Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 8,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

avec DRM

Hagakure - Écrits sur la Voie du samouraï

De
272 pages
Le Hagakure, qui fut écrit au début du XVIIIe siècle, rassemble des préceptes, leçons et épisodes historiques liés à la voie du samouraï. Ce livre fut dicté par un samouraï devenu moine, Tsunetomo Yamamoto, à l’un de ses disciples, Tashiro Tsuramoto, qui compila les récits de son maître dans quelque onze volumes.

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, aucun livre n’a été condamné avec autant de véhémence que le Hagakure car il serait à l’origine de l’engagement aveugle des jeunes soldats japonais à se précipiter dans la mort plutôt que de connaître le déshonneur de la défaite.

Ce livre fut encensé par le cinéma dans Ghost Dog, la Voie du Samouraï de Jim Jarmusch avec Forest Whitaker.
Hagakure fait partie des grands classiques du bushidô, la voie des samouraïs.

YAMAMOTO Tsunetomo
, samouraï d’un des trois plus grands clans du Japon, est né en 1659, 54 ans après que le shogun Tokugawa Ieyasu ait pris le contrôle du Japon, mettant ainsi un terme à des années de guerre civile.
À la mort de son seigneur en 1700, il aurait aimé le suivre en réalisant le suicide rituel, le seppuku (éventration) mais devant l’interdiction qui lui était faite, il choisit de se retirer dans un monastère pour prier pour le repos de son défunt seigneur et ainsi continuer de le servir. Il y vécut jusqu’à la fin de ses jours. Sur la fin de sa vie, son disciple, Tashiro Tsuramoto, compila les récits de son maître dans onze volumes consacrés à la Voie du samouraï : le Hagakure.
Tsunetomo Yamamoto est considéré aujourd’hui comme l’incarnation de l’esprit samouraï.
Voir plus Voir moins
PR É F A C E
e LeHagakure, qui fut écrit au début duXVIIIsiècle, rassemble plus de treize cents maximes, préceptes, leçons, épisodes historiques et rapports divers, pour la plupart étroitement liés à la Voie du samouraï. Il est généralement admis que ce livre fut dicté par un samouraï devenu moine, du nom de Yamamoto Tsunetomo, à l’un de ses fervents disciples, Tashiro Tsuramoto, qui compila les récits de son maître dans quelque onze volumes. Le texte original n’a pas été retrouvé à ce jour. Très tôt, des copies manuscrites circulèrent dans tout le Japon occidental parmi les jeunes serviteurs du clan Nabeshima. Pour autant que l’on sache, le nombre de copies ayant survécu ces trois cents dernières années ne dépasse pas les trois douzaines. Chaque copie diffère selon les omissions ou les ajouts, mais aussi du fait de nombreuses erreurs de copie. En langue étrangère, ces différences sont encore plus sensibles car les
6
HA G A K U R E
traductions ne font que reprendre les textes les plus marquants, en s’appuyant sur des versions plus ou moins simplifiées. Si nous prenons, par exemple,The Hagakure, A code to the way of the Samuraide Takao Mukoh, cette traduction en langue anglaise est organisée autour de la «copie Yamamoto» qui est conservée à la bibliothèque de la préfecture de Saga et qui est considérée comme l’une des copies les plus fidèles. Takao Mukoh ne retient pourtant que cent cinquante sections qui pour lui reflètent pleinement la philosophie de l’Hagakure. William Scott Wilson, dansThe Book of the Samurai, Hagakure préfère, quant à lui, la copie présentée dans leNihon Shiso Taikei (Aperçu de la pensée japonaise, volume 26), intituléeMochiki Nabeshimake-honet sa traduction propose trois cents sections, intégrant des textes délaissés par les auteurs japonais qui, selon lui, seront plus évocateurs pour des lecteurs occidentaux. LeHagakurese caractérise par un style et des expressions extrêmement concis et condensés ce qui, parallèlement aux erreurs dues aux nombreuses copies, rend la traduction en japonais moderne, et d’autant plus dans une langue étrangère, très difficile. C’est ainsi que plusieurs versions japonaises duHagakureprésentent aujourd’hui des différences d’interprétation évidentes sur un certain nombre de points importants. Si nous reprenons l’exemple des deux traductions précédentes, pour faire revivre l’esprit de l’Hagakure, Takao Mukoh s’est inspiré du livre de Sagara Wataru intituléMikawa Monogatari ; Hagakuredont les annotations se sont révélées pour lui d’une très grande utilité. William Scott Wilson s’est appuyé,
PR É F A C E
à son tour, sur le livre de MishimaHagakure Nyûmon (Introduction à l’Hagakure) pour enrichir son travail de traduction. Les onze volumes de l’Hagakurecomportent tradition-nellement un chapitre d’introduction intituléUne conversation tranquille au crépuscule, puis onze chapitres qui s’articulent de la manière suivante :
Volumes 1 et 2: Préceptes Volume 3: Histoires de Nabeshima Naoshige, le fondateur du fief Nabeshima Volume 4: Histoires de Nabeshima Katsushige, le premier seigneur du fief Volume 5: Histoires de Nabeshima Mishushige et de Nabeshima Tsunashige, les deuxième et troisième seigneurs du fief Volume 6: Événements anciens et histoires du fief Volumes 7, 8 et 9: Histoires du fief et de ses vassaux Volume 10: Autres histoires de vassaux Volume 11: Histoires non relatées dans les chapitres précédents
Les dates portées au début et à la fin des onze volumes semblent indiquer que sept années furent nécessaires à Yamamoto Tsunetomo et Tashiro Tsuramoto pour compléter ensemble leHagakure. Cependant, certains détails, relevés entre le volume trois et le volume dix, laissent supposer que quelques histoires rapportées ici ne peuvent avoir été inspirées par Yamamoto Tsunetomo. Elles trouvent leur origine dans les
7
8
HA G A K U R E
recherches entreprises par Tashiro Tsuramoto qui, bien que respectueux des leçons de son professeur (volumes 1 et 2), choisit de compléter l’ouvrage en pourvoyant aux omissions de ce dernier de manière fort ingénieuse. Cette compilation retiendra quelque deux cent cinquante sections, recherchant une certaine cohérence entre les textes proposés pour une meilleure compréhension de la Voie du samouraï et de son évolution vers ce qui est devenu aujourd’hui la Voie d’un authentique art de vivre au travers des arts martiaux modernes.
Josette Nickels-Grolier