Guérir par le théâtre thérapeutique

De
Publié par

Oui on peut guérir par le théâtre thérapeutique ! La mise en scène de projets anticipés issus de buts à réaliser, d'avancées à concrétiser, sont un instrument pour se créer en aval des rôles rêvés possibles. Par ses directions nouvelles, la méthode Lorin vient à bout de la peur d'exister, de l'angoisse d'être à jamais enfermé dans un personnage unique, prévisible et définitif. Les règles et principes du psychodrame existentiel sont illustrés par dix histoires de cas.
Publié le : vendredi 15 octobre 2010
Lecture(s) : 160
EAN13 : 9782296264267
Nombre de pages : 226
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
DU MÊME AUTEUR Essais Le jeune Ferenczi, AubierMontaigne, 1983. L’inachevé, Grasset, 1984. A l’écoute de votre enfant, Hachette, 1985. Pour Saint Augustin, Grasset, 1988. Traduit en Italien. Editions Borla, Rome, 1991. Traité de psychodrame d’enfants, Privat, 1990. Traduit en Italien, Editions Magi, Rome, 1992. Ferenczi : De la médecine à la psychanalyse, P.U.F., 1993. Le plaisir de penser, La Bruyère, 1999. Journal d’un psychanalyste, L’Harmattan, 2000. Traduit en l’italien, Edition Magi, Rome, 2002. Pourquoi devienton malade ?, L’Harmattan, 2003. Un nouveau regard sur l’anorexie. L’Harmattan, 2007. Traduit en italien, Editions Magi, Rome, 2009. Journal d’un psy rebelle, L’Harmattan, 2009. Théâtre Le fou d’Araucanie, 1995. Gal Potha,2002. Europe, 2006, L’Harmattan, 2007 (texte + DVD), traduit en grec, 2008. Récits Le fou d’Araucanie, Lierre et Coudrier, 1990. Paroles de père, Lierre et Coudrier, 1991. La fête des pères, Vinci, 1995. Contes Histoires du feu, Grasset, 1992. Quatre contes pour Clarisse, Vinci, 1995. Contes et rêveries d’un psychanalyste, SDE, 2004.
A la radieuse et vivifiante Noulia Utsukushii, pour cinq milliards d’années lumière, bien après que se soit estompé le soleil.
Le désir est l’essence même de l’homme. Il est le fondement de nos actes. Spinoza Vie éminente… fais résonner les espoirs en ces hauteurs… Lève la tête et prends confiance. Dante
Hommages reconnaissants : Au docteur Françoise Gorog, chef du service de psychiatrie du secteur 16 de l’hôpital SainteAnne (Paris). Elle m’a permis, avec une grande liberté d’esprit, de conduire bien des cœurs affligés vers de nouvelles passions, quittant leurs pensées grises de naufragés pour l’horizon d’une histoire toujours en marche qui prend le futur à témoin. Au docteur François Eldin de Pecoulas, dont les conseils discrets et précieux me permirent, à petits pas, de susciter chez mes patients l’effronterie d’exister pour dix. Aux docteurs F. Caroli et G. Massé, pour leurs encouragements et leur confiance en moi lors de mes publications dans la revueNervure. Au docteur MarieJeanne Guedj, chef de service du CPOA (SainteAnne, Paris) grâce à qui la question des urgences concerne tout être en âge d’aimer. Au regretté docteur Tony Lainé, qui me fit, en 1976, franchir mes premiers pas. Enfin, à tous les êtres qui, se croyant initialement inaptes à jouer et à profiter des plaisirs de la vie, acceptèrent avec moi de madrigaliser sur leur avenir possible. Merci à tous ceux qui ont oxygéné ma plume.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.