Guide pratique de la finance comportementale

De
Publié par

De manière théorique, l’investisseur individuel agit rationnellement et respecte des principes fondamentaux comme la diversification.

Dans la pratique, ces principes rationnels sont rarement respectés car l’investisseur individuel, comme l’acteur des marchés, n’est pas l’Homo œconomicus, cet homme parfaitement rationnel décrit par la théorie économique. Les bulles financières sont un excellent exemple d’irrationalité collective.

Expliciter les biais comportementaux (erreurs psychologiques conduisant à la prise de mauvaises décisions) les plus communs afin d’aider les investisseurs individuels et les conseillers financiers à améliorer la performance du patrimoine financier est l’objet de ce guide consacré à la finance comportementale (application de la psychologie à la finance).

Mais l’auteur va beaucoup plus loin puisqu'il œuvre ensuite pour que les principes fondamentaux soient appliqués malgré l’existence de ces biais.

Pour cela, il crée le « patrimoine comportemental » scindé en deux parties bien distinctes (le patrimoine sans risque et le patrimoine dynamique) que l’investisseur doit gérer à l’aide de deux comptes mentaux différents.

Cette construction patrimoniale répartit le patrimoine de l’investisseur en couches successives indépendantes d’une pyramide, la base assurant la sécurité et les couches supérieures permettant de maximiser la performance en prenant progressivement davantage de risques.

Par ses aspects pratiques, didactiques et ses nombreuses illustrations, cet ouvrage s’adresse aussi bien à l’investisseur individuel qu’au conseiller financier.

Son objectif est une sensibilisation à la finance comportementale appliquée à la gestion de patrimoine. Quelques formules essentielles sont explicitées dans le « coin des experts ».
Publié le : dimanche 1 mars 2015
Lecture(s) : 30
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782297048576
Nombre de pages : 170
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Chapitre 1
La justification de la finance comportementale
1.
La querelle entre les anciens et les modernes
Les sciences fondamentales comme les sciences humaines avancent grâce aux controverses et querelles. Les forces scientifiques en place฀ sont฀ souvent฀ conservatrices฀ par฀ nature,฀ elles฀ retardent฀ toute฀ évolution. Le siècle des lumières de Louis XIV et sa littérature ont vu s’affron ter฀ Nicolas฀ Boileau฀ (modèle฀ de฀ l’antiquité,฀ les฀ anciens)฀ et฀ Charles฀ Perrault(modèledelacréation,lesmodernes). L’église฀s’est฀opposée฀à฀Galilée฀(la฀terre฀comme฀centre฀du฀monde)฀et฀ plustardàChampollion(lachronologiebiblique).
11
Gu i d ep r a t i q u ed el af i n a n c ec o m p o r t e m e n t a l e
La฀célèbre฀querelle฀entre฀Eugene฀Fama,฀un฀des฀pères฀de฀la฀théorie฀ des฀marchés฀efîcients฀et฀Richard฀Thaler,฀un฀des฀pères฀de฀la฀înance฀ comportementale,฀ illustre฀ les฀ antagonismes฀ entre฀ les฀ «฀ traditionalistes » et les « comportementalistes ». 1 Un article du Wall Street Journal du 18 octobre 2004 illustre par faitement cet antagonisme. Les 2 auteurs sont cités : Mr฀ Fama฀ :฀ «฀Behavioral economists like Mr Thaler haven’t really established anything in more than 20 years of research฀ »฀ («฀ Ces฀ économistes comportementalistes n’ont rien établi en 20 années derecherche»);  Mr Thaler : «Mr Fama is the only guy on earth who doesn’t think there was a bubble in Nasdaq in 2000฀»฀(«฀Mr฀Fama฀est฀la฀seule฀ personne au monde qui pense qu’il n’y a pas eu de bulle du Nas daq฀en฀2000฀»). Warren฀ Buffett,฀ dirigeant฀ depuis฀ 1962฀ de฀ la฀ société฀ Berkshire฀ Hathaway฀Inc,฀qualiîé฀de฀meilleurs฀investisseurs฀de฀tous฀les฀temps,฀ déclarait฀déjà฀en฀février฀1989฀dans฀sa฀lettre฀à฀ses฀actionnaires฀:฀«฀In my opinion, the continuous 63year arbitrage experience of Graham Newman Corp and Berkshire illustrates just how foolish EMT is฀»฀(«฀À฀ mon฀avis,฀l’expérience฀continue฀sur฀63฀années฀de฀Graham-Newman฀ Corp฀et฀de฀Berkshire฀prouve฀combien฀la฀théorie฀du฀marché฀efîcient฀ est฀stupide฀»). L’âpreté des échanges et commentaires montre bien que le monde de la finance est en plein bouleversement. Les modèles traditionnels sont remis en cause.
1.ReprintedwiththepermissionoftheWallStreetJournal,copyright©2004,DowJones&Company,Inc. AllRightsReservedWorldwide,LicenceNumber3430700928404. 12
lajustificationdelafinancecomportementale
2.Le manque d’efficience des marchés
La finance classique repose en particulier sur l’hypothèse de l’effi cience฀des฀marchés,฀ce฀que฀remet฀en฀cause฀la฀înance฀comportementale avec des arguments convaincants. Dans฀la฀théorie฀classique,฀les฀prix฀des฀actifs฀înanciers฀reètent฀toutes฀ les données disponibles et publiques. C’est un monde parfait où le prix฀est฀un฀indicateur฀de฀valeur฀sans฀faille.฀Eugène฀Fama฀considère฀ que les données passées sont intégrées dans les cours. Le passé ne donne฀aucune฀indication฀sur฀le฀futur.฀On฀parle฀de฀«฀random฀walk฀»฀ ou฀marche฀aléatoire,฀c’est-à-dire฀que฀les฀cours฀boursiers฀évoluent฀à฀ court terme au hasard si aucune nouvelle pertinente vient changer la valeur fondamentale ou changer les anticipations de résultats. Dans cette฀théorie฀classique฀de฀la฀înance,฀les฀acteurs฀de฀marché฀rationnels฀ rendent les marchés « efficients ». Une des conséquences immédiates est฀que฀le฀prix฀d’une฀action฀reète฀sa฀valeur฀fondamentale.฀La฀valeur฀ fondamentale฀(ou฀valeur฀intrinsèque)฀de฀l’action฀d’une฀société฀est฀la฀ somme฀actualisée฀des฀ux฀futurs฀générés฀par฀cette฀société฀(cash flowsprévisionnels).฀Les฀dividendes,฀le฀FCFE฀(Free Cash Flow to Equity)฀ oulerésultatnetpeuventdéînirlesuxgénérésparlasociété. 1 2 Valeurfondamentale=Flux(1)/(1+r)+Flux(2)/(1+r)++t Flux(t)/(1+r) avec฀r฀=฀taux฀d’actualisation฀et฀Flux(t),฀le฀ux฀généré฀(cash flow)฀par฀ la฀société฀à฀un฀instant฀futur฀t. En฀ théorie,฀ dès฀ qu’une฀ surcote฀ (survalorisation)฀ ou฀ une฀ décote฀ (sous-valorisation)฀ s’installe฀ entre฀ la฀ valeur฀ de฀ marché฀ et฀ la฀ valeur฀ fondamentale,฀il฀y฀a฀possibilité฀d’arbitrage฀sans฀risque฀pour฀l’agent฀ rationnel(voirîgure2).
1
3
Gu i d ep r a t i q u ed el af i n a n c ec o m p o r t e m e n t a l e
Figure 2 : Sur / Sous valorisation et valeur fondamentale
Cette différence disparaît grâce aux interventions des acteurs de marché฀qui฀en฀tirent฀proît.฀La฀surcote฀d’une฀action,฀par฀rapport฀à฀sa฀ valeur฀fondamentale,฀déclenche฀des฀ventes฀(à฀terme)฀qui฀ramènent฀ le prix de l’action au niveau de sa valeur fondamentale. Une décote déclenche฀des฀achats,฀qui฀ramènent฀eux฀aussi฀le฀prix฀de฀l’action฀au฀ niveau de sa valeur fondamentale. Ce mécanisme élimine donc naturellement les différentiels de valorisation sur les marchés. La finance comportementale remet ce dogme en question car elle considère฀que฀l’arbitrage฀est฀la฀plupart฀du฀temps฀risqué,฀ainsi,฀l’agent฀ rationnel฀fait฀face฀à฀deux฀obstacles฀majeurs฀: l’agent฀rationnel฀est฀confronté฀à฀une฀multitude฀d’agents฀irrationnels฀qui฀négocient฀sur฀des฀rumeurs,฀fausses฀nouvelles฀ou฀bruits฀ (noise฀traders)฀; de temps et de placement de l’investisseur est bien trop l’horizon court,฀il฀exige฀une฀performance฀«฀quasi฀immédiate฀»฀alors฀que฀le฀ prix de l’actif sur ou sousvalorisé peut rester longtemps éloigné desavaleurfondamentaleavantdelarejoindreàterme.
1
4
lajustificationdelafinancecomportementale
Unagentrationnelpeutmêmechoisirdesuivreunetendancequiljuge irrationnelle s’il estime que le rapport de force est en faveur des agents irrationnels. Il devient alors opportuniste. En฀cas฀de฀survalorisation,฀il฀est฀difîcile฀de฀mettre฀en฀place฀une฀stratégie฀de฀vente฀à฀terme฀sans฀risque.฀Vendre฀à฀terme฀est฀une฀activité฀ avec un effet de levier financier dangereux et peu valorisée sociale ment,฀même฀si฀elle฀a฀une฀utilité฀économique.฀On฀est฀vite฀qualiîé฀de฀ spéculateurs,manipulateursexerçantuneactivitéillégitime.
Le coin des experts Une équation emblématique symbolise à elle seule cette querelle : Le CAPM ou MEDAF en français (Capital Asset Pricing Modelou Modèle d’Evaluation des Actifs Financiers) illustre à la fois l’efficience et l’ineffi cience des marchés (présence ou non d’alpha à long terme). Si le marché est efficient, la formule suivante s’applique : Rendement Portefeuille = RSR + ß x (Rendement du Marché – RSR) +ε(terme d’erreur ou valeur résiduelle tendant vers 0) Avec RSR = Rendement Sans Risque = Rendement par exemple d’une obli gation d’état de première qualité et avec ß, le bêta du Portefeuille par rapport au Marché (sa sensibilité par rapport au marché). Si le marché n’est pas efficient alors le terme alphaαapparaît dans l’équa tion du CAPM. Rendement Portefeuille = RSR + ß x (Rendement du Marché – RSR) +α(Alpha) avecα, la sur/sous performance ajustée au risque ß. Un exemple simple peut éclairer cette formule : Une SICAV basée sur des valeurs du CAC40 a réalisé une performance de 22 % en 2013. Cette même année, le ß du fonds était de 1,2, le rendement du marché de 18 % et le rendement sans risque estimé à 2 %. Quelle est la mesure de l’alpha ? L’alpha généré est 0,8 % en 2013. Le gestionnaire a battu l’indice en gérant activement le fonds avec succès. 22 % = 2 % + 1,2 x (18 %  2 %) + 0,8 % Eugene฀Fama฀soutient฀que฀l’existence฀d’alpha฀est฀le฀fruit฀du฀hasard฀ et qu’il ne se répète pas sur le long terme. Richard Thaler soutient qu’il฀est฀systématique฀à฀cause฀de฀la฀non-efîcience฀des฀marchés.฀Si฀les฀
1
5
Gu i d ep r a t i q u ed el af i n a n c ec o m p o r t e m e n t a l e
acteurs de marché ne sont pas toujours rationnels alors les marchés nepeuventpaslêtrenonplusenpermanence. D’ailleurs,฀ il฀ sufît฀ de฀ prendre฀ connaissance฀ des฀ hypothèses฀ drastiques฀ et฀ parfois฀ irréalistes฀ attachées฀ à฀ l’équation,฀ même฀ si฀ elle฀ reste฀robuste,฀pour฀douter฀de฀l’interprétation฀purement฀rationnelle฀ du฀ modèle.฀ Ainsi,฀ considérer฀ qu’il฀ n'y฀ a฀ pas฀ de฀ taxe,฀ que฀ tous฀ les฀ investisseurs฀ n'aiment฀ pas฀ le฀ risque฀ et฀ partagent฀ le฀ même฀ horizon฀ temporel d’investissement est peu crédible. Nous savons depuis Benjamin฀Franklin฀en฀1789฀que฀«฀Nothing is certain but death and taxes฀»฀(«฀Rien฀n'est฀certain,฀à฀part฀la฀mort฀et฀les฀impôts฀»). Les฀ modèles฀ alternatifs฀ au฀ Médaf฀ sont฀ multiples,฀ mais฀ le฀ modèle฀ présenté ici reste le plus utilisé dans le monde de la gestion des portefeuilles. Il n’y a pas forcement deux visions antagonistes des marchés finan ciers,฀ entre฀ des฀ marchés฀ parfaitement฀ efîcients฀ et฀ des฀ marchés฀ complètement฀irrationnels฀et฀imprévisibles,฀et฀entre,฀un฀investisseur฀ méthodique d’une logique économique implacable et un investis seur฀totalement฀irrééchi. Les acteurs d’un marché peuvent majoritairement rester rationnels et imposer leur loi pendant une certaine période. Une période d’accalmie฀peut฀être฀suivie฀par฀une฀période฀plus฀chaotique.฀Il฀peut฀y฀ avoir « cohabitation » entre un marché globalement efficient et un secteur du marché inefficient. Le monde économique n’est jamais complètementblancounoir,maisnuancé.
1
6
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.