lui permet de se
rendre à Paris où il intègre le service de psychiatrie de
J.-M. Charcot à l'hôpital de la Salpêtrière. La rencontre avec
Charcot, qui jouit d'une célébrité mondiale, transforme sa
vie. Charcot accueille avec sympathie ce jeune étranger et
l'initie à ses recherches. Freud se familiarise ainsi avec la
psychiatrie et l'hypnose. Il quitte Paris le 28 février 1886
pour retrouver Vienne et y ouvrir son cabinet. Critique par
rapport à l'hypnose, il en vient à inventer un traitement origi-
nal des pathologies névrotiques : la psychanalyse.

Il est fiancé pendant 5 ans à Martha Bernays (1861-
1951) qu'il finit par épouser en 1886. Elle restera étrangère
au mouvement psychanalytique et lui donnera 4 garçons et
2 filles. Freud vit une vie familiale bourgeoise et somme
toute assez traditionnelle malgré ses idées sur la sexualité,
jugées scandaleuses à l'époque et qui feront les principaux
fondements de la théorie psychanalytique. Il mène ainsi
une longue lutte pour défendre ses idées et finit par regrou-
per quelques disciples autour de lui. C.-G. Jung en fait
partie… La gloire arrive à la fin de sa vie. En 1936, il reçoit
le prix Gœthe, mais ses livres seront brûlés à Berlin quel-
12 ques années plus tard. Il devient l'ami de T. Mann et de
R. Rolland, ainsi que bien d'autres écrivains célèbres. Il
aime voyager, en Italie notamment.

Mais ses dernières années à Vienne sont assombries par
la maladie. Freud est atteint d'un cancer à la mâchoire, qui le
ronge lentement. Conséquence de son tabagisme ? Car il est
un grand amateur de cigares. En 1933, la Société allemande
de psychanalyse tombe entre les mains des nazis avec
lesquels Jung, qui a rompu avec Freud, collabore. Les nazis
condamnent la psychanalyse comme une théorie décadente
et juive. Pourtant, après l'Anschluss, Freud refuse obstiné-
ment de quitter Vienne comme lui conseillent ses proches.
Ils arrivent pourtant à le convaincre et le 4 juin 1938 il se
réfugie en Angleterre avec sa famille après des tractations
officielles entre Washington et Berlin qui lui permettent
d'échapper à la Gestapo. Il meurt à Londres le 23 septembre
1939. Il souffre tellement de son cancer, qu'il demande à
son médecin personnel de l'euthanasier après en avoir parlé
avec sa fille Anna.
13

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.