Frontières des genres

De
Publié par

Un nouvel ouvrage sur la question des genres, à partir de la littérature, de la peinture et de la langue ? Pourquoi ? Les manifestations des genres et la séparation ou la porosité entre le masculin et le féminin doivent être approchées autour de zones tranchées, indécidables ou de contact.Que signifie le « neutre » en langue ? Qu'est-ce qui incite une personne de sexe déterminé à utiliser les signes et caractéristiques de l'autre sexe, dans le champ socio-culturel, littéraire, artistique ? Quels sont les signes qui désignent le sexe, comment en joue-t-on et quels sont les effets produits ?
Publié le : mardi 14 juin 2011
Lecture(s) : 163
EAN13 : 9782748170627
Nombre de pages : 141
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
9
CHRISTIANECHAULET-AUCOUR
PRÉSENTATION
FRONTIÈRES DES GENRES
FÉMININ/MASCULIN
CHRISTIANECHAULET-AUCOUR
PRÉSENTATION
Christiane CHAULET ACHOUR (dir.)
FRONTIÈRES DES GENRES
FÉMININ-MASCULIN
Le Manuscrit www.manuscrit.com
CHRISTIANECHAULET-AUCOUR
© Éditions Le Manuscrit, 2006 www.manuscrit.com communication@manuscrit.com ISBN : 2-7481-7063-6(fichier numérique) ISBN 13 : 9782748170634(fichier numérique) ISBN : 2-7481-7062-8(livre imprimé) ISBN 13 : 9782748170627 (livre imprimé)
Les différentes contributions de cet ouvrage sont le fruit de recherches menées dans le groupe Féminin/Masculin du Centre de Recherche Textes et Francophonies (ex. CRTH). Les auteures sont deux Professeures de l’université de Cergy-Pontoise, C.Chaulet Achour et Dominique Fattier, une Docteure es-lettres de Montpellier III, Valérie Lotodé et quatre doctorantes des universités de Cergy-Pontoise et de Paris III, Marie Blancard, Simona Crippa, Marie Frémin et Audrey Roussey.
7
CHRISTIANECHAULET-AUCOUR
8
PRÉSENTATION
PRÉSENTATIONAu moment de présenter ce travail, limité à ses objets mais qui a la prétention de faire réfléchir plus largement sur les « frontières des genres » par les auteures ou les problématiques abordées, sort en librairie un livre polémique et inquiet sans doute,Le Premier 1 sexe… « La complainte du mâle », a-t-on dit, d’Eric Zemmour ; Antoinette Fouque l’a qualifié de « baroud de déshonneur »... Le ton et les arguments y appellent à un retour à la distinction des sexes et des genres dans une société qui « succomberait » à sa féminisation… rampante, bien évidemment. Il semble que cette position, éditée, rencontre le sentiment d’hommes et de femmes qui n’ont pas la même possibilité de s’exprimer que le journaliste et qu’elle ne surgit pas à n’importe quel moment mais lorsque les nombreux travaux engrangés permettent aujourd’hui, en sciences sociales, de ne plus contester « la domination masculine ». Il participerait à un effet de brouillage pour freiner les avancées. L’ouvrage que nous présentons a donc toute son utilité, malgré sa modestie. Notre réflexion a eu pour base la définition, désormais classique, du couple sexe/genre : « Les sociétés humaines, avec une remarquable monotonie, surdéterminentla différenciation biologique en assignant aux deux sexes des fonctions différentes (divisées, séparées et généralement hiérarchisées) dans le corps socialen son entier. Elles leur appliquent une « grammaire » : un genre (un type) « féminin » est imposé culturellement à la femelle pour en faire une femme sociale, et un genre « masculin » au mâle pour en faire un homme social. Le 1 - Eric Zemmour,Le Premier sexe, Denoël, 2006.
9
CHRISTIANECHAULET-AUCOUR
genre s’exerce matériellement dans deux champs fondamentaux : 1) la division sociosexuée du travail et des moyens de production ; 2) l’organisation sociale du travail de procréation, où les capacités reproductives des femmes sont le plus souvent exacerbées par diverses interventions sociales. Les autres aspects du genre – différenciation du vêtement, des comportements et attitudes physiques et psychologiques, inégalité d’accès aux ressources matérielles et mentales, etc. – sont des marques ou des conséquences de cette différenciation sociale de base […] Ni les définitions du sexe et du genre ni les frontières entre sexes et/ou 2 entre genres ne sont aussi claires ». Elle a eu aussi comme fil directeur, la littérature et la langue. Pourquoi ? Depuis bien des années, les études et questions sur le féminin et le masculin se multiplient, tout particulièrement dans le 3 domaine des sciences sociales . Mais la littérature plus que les sciences du langage d’ailleurs, semble se prémunir contre de telles interrogations, l’argument essentiel étant la neutralité sexuée de la création littéraire et plus généralement artistique et pour appuyer cet argument, on cite volontiers la phrase de Vrginia Woolf en conclusion de son essai,Une chambre à soiIl est néfaste d’être: « purement un homme ou une femme ; il faut être femme-masculin ou homme-féminin ». Or, au terme de toute une démonstration qu’il faut reprendre, V. Woolf appelle à la prise en charge de la totalité de l’être humain sexué par l’art, donc de sa part féminineetmasculine et non à sa dilution. L’androgynie n’est pas la disparition des marques sexuées. Tout son essai a bien montré par ailleurs combien, du sexe au genre, le parcours des femmes était ardu et périlleux.
2 – « Sexe et genre », dansDictionnaire critique du féminisme, sous la direction de H. Hirata, F. Laborie, H. Le Doaré et D. Senotier, PUF, « Politique d’aujourd’hui », 2000, pp. 191 à 200. 3– Françoise Héritier, chez Odile Jacob en 1996,Masculin/Féminin : La pensée de la différence etMasculin/féminin II : Dissoudre la hiérarchie, en 2002 informent notre réflexion anthropologique sur cette tension/conjugaison qui construit l’Histoire de l’humanité et nous obligent à penser hors des polémiques médiatiquement porteuses.
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.