Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 20,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Partagez cette publication

Publications similaires

Les Etats limites

de Mon-Petit-Editeur

9HSMIKG*badeca+
Cathy Cauîer et Frédérîque Van Leuven
PASSEURS DE MONDES ETHNOGRAPHIES CLINIQUES
2
GRANDIR AVEC DES PARENTS EN SOUFFRANCE PSYCHIQUE
Préface de Isabelle Duret et Siegi Hirsh
GRANDIR AVEC DES PARENTS EN SOUFFRANCE PSYCHIQUE
Collection « Passeurs de mondes. Ethnographies cliniques »
L’ethnographîe cînîque des mondes contemporaîns tente de ressaîsîr, au pus près de ’expérîence vécue, es ééments es pus vîfs des mutatîons socîaes, cuturees, psychîques d’aujourd’huî. Ee décoîsonne es dîscîpînes et es professîons pour appréhender es effets de ces mutatîons sur es reatîons socîaes, es parcours de vîe, es subjectîvîtés, es dynamîques famîîaes et communautaîres. Grâce à des enquêtes de terraîn de ongue durée, des pra-tîcîens-chercheurs décrîvent, formuent, anaysent es boueversements des contextes de vîe, es souffrances et es trouvaîes des sujets et des coectîfs, eurs capacîtés d’actîon, d’înventîon, de recréatîon.
En modernîté însécurîsée, a vîoence peut devenîr structuree. En déréguant es systèmes de protectîon tradîtîonnee et ceux des États-natîons, a goba-îsatîon expose de arges pans des popuatîons aux exîs, aux précarîsatîons socîaes, aux chocs întercutures et aux atteîntes psychîques. Entre socîocu-tures ocaes et înjonctîons gobaes, es sujets se brîcoent dans ’încertîtude et ’ambîvaence. Les mîses au ban, a peur, a méiance, a jaousîe peuvent marquer es îens socîaux. Des traumatîsmes coectîfs produîsent des effets dévastateurs sur pusîeurs génératîons. Cependant, des transmîssîons créa-trîces préservent, reancent et apaîsent es sujets, des communautés recréent des îens quî es sécurîsent, de nouvees formes de socîaîté se cherchent et se tîssent sur fond d’întercuturaîté.
Pour décrypter es transformatîons des subjectîvîtés, des vîes de famîes et des îens socîaux, des cînîcîens-chercheurs se mettent à ’écoute des dîvers savoîrs en présence : ceux qu’éaborent personnes et cutures, ceux quî émanent des professîonnes împîqués, ceux quî émergent des démarches de recherche en scîences humaînes. Is exporent es ressources des sujets et des groupes, maîs aussî es modes d’înterventîon es pus adaptés aux codes, sensîbîîtés, aspîra-tîons des personnes. Comme cînîcîens et comme chercheurs, îs înterrogent, au pus près des parcours bîographîques, ’împact des poîtîques pubîques et es condîtîons de a cîtoyenneté.
Dîrectîon de coectîon :Jean-Luc Brackeaîre, Pascae Jamoue et Oîvîer Servaîs
Déjàparus: Yoande Verbîst,Le trauma comme processus. Vécus et expériences de la lésion cérébrale, ISBN : 978-2-8061-0255-3, 2015.
PASSEURS DE MONDES ETHNOGRAPHIES CLINIQUES
Cathy CaulIer et FrédérIque Van Leuven
GRANDIR AVEC DES PARENTS EN SOUFFRANCE PSYCHIQUE
Photo de couverture : Archives des auteures
Les sîtuaïons des personnes concernées dans ce lîvre ont été suisam-ment modîfées pour respecter leur anonymat.
D/2017/4910/26
© Academia-L’Harmatan s.a. Grand’Place, 29
B-1348 Louvain-la-Neuve
ISBN : 978-2-8061-0342-0
TOUs drOIts dE rEprOdUcîO, d’àdàptàîO OU dE tràdUcîO, pàr qUELqUE prOcédé qUE cE sOIt, résErVés pOUr tOUs pàys sàs L’àUtOrIsàîO dE L’édItEUr OU dE sEs àyàts drOIt.
www.editions-academia.be
Nous dédions cet ouvrage aux enfants, aux parents et aux profes-sionnels qui ont partagé leurs expériences et nous ont accordé leur confiance.
Préface
Préface
Par Isabelle Duret et Sîegî Hîrsh
Ce îvre, remarquabe par son orîgînaîté, sa voonté întégratrîce et son accessîbîîté à un très arge pubîc est, d’abord et avant tout, conçu comme une boïte à outîs.
I nous învîte à un voyage unîque au cœur d’une détresse în-vîsîbe et souvent méconnue, y comprîs par es professîonnes eux-mêmes, cee des enfants éevés par des parents en souffrance psychîque.
Au i des témoîgnages rîches et nuancés recueîîs auprès des enfants, à travers e regard porté par ceux-cî sur a maadîe de eur parent, nous nous surprenons à changer de regard sur a foîe. Nous devenons sensîbes à nos taches aveuges, nos manquements, nos ratés. Certaîns récîts nous font voîr, par exempe, qu’envoyer es enfants en psychothérapîe rîsque de es stîgmatîser encore davan-tage sî ’on ne réussît pas à créer des ponts entre es soîgnants des parents et ceux des enfants ou sî ’on n’a pas prîs en compte eurs compétences, nî eur éventue statut d’aîdant.
Grâce aux dîsposîtîfs qu’ees înventent pour permettre aux en-fants d’exprîmer es dîficutés rencontrées par eur parent et eux-mêmes, Cathy Cauîer et Frédérîque Van Leuven nous proposent des outîs quî rassembent, décoîsonnent, créent une autre réa-îté quî prend en compte et mobîîse es ressources des enfants. Ees aîdent ceux-cî à exprîmer ce qu’îs ont gardé sous sîence, à métaphorîser certaîns traumatîsmes à travers a mîse en mots, e partage et a créatîon. I s’agît notamment de es décupabîîser, de es « mettre en congé » de a prîse en charge de a souffrance de eur parent, sans es déposséder. Maîs î s’agît aussî d’aîder eurs parents, grands-parents, frères et sœurs, éducateurs à se vîvre comme ressources car c’est en redonnant de a égîtîmîté aux uns et aux autres que ’enfant pourra se trouver renforcé dans sa dîgnîté d’appartenance.
7
GRANDIR AVEC DES PARENTS EN SOUFFRANCE PSYCHIQUE
Ce îvre profond, touchant, éégant, subtî possède à nos yeux une quaîté précîeuse : î pose a questîon de ’éthîque de notre mé-tîer de cînîcîens. La démarche des deux cînîcîennes chercheuses consîste, en effet, à mettre à jour es compréhensîons des enfants et de eurs parents, à partîr de eurs propres dîscours. Les enfants qu’ees ont înterrogés, par ’expérîence « hors du commun » quî est a eur, sont consîdérés comme es experts es pus autorîsés pour a compréhensîon de eur vécu. Les înterprétatîons de eur souffrance et es moyens d’y remédîer, notamment vîa des supports artîstîques, sont une œuvre coectîve, accompîe en commun, par es enfants, es famîes et eur psychothérapeute, dans une am-bîance chaeureuse de co-créatîon et de convîvîaîté. Stîmués par eur rélexîon, nous sommes învîtés à notre tour (qu’on soît pa-rents, aîdants, professîonnes, membres de a famîe ou amîs de a famîe) à créer des nouveaux outîs pour enrîchîr a boïte à outîs.
On peut consîdérer qu’î y a troîs types d’întervenants : ceuî quî est devant et tîre ’autre, ceuî quî est derrîère et pousse et ceuî quî est avec e patîent. Cathy Cauîer et Frédérîque Van Leuven sont caîrement de cees quî sont « avec » es enfants et eur famîe. Le respect de ’autre et a responsabîîté reatîonnee sont au cœur de eur démarche. Ees aîent prudence, nuance et inesse dans e ma-nîement des înterprétatîons psychoogîques, profondeur et méthode dans eur rélexîon, modestîe et ambîtîon pour e déi à reever.
Ce îvre est ’œuvre d’artîsans créateurs quî transmettent eur pratîque et eur expérîence en învîtant es ecteurs à réaîser qu’î n’y a pas de recettes toutes faîtes, qu’î n’y a pas de démarche pres-crîptîve et que chacun d’entre nous, de a pace qu’î occupe, peut agîr pour que ’avenîr de ces enfants soît non pas ce quî arrîvera maîs ce que ’on va es aîder à en faîre.
8
Introduction
Introduction
Maman est folle On n’y peut rien Mais c’qui nous console C’est qu’elle nous aime bien.
Cette courte rîtournee chantée par Wîîam Sheer en 1983, dont nous ne savons quî ’înspîra, traduît avec beaucoup de inesse es vécus des enfants quî grandîssent avec des parents en souffrance psychîque.
De nombreux artîstes ont tenté d’exprîmer eurs réaîtés au tra-vers de ’écrîture, de a peînture, de a photographîe ou du cînéma. Notre ouvrage, basé sur notre travaî cînîque et une ongue enquête de terraîn, procède de a même tentatîve. En nous appuyant sur eurs témoîgnages et dans e respect des nuances de eurs paroes, nous avons exporé eurs expérîences et eurs vécus. Nous avons recueîî eurs récîts de vîe maîs aussî eurs œuvres pastîques, eurs coages îssus du travaî cînîque, eurs écrîts autobîographîques après-coup. Ces productîons font trace de eurs ressentîs et de eurs connaîssances de proxîmîté des maadîes mentaes. Grâce à a ren-contre de nombreux enfants et de eurs parents, nous reaterons eurs îens de famîe évoutîfs, eurs constructîons subjectîves et es ressources qu’îs trouvent (ou non) chez es professîonnes.
Comme cînîcîennes et comme chercheuses, nous montrerons que nombre d’enfants confrontés à a souffrance psychîque de eur parent ne grandîssent « nî mîeux, nî moîns bîen » que d’autres. La reconnaîssance accordée au vécu de ’enfant par un adute, et pus argement, par a socîété, est essentîee dans eur devenîr. Écouter eurs récîts nous a ouvert es yeux sur es mécanîsmes de défense fréquents dans notre monde professîonne. Is apportent des ouver-tures întéressantes aux dîficutés que nous éprouvons à aborder ces questîons avec eux. Is offrent des pîstes permettant d’amé-
9