//img.uscri.be/pth/e83e3b8976b5e9637e65846394fa11c42cb915fa
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Genre, politiques sociales et citoyenneté

De
255 pages
Comment les rapports sociaux de sexe éclairent-ils les recompositions de la citoyenneté et leurs enjeux ? ce numéro interroge dans cette perspective la démocratie au masculin et la citoyenneté sociale et politique des femmes, à la lumière des changements intervenus tant en France que dans divers pays étrangers.
Voir plus Voir moins

Cahiers du Genre
hors-série 2011
Genre,
politiques sociales
et citoyenneté
Coordonné par
Bérengère Marques-Pereira et Roland Pfefferkorn



Ce numéro a été publié avec le concours
du Centre national de la recherche scientifique
du Centre national du livre
du Centre de recherches sociologiques et politiques de
Paris (CRESPPA), équipe Genre, travail, mobilités
(GTM, CNRS – universités Paris 8 et Paris 10)
xxxDirectrice de publication
Anne-Marie Devreux
Secrétaire de rédaction
Danièle Senotier
Comité de rédaction
Sandrine Dauphin, Anne-Marie Devreux,
Dominique Fougeyrollas-Schwebel
Helena Hirata, Danièle Senotier
Comité de lecture
Madeleine Akrich, Béatrice Appay, Isabelle Bertaux-Wiame,
José Calderón, Danielle Chabaud-Rychter, Isabelle Clair,
Virginie Descoutures, Jules Falquet, Estelle Ferrarese, Maxime Forest,
Nacira Guénif-Souilamas, Jacqueline Heinen (directrice de 1997 à 2008),
Danièle Kergoat, Bruno Lautier, Éléonore Lépinard, Ilana Löwy,
Hélène Yvonne Meynaud, Pascale Molinier, Delphine Naudier,
Roland Pfefferkorn, Wilfried Rault, Rebecca Rogers,
Josette Trat, Pierre Tripier, Eleni Varikas
Comité scientifique
Christian Baudelot, Alain Bihr, Françoise Collin,
Christophe Dejours, Annie Fouquet, Geneviève Fraisse,
Maurice Godelier, Monique Haicault, Françoise Héritier,
Jean-Claude Kaufmann, Christiane Klapisch-Zuber,
Nicole-Claude Mathieu, Michelle Perrot, Serge Volkoff
Correspondant·e·s à l’étranger
Carme Alemany Gómez (Espagne), Boel Berner (Suède),
Paola Cappellin-Giuliani (Brésil),
Cynthia Cockburn (Grande-Bretagne), Alisa Del Re (Italie),
Virgínia Ferreira (Portugal), Ute Gerhard (Allemagne),
Jane Jenson (Canada), Diane Lamoureux (Canada)
Sara Lara (Mexique), Bérengère Marques-Pereira (Belgique),
Andjelka Milic (Serbie), Machiko Osawa (Japon),
Renata Siemienska (Pologne), Birte Siim (Danemark),
Fatou Sow (Sénégal), Angelo Soares (Canada),
Diane Tremblay (Canada), Louise Vandelac (Canada),
Katia Vladimirova (Bulgarie)
Abonnements et ventes
Les demandes d’abonnement sont à adresser à L’Harmattan.
Voir conditions à la rubrique « Abonnements » en fin de volume
© L’Harmattan, 2011
5, rue de l’École Polytechnique, 75005 Paris
ISBN : 978-2-296-13979-4
EAN : 9782296139794
ISSN : 1165-3558
Couverture © Pilar : Vertiges n° 6 (2003)
http://www.pilar-dubreuil.com
Site Internet : http://cahiers_du_genre.pouchet.cnrs.fr/Cahiers du Genre, hors-série 2011
Sommaire
Dossier Genre, politiques sociales et citoyenneté
5 Bérengère Marques-Pereira et Roland Pfefferkorn
Genre, politiques sociales et citoyenneté : enjeux et recompositions
(Introduction)
21 Jane Jenson
Politiques publiques et investissement social : quelles consé-
quences pour la citoyenneté sociale des femmes ?
45 Ute Gerhard
Mouvements féministes et citoyenneté en Allemagne
71 Birte Siim
Citoyenneté, genre et diversité
91 Alisa Del Re
Femmes et partis politiques en Italie et en Europe : la démocratie
au masculin
115 Bérengère Marques-Pereira
De la féminisation des démocraties au genre comme ressource
politique. Le cas chilien
135 Françoise Gaspard
Du patriarcat au fratriarcat. La parité comme nouvel horizon du
féminisme
157 Marylène Lieber
Ce qui compte et ce qui ne compte pas : usages des statistiques et
violences faites aux femmes
179 Jacqueline Heinen
Genre, citoyenneté, politiques sociales : apports et apories des
comparaisons internationales (entretien réalisé par Roland
Pfefferkorn)
Hors-champ
199 Asuncion Fresnoza-Flot
Le vécu masculin de la migration des femmes : le cas des maris
philippins restés au pays Cahiers du Genre, hors-série 2011
219 Notes de lecture
— Andrea Fischer-Tahir. Brave Men, Pretty Women? Gender
and Symbolic Violence in Iraqi Kurdish Urban Society (Hamit
Bozarslan) — Audrey Lasserre et Anne Simon (eds). Nomadismes
des romancières contemporaines de langue française (Lori Saint-
Martin) — Martine Court. Corps de fille, corps de garçon : une
construction sociale (Nicolas Divert) — Magdalena Rosende et
Natalie Benelli (eds). Laboratoires du travail (Danièle Kergoat)
235 Abstracts
239 Resúmenes
243 Auteur·e·s
247 Les Cahiers du Genre ont reçu Cahiers du Genre, hors-série 2011
Genre, politiques sociales et citoyenneté :
enjeux et recompositions
Introduction
Ce numéro des Cahiers du Genre rassemble les principales
contributions présentées en septembre 2009 à Paris lors de la
journée d’études internationale : Genre, politiques sociales,
citoyenneté. Cette journée avait pour ambition d’apporter un
éclairage nouveau sur les politiques sociales mises en œuvre
edans divers pays européens à l’aube du XXI siècle, et de ré-
interroger, à la lumière des changements intervenus, la notion de
citoyenneté sociale et politique des femmes. Elle a été organisée en
hommage à Jacqueline Heinen, professeure émérite de socio-
logie à l’Université de Versailles – Saint-Quentin en Yvelines,
spécialiste des politiques sociales et familiales en Europe et des
questions liées au genre et à la citoyenneté, et qui a assuré la
direction des Cahiers du Genre depuis sa publication par
l’Harmattan en 1997 jusqu’en 2008.
La question du ‘sexe des politiques sociales’ a été examinée
1dès le début des années 1990 . Dans le cadre du réseau inter-
national « État et rapports sociaux de sexe », des chercheuses
appartenant à plusieurs disciplines ont interrogé les concep-
tualisations gender blinded de spécialistes reconnus travaillant
sur la citoyenneté comme Thomas Humphrey Marshall (1950), ou

1 Voir par exemple l’un des ouvrages fondateurs, en France, de ce champ de
recherche ouvert par le réseau international « État et rapports sociaux de sexe » :
Le sexe des politiques sociales, dirigé par Arlette Gautier et Jacqueline Heinen
(1993).6 Bérengère Marques-Pereira et Roland Pfefferkorn
sur l’État-Providence comme Gøsta Esping-Andersen (1990).
Elles ont montré le caractère heuristique d’une analyse genrée
de l’État et de ses politiques. L’impact de ces dernières sur les
rapports sociaux de sexe et sur le rapport privé/public a été ana-
lysé en s’appuyant sur des enquêtes menées dans des pays très
contrastés du point de vue de l’élaboration et de l’application
tant des politiques sociales que familiales. Des approches théo-
riques différentes et souvent contradictoires ont tenté de saisir et
d’analyser des orientations étatiques divergentes : par exemple,
les politiques publiques de type universaliste et égalitaire qui
caractérisent les pays nordiques ou, à l’opposé, les politiques
fondées sur l’assistance comme celles prévalant au Royaume-
Uni (Heinen 2000, p. 147-148) ; ou les remises en cause de
l’État-providence et l’essor du travail du care et des ‘services à
la personne’ à l’Ouest, la mise à mal des politiques sociales à
l’Est, avec la diminution du montant des allocations, la réduc-
tion des congés parentaux ou la diminution du nombre de places
dans les structures de garde des jeunes enfants.
La reconnaissance des femmes comme sujets, au-delà des
rôles assignés ou des identités prescrites (tels que mères et
épouses), est centrale dans la perspective d’une citoyenneté
sociale et politique. En symbolisant le privé-domestique au sein
de la division du travail entre les hommes et les femmes, ces
dernières ont longtemps été exclues des grands symboles de
l’individuation, l’échange monétaire, l’échange contractuel et
2l’échange discursif : la monnaie comme moyen de paiement
permettant à l’individu de se libérer de toute dette économique
ou sociale ; le droit dont les formes démocratiques (liberté et
égalité) définissent l’individu comme citoyen libéré des assujet-
tissements tutélaires ; enfin, la discursivité, comme système de
communication permettant à l’individu d’exister dans l’espace
public en tant que sujet politique. Pour les femmes, cette
dynamique est passée par leur dissociation d’avec la figure de la
mère et par la libre disposition de soi, ce qui a supposé une série
de réformes législatives telles que la fin de l’autorité maritale et
paternelle, la libre disposition des biens propres et des fruits de

2 Les développements sur la citoyenneté et la dynamique d’individuation des
femmes sont inspirés de l’ouvrage de Bérengère Marques-Pereira, 2003. Genre, politiques sociales et citoyenneté... (Introduction) 7
leur travail, le droit au divorce, la liberté de passer des contrats,
la capacité d’ester en justice ainsi que la libre disposition de
leur corps — que ce soit à travers la liberté reproductive ou la
lutte contre la violence physique dont elles peuvent être l’objet
de la part des hommes (Jenson 1996). En matière de reconnais-
sance de l’égalité entre femmes et hommes, la Convention sur
l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard
des femmes (CEDAW sous son sigle anglais, signée par
l’Assemblée générale des Nations unies en 1979) a constitué un
jalon majeur. De tels acquis ont été rendus possibles à travers un
processus de construction d’un sujet politique visant à trans-
former en chose publique ce qui était auparavant vécu comme
privé. Tel fut le sens des luttes féministes en faveur de l’accès
au savoir, aux métiers et professions à égalité avec les hommes,
des luttes suffragistes en faveur du droit de vote des femmes et
d’un suffrage réellement universel, des luttes paritaires en
faveur d’un droit effectif à l’éligibilité des femmes, des luttes en
faveur de la liberté reproductive, la libre disposition de soi.
Cette dynamique de subjectivation politique et sociale repose
sur un processus collectif qui passe par la construction d’une
autonomie fondée sur l’émancipation des différentes formes de
tutelle maritale, paternelle et masculine — émancipation qui
laisse chaque femme libre de s’investir dans des groupes et des
institutions sociales et politiques. Ainsi, la capacité des femmes
à peser sur les rapports de force dans l’espace public est-elle
devenue concevable et possible. À cet égard, soulignons l’impor-
tance d’une inclusion ‘par le haut’, sise dans la représentation
politique, et ‘par le bas’, sise dans les associations volontaires
de la société civile, car la citoyenneté n’est pas seulement une
médiation verticale entre l’État et l’individu, mais aussi une
médiation horizontale entre les individus eux-mêmes. C’est à
leur intersection que peut émerger et se développer ce que les
anglophones nomment l’empowerment (Marques-Pereira, Siim
2002).
Cette approche de la citoyenneté nous incite à considérer
qu’au plan méthodologique, il importe d’appréhender les poli-
tiques publiques et les mouvements sociaux ou les associations
de la société civile, comme deux champs de recherche non pas
séparés, mais en perspective l’un avec l’autre. Dès les années 8 Bérengère Marques-Pereira et Roland Pfefferkorn
1980, des sociologues et des politologues ont ouvert un champ
de recherche à part entière en examinant la citoyenneté sociale
sous l’angle à la fois des politiques publiques genrées mises en
place par les États (politiques sociales, politiques de contrôle de
la sexualité, politiques de régulation du travail des femmes,
politiques familiales) et des incidences des mobilisations fémi-
nines et féministes sur la formulation et la mise en œuvre de ces
politiques (Gautier, Heinen 1993 ; Del Re, Heinen 1996). À
partir des années 1990, la citoyenneté politique a été cernée
sous l’angle d’une représentation politique visant l’égalité des
femmes et des hommes (mesures et lois de quotas et de parité
selon les pays) dans leurs liens avec des politiques publiques
implicitement ou explicitement genrées et mises en perspective
avec différentes associations de la société civile ou mobilisations
3sociales .
Ce numéro des Cahiers du Genre aborde quatre enjeux
majeurs des recompositions actuelles de la citoyenneté au
regard des rapports sociaux de sexe : la représentation des
intérêts et des identités, les politiques publiques, le mouvement
féministe et le sentiment d’appartenance à la communauté
nationale. Le premier enjeu est appréhendé sous l’angle de
l’exercice de la citoyenneté politique. Françoise Gaspard
s’attache à la question de la parité comme nouvel horizon du
féminisme, Alisa Del Re cerne la responsabilité des partis poli-
tiques en Italie et en Europe dans le développement d’une
démocratie au masculin, Bérengère Marques-Pereira porte son
attention à l’autre continent occidental, l’Amérique latine, et le
Chili en particulier, pour montrer comment le genre devient une
ressource politique. Ces trois études examinent, chacune à sa
manière, les mécanismes qui favorisent la féminisation des ins-
tances de décision politique ou qui y font obstacle. Le deuxième
enjeu a trait aux politiques publiques : Jane Jenson examine une
tendance actuelle des politiques sociales, celle de l’investisse-
ment social, tandis que Marylène Lieber prend en considération

3 La recherche internationale dirigée par Jacqueline Heinen, assistée par
Marylène Lieber, sur Genre et gestion locale du changement dans sept pays
ede l’Union européenne, dans le cadre du 5 programme cadre de la
Commission européenne, 2004, inaugure ce champ de recherche au niveau
local : http://webappl.web.sh.se/genreetlocal. Genre, politiques sociales et citoyenneté... (Introduction) 9
une politique publique moins souvent étudiée sous l’angle des
rapports sociaux de sexe : les politiques de sécurité en France et
les violences faites aux femmes dans l’espace public. Ces deux
analyses mettent en lumière les effets d’occultation de l’égalité
des sexes par des politiques publiques qui se prétendent atten-
tives au genre. Quant au féminisme, allemand en particulier, il
est cerné par Ute Gerhard qui met en lumière les ‘ondes
longues’ de ce mouvement ainsi que les revendications et les
répertoires d’action qui ont structuré la seconde vague du
féminisme. Ce faisant, elle met en relief la politisation du privé
et plus particulièrement du corporel. Le quatrième enjeu, le
sentiment d’appartenance à la communauté nationale est envi-
sagé par Birte Siim. Elle étudie la manière dont différents pays
européens ont posé les termes du débat sur le voile islamique à
l’intersection des catégories de genre, d’ethnie et de religion, en
soulignant l’importance de deux tensions, d’une part, entre éga-
lité et diversité, et d’autre part, entre national et international.
eEn ce début du XXI siècle, la citoyenneté est un concept à la
fois contesté et omniprésent. Les discours publics et politiques
tout comme les débats intellectuels et scientifiques ne cessent de
mobiliser des notions telles que nouvelle citoyenneté, citoyenneté
sociale et politique, citoyenneté pluraliste, citoyenneté multi-
culturelle, citoyenneté paritaire, citoyenneté transnationale,
citoyenneté post-nationale. Une chose est certaine : la citoyen-
neté ne se laisse plus enfermer dans les cadres des traditions
républicaine et libérale. Les mutations contemporaines, qu’elles
soient économiques, sociales, culturelles ou politiques, mettent
en cause l’unicité et l’indivisibilité d’une citoyenneté fondée sur
la seule logique nationale-étatique. Rien d’étonnant à cela.
Depuis la décennie 1980 et la chute du mur de Berlin, une
recomposition majeure des multiples rapports de force s’est
déployée à la faveur des transitions de l’État social en Europe
occidentale et dans les Amériques, des transitions à l’économie
de marché en Europe de l’Est et centrale, des transitions à la
démocratie libérale en Amérique latine, des migrations du Sud
et de l’Est vers le Nord et l’Ouest. Autant de dynamiques qui
s’insèrent dans une mondialisation capitaliste face à laquelle les
États n’ont plus de prédominance absolue et évidente sur leur 10 Bérengère Marques-Pereira et Roland Pfefferkorn
territoire national et en matière de relations internationales, ni
sur leurs pouvoirs régaliens et sociaux.
Comme dans les périodes antérieures de restructuration des
rapports de force, les questions de savoir qui peut être citoyen et
quels sont les droits et devoirs de citoyenneté se posent à
nouveau, en faisant, cette fois, émerger un défi majeur :
jusqu’où va se différencier la citoyenneté ? La communauté
politique est-elle encore possible, dès lors que la citoyenneté se
fragmente ? La diversité culturelle, les rapports sociaux de sexe,
les inégalités sociales et la participation démocratique défient
les fondements de la citoyenneté étatique-nationale. En même
temps, l’égalité des sexes peut être proclamée dans les
Constitutions, les lois électorales et les partis, tout en étant
transgressée par les acteurs d’une démocratie encore souvent
monosexuée et masculine. Les cheminements internationaux
vers la parité peuvent déboucher sur des réformes que les partis
n’ont de cesse de contourner, comme l’illustre le cas français,
ou sur des refus de réformes comme le montre le cas italien. Les
analyses de Françoise Gaspard et d’Alisa Del Re mettent ces
phénomènes en relief. Cependant, comme le rappelle Bérengère
Marques-Pereira, le cas latino-américain, et chilien en particulier,
permet de souligner qu’une féminisation réelle des instances
électives et exécutives peut aussi déboucher sur un usage du
genre comme une ressource stratégique qui n’est toutefois pas
exempte d’ambiguïtés. Ces passages à l’égalité en politique ne
montrent-ils pas combien la démocratie demeure incertaine au
regard de la citoyenneté politique des femmes ?
En outre, l’égalité des sexes peut être occultée, voire niée dans
les politiques publiques. La conscience de genre peut s’avérer
bien obscure pour les acteurs qui entendent mettre en place des
politiques sociales qui ne réduisent pas les femmes à leur rôle
de mère et qui n’ignorent pas que les travailleuses demeurent en
butte à de multiples discriminations sur le marché du travail. La
sensibilité au genre est également bien insuffisante pour insti-
tuer de véritables politiques de sécurité ciblées sur les violences
faites aux femmes dans l’espace public. Ne sont-ce pas là des
formes insidieuses de ce que les anglophones nomment le
backlash et qui vident de sa substance une citoyenneté sociale à
part entière pour les femmes ? Telle est la question qui émerge Genre, politiques sociales et citoyenneté... (Introduction) 11
des contributions de Jane Jenson et Marylène Lieber. Face aux
multiples recompositions de la citoyenneté politique et sociale,
le féminisme est confronté à des défis majeurs. La parité et la
‘diversité’ culturelle représentent aujourd’hui des enjeux
comparables à la politisation du privé, du corporel et du domes-
tique lors de la deuxième vague du féminisme. Au Nord comme
au Sud, à l’Ouest comme à l’Est, la réception institutionnelle du
genre renvoie à l’institutionnalisation de la notion de genre et
des rapports sociaux de sexe au sein des structures de l’autorité
politique, que ce soit au niveau étatique, au niveau infra-
(régions, villes) ou supra-étatique (continental, mondial) ou
encore au niveau supranational. La réception institutionnelle du
genre peut être souvent interprétée comme le résultat d’une pro-
fessionnalisation de plus en plus importante des mouvements de
femmes et des mouvements féministes qui se sont largement
institutionnalisés en groupes, associations, organisations non
gouvernementales (ONG), réseaux et centres d’études. Elle est
également le fruit de l’expertise de genre incorporée dans
l’élaboration et la mise en œuvre de politiques publiques.
L’article de Jane Jenson qui ouvre le numéro étudie les poli-
tiques publiques, et plus particulièrement les politiques sociales,
mises en œuvre dès la fin des années 1990. Elle y décèle une
« attention nouvelle portée au genre » qu’on retrouve dans les
analyses théoriques produites par certains experts inter-
nationaux, comme par exemple Esping-Andersen. Après avoir
oublié d’évoquer, dans ses premiers travaux sur les politiques
sociales et la citoyenneté, les inégalités hommes/femmes, leur
construction sociale, ou encore l’économie de la famille, ce dernier
défend désormais un « nouveau contrat de genre » s’inscrivant
dans le cadre de nouvelles politiques sociales. La participation
des femmes à la vie économique et sociale est désormais
valorisée, et ces politiques préconisent la ‘conciliation’ de la vie
professionnelle et de la vie familiale (Heinen, Hirata, Pfefferkorn
2009). Les femmes sont désormais l’objet des politiques publi-
ques mais elles ne sont pas pour autant inscrites, à égalité, dans
la citoyenneté sociale et politique.
Sur ce point, ces politiques prennent le contre-pied des poli-
tiques sociales d’inspiration keynésienne comme des politiques
néolibérales qui avaient abandonné toute notion de responsa-12 Bérengère Marques-Pereira et Roland Pfefferkorn
bilité collective en matière d’égalité. La spécialiste canadienne
propose une analyse critique de ce tournant dans son article.
Ces nouvelles politiques mettent désormais l’accent sur
l’ « investissement social » et préconisent à cette fin la mise en
place de nouveaux services de prise en charge des enfants,
accessibles financièrement et de qualité, ou de nouvelles allo-
cations. Cependant, si ces politiques cherchent à ‘moderniser’
les régimes de protection sociale après les échecs des politiques
néolibérales dans ce domaine, elles écartent soigneusement les
revendications féministes élaborées par les mouvements de
femmes. Ces politiques sociales sont peut-être pénétrées par une
certaine ‘conscience du genre’ et s’intéressent à la situation des
femmes, au care et aux transformations des structures familiales,
mais elles ne s’inscrivent pas pour autant dans la promotion de
l’égalité entre femmes et hommes dans la sphère de la citoyen-
neté sociale. En d’autres termes, une action effective en faveur
de l’égalité des sexes implique un mouvement revendicatif spé-
cifique des femmes.
Ute Gerhard rappelle à ce propos le rôle historique joué par
le mouvement des femmes quant aux changements intervenus
dans les rapports sociaux de sexe : dès la Révolution française il
transcendait les frontières nationales. Pour sa part, le mouve-
ment des femmes allemand, et notamment ouest-allemand né
dans les années 1970, se définissait — davantage encore que
dans d’autres pays — comme un ‘mouvement à la base’ se
composant d’un réseau de groupes, de projets et de rencontres.
Cette forme lâche d’organisation était à la fois une force et une
faiblesse : une force, parce que le mouvement, politiquement
indépendant, offrait un espace à la diversité des initiatives ; une
faiblesse aussi, car le principe d’autonomie ne lui permettait pas
toujours d’atteindre ses objectifs. Mais c’est parce qu’a existé un
mouvement collectif de refus du rôle sexué assigné aux femmes que
des perspectives et des libertés nouvelles s’ouvrent aux géné-
rations actuelles. L’auteure souligne par ailleurs l’importance de
la réunification de 1989 entre l’Allemagne de l’Ouest et
l’Allemagne de l’Est, et la nouvelle configuration qui en résulte.
Ce tournant majeur a en effet changé la donne, pour les femmes
et pour les politiques de genre à l’œuvre, comme pour le fémi-
nisme en tant que mouvement et en tant que théorie critique. Genre, politiques sociales et citoyenneté... (Introduction) 13
Depuis 1989, des féministes occidentales déplorent parfois un
recul, voire la fin du ‘nouveau’ féminisme. Cependant, dès les
années 1990, à l’échelle locale ou globale et indépendamment
des courants occidentaux, des mouvements de femmes et des
initiatives féministes, qualifiés de ‘féminisme de la troisième
vague’, ont pris ancrage dans les Conférences mondiales de
femmes organisées par les Nations unies à partir de 1975.
Malgré leurs limites, ces rencontres ont permis de constituer
une plate-forme revendicative pour les femmes et contribué à
leur mise en réseau international. L’attention nouvelle au thème
des ‘droits humains des femmes’ et la reconnaissance de la
discrimination que constituent les violences sexistes à leur
encontre dans la plate-forme de Pékin en 1995 ont permis de
souligner l’importance particulière de l’oppression dans la sphère
privée. L’affirmation que les droits de l’homme sont aussi les
droits des femmes renoue ainsi avec la promesse de liberté et
d’égalité de tous les êtres humains, telle que pouvait la formuler
dès 1876 Hedwig Dohm quand elle écrivait : « Les droits
humains n’ont pas de sexe ». Ces droits doivent sans cesse être
défendus et reconquis. L’histoire des mouvements de femmes
est, en effet, « une histoire de piétinements et d’échecs répétés,
mais aussi de courageux recommencements ».
Birte Siim montre, dans sa contribution, que les stratégies
adoptées par les États-nations pour s’adapter à la diversité
culturelle et religieuse diffèrent selon les traditions, les institu-
tions et les cultures politiques nationales malgré les similitudes
pouvant exister dans les débats publics. En s’appuyant sur les
données empiriques rassemblées dans le cadre d’un programme
de recherche européen centré sur le port du voile islamique, elle
montre que la manière dont le voile est présenté dans les débats
publics en Europe emprunte largement à deux rhétoriques : celle
de l’égalité des sexes et celle de la spécificité culturelle. Le
voile est très souvent perçu comme une menace pour les valeurs
dominantes de l’égalité hommes-femmes. Le cas danois privilé-
gié par l’auteure offre aux lecteurs et lectrices le paradoxe d’un
débat médiatique exacerbé, aboutissant cependant à une légis-
lation tolérante sur le port du voile : la couverture médiatique a
accordé une large place aux arguments de l’extrême droite, mais 14 Bérengère Marques-Pereira et Roland Pfefferkorn
la capacité de ce courant à influencer la législation sur le port du
voile est restée limitée.
L’intérêt de la réflexion de Birte Siim est de croiser la ques-
tion du genre avec le thème de la diversité raciale, ethno-
culturelle et religieuse. La manière dont le problème est
construit influe fortement sur les solutions qui y sont apportées.
Les conflits qui opposent les principes d’égalité et de justice, par
exemple le principe de l’égalité des sexes et la reconnaissance
des minorités religieuses et culturelles, se conjuguent différem-
ment selon les contextes — parfois dans un sens favorable à
l’inclusion, d’autres fois dans un sens opposé conduisant à
l’exclusion de certains groupes. Le cadre de la citoyenneté
mérite donc d’être reconsidéré en tenant compte à la fois de la
défense de l’égalité des sexes et des revendications en faveur de
l’égalité « ethnique et religieuse ». Le croisement entre genre,
ethnicité et religion varie dans les débats européens sur le foulard
islamique (où la prise en compte du genre s’avère limitée), ainsi
que dans les réglementations tributaires d’histoires spécifiques,
quant aux rapports entre Église et État et suivant le type de poli-
tique migratoire. La majorité des huit pays européens étudiés
ont adopté des approches plutôt conciliantes — l’interdiction
totale ou partielle s’expliquant par une interprétation stricte de
la laïcité, qui fait figure d’exception.
Alisa del Re centre sa réflexion sur la faible présence des
femmes dans la sphère politique et, plus largement, sur
l’inégalité des sexes en politique, car l’entrée des femmes dans
les lieux de prise de décision politique a été lente et restrictive
dans la quasi-totalité des pays européens. S’appuyant sur le cas
italien, elle élargit son propos à l’ensemble des pays européens.
La discrimination de sexe en politique a, certes, le plus souvent
été rejetée explicitement par les diverses Constitutions, mais elle
a été plus rarement combattue dans les faits. La faible présence
edes femmes parmi les élus est paradoxale, en ce début du XXI
siècle, dans la mesure où elles sont largement présentes dans la
vie professionnelle et dans les mouvements sociaux. Le droit
des femmes d’être élues continue à se heurter aux jugements
dépréciatifs (sur la compétence, l’opportunité, le désir, etc.)
émanant des structures des partis. Celles-ci détiennent le mono-Genre, politiques sociales et citoyenneté... (Introduction) 15
pole de l’organisation du vote et des candidatures, mais restent
des instances masculines.
eLes partis politiques sont en effet nés masculins au XIX
siècle, quand les femmes étaient à la fois cantonnées dans la
sphère privée (et par conséquent largement exclues de la sphère
publique dans son ensemble) et exclues du suffrage. En outre, la
division sexuelle du travail attribuait systématiquement aux
hommes certains emplois socialement valorisés. Le fonctionne-
ment du monde politique s’inscrit dans cette division sexuée
entre public et privé qui continue de facto à être considérée
comme allant de soi. La genèse des partis a contribué à
légitimer, dans les représentations, l’idée que la classe politique
est composée d’hommes et ce, d’autant plus que les rares
femmes qui y ont trouvé une place constituent des exceptions,
fréquemment associées à l’autre sexe. Les mesures d’action
positive ne sont adoptées le plus souvent qu’avec réticence, les
grands principes d’égalité des sexes inscrits dans les
Constitutions étant le plus souvent bafoués dans la mise en
œuvre des lois électorales. Et comme l’observe Alisa del Re,
« quand la parité est imposée par la loi, elle prend souvent les
partis au dépourvu » et l’instauration de quotas crée des conflits
au sein des partis quand il s’agit de faire place aux femmes.
Dans sa contribution centrée sur le Chili depuis la fin de la
dictature, Bérengère Marques-Pereira s’intéresse à la présence
et à l’expression des femmes quant à la politique institution-
nelle. Des agences étatiques consacrées à la promotion des
droits des femmes et des plans d’action d’égalité des chances en
matière civile, économique, sociale et politique ont été mis sur
pied. À la fin de la décennie 2000, on a aussi observé dans ce
pays une féminisation sensible des fonctions législatives et
exécutives, conjointement à la professionnalisation des groupes
féministes centrés sur l’affirmation des droits des femmes. Dès
les années 1990, ils ont pris de nouvelles formes organisation-
nelles (ONG, fondations, associations, centres d’études et de
formation, etc.) allant de pair avec la transformation d’un fémi-
nisme de nature protestataire en un féminisme centré sur la
coopération et la négociation avec l’État. Par ailleurs, la per-
sonne de Michelle Bachelet, d’abord ministre de la Défense,
puis élue Présidente du pays, a ouvert une brèche dans les 16 Bérengère Marques-Pereira et Roland Pfefferkorn
représentations traditionnelles concernant les femmes (mères et
victimes). On serait aujourd’hui en présence d’une double
figure : celle — davantage portée par les classes moyennes —
de la mère managériale, assumant avec efficacité une multi-
plicité de rôles sociaux (privé et public, domestique, profession-
nel et politique), fondée sur un imaginaire qui affirme les droits
des sujets sociaux ; et celle — davantage présente dans les
classes populaires — de la femme victime de violences, qui
renvoie à un imaginaire de la souffrance.
Françoise Gaspard propose une réflexion sur le concept de
eparité « aussi subversif que l’a été celui d’égalité au XVIII
siècle ». La revendication paritaire avait, on s’en souvient,
provoqué une « furieuse dispute » parmi les féministes au cours
ede la dernière décennie du XX siècle. L’auteure s’intéresse
dans un premier temps à la genèse de cette revendication. Les
textes des organisations internationales — Nations unies,
4OCDE , Conseil de l’Europe, Union européenne — illustrent le
lent cheminement de l’exigence de la présence de femmes dans
les lieux de pouvoir, dont l’adoption de la CEDAW en 1979
constitue un moment-clé. Plus tard seulement, la revendication
de parité a été mise en avant par une partie du mouvement
féministe. Si, aujourd’hui, ce terme renvoie aux rapports
sociaux de sexe et pas seulement à la monnaie ou à la présence
équilibrée des partenaires sociaux, c’est que la revendication sur
la parité a imprégné le milieu des études féministes et a fini par
pénétrer dans les partis ou les syndicats, quelle que soit la
résistance de nombre de femmes dans les appareils. Des lois ont
été votées dans ce sens et les statistiques sexuées permettent de
rendre visible la sous-représentation des femmes. Mais si le
pourcentage des élues dans les assemblées parlementaires a
augmenté lentement par la suite, les exécutifs demeurent très
majoritairement masculins, au plan national comme au niveau
local. Un « fratriarcat » invisible mais puissant, un « pacte tacite
entre ‘frères’, à l’œuvre jusque dans les instances paritaires »
continue à freiner l’accès des femmes aux responsabilités.
Marylène Lieber cherche à comprendre pourquoi et comment
les violences faites aux femmes n’apparaissent que marginale-

4 Organisation de coopération et de développement économiques. Genre, politiques sociales et citoyenneté... (Introduction) 17
ment dans les politiques de sécurité. Examinant les statistiques
de police, elle constate que les agressions physiques et sexuelles
sont évacuées des résultats diffusés, tout comme les peurs
exprimées par les femmes d’être suivies, insultées ou l’objet
d’interpellations. Pourtant, les chiffres de la délinquance publiés
chaque année par le ministère de l’Intérieur pourraient donner à
voir une autre réalité de ces violences, tant au niveau national
qu’au niveau local. Les statistiques disponibles sont donc loin
d’être des productions neutres : elles concourent de manière
décisive à la « définition des problèmes sociaux légitimes ». En
mettant ainsi en lumière « ce qui compte et ce qui ne compte
pas », en soulignant la façon dont les chiffres de la criminalité
sont produits, la chercheuse rappelle le caractère arbitraire de la
production des chiffres qui servent à légitimer l’élaboration d’une
action publique largement aveugle à la dimension sexuée. Les
statistiques de criminalité construisent une réalité sociale partielle
et présentent les femmes comme ‘naturellement’ vulnérables,
révélant le caractère subjectif des données mobilisées. Les vio-
lences envers les femmes sont masquées et présentées comme
non prioritaires pour l’action publique, « assurant ainsi la non-
remise en question des rapports sociaux de sexe inégalitaires ».
Enfin, à partir de ses propres travaux de recherche menés au
cours des décennies écoulées, Jacqueline Heinen, dans un entre-
tien avec Roland Pfefferkorn, revient sur l’intérêt et les limites
des enquêtes comparatives internationales, et plus particuliè-
rement sur celles qui ont porté sur les politiques sociales dans
une perspective sexuée (Barbier, Letablier 2005 ; Heinen et al.
2009). Elles ont le mérite de révéler des similitudes ou des
différences, de mettre en lumière des particularités locales ou
nationales non perçues jusque-là, et surtout de faire surgir de
nouveaux questionnements. Grâce à leur dimension qualitative,
ces enquêtes mettent au jour la complexité des facteurs à
prendre en compte dans toute démarche comparative, ainsi que
l’importance d’une approche interdisciplinaire. En raison de
traditions de recherches différentes, le croisement de disciplines
implique en effet d’emblée des débats sur la méthode compa-
rative choisie et contribue à questionner la construction des
indicateurs. Trop souvent, dans nombre de travaux antérieurs, le
recours aux données quantitatives ne s’encombrait pas de 18 Bérengère Marques-Pereira et Roland Pfefferkorn
réflexions quant aux biais inhérents à l’usage des statistiques,
sans compter que les concepts et contextes mobilisés varient
fortement « d’un contexte à l’autre, d’une discipline à l’autre et
a fortiori d’un pays à l’autre ».
Que ce soit à propos des politiques sociales, de l’emploi, de
la famille, de la petite enfance ou des personnes âgées, les
configurations nationales ou locales varient fortement, la place
assignée aux femmes étant nettement différenciée. À noter qu’en
raison des histoires spécifiques à chaque société, les clivages
intereuropéens sont plus subtils que les traditionnelles opposi-
tions Est-Ouest ou Nord-Sud. À titre d’exemple, Jacqueline
Heinen rappelle à quel point l’Allemagne de l’Est et la Pologne,
quoique relevant durant plusieurs décennies d’un même cadre
systémique, étaient distinctes sur les questions de la garde des en-
fants et du travail des femmes en raison d’influences contras-
tées, tant sur le plan de la religion que des idées féministes.
L’article d’Asuncion Fesnoza-Flot, publié en hors-champ,
s’intéresse, dans le cadre de la migration vers la France de
femmes philippines, au vécu de leurs conjoints restés au pays
avec les enfants. Elle analyse comment le quotidien des maris
se trouve bouleversé par l’absence de leurs femmes.
En dépit de l’aide que la plupart — mais pas tous — reçoivent
des femmes de la famille étendue, ils vivent une remise en
cause de leur masculinité qui s’exprime, dans une société où les
rôles sexués restent fortement marqués, par le fait que leurs
femmes deviennent le principal soutien de la famille, tandis
qu’ils doivent endosser la responsabilité des soins et de
l’éducation aux enfants, du travail domestique, de la gestion du
quotidien. L’auteure montre que ce n’est pas tant le fait de
devoir prendre en charge la maison et la famille mais bien de ne
plus être le pourvoyeur de revenus du foyer qui est source de
souffrance pour ces hommes.
Bérengère Marques-Pereira et Roland Pfefferkorn Genre, politiques sociales et citoyenneté... (Introduction) 19
Références
Barbier Jean-Claude, Letablier Marie-Thérèse (eds) (2005). Politiques
sociales. Enjeux méthodologiques et épistémologiques des compa-
raisons internationales. Bruxelles, Peter Lang.
Del Re Alisa, Heinen Jacqueline (eds) (1996). Quelle citoyenneté pour
les femmes ? La crise des États-providence et de la représentation
politique en Europe. Paris, L’Harmattan « Bibliothèque du
féminisme ».
Dohm Hedwig (1876). Der Frauen Natur und Recht. Zur Frauenfrage
zwei Abhandlungen über Eigenschaften und Stimmrecht der Frauen.
Berlin, Wedekind & Schwieger.
Esping-Andersen Gøsta (1990). The Three Worlds of Welfare
Capitalism. Princeton, Princeton University Press.
Gautier Arlette, Heinen Jacqueline (eds) (1993). Le sexe des politiques
sociales. Paris, Côté-femmes.
Heinen Jacqueline (2000). « Politiques sociales et familiales ». In
Hirata Helena, Laborie Françoise, Le Doaré Hélène, Senotier
Danièle (eds). Dictionnaire critique du féminisme. Paris, PUF
e[2 éd. 2004].
Heinen Jacqueline, Hirata Helena, Pfefferkorn Roland (eds) (2009).
Introduction à « État / travail / famille : ‘conciliation’ ou conflit ? »
Cahiers du genre, n° 46.
Jenson Jane (1996). « La citoyenneté à part entière. Peut-elle exister ? »
In Del Re Alisa, Heinen Jacqueline (eds).
Marques-Pereira Bérengère (2003). La citoyenneté politique des
femmes. Paris, Armand Colin.
Marques-Pereira Bérengère, Siim Birte (2002). “Representation,
Agency and Empowerment”. In Hobson Barbara, Lewis Jane, Siim
Birte (eds). Contested Concepts in Gender and Social Politics.
Cheltenham, Northampton, Edward Elgar.
Marshall Thomas Humphrey (1950). Citizenship and Social Clas, and
other Essays. Cambridge, Cambridge University Press. Cahiers du Genre, hors-série 2011
Politiques publiques et investissement social :
quelles conséquences
pour la citoyenneté sociale des femmes ?
Jane Jenson
Résumé
Lancée au milieu des années 1990, l’approche d’investissement social
s’est étendue dans les pays de l’OCDE et en Amérique latine. Si depuis les
années 1960 les régimes de protection sociale avaient laissé, au nom de
l’égalité, une certaine place aux revendications des mouvements des femmes,
les politiques publiques valorisant l’investissement social en réduisent aujour-
d’hui l’importance, et ceci malgré le fait qu’une ‘sensibilité au genre’ fasse
partie de l’approche. Cet article démontre combien et comment les politiques
sociales valorisant l’investissement social, même pénétrées par une certaine
‘sensibilité au genre’, constituent une menace pour le projet féministe d’égalité
dans la citoyenneté sociale.
POLITIQUES PUBLIQUES — ÉGALITÉ DES SEXES — CITOYENNETÉ SOCIALE
— INVESTISSEMENT SOCIAL — CARE — CONCILIATION TRAVAIL/FAMILLE
Lancée au milieu des années 1990, l’approche dite
d’ ‘investissement social’ s’est étendue à la fois dans les pays de
1l’OCDE et dans certaines parties de l’Amérique latine, non sans
avoir eu une incidence sur la citoyenneté sociale en général, et sur
celle des femmes en particulier. En effet, si depuis les années
1960 les régimes de protection sociale avaient laissé, au nom de

1 Organisation de coopération et de développement économiques. 22 Jane Jenson
l’égalité, une certaine place aux revendications des mouvements
des femmes, les politiques publiques valorisant ‘l’investissement
social’ en réduisent aujourd’hui l’importance.
Cette réduction relève de l’ironie puisque, beaucoup plus que
dans les régimes de protection sociale antérieurs, les politiques
d’investissement social accordent une place centrale à la situa-
2tion des femmes, au care et aux transformations des structures
familiales, et plus particulièrement des familles monoparentales.
Ainsi, dans leur ouvrage publié en 2009, Investir dans le social,
Jacques Delors et Michel Dollé consacrent tout un chapitre à une
« politique familiale plus active », qui s’articule autour de la
question de l’emploi des femmes et de sa conciliation avec la vie
de famille. Plus remarquable encore est le revirement de Gøsta
Esping-Andersen : après avoir oublié d’évoquer, dans ses pre-
miers travaux sur les politiques sociales et la citoyenneté, les
inégalités structurelles hommes/femmes ou l’économie familiale
(Esping-Andersen 1990 ; Del Re, Heinen 1996) — s’attirant par là
même les critiques virulentes des féministes —, il défend désor-
mais un « nouveau contrat de genre » présenté comme nécessaire
pour la mise en place de véritables politiques sociales progres-
sistes (Esping-Andersen et al. 2002 ; Esping-Andersen, Palier
2008). Un troisième exemple nous vient d’Amérique latine, où les
prestations sociales conditionnées (conditionnal cash transfers)
sont devenues l’instrument privilégié de la politique sociale. Le
versement des prestations sociales aux plus pauvres y est, en
effet, conditionné à l’engagement des mères à veiller au suivi
médical et à la scolarisation de leurs enfants.
Ces nouvelles perspectives relèvent de la « sensibilité au
genre » (gender awareness) (Molyneux 2006). La notion
d’investissement social et les mesures qui lui sont associées sont
le produit des réflexions de communautés épistémiques compo-
sées d’experts des politiques sociales et de décideurs cherchant à
‘moderniser’ les régimes de protection sociale après les échecs
des politiques néolibérales. Il est à noter que les mouvements
des femmes sont, de manière significative, absents du débat.

2 Le mot care est passé dans la terminologie française, il recouvre les services à
la personne, soins et services, individuels ou assurés par la collectivité. (NDLT)Politiques publiques et investissement social... 23
Or le groupe de recherche « États et rapports sociaux de
sexe » a montré que les femmes n’avancent vers une citoyenneté
à part entière que lorsque leurs mouvements s’engagent activement
dans une dynamique revendicative (Gautier, Heinen 1993 ; Del
Re, Heinen 1996). Ainsi l’objectif de cet article est de se
demander si les politiques sociales valorisant l’investissement
social, même pénétrées par une certaine « sensibilité au genre »,
ne constituent pas une menace pour le projet féministe d’égalité
dans la citoyenneté sociale. Avant d’aborder plus en détail cette
question, nous présentons un bref tableau descriptif de l’approche
en termes d’investissement social.
Bref aperçu de la notion d’investissement social
L’approche des politiques publiques dite d’investissement
social vise explicitement à améliorer l’insertion sociale, à éviter
que la pauvreté ne se transmette d’une génération à l’autre et à
favoriser l’adaptation des populations aux exigences du marché
du travail contemporain. Si ces objectifs étaient atteints, les
individus et les familles deviendraient pleinement responsables de
leur bien-être puisque celui-ci reposerait sur un socle solide des
revenus de l’activité professionnelle et des échanges intra-
familiaux. L’approche vise également à faire face aux menaces
pesant sur les régimes de protection sociale en raison du vieil-
lissement de la population et de l’accroissement du taux de
dépendance. Dans cette perspective, le rôle de l’État est, dès
lors, de concevoir des interventions et des pratiques pour y
parvenir. En termes de politiques publiques, cela signifie
d’accorder une attention croissante aux enfants, au capital
humain et à l’activation par l’emploi.
Les fondements
Pour ses promoteurs, l’investissement social est composé de
trois éléments (Jenson, Saint Martin 2006) : la formation tout au
long de la vie ; la priorité donnée aux générations futures (avec
l’idée que les enfants d’aujourd’hui sont déjà en train de créer le
monde à venir) ; la conviction que la réussite individuelle enrichit
notre avenir commun et qu’ainsi, assurer le succès de l’individu
bénéficie à la communauté dans son ensemble, pour aujourd’hui 24 Jane Jenson
comme pour demain. L’intégration de ces trois principes dans
les politiques sociales a des conséquences sur les orientations
politiques et l’action de l’État.
Dans les États sociaux et keynésiens d’après-guerre, les
dirigeants considéraient que les dépenses gouvernementales en
matière sociale devaient à la fois permettre d’assurer la sécurité
et la protection sociales et stimuler la croissance économique en
période de récession et de chômage. En d’autres termes, les
dépenses sociales devaient soutenir autant l’économie que les
individus et les familles. Contrairement à cette perspective, les
politiques d’inspiration néolibérales, qui se sont développées dans
les années 1980, supposaient que le marché pouvait et devait
générer seul le bien-être général, tandis que les dépenses sociales
et l’intervention étatique étaient en contradiction avec la prospé-
rité économique. De telles visions néolibérales ont contribué à
mettre l’accent sur la responsabilité individuelle, et donc à
restreindre le rôle de l’État en le cantonnant à la réalisation des
« ajustements structurels ». Les familles étaient ainsi invitées à
« se responsabiliser davantage ».
La dimension macro-économique des analyses valorisant
l’investissement social les amène à privilégier, à l’instar du néo-
libéralisme, les politiques de l’offre. Dans ce contexte, il est
logique que le discours valorise l’investissement (plutôt que les
dépenses). En effet, il est naturel que les ardents défenseurs du
marché raisonnent en termes d’investissements. Par ailleurs,
comme de plus en plus d’activités sont régies aujourd’hui par
des logiques de marché, il paraît normal que les individus et les
familles soient, eux aussi, davantage invités à « investir dans leur
propre capital humain » pour accéder à la réussite profession-
nelle. Il leur faut aussi investir pour leur propre avenir, notam-
ment pour financer leurs retraites et l’éducation de leurs enfants.
Mais, contrairement aux perspectives néolibérales, l’État partage
une partie de cette responsabilité en assurant le financement de
certains services nécessaires (comme les services de garde des
enfants) ou en octroyant des prestations sociales, en complément
des revenus salariaux inadéquats, pour subvenir aux besoins des
familles. Il ne s’agit pas non plus d’une simple mesure anti-
pauvreté puisque ces politiques publiques ciblent aussi les classes
moyennes. Autrement dit, ce type d’intervention satisfait à la Politiques publiques et investissement social... 25
fois ceux qui désirent que la politique sociale se concentre sur la
scolarisation de la petite enfance, sur la formation et sur les
incitations en faveur de l’emploi, et ceux qui luttent contre la
pauvreté infantile. Partageant le point de vue de l’OCDE,
développé au milieu des années 1990, selon lequel la dépense
sociale n’est pas un fardeau mais bien un investissement générant
la croissance et le développement, l’Union européenne pourrait
rapidement être amenée à développer sa propre interprétation
des politiques sociales perçues désormais comme un facteur de
production (Hemerijck 2007, p. 2).
Questionnements sur la citoyenneté sociale
À leur origine, dans les années 1940, les droits en matière de
citoyenneté sociale étaient fonction de la situation professionnelle
de l’individu. Dans les régimes corporatistes (régimes de type
bismarckiens), que ce soit en Europe ou en Amérique latine,
l’accès aux droits sociaux dépendait des cotisations versées aux
3différents régimes d’assurance sociale . Dans les régimes
libéraux, de nombreuses prestations sociales étaient conditionnées
à la participation des individus au marché du travail. En effet,
pour avoir droit à la protection sociale, il fallait que l’individu
lui-même ou un membre de sa famille exerce un emploi. Ainsi,
pendant que les régimes sociaux démocrates favorisaient davan-
tage des droits universels, le lien entre emploi et protection
sociale était devenu central et conditionnait l’accès aux droits
sociaux tels que la formation continue, les retraites, les congés
payés, etc.
La perspective d’investissement social modifie de deux façons
la conception de la citoyenneté sociale et des droits sociaux,
avec des conséquences directes pour les dépenses publiques. En
premier lieu, elle favorise de plus en plus l’attention portée aux
enfants. Si les plus jeunes ne sont encore que des citoyens-en-
devenir, dès la pré-adolescence et l’adolescence, les enfants
obtiennent de nouveaux droits et occupent une place centrale
dans les discours sur la citoyenneté (Jenson 2000 ; Lister 2003).
Cette focalisation sur l’enfance et sur la lutte contre la pauvreté

3 Bien sûr, en Amérique latine, la couverture sociale ne concernait qu’une petite
part de la population.