//img.uscri.be/pth/e2a5d0fa7454f9dad713eab534a6814bce4d1d37
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 11,25 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Histoire de l'industrie sucrière en Guadeloupe aux XIX° et XX° siècles

De
217 pages
Le tiers de siècle qui suit l'Abolition constitue le tournant majeur de l'histoire des Antilles: on passe de l'esclavage au salariat. L'impossibilité de maintenir de force les affranchis sur les habitations incitera les planteurs à se tourner vers l'immigration. De 1854 à1889, près de 50000 immigrants, dont 43000 Indiens, sont introduits en Guadeloupe. Ils jouent un rôle majeur dans la croissance de la productions sucrière.
Voir plus Voir moins
© L’Harmattan, 2007
5-7, rue de l’Ecole polytechnique ; 75005 Paris
http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
9782296027374
EAN : 9782296027374
Histoire de l'industrie sucrière en Guadeloupe aux XIX° et XX° siècles
Tome II La transition post-esclavagiste 1848-1883
Christian Schnakenbourg
Sommaire
Page de Copyright
Page de titre Liste des tableaux AVANT - PROPOS INTRODUCTION CHAPITRE I - LA DIFFICILE CONSTITUTION D’UN PROLETARIAT CREOLE CHAPITRE II - LE RECOURS A L’IMMIGRATION REGLEMENTEE CHAPITRE III - LA MISE EN PLACE D’UN NOUVEL ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE CHAPITRE IV - LES MUTATIONS STRUCTURELLES DE LA PRODUCTION CONCLUSION LECTURES COMPLEMENTAIRES
Liste des tableaux
Tableau n Tableau n Tableau n Tableau n Tableau n Tableau n Tableau n Tableau n Tableau n Tableau n Tableau n
AVANT - PROPOS
Ce livre constitue la seconde étape d’une aventure au long cours consacrée à l’histoire de l’industrie sucrière de la Guadeloupe aux XIXe et XXe  siècles et commencée par une étude de la crise du système esclavagiste entre 1835 et 1847, publiée aux Editions L’Harmattan en ... 1980. Je dois à tous ceux qui m’ont fait l’amitié de lire ce tome premier et m’ont souvent demandé quand allait paraître le second, beaucoup d’excuses et quelques explications sur les causes de ce retard.
Pendant ce quart de siècle, je n’ai pratiquement jamais cessé de travailler sur l’histoire économique et sociale des Antilles, mais j’ai pris des voies détournées. Plutôt qu’une rédaction en continu, j’ai étudié des sujets divers au fur et à mesure que leur intérêt m’apparaissait et que les sources le permettaient : “organisation du travail” au lendemain de l’Abolition, immigration indienne, évolution de la conjoncture, Banque de la Guadeloupe, habitations-sucreries “du père Labat”, et surtout usines centrales modernes, soit globalement en tant que composantes de la branche sucrière dans son ensemble, soit sous forme de monographies pour les principales d’entre elles. Et maintenant, quand je me retourne sur le chemin parcouru, je réalise que j’ai finalement accom li, étude a rès étude et morceau a rès
morceau, l’essentiel du programme dont j’avais annoncé la réalisation future dans mon tome I.
Voici donc venu le temps de la synthèse. Par rapport au premier, ce tome II et les suivants voudraient faire plus simple. J’ai rassemblé des travaux épars, les miens et ceux des autres, pour les rendre plus accessibles. De même, l’appareil critique et la bibliographie ont été allégés ; je me suis limité à l’indispensable, permettant de donner des pistes au lecteur désireux d’approfondir un point particulier de cette histoire. j’ai d’abord pensé à l’étudiant à la recherche d’un manuel ainsi qu’à “l’honnête homme” antillais cultivé qui souhaiterait en savoir un peu plus sur l’histoire de son pays.
Je tiens enfin à remercier tous ceux, universitaires, personnels des archives et des bibliothèques, responsables d’entreprises, ou chargés de la saisie de mes textes, qui, à un moment ou à un autre, à un titre ou à un autre, directement ou indirectement, en conscience ou par hasard, d’abondance ou de peu, ont contribué depuis plus d’un quart de siècle à la préparation de ce livre ; qu’ils veuillent bien trouver ici l’ex ression de ma reconnaissance.
INTRODUCTION
La période qui s’étend de l’Abolition au déclenchement de la grande crise de la fin du siècle (1884) constitue le tournant majeur de l’histoire des Antilles, et notamment de celle de leur industrie sucrière. C’est en effet là que tout bascule ; après l’esclavage lui-même, dont le maintien bloquait jusqu’alors toute possibilité de modernisation, toutes les structures économiques et sociales qui lui étaient liées sont détruites à leur tour, et un monde nouveau émerge progressivement.
Naturellement, ce basculement est très lent, parce que, quelque radicale que soit la rupture de 1848, ces anciennes structures de l’époque esclavagiste ne disparaissent pas brutalement du jour au lendemain ; il y faut un tiers de siècle que l’on peut qualifier de période de transition. Elaborée initialement pour décrire le passage à “l’économie de marché” des anciens pays socialistes à la fin du XXe siècle, cette notion semble pouvoir s’appliquer également, quelques 150 ans plus tôt, à l’histoire des Antilles pendant la période post-esclavagiste ; telle est la problématique centrale de ce volume.
Le cœur même de la transition antillaise se situe dans le assa e de l’esclava e au salariat , le salariat
dont l’économiste Christian Palloix écrit qu’il constitue “le fondement de l’économie marchande elle-même” ; désormais les rapports sociaux de travail entre les planteurs et ceux qu’ils emploient sur leurs habitations, qui reposaient jusqu’ alors sur la violence, deviennent des rapports marchands. Or, c’est précisément ce que les grands propriétaires ne sont pas disposés à admettre. Ce dont ils ont besoin, c’est non seulement de disposer d’un volume suffisant de main-d’œuvre pour maintenir puis développer la production sucrière, mais encore que ces travailleurs n’aient d’autre choix que de se salarier sur les habitations, mais aussi que leurs rémunérations et leurs conditions de travail soient soumises à une pression constante, afin de maintenir le coût de leur emploi au niveau le plus bas possible ; en d’autres termes, parvenir à la constitution d’un véritable prolétariat rural , au sens marxien de l’expression. Dans ce but, l’action des planteurs et de l’administration s’oriente dans deux directions : tentative de salarisation forcée de la population créole, d’une part, et recours à l’immigration étrangère réglementée, de l’autre. Nous y consacrerons les deux premiers chapitres.
Le second volet de la transition post-esclavagiste réside dans le passage de l’habitation-sucrerie à l’usine centrale comme structure de base de la production sucrière, qui constitue ce que l’on peut appeler la révolution industrielle antillaise. Mais pour fondamental qu’il soit, ce changement ne saurait, à lui seul, contenir la totalité du phénomène. Les grands ouvrages classiques sur la révolution industrielle an laise Karl Marx, Paul Mantoux, T. S. Ashton ...