Histoire de la Société des gens de lettres

De
Publié par

BnF collection ebooks - "Il en est des associations comme des cités : les unes deviennent grandes et prospères, jusqu'à sembler éternelles ; les autres disparaissent après quelques années d'une existence éphémère, comme le sillon dans une mer calme. Tel ne peut être le sort de la Société des gens de lettres qui, malgré la modestie de ses débuts, se trouve aujourd'hui l'une des plus florissantes, l'une des plus riches, en attendant qu'elle s'impose comme la plus influente dans le temps..."


Publié le : jeudi 23 avril 2015
Lecture(s) : 1
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782346005482
Nombre de pages : 514
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
etc/frontcover.jpg
À propos de BnF collection ebooks

 

BnF collection ebooks est éditée par BnF-Partenariats, filiale de la Bibliothèque nationale de France.

Fruit d’une sélection fine réalisée au sein des prestigieux fonds de la BnF par un comité éditorial composé de ses plus grands experts et d’éditeurs, BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés.

Morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d’histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse, tous les genres y sont représentés.

Éditée dans la meilleure qualité possible eu égard au caractère patrimonial de ces fonds, conservés depuis de nombreuses années par la BnF, les ebooks de BnF collection sont proposés dans le format ePub, un format ouvert standardisé, pour rendre les livres accessibles au plus grand nombre sur tous les supports de lecture.

Préface

Voici l’histoire au jour le jour et comme le procès-verbal des travaux d’une association de gens de lettres pendant cinquante ans.

Il y a plusieurs années déjà qu’elle devait être écrite et, dans une assemblée générale de notre Société, une commission spéciale fut, un jour, nommée pour publier l’Histoire de la Société des Gens de Lettres. Cette histoire devait dire ce qu’a fait notre association pour la dignité matérielle et morale des écrivains. Les littérateurs qui composaient la commission, MM. Michel Masson, Altaroche, Gonzalès, de La Landelle et de Lyden, avaient pris pour tâche de saluer la mémoire de ceux qui ont formé, en 1837, ce grand faisceau d’intelligences et d’efforts, aujourd’hui fraternellement unis.

Ils s’étaient chargés de faire savoir tout ce que la Société a secouru, sauvé de gens de lettres, tout ce qu’il y a de bienveillant et de solide dans une association où, comme des frères aînés, les plus glorieux et les plus anciens travaillent pour les nouveaux venus, où l’on peut avoir toutes les opinions en gardant cependant la vertu suprême de la tolérance où, depuis cinquante ans, si l’on heurte au dehors des rivaux ou même des ennemis, on ne trouve au-dedans que des confrères, et où chacun peut dire : « Nous avons fait notre devoir et, depuis le premier de nos Comités jusqu’au dernier, tous, depuis un demi-siècle, ont travaillé à une chose unique, et, par d’incessants efforts, poursuivi un but commun : la grandeur de la Société ! Tous sont demeurés opiniâtres et généreusement fidèles à notre mot d’ordre : Nous affranchir et nous entraider ! »

Mais il en fut de la commission nommée en 1877 comme de tant d’autres commissions et sous-commissions. Elle se sépara en laissant sa tâche inachevée. La mort, d’ailleurs, emporta presque tous ceux qui la composaient et, en dépit d’un excellent chapitre publié sur la fondation de la Société des gens de lettres, par un des ouvriers de la première heure, notre ami M. Élie Berthet, en dépit de documents amassés et partiellement mis au jour par l’érudit M. Charles Joliet, l’Histoire de la Société des Gens de Lettres eût risqué de n’être jamais écrite, si M. Édouard Montagne, notre nouveau Délégué, n’avait compulsé nos archives et mis en œuvre la chronique au jour le jour de notre association.

C’est moins une Histoire sans doute que des Mémoires familiers que nous donne aujourd’hui M. Montagne ; mais combien de faits intéressants, combien de noms illustres ne rencontre-t-on point dans ces pages, échos des séances de nos Comités ! Ce livre valait la peine d’être publié : il ajoute un chapitre à l’histoire littéraire de ce temps. Chapitre documentaire, où les faits sont classés à leur date et sans phrases par un analyste scrupuleux. Travail considérable dont il faut remercier le successeur de notre vieil ami et de notre représentant pendant un quart de siècle, Emmanuel Gonzalès.

La Société des gens de lettres, dont M. Montagne s’est fait le chroniqueur, a rendu aux écrivains du livre le même service que la Société des auteurs dramatiques aux écrivains du théâtre.

« Le plus grand malheur d’un homme de lettres, a dit Voltaire en son Dictionnaire Philosophique, n’est peut-être pas d’être l’objet de la jalousie de ses confrères, la victime de la cabale, du mépris des puissants du monde, c’est d’être jugé par les sots… Son grand malheur encore est ordinairement de ne tenir à rien. Un bourgeois achète un petit office et le voilà soutenu par ses confrères. Si on lui fait une injustice, il trouve aussitôt des défenseurs. L’homme de lettres est sans secours ; il ressemble aux poissons volants ; s’il s’élève un peu, les oiseaux le dévorent ; s’il plonge, les poissons le mangent. » Et Voltaire ajoute vivement : « L’homme de lettres est descendu pour son plaisir dans l’arène ; il s’est lui-même condamné aux bêtes. »

C’est en 1765 que l’auteur de Candide publiait ces lignes ; soixante-quatorze ans après, Balzac demandait que les individualités fissent un groupe et devinssent une force. Cent ans après, combien de gens la Société des gens de lettres avait-elle déjà secourus, aidés, défendus, arrachés à la maladie, disputés à la misère ?

Longtemps avant la fondation de notre Société par Louis Desnoyers et ses amis, Beaumarchais avait eu l’idée de grouper entre eux les auteurs dramatiques, de former le carré, en quelque sorte, lorsqu’en l’an XI, François (de Neufchâteau), membre du Sénat conservateur et de l’institut national, ce François (de Neufchâteau) qui devait, plus tard, protéger Victor Hugo et signer même de son nom une notice sur Gil Blas, rédigée par le jeune poète ; – François (de Neufchâteau) donc eut le dessein de former un fonds de souscriptions annuelles, « destiné, disait-il, à encourager ou récompenser au besoin les savants et les gens de lettres aux « prises avec l’infortune. » Je cite là les termes mêmes d’un de ses discours.

Cette Société, qui dura peu, prenait pour titre Société en faveur des Savants et des Hommes de Lettres. Toute personne, de l’un ou l’autre sexe, en pouvait faire partie moyennant un versement annuel de vingt-quatre francs. La Société se réunissait quatre fois par an et, une fois par an, elle nommait un comité de vingt et un membres. Le règlement de cette Société de l’an XI ressemble un peu à nos statuts actuels. Il contient pourtant des articles qui portent la marque du temps où François (de Neufchâteau), Président, les rédigea. Par exemple, les articles 18 et 19 :

« ART.18. – Les auteurs qui auraient souillé leur plume par des écrits tendant à corrompre la morale publique ou privée ne pourront participer aux avantages offerts par la Société.

« ART.19. – Les personnes qui seraient tombées dans l’indigence par inconduite ne recevront de secours que dans le cas où elles auraient donné subséquemment des preuves d’une conduite mieux réglée. »

Encouragement à la vertu – idéal du dix-huitième siècle – projets de mise au concours d’ouvrages utiles aux progrès des sciences, de traductions de bons écrits, la Société de l’an XI faisait entrer en ligne de compte tous ces généreux desiderata. Avec François (de Neufchâteau), Frochot était élu Président, et je trouve, parmi les noms des premiers fondateurs, Grégoire, Lasteyrie, Lacépède, Lecoutheux-Canteleu et Lucien Bonaparte. En réalité, la Société formée par François (de Neufchâteau) fut l’aïeule de notre Société des gens de lettres.

Lorsqu’elle fut fondée, notre Société, on l’accusa tout d’abord de s’inquiéter de l’argent plus que de l’honneur. Le vert laurier de Ronsard m’agrée, mais encore, pour en jouir, faut-il vivre, et Balzac, se faisant le porte-voix, l’avocat de la Société des gens de lettres, allait, dès la première heure, plaider, à défaut de Berryer, contre un journal de Rouen. C’est encore Balzac qui défendait la Société dans la préface du livre collectif intitulé Babel.

« On lui a reproché, disait-il, on a reproché à notre Société, avec plus d’aigreur que de raison, de ne s’être pas assez défendue contre une tendance à la fiscalité littéraire, d’avoir plaidé, en faveur des travaux de l’esprit, la thèse de l’ubiquité du salaire, et d’avoir ainsi exposé les ouvriers de la pensée de fâcheuses assimilations. Le reproche serait juste, et les gens de lettres ne seraient pas exposés à l’encourir dans une société autrement organisée que ne l’est la nôtre, dans une société qui se fonderait sur le désintéressement. Mais au milieu d’un monde où il n’y a de grâce pour personne, où tout se base sur le calcul, où tout se meut dans le cercle d’un droit étroit et rigoureux, trancher du grand seigneur, se donner des airs de libéralité, de dévouement, de détachement, d’abnégation héroïque, ce ne serait pas seulement une folie, mais encore un ridicule. Le stoïcisme ne doit pas tourner en mystification. »

Qui ne reconnaît là Balzac, ce théoricien de la force ? Mais il ajoute bien vite, Dieu merci, des arguments moraux à ces arguments matériels, et, après avoir déclaré que la Société entend faire la « police de la contrefaçon intérieure », il ajoute que « cette police ne doit être regardée que comme un incident fugitif dans la vie de la Société des gens de lettrés ». « La pensée fondamentale qui a, dit-il, réuni un si grand nombre d’écrivains a une tout autre élévation, une tout autre dignité ! Notre famille littéraire s’en allait éparse dans les mille sentiers de la publicité ; on a voulu la grouper, la constituer fortement, sagement, dans des conditions d’unité imposante. On a entendu créer un centre, où les forts tendissent la main aux faibles, où les ressources de l’association vinssent en aide aux misères de l’isolement. »

– Il est temps, concluait enfin Balzac, de compter avec l’intelligence qui n’a jamais su compter avec personne.

Eh bien ! c’est l’histoire de cette lutte de l’intelligence qui veut que l’on compte avec elle, lutte de cinquante ans contre les intérêts et les mauvais vouloirs que raconte ou plutôt que note, jour par jour, M. Édouard Montagne. Ce livre est, on peut le dire, la collection des Bulletins de notre grande armée littéraire. Avec un profond scrupule et une conscience rare, M. Montagne les a réunis depuis longtemps et les publie aujourd’hui. C’est le don d’avènement qu’il offre, pour le Cinquantenaire, à la Société maintenant solide et respectée.

Il n’a pas tout dit. Il n’a pas dit les luttes stériles, les désespoirs amers, les drames, sanglants parfois, qui ont marqué chacune de ces pages. À quoi bon ? Ce qui console, c’est la grande idée de dévouement et de sacrifice aux nobles causes qui se dégage de ces tristesses et de ces agonies qui sont notre Histoire !

Tous, les plus pauvres et les plus éprouvés, ceux que la vie a le plus cruellement déçus ou fustigés, comme ceux à qui le sort plus clément a donné la réputation et fait la place large au soleil, tous ceux qui tombent, meurent chez nous avec le culte et le respect des lettres, de ces lettres consolatrices qui nous font vivre autant que le sang de nos veines. Ah ! si M. Montagne l’avait voulu, que d’exemples à opposer à ceux qui dénigrent et notre profession et nos caractères ! Quels spectacles à montrer à ceux qui nous méconnaissent, c’est-à-dire qui ne nous connaissent pas ou ne veulent pas nous connaître ! Que de misères noblement supportées, que d’existences vouées à l’accomplissement d’un devoir, que d’infortunes imméritées, que de labeurs mal récompensés, que d’efforts trahis et de dénouements sinistres ! Mais aussi quelle fermeté, quelle décision, quelle résolution et quelle vaillance dans cette vie et pénible fière, qui est la vie littéraire !

Nous nous habituons à donner en spectacle au public nos défauts, nos ridicules et nos plaies. Le public s’en amuse. Mais il ne rirait pas, et il nous estimerait davantage si nous nous montrions à lui tels que nous sommes, avec nos grandeurs sans pose, et nos misères sans défaillance.

C’est ce que doit faire, c’est ce que fera, mieux encore, notre Société des gens de lettres, toujours vieillissante, toujours rajeunie et toujours fidèle à ce qui est sa force : – la dignité des lettres, – et à ce qui est son but : la Fraternité littéraire.

JULES CLARETIE.

VICTOR HUGO.
Avant-propos

En 1824, le journal était encore un objet de luxe dont la lecture restait la distraction de quelques privilégiés.

Le taux des abonnements, alors fort élevé, restreignait nécessairement le nombre des lecteurs.

Les journaux d’opposition, plus en faveur auprès de l’opinion, comptaient 42 000 abonnés, alors que les journaux favorables au Gouvernement en additionnaient à peine 30 000.

55 000 abonnés pour douze journaux, tel était le bilan de la presse parisienne en 18241.

Le livre lui-même était rare, inabordable pour beaucoup de lecteurs, à cause de son haut prix.

Mais voici qu’en 1828, le 5 avril, – une date mémorable, – Émile de Girardin fait paraître le Voleur, et ce fut toute une révélation.

Au bout de quelques mois, ce journal compte 25 000 abonnés ; après un an, il additionne 50 000 francs de bénéfices.

Le journalisme venait d’entrer dans une voie nouvelle, l’attrait de la lecture s’ajoutait, comme correctif, à l’aridité des inépuisables discussions dont la politique était l’objet.

Les journaux mouraient de langueur : le roman feuilleton vint à propos les galvaniser : Émile de Girardin, avec ce flair audacieux qui le fit rayonner parmi les plus illustres journalistes de son époque, avait judicieusement compris le rôle de la presse au XIXe siècle.

Aussi le journal la Mode, publié le 1er octobre 1829, obtint près du public une faveur plus grande encore ; Balzac, Eugène Süe, George Sand, Gavarni contribuèrent à ce succès jusque-là sans précédent.

Le 31 décembre 1831, apparaît le Journal des Connaissances utiles, et, le 31 décembre 1832, il compta 230 000 abonnés. – Un million trois cent mille exemplaires de l’Almanach de France sont vendus en quelques mois.

Et cette double démonstration se trouve ainsi formulée : la soif de lecture n’est plus spéciale à la seule classe aisée : le besoin de s’instruire et d’apprendre, le besoin de lire entre aussi dans le sang du peuple.

On croirait assister à un véritable réveil de l’intelligence, à un épanouissement de la nation, peu soupçonné jusqu’à cette époque, peut-être même considéré comme impossible.

Nous retrouverons plus tard la brillante phalange d’écrivains qui contribuèrent à cette révolution intellectuelle.

En 1836, le 1er juillet, M. Dutaq, le créateur du Droit, fonde encore le journal le Siècle, dont l’influence allait devenir si considérable.

La Presse est publiée le même jour par Émile de Girardin, déjà nommé.

À ce propos, notre ami Élie Berthet, qui peut prendre la parole en qualité de témoin, nous raconte : « Qu’un des faits qui contribuèrent le plus à la vulgarisation du roman en France fut précisément la fondation du journal le Siècle, vers 1836.

« Pour la première fois, on considérait le roman comme un élément principal de succès. Deux rédacteurs en chef, parfaitement indépendants l’un de l’autre, étaient chargés, l’un de la partie littéraire, l’autre de la partie politique du journal, et cette dualité produisit les meilleurs résultats.

« Beaucoup de personnes qui ne partageaient pas les idées politiques du Siècle le lisaient pourtant à cause de ses feuilletons, et il obtint ainsi une popularité immense. »

La lutte qui s’engagea entre la Presse et le Siècle ne contribua pas peu au succès. Le lecteur, témoin de cette fiévreuse passe d’armes entre écrivains distingués, tous brillants, quelques-uns déjà célèbres, recueillit avidement les trésors littéraires qui lui étaient prodigués.

N’est-elle pas toujours une exacte peinture, cette page délicieuse de Paul Féval ?

« Le roman est la légende de nos temps, l’élément passionné de notre littérature… Sa faculté de s’insinuer tient du prodige. Depuis que la presse périodique lui a donné l’hospitalité, il est devenu le favori de la famille. Ceux qui aiment la politique le parcourent, ceux que la politique effraye le dévorent et, dans ce partage de sympathies, son lot n’est pas certes à dédaigner.

« Voici même une chose singulière, il survit au journal son seigneur. Les cahiers de feuilletons circulent dans Paris, débarrassés de cette bourre savante qui est le corps même du Moniteur universel, des Débats, du Constitutionnel, de tous les organes parlant haut et bien à un public d’élite.

« C’est le monde renversé, j’en conviens ; mais qu’y faire ?

« On a supprimé tout ce qui est excellent et précieux : l’éloquence du rédacteur en chef, la science de l’économiste, l’esprit du chroniqueur, le discernement du critique ; on n’a gardé que la pauvre bande de papier racontant les amours de doux marionnettes. »

La presse moderne était donc définitivement créée et le journalisme semblait avoir trouvé sa véritable voie.

Mais quelle était alors la situation de l’écrivain ?

Disons vite qu’elle était loin d’être enviable, bien que ce fut alors, selon l’expression de Paul Féval, le Siècle d’Auguste du roman.

Pour beaucoup, le talent n’avait pas encore reçu la consécration du succès, et cette consécration, qu’elle tarde à venir, lorsqu’on l’attend dans la privation solitaire et le travail anxieux !

Dans la loi même, il n’était pas de garantie pour l’écrivain.

La propriété littéraire est à peine soupçonnée, il faudra bien encore trente années de luttes pour qu’elle soit nettement définie par la loi, et encore avec des réserves et des restrictions choquantes.

La contrefaçon semble chose licite et avouable ; « on prend son bien où on le trouve » est un axiome littéraire qui a cours sur la place des détrousseurs.

Le plagiat semble général ; parfois même, on ne fait pas à l’auteur la politesse de publier son nom, s’il n’est pas un des célèbres du jour.

On le pille, on le vote, mais on lui fait l’honneur de ne pas le nommer !

Écoutez plutôt cette histoire d’Élie Berthet :

« J’étais fort jeune, et j’avais publié dans le journal Paris élégant une nouvelle intitulée : la Mésange bleue. Cette nouvelle était très courte et sans importance ; mais j’avais la faiblesse d’y tenir comme on tient à une première œuvre, et je l’avais bravement signée de mon nom.

« J’allais alors chaque semaine chez de vieux parents que j’aimais beaucoup. C’étaient de bonnes gens, vivant à l’écart de toutes choses et ne connaissant guère les évènements extérieurs que par un journal l’Estafette, qu’ils recevaient chaque matin.

« Un jour, j’arrivai à l’heure ordinaire, et ma parente me dit avec empressement :

« Je vous ai réservé le journal d’hier, il y a une petite histoire qui m’a fait pleurer. Vous qui avez l’intention de composer des romans, vous devriez imiter ces choses-là… Tenez, voici le journal… Lisez haut, si vous le voulez bien, car j’entendrai avec plaisir cette histoire une seconde fois.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.