Genre et discours rapporté en français médiéval

Publié par

Au sommaire : Le discours rapporté en français médiéval au prisme du genre - Juan Manuel Lopez Munoz, Sophie Marnette / Polylogues masculins et polylogues féminins dans la littérature médiévale - Corinne Denoyelle / Rapporter le discours des femmes : les stratégies discursives des personnages féminins dans le Lancelot en prose - Yasmina Foehr-Janssens / Stratégies discursives dans l'oeuvre de Christine de Pizan - Carin Franzen / Rapporter au féminin au Moyen Âge : formes distinctes ou continuum ? - Sabine Lehman...
Publié le : mercredi 8 juin 2016
Lecture(s) : 0
EAN13 : 9782806650528
Nombre de pages : 192
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
9HSMIKG*gdfgce+
Genre et discours rapporté en français médiéval
Numéro coordonné par Juan Manuel LÓPEZ MUÑOZ & Sophie MARNETTE
Publiée avec l’aide financière du Fonds de la Recherche Scientifique - FNRS
Tome 8.1 (2016)
Le discours et la langue
Revue de linguistique française et d’analyse du discours
Le Discours et la Langue
Directrices de la revue :
Laurence Rosier (Université libre de Bruxelles) Laura Calabrese (Université libre de Bruxelles)
Comité de rédaction :
Marion ColasǦBlaise (Université du Luxembourg) Ǣ Catherine Détrie (Université Paul Valéry Montpellier 3) Ǣ Hugues Constantin de Chanay (Université LumièreǦLyon 2) Ǣ AnneǦRosine Delbart (Université libre de Bruxelles) Ǣ Françoise Dufour (Université Paul Valéryǡ Montpellier III) Ǣ Cédrick Fairon (Université catholique de Louvain) Ǣ JeanǦMarie Klinkenberg (Université de Liège) Ǣ JuanǦManuel LópezǦMuñoz (Université de Cadix) Ǣ Dominique Maingueneau (Université Paris IV) Ǣ Sophie Marnette (Université dǯOxford) Ǣ Alain Rabatel (Université LumièreǦLyon 2) Ǣ AnneǦCatherine Simon (Université catholique de Louvain) Ǣ Audrey Roig (Université Paris Descartes — Paris V)Ǥ
La revue Le discours et la langue. Revue de linguistique française et d’analyse du discours, se propose de diffuser les travaux menés en français et sur le français dans le cadre de l’analyse linguistique des discours. Elle entend privilégier les contributions qui s’inscrivent dans le cadre des théories de l’énonciation et/ou articulent analyse des marques formelles et contexte socio-discursif et/ou appré-hendent des corpus inédits (notamment électroniques).
La revue privilégie les numéros thématiques tout en laissant dans chaque livraison une place disponible pour des articles isolés de même que pour des recensions ou des annonces.
La revue paraît deux fois par an, en principe en mars et en octobre. Cha-que numéro est d’environ 200 pages. L’abonnement se souscrit par année, il s’élève à 50.00 €. Les numéros isolés se vendent à des prix variant en fonction de leur importance. Les frais d’expédition par fascicule se montent à 4.50 € pour la Belgique, 10.50 € pour l’Europe et 12.00 € pour le reste du monde.
Propositions de numéros thématiques, d’articles isolés ou de recensions : Les propositions de numéros thématiques ou les articles isolés de même que les ouvrages pour recension ou les propositions d’échange doivent être adres-sés à l’adresse suivante :
Laurence Rosier 50 Avenue F.D. Roosevelt, ULB CP 175 B – 1050 Bruxelles
Genre et discours rapporté en français médiéval
Numéro coordonné par
Juan Manuel LÓPEZ MUÑOZ & Sophie MARNETTE
Adressez les commandes à votre libraire ou directement à
Éditions l’Harmattan
5ǡ7 rue de lǯÉcole PolytechniqueF Ǧ 75005 ParisTél ǣ 00[33]1Ǥ40 46 79 20Fax ǣ 00[33]1Ǥ43 25 82 03diffusionǤharmattan@wanadooǤfrhttpǣ//wwwǤeditionsǦharmattanǤfr
ISBN ǣ 978Ǧ2Ǧ8066Ǧ3562Ǧ4
©EME ÉditionsGrandǯPlaceǡ 29BǦ1348 LouvainǦlaǦNeuve
Dépot légal ǣ 2016/9202/013
Tous droits de reproductionǡ dǯadaptation ou de traductionǡ par quelque procé-dé que ce soitǡ réservés pour tous pays sans lǯautorisation de lǯéditeur ou de ses ayants droitǤ
www.eme-editions.be
SOMMAIRE
Le discours rapporté en français médiéval au prisme du genre Juan Manuel LÓPEZ MUÑOZ Sophie MARNETTE
Polylogues masculins et polylogues féminins dans la littérature médiévale Corinne DENOYELLE
Rapporter le discours des femmes : les stratégies discursives des personnages féminins dans leLanceloten prose
Yasmina FOEHR-JANSSENS
Stratégies discursives dans l’œuvre de Christine de Pizan
Carin FRANZÉN
Rapporter au féminin au Moyen Âge : formes distinctes ou continuum ? Sabine LEHMANN
Le positionnement du philologue-traducteur face à des textes génériquement ambivalents : le cas deBelle : essai sur les chansons de toilede Michel Zink
Juan Manuel LÓPEZ MUÑOZ
7
15
31
53
69
83
6
L’énonciation féminine dans les lais médiévaux Sophie MARNETTE
L’expression du regret en français médiéval : une question de genre(s) ? Evelyne OPPERMANN-MARSAUX
Si ferai je, non ferai: l’expression de l’accord et du désaccord dans le dialogue médiéval
Marta SAIZ-SÁNCHEZ
Voix narratives, polyphonie et autorité : Froissart et les Gascons dans leVoyage en BéarndesChroniquesde Jean Froissart Pauline SOULEAU
Le discours rapporté dans les documents comptables médiévaux au prisme du genre (genre textuel et genre sexué)
Aude WIRTH-JAILLARD
97
121
135
157
177
LE DISCOURS RAPPORTÉ EN FRANÇAIS MÉDIÉVAL AU PRISME DU GENRE
Juan Manuel LÓPEZ MUÑOZ Sophie MARNETTE
L e présent numéro fait partie dǯune série de trois ouvrages rendant compte des rélexions du groupe interdisciplinaire CiǦdit sur la dynamique entre 1 discours rapporté et genre – sexuéet textuel –ǡ notamment à lǯoccasion de notre cinquième colloque international Ǽ Rapporter et être rapporté(e) ǣ une affaire de genres ǫ ǽ (14Ǧ16 juin 2012ǡ Faculté de lettres de lǯUniversité de Stockholm)Ǥ Nous nous pencherons ici sur le français médiéval tandis que les ouvrages précédents ciblaient la langue des médias dǯune part et les 2 textes littéraires modernes et prémodernes d’autre partǤ
Lǯétude du discours rapporté en français médiéval connaît depuis plusieurs années un essor importantǡ et ce notamment grâce aux nombreux travaux publiés par les membres du groupe CiǦditǡ largement inspirés par les écrits précurseurs de BǤ Cerquiglini (1981) ou de JǤ Rychner (1990) et aussi plus généralement par les travaux de médiévistes comme SǤ Fleischmanǡ CǤ MarchelloǦNizia ou MǤ Perret sǯinscrivant dans le cadre des théories de 3 l’énonciationǤ
En 2008ǡ le numéro de la revueVerbumǡ Ǽ Le discours rapporté en français médiéval ǽǡ fruit dǯun séminaire de travail du groupe CiǦditǡ présentait cinq articles touchant aux quatre thèmes majeurs suivants ǣ
1
2
3
Ǽ Nous démarquons ici la notion de Dzgenre sexuédz comme construction sociale et culturelleǡ comprenant à la fois les femmes et les hommes (àlǯinstar de JǤ Butler 1990ǡ CǤ Nesci 1992ǡ etcǤ)ǡ de celle de Dzgenre sexueldz relevant dǯune logique identitaire duelle fondée sur des données biologiques ǽ (López Muñozet al.2015 ǣ 7)Ǥ Voir SulletǦNylanderet al.2014 et López Muñozet al.2015Ǥ Pour un exemple de la richesse et de la diversité de ces travauxǡ voir ciǦdessousǡ ainsi que notre bibliographie en ligne sur le DR en français médiéval (wwwǤciǦditǤcom)Ǥ
8
discours rapporté et genres narratifs Ǣ discours rapporté et lyrisme Ǣ marqueurs du discours rapporté Ǣ discours rapporté et varianceǤ Les corpus envisagés comprenaient des romans en vers et en prose ainsi que des textes lyriques comme les pastourellesǤ
Alliant approches linguistiques et littérairesǡ le numéro desCahiers de recherches médiévales et humanistes (Marnette et Swift 2011 ǣ 22) sur les Ǽ Voix narratives médiévales ǽ se penchait sur les stratégies de circulation des discoursǡ et plus particulièrement sur les discours rapportésǡ dans des textes appartenant à des genres littéraires distincts (romans en vers et en proseǡ laisǡ fabliauxǡ textes biographiquesǡ dialoguesǡ ditsǡ nouvellesǡ etcǤ) tout en tenant aussi compte de la dimension genrée (cǯestǦàǦdire sexuée) des voix mises en scène dans ces textes ǣ Ǽ Par ailleurs ce Dzje qui parledzǡ présent ou lointainǡ peut être fémininǡ masculin ou indifférenciéǡ et cette question du genre – éminemment dǯactualité – révèle des enjeux idéologiques et 4 sociologiques au sein du texte et dans son auǦdelà ǽ Ǥ
Eninǡ dès 2006ǡ le quaranteǦneuvième volume de la revueTextuelǡ intitulé Ǽ La discorde des deux langages ǣ représentations des discours masculins et féminins du Moyen Âge à lǯâge classique ǽ offrait un Ǽ ensemble dǯétudes sur la représentationǡ parfois opposéeǡ souvent contrastéeǡ des discours masculins et féminins dans des textes littérairesǤ ǽ (Liaroutzos et Paupert 2006 ǣ 9)Ǥ Dans lǯAvantǦpropos de ce numéroǡ AǤ Paupert notait lǯaltérité de la parole au féminin Ǣ dans la lignée de BǤ Cerquiglini (1986)ǡ elle se demandait à la fois sǯil existait des éléments formels récurrents de discours au féminin dans différents genres littérairesǡ dans des textes qui pouvaient être composés par des auteurs masculins ou par des auteures fémininesǡ mais aussi si lǯon pouvait en fait Ǽ rapprocher des textes écrits par des femmes et des textes écrits par des hommes faisant parler des femmes ǽ (Liaroutzos et Paupert 2006 ǣ 12)Ǥ
On voit donc que les notions de genre littéraire et de genre sexué sont au cœur des rélexions sur le discours rapporté tout comme elles sont bien sûr 5 au cœur des discussions sur la littérature médiévale en généralǤ Le présent volume envisage des corpus et des époques très divers Ǣ il ne sǯen tient pas
4
5
Voir notamment les articles de MǤ Grifinǡ SǤ Marnetteǡ JǤ Mortonǡ et HǤ Swift dans ce même numéroǤ On notera que la notion de genre littéraire médiéval longtemps considérée comme allant de soi fut fortement remise en question par des médiévistes comme PǤ Zumthor (1972) avant de revenir sur le devant de la scène mais cette fois en étant fortement problématisée par exemple dans les travaux de SǤ Gaunt (1995) ou SǤ Kay (1995)ǡ qui sǯintéressent par ailleurs aussi à l’articulation degender(genre sexué) etgenreen littérature médiévaleǤ
uniquement à la littérature mais inclut également un examen de la langue administrative (AǤ WirthǦJaillard)Ǥ La plupart des articles furent lǯobjet de communication au cinquième colloque de CiǦdit mentionné ciǦdessusǡ dont deux conférences plénières (YǤ FoehrǦJanssens et CǤ Franzén)Ǥ Sǯy sont ajoutés les articles de MǤ SaizǦSánchez et de PǤ Souleauǡ qui ne participèrent pas au colloque mais dont les travaux questionnent les mêmes thèmesǤ
Corinne Denoyelle examine les polylogues masculins et polylogues féminins dans la littérature médiévaleǤ Contrairement aux formes traditionnelles et masculines du conseil féodalǡ les quelques scènes qui présentent des débats entre plusieurs femmes sont peu nombreuses mais particulièrement intéressantes en ce quǯelles imitent les structures masculines en les travestissantǤ Lǯarticle observe les représentations que ces polylogues féminins donnent de lǯautoritéǡ de la parole et de lǯécoute fémininesǤ Si les dialogues féminins utilisent les mêmes modèles de dialogues que leurs homologues masculinsǡ le statut précaire de leur énonciation reste soumis à la contrainte de la parole masculine ǣ limitée au domaine de la casuistique amoureuseǡ la parole féminine est toujours contestable et semble tout au plus constituer une plaisante parenthèse où des structures typiquement masculines sont inverséesǤ
Yasmina FoehrǦJanssens interroge les effets de sens induits par la (re) production du discours féminin dans la première partie duLancelot en prosequi donne accès à ce qui a pu être un premierLancelotnon cycliqueǤ Elle montre que contrairement à dǯautres romans en prose comme par exemple leMerlinde Robert de Boronǡ la parole féminineǡ loin de se cantonner à la lamentation et à lǯexpression de lǯobéissance et de la soumissionǡ prend souvent la forme dǯune leçonǤ Il nǯest pas rare quǯelle manifeste une autorité moraleǡ voire même politique et elle en vient aussi à assumer de manière éclatante la programmation de la narrationǤ La force persuasive et performative du discours féminin apparaît dans toute son ampleurǡ alors que les analyses des personnages féminins dans ce roman ont généralement tendance à souligner le peu de marge de manœuvre qui est laissé aux igures de femmes en ce qui concerne lǯaction romanesqueǤ Cette opposition entre faits et dits permet donc de relativiser la réputation de passivité qui sǯattache habituellement aux igures féminines duLancelotǡ ce qui permettrait même de demanderǡ en inversant lǯordre de précellence habituel entre parole et actionǡ si les actions des héros et de Lancelot en particulier ne sont pas en réalité des effets des projections discursives des dames et des demoisellesǤ
Carin Franzén considère que la position féminine textuelle pendant le Moyen Âge nǯest pas entièrement le produit dǯune hégémonie culturelle masculineǡ pas plus quǯelle nǯest tout à fait exclue de celleǦciǡ mais quǯelle est constitutive du jeu complexe et instable que met en œuvre chaque discoursǤ Elle explore leLivre de la Cité des DamesChristine de Pisan (1405)ǡ et de souligne les contraintes et les possibilités du monde de discours de son
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.