Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 38,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

avec DRM

Guide clinique des tests chez l'enfant - 3e éd

De
640 pages
Cet ouvrage présente six tests d’efficience intellectuelle de l’enfant :
les Matrices progressives de Raven (1938)
les Échelles différentielles d’efficiences intellectuelles (révisées) de Perron-Borelli (EDEI-R)
la Wechsler Intelligence Scale for Children IV (WISC-IV)
Le KABC-II
la Figure complexe de Rey
La Nouvelle Échelle Métrique de l’Intelligence, nº 2 (NEMI-2).
L’analyse des épreuves est menée sur deux plans conjoints :
– la structure et le contenu, intégrant les apports de divers champs de la psychologie ;
– les conditions de passation pour inciter l’enfant à s’engager dans une relation non périlleuse avec l’adulte testant.
L’hypothèse centrale pose en effet que les meilleures épreuves recèlent des qualités singulières.
Elles éprouvent certes les aptitudes de l’enfant, mais elles le font bien quand elles sont organisatrices du temps de la rencontre entre l’enfant et le psychologue. L’enfant est ainsi considéré comme être en devenir, qui prendrait, au cours de l’épreuve, la mesure d’une distance enfin pensable avec l’adulte.

Voir plus Voir moins
Cet ouvrage présente six tests d’efficience intellectuelle de l’enfant :
les Matrices progressives de Raven (1938)
les Échelles différentielles d’efficiences intellectuelles (révisées) de Perron-Borelli (EDEI-R)
la Wechsler Intelligence Scale for Children IV (WISC-IV)
Le KABC-II
la Figure complexe de Rey

La Nouvelle Échelle Métrique de l’Intelligence, nº 2 (NEMI-2).
L’analyse des épreuves est menée sur deux plans conjoints :
– la structure et le contenu, intégrant les apports de divers champs de la psychologie ;
– les conditions de passation pour inciter l’enfant à s’engager dans une relation non périlleuse avec l’adulte testant.
L’hypothèse centrale pose en effet que les meilleures épreuves recèlent des qualités singulières.
Elles éprouvent certes les aptitudes de l’enfant, mais elles le font bien quand elles sont organisatrices du temps de la rencontre entre l’enfant et le psychologue. L’enfant est ainsi considéré comme être en devenir, qui prendrait, au cours de l’épreuve, la mesure d’une distance enfin pensable avec l’adulte.