//img.uscri.be/pth/e00882ba0302bd5e9c91482fa438df55b5e5760a
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 3,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : MOBI - EPUB

sans DRM

Histoire des révolutions et des guerres d'Italie en 1847, 1848 et 1849

De
421 pages

Publication de mes mémoires. — But principal de ce volume. — Premier sang répandu dans le midi de l’Italie, à Messine et en Calabre, en faveur de la liberté. — Première révolte à Palerme : les troupes royales sont chassées. — A Naples, le roi est forcé de donner une constitution. — Haine des Piémontais et de leur gouvernement pour les Autrichiens.

Je terminai mes Mémoires dans l’été de 1846. Au moment de les publier, j’eus la pensée de les dédier à Pie IX.

Fruit d’une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.


Voir plus Voir moins
À propos deCollection XIX
Collection XIXest éditée par BnF-Partenariats, filiale de la Bibliothèque nationale de France.
Fruit d’une sélection réalisée au sein des prestigieux fonds de la BnF,Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes class iques et moins classiques de la littérature, mais aussi des livres d’histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou livres pour la jeunesse… Édités dans la meilleure qualité possible, eu égard au caractère patrimonial de ces e fonds publiés au XIX , les ebooks deCollection XIX sont proposés dans le format ePub3 pour rendre ces ouvrages accessibles au plus grand nombre, sur tous les supports de lecture.
Guglielmo Pepe
Histoire des révolutions et des guerres d'Italie en 1847, 1848 et 1849
AVERTISSEMENT DE L’ÉDITEUR
Le titre de cet ouvrage en explique suffisamment le sujet ; Je nom de l’auteur en indique assez la pensée politique. Le général Guillaume Pepe est un de ces vieux et hé roïques lutteurs qui, à travers toutes les vicissitudes et tous les déchirements de la péninsule italienne, n’a jamais désespéré d’y refaire une nationalité puissante qui la ramenât au rang des grands États de l’Europe. Depuis cinquante ans il poursuit cette pensée sans qu’aucune infortune ait altéré sa constance. En 1799, à peine avait-il atteint son troisième lustre, il combat parmi les défenseurs de la république parthénopéenne ; il est condamné à l’ exil et vient servir la cause révolutionnaire dans les plaines de Marengo. Trois fois il conspire contre Murat pour le contraindre à donner des garanties de liberté à sa patrie. En 1820 il impose une constitution à Ferdinand, par une révolution dont il est le glorieux chef. Confiant dans la bonne foi d’un roi, il tente de le faire grand en l e faisant novateur ; la sainte alliance intervient, l’exil est sa récompense. En 1848, les soulèvements de l’Italie entière rappellent au service le vétéran de ses libertés ; honoré, courtisé par un autre Ferdinand, il prend le commandement en chef de l’armée napolitaine dans le nord de la péninsule, mais bientôt trahi par le roi, abandonné par l’armée, il se jette dans les lagunes de Venise et préside aux admirables luttes d’une population héroïque. Enfin, ramené en France par un nouvel exil, il revient rendre un dernier hommage au patriotisme malheureux en publiant l’histoire des r évolutions et des guerres d’Italie pendant ces trois dernières années. L’illustre pros crit n’a pas désespéré. Sa plume continue l’œuvre qu’a commencé son, épée, et quoiqu ’il ait à raconter de cruelles défaites, il s’y mêle tant de souvenirs glorieux, qu’il peut à bon droit avoir confiance dans l’avenir de sa chère Italie. L’indépendance de l’Italie, voilà le rêve de toute sa vie. C’est aussi son programme politique. Ses tendances, sans doute, sont démocratiques, ses principes républicains, la république vit dans son cœur, c’est pour elle qu’il a versé son premier sang, c’est le gouvernement qu’il a toujours aimé, qu’il aimera toujours ; mais la question de forme est pour lui secondaire. Il est avant tout Italien, aspirant à recréer la nationalité italienne, dût-il même la placer sous le patronage d’un roi, dût-il agrandir un trône, en agrandissant la patrie. Le général Pepe raconte ce qu’il a vu lui-même, ce qu’il a fait. Ce qu’il n’a pas vu, il en doit le récit à des témoins oculaires. Rien ne manq ue donc à l’exactitude des descriptions, à la fidélité des détails. On parcour t successivement tous les champs de bataille, toutes les phases de la lutte. Et du sein des désastres ressort une pensée consolante. C’est que ces populations italiennes qu ’on avait coutume de se figurer comme si impropres à la guerre, si faciles à dompter, ont fait preuve d’une énergie, d’une contenance et d’une ardeur guerrière que ne désavou eraient pas les soldats les plus belliqueux de l’Europe. L’insurrection de Milan, où une population sans armes et sans munitions, après cinq jours de combats, chasse de s es murs toute une armée et affranchit la Lombardie ; la défense héroïque de Brescia, les luttes de Palerme, l’attaque de Mestre où le général Pepe avec 1,500 volontaires sans artillerie, sans cavalerie, battit 3,000 Autrichiens, vieilles troupes qui combattaien t derrière des batteries et dans des maisons crénelées, fit 600 prisonniers, et prit 6 p ièces de canon ; toutes les différentes rencontres enfin où des soldats improvisés firent tête aux bandes exercées de l’Autriche, démontrent que le courage des Italiens avait été si ngulièrement méconnu. Déjà les
guerres de l’empire avaient prouvé que la péninsule donnait de bonnes troupes lorsqu’elles étaient bien commandées ; guidés par le patriotisme, les Italiens ont fait et feront mieux encore. Le travail du général Pepe est complet ; il compren d le récit de tous les événements qui, pendant trois années, tinrent en échec les forces de l’Autriche. Guerres du Piémont, de la Lombardie, de la Sicile, révolution de Rome, siége de Venise, tout y est rapporté avec une exactitude que semblerait exclure la multiplicité des lieux et des entreprises. Mais les collaborateurs du général Pepe, qui tous furent acteurs dans ces émouvantes scènes, lui ont fourni leur contingent historique après avoir donné à la patrie leur part de sang et de dévouement. Quelle que soit, du reste, l’issue présente de tant de sublimes efforts, le récit que nous publions renferme, pour l’avenir de l’Italie, de gr andes et légitimes espérances. Le patriotisme qui s’est ainsi montré ne saurait être vaincu par de tels insuccès ; les peuples se sont réveillés, et malgré de passagères épreuves, ils ne se reposeront plus qu’au jour de la délivrance. PAGNERRE.
CHAPITRE PREMIER
De 1846 à mars 1848
Publication de mes mémoires. — But principal de ce volume. — Premier sang répandu dans le midi de l’Italie, à Messine et en Calabre, en faveur de la liberté. — Première révolte à Palerme : les troupes royales sont chassées. — A Naples, le roi est forcé de donner une constitution. — Haine des Piémontais et de leur gouvernement pour les Autrichiens.
Je terminai mes Mémoires dans l’été de 1846. Au mom ent de les publier, j’eus la pensée de les dédier à Pie IX. J’espérais flatter a insi l’amour-propre du pontife, en lui prouvant que sa conduite politique avait gagné la s ympathie d’hommes qui avaient presque toujours été les ennemis des princes ; je v oulais, d’un autre côté, lui faire comprendre que s’il déviait du système qu’il avait adopté, s’il manquait à ses promesses, loin de mériter une gloire immortelle, il deviendrait un objet de haine pour l’Italie, et je puis même dire pour le reste de l’Europe ; puisque les peuples protestants, eux aussi, avaient accueilli, par des applaudissements, les premiers a ctes de son pontificat. Ma dédicace fut approuvée par tous ceux qui la lurent, sauf Lam ennais, Mammiani et Bozzelli, à qui j’en avais envoyé une copie à Naples. Cédant à l’autorité de leurs avis, je fis le sacrifice de ma préface. Dans le même temps, voyant que Charles-Albert montr ait quelques tendances à introduire des réformes dans son gouvernement, j’adoucis mes expressions, en rendant compte de la conduite qu’il avait tenue en 1821, après quoi mes Mémoires furent publiés. En Angleterre, en France, et surtout à Naples, ils furent mieux accueillis que je ne l’espérais. A Naples, où ils ne pouvaient entrer qu’en secret, ils se vendaient dix fois leur valeur, et tous convinrent, jusqu’aux ministres, qu i furent les premiers à les lire, que j’avais dit la vérité, sans aucune exagération. En 1847, les nouvelles politiques d’Italie étaient telles, que mes amis me disaient ou m’écrivaient que dans peu de temps les événements m e fourniraient la matière d’autres volumes. Ils ne se trompaient pas. Celui que je pub lie maintenant n’est point consacré, comme les précédents, au récit de la vie d’un jeune homme que l’amour de la liberté fit exiler à seize ans, et qui, constant dans cet amour, partageant sans trève ses jours entre les prisons et les camps, atteignit, à l’âge de tre nte-huit ans, le plus haut grade de l’armée, et parvint, à la tête de cinquante mille h ommes, à donner la liberté à sa patrie. Ce volume contient également le récit d’événements extraordinaires ; mais ils sont écrits par un vieillard de soixante-quatre à soixante-six ans, qui, avec une ardeur, avec un courage, avec une vigueur égale à celle de ses jeunes années, a osé consacrer encore son bras à la cause de l’indépendance de son Italie bien-aimée. Aujourd’hui, qu’à raison des événements accomplis, un plus grand nombre d’Italiens m’honorent de leur confiance, c’est pour moi un devoir impérieux d’exposer les faits, de révéler les fautes commises, et d’indiquer les moyens de les éviter quand recommencera la sainte lutte de notre indépendance. Il serait vraiment impardonnable pour nous de ne pas signaler les deux grands avantages qui résulten t pour l’Italie de nos derniers malheurs : le premier, c’est d’avoir mis à l’épreuv e nos forces et notre courage ; le second, c’est d’avoir constaté que tous, depuis Tra pani jusqu’aux Alpes, nous voulons l’indépendance, l’expulsion de l’étranger. Mais déjà le sang avait coulé à Reggio, capitale de l’extrême Calabre, et à Messine, où les habitants supportaient impatiemment le joug d’u ne dure servitude. Je dirai plus loin
dans quelles circonstances. Mammiani et Massari m’écrivirent de demander au roi de Sardaigne l’autorisation de me rendre à Gênes, en me faisant remarquer que si les Piémontais ne jouissaient point d’une constitution, ils étaient gouvernés par un pr ince désireux de voir les Autrichiens hors de l’Italie. Charles-Albert promit de m’accorder l’autorisation que je demandais, mais il fut empêché de tenir sa promesse par une note qu e ses ministres reçurent du gouvernement autrichien, lequel avait été informé d e ma demande et aurait vu d’un mauvais œil ma présence à Gênes. Dans ce moment, je reçus de Londres une note du com te Charles Pepoli, dans laquelle étaient consignés les éloges que tout le m onde en Angleterre, en commençant par les ministres d’État, et dans les provinces des États-Unis d’Amérique, prodiguaient à la merveilleuse conduite de Pie IX. J’envoyai cette note à mon ami le comte Pierre Ferretti, et celui-ci la fit lire au pape, son cous in, qui en témoigna une extrême satisfaction. Ferretti en profita pour dire au pape que ces papiers lui avaient été adressés par le général Pepe ; ce à quoi le saint père répondit : « Je me souviens bien de lui, alors qu’ayant son quartier général à Sinigaglia, il voyait souvent ma famille. » Puis il ajouta : « Vous pouvez lui dire que j’ai une haute estime pour son mérite comme général, et pour son patriotisme, et que je l’inviterai à venir à Ro me, aussitôt que je serai en bonnes relations avec le roi de Naples ; mais celui-ci supporterait difficilement aujourd’hui de voir le général Pepe à Rome, aussi rapproché de ses États. » Ces espérances exprimées par le pape de se réconcil ier avec le roi de Naples, n’empêchaient pas qu’à la cour du prince sicilien, au lieu de l’appeler Pie IX, on l’appelait le fou. Ferdinand II, dans ses discours et dans ses actes, se montrait plus que jamais éloigné de faire aucune concession en deçà et au delà du dé troit, lorsque les Palermitains donnèrent la première secousse qui ébranla son trône absolu. Les désastres qu’éprouvèrent les troupes royales co mmandées par le maréchal de camp de Sauget, produisirent à Naples un excellent effet, qui ne contribua pas peu à faire obtenir une constitution. Le pape, première cause de toutes les démonstration s qui éclataient à Rome, en Toscane et en Piémont, ne faisait cependant que de très-faibles concessions ; celles du grand-duc de Toscane et du roi de Sardaigne étaient plus faibles encore, sans compter qu’elles étaient contestées aussitôt que faites. Ces princes ne pouvaient prétendre à la reconnaissance de leurs peuples en échange d’instit utions restreintes et qu’ils leur avaient d’ailleurs promises ; ils ne pouvaient même prétendre que leurs peuples leur sauraient gré de l’octroi d’une constitution qu’ils n’avaient évidemment accordée, que forcés par l’exemple du roi de Naples, le plus despote, par nature, de tous les souverains, et qui cependant, le premier en Italie, avait été c ontraint à donner, lui aussi, une constitution. L’entêtement du prince sicilien à maintenir intact son despotisme était tel, que le roi Louis-Philippe disait au comte de Syracuse : « J’ai donné de bons conseils au roi votre frère, mais s’il n’en profite pas, je l’a bandonnerai à sa destinée. » Le roi des Français prouvait ainsi qu’il connaissait mieux la situation poli-que des autres princes que la sienne propre. Mais si Charles-Albert, roi de Sardaigne, s’était m ontré avare de concessions, lui, souverain, tous ses ministres, et les familiers de sa cour étaient ouvertement hostiles aux Autrichiens. Cette circonstance très-utile pour les affaires de l’Italie ne pouvait plus être mise en doute par moi, depuis ce que m’avait dit le commandeur Ferretti. Celui-ci m’a raconté, dans un voyage qu’il fit à Paris, qu’étant venu de Milan à Turin en qualité de major autrichien en retraite, il s’y présenta chez le ministre des affaires extérieures
accompagné de l’ambassadeur autrichien. Tous deux furent accueillis froidement, et le ministre d’Autriche dit à Ferretti : « Cette froide ur est pour moi et. non pour vous. » Ferretti, en effet, trouva chez lui une invitation à dîner chez le ministre de Sardaigne, qui lui dit en le voyant : « Comment vous est-il venu à l’esprit de vous faire accompagner chez moi par l’ambassadeur autrichien ? » Ferretti me raconta plusieurs autres faits qui prouvaient la haine des Piémontais pour les envahis seurs de l’Italie. Dans le même temps, M. Thiers, du haut de la tribune française, répétait avec enthousiasme ces affectueuses paroles que le peuple romain adressait à Pie IX :courage, saint père ! courage !talie, me dit en partant delord Holland, qui avait vécu longtemps en I  Enfin, Paris pour Londres : « Nous nous reverrons au delà des Alpes. » Toutes ces circonstances me donnaient une foi inébranlable à l ’indépendance de l’Italie ; et cependant il n’était point encore question de la Ré publique française qui, pour notre malheur, hélas ! s’est donné la mission, non de nous aider, mais de nous combattre. Je terminerai ce premier chapitre, en racontant en peu de mots le premier soulèvement armé de l’Italie. Je suivrai le récit qui m’en a ét é fait par un Calabrais, homme de patriotisme et de cœur. Depuis quelque temps des conspirations s’ourdissaient dans les Deux-Siciles contre le despotisme ; et les premières paroles de Pie IX ava ient excité chez les peuples de ces contrées, et surtout parmi les populations ardentes des Calabres, l’impatience de la liberté. Quelques lettres que le comité secret et révolutionnaire du royaume, qui avait son siége à Naples, écrivit aux patriotes de Reggio, le s décidèrent à tenter un mouvement. Le chef de ce comité, Domenico Roméo, né sur le dét roit de Reggio, homme de ressources et de cœur, se rendit en Calabre dans le mois d’août 1847, en passant par Messine où il communiqua ses projets aux libéraux les plus ardents. Il partit ensuite pour Reggio, et ce fut là que, le 2 septembre, éclata la révolution qui devait être secondée par les provinces calabraises et par les habitants de M essine. Le peuple de Reggio se leva comme un seul homme. Les employés du gouvernement q ui ne prirent pas la fuite se cachèrent honteusement. Quant à la petite garnison militaire, y compris les officiers d’artillerie et du génie, elle se renferma tout d’a bord dans le château défendu par quelques pièces de canon ; mais bientôt après elle se rendit à discrétion, en demandant pardon d’avoir vendu ses services à un despote, et sollicitant l’honneur d’être admise dans les rangs des milices nationales ; ce qui lui fut refusé. Le corps de gendarmerie se rendit également à discrétion. En deux jours la révolution s’était propagée dans toute la province de la Calabre supérieure. Dans la même journée du 2 septembre, le peuple, accouru en armes sous le drapeau tricolore, proclamait un gouvernement provisoire co mposé de sept membres. Ceux-ci, choisis parmi les principaux chefs du parti libéral se recommandaient, entre tous, par l’autorité de leur nom et de leur fortune. Ils publièrent un programme dans lequel prévalut l’idée d’un des membres du nouveau gouvernement qui rattachait le mouvement actuel aux souvenirs de 1820 et de 1821. Le programme était conçu dans ces termes : AUX PROVINCES DE NAPLES ET DE SICILE. Fidèles à nos promesses, nous avons relevé les troi s couleurs de l’indépendance italienne, aux cris enthousiastes de :« Vive le roi constitutionnel Ferdinand II ! Vive l a liberté ! — La constitution de 1820 librement jurée, bientôt violée et trahie, a été déchirée par l’étranger. Combien de citoyens, pendant ces vi ngt-sept dernières années, en
essayant de la reconquérir, ont acheté de leur sang le martyre qui rend sainte pour nous leur mémoire ! Frères, aux armes ! rappelons-nous le sang des martyrs. Forts par le nombre, forts par l’union, forts par la volonté, fidèles à notre pass é, nous marcherons sur la capitale du royaume où nous sommes vivement attendus. Nous voulons, comme toutes les nations civilisées, un gouvernement constitutionnel, représentatif, appuyé sur une force vraiment nationale ; nous voulons toutes les garanties qui assurent la liberté et l’égalité de tous devant la loi. Compatriotes des deux royaumes soyez, vous aussi, fidèles à vos promesses. Volez aux armes ! secondez notre patriotisme. Montrons à l’Europe que nous sommes dignes du nom de nation. Que toutes les pensées cèdent à une seule pensée : celle de devenir libres, et que notre cri soit toujours :Vive l’indépendance italienne ! vive la liberté !
Reggio, le 2 septembre 1847. »
(Suivaient les signatures des citoyens composant le gouvernement provisoire.) Les habitants et la milice nationale ayant été orga nisés aussi promptement que le permettait la rapidité des événements, le gouvernem ent provisoire décida qu’on s’emparerait des forteresses de Pizzo, d’Alta, de Tinmara et de Torre-Cavallo qui gardent le détroit du Faro. On atteignait ainsi un double but : on empêchait l’entrée dans le canal de toute expédition venue de Naples, et l’on releva it le courage des Messinois dont er l’insurrection avait éclaté la veille au soir (1 septembre). Après une lutte vigoureusement soutenue par les habitants contre la troupe, le mouvement de Messine avait néanmoins fini par être réprimé, grâce à la supériorité des forces royales, et parce que les conjurés n’avaient pas réussi à s’emparer, comme c’était leur projet, du général Landi, commandant de la citadelle, et d’une partie au moins des officiers de la garnison. Dans le même temps, le roi Ferdinand, prévenu par le télégraphe, de la révolution de Reggio, y expédiait en toute hâte un corps de troupes sous les ordres de Decorne, avec l’ordre formel de bombarder tous les lieux qui résisteraient. Les habitants de Reggio n’étant point parvenus à s’ emparer à temps des forts qui gardaient le détroit, les frégates à vapeur qui ava ient à bord les troupes de débarquement, y pénétrèrent sans obstacles. Ces tro upes, arrivées devant Reggio, commencèrent à bombarder la ville. Par malheur, le conseil prévalut de sauver la ville des ravages d’un bombardement, et l’ordre fut donné aux bandes armées de se retirer sur les montagnes et de s’y défendre. On attendait à chaque instant la nouvelle des soulè vements des provinces voisines : mais les populations effrayées des préparatifs hostiles du gouvernement ne bougèrent point. Elles manquaient ainsi à leurs promesses et encouraient la responsabilité de tous les malheurs auxquels restaient exposés ceux de leurs compatriotes qui s’étaient armés les premiers. Ceux-ci restèrent donc seuls pour faire face aux attaques des troupes de la gendarmerie, et, ce qui était pis, aux poursuites d es gardes urbaines qui connaissaient bien les lieux, et qui étaient composées d’hommes d évoués à Del Carretto. Tous ces corps réunis formaient des colonnes nombreuses. Les bandes de Reggio se troublèrent à la vue de ces forces imposantes. Ainsi le mouvement, au lieu de gagner du terrain, en perdait chaque jour. Il est vrai que quelques populations des rives baig nées par la mer Ionienne, avaient répondu au cri poussé de Reggio : elles furent immédiatement combattues par le général Nunziante, qui, débarqué à Palerme, traversa les mo ntagnes avec les troupes qu’il commandait.
Ici commencent les jours de deuil et de terreur. Il suffisait du caprice d’un homme de la police ou d’un gendarme, pour que les citoyens les plus respectables fussent jetés, par centaines, dans les prisons, où aucun outrage, aucune violence ne leur étaient épargnés. Un ordre des agents du gouvernement mit hors la loi dix-huit citoyens des meilleures familles, et, pour exciter contre eux le zèle des p ersécutions, on promit mille ducats à quiconque en arrêterait un, si le prisonnier était vivant, cinq cents, s’il était mort. Cet ordre inique et féroce fut confirmé par le prince Aci Cortina, qui commandait dans la première Calabre. Les persécutions, d’ailleurs, ne frappaien t pas seulement les dix-huit malheureux compris dans la liste de proscription. Un jeune homme de seize ans, du nom de Fasi, qui n’avait commis d’autre crime que de na ître dans la commune de Saint-Stefano, patrie de Roméo, fut fusillé sans aucune f orme de procès. Trois autres personnes tout à fait innocentes, Tavero, Guestre e t Terruzano moururent de la même mort. Plusieurs centaines de victimes auraient pare illement succombé, si une dame calabraise, Catherine de Liete, n’était accourue à Naples et ne s’était présentée au Bourbon pour obtenir qu’on suspendît l’exécution de la sentence de mort que la commission militaire avait prononcée contre son mari. Cette suspension fut cause qu’on retarda également l’exécution de toutes les autres condamnations capitales. Mais la soif du sang était telle chez les satellites du roi, que le décret de suspension ne réussit point à sauver Bello, Mazami, Ruffo, Salvatori et Verduri, nobles et généreux jeunes gens, qui appartenaient tous les cinq aux familles les plus distinguées du district de Gerari. La fin de Domenico Roméo fut une terrible tragédie. Se trouvant très-gravement malade, et n’ayant pour compagnon que son neveu Pié tro, il se cacha dans une chaumière. Les gardes urbains de Fedavoli furent in formés du lieu de sa retraite, et accourent au nombre de quatre-vingts pour s’emparer de sa personne. Pendant qu’il opposait une défense désespérée un coup mortel vint frapper à la poitrine l’infortuné Domenico. Il tomba, mais il fut bientôt vengé par s on neveu Piétro qui, d’un coup de mousquet, abattit le meurtrier de son oncle. Les ga rdes urbains, voyant qu’ils ne pouvaient conduire vivant à ses juges Roméo qui se mourait, poussèrent la férocité jusqu’à lui couper la tête, et l’ayant fixée sur un pieu, ils la portèrent triomphalement par les rues de Reggio. Quarante environ des condamnés politiques, confondus avec des malfaiteurs furent envoyés à Naples. Ils débarquèrent dans le port sous les yeux du roi, enchaînés deux à deux. Telle fut la fin du premier soulèvement de la pénin sule, soulèvement qui fut étouffé dans le sang. Il avait pour but l’indépendance de toute l’Italie ; et, les Calabrais, qui, les premiers, prirent les armes, montrèrent un courage et un mépris de la vie, dignes d’une meilleure fortune. Ce courage ne fut dépassé que pa r la monstrueuse barbarie dont usèrent envers les vaincus le prince et ses infâmes satellites. C’est de la Calabre que sortit aussi, en 1799, le cardinal Ruffo, armé de la croix et de l’épée, pour chasser les Français du royaume. Ceux- ci nous portaient, il est vrai, des paroles de liberté, mais ces promesses pouvaient êt re un leurre. Une chose seule ne faisait point doute : c’est qu’ils étaient des étrangers, désireux de nous dicter des lois. C’est de la Calabre que partirent, en 1808, les carbonari qui vinrent s’établir en France et en Espagne. Ils entretinrent de là le feu sacré jusqu’en 1820, époque à laquelle, unis à l’armée et aux milices civiques nationales, ils m’a idèrent à abattre dans ma patrie le pouvoir absolu. Dans ces dernières vicissitudes si douloureuses pour l’Italie, ce furent encore les Calabrais qui versèrent les premiers leur sang, pour rejeter l’étranger au delà de l’Isonzo. Puissent les destins de l’humanité per mettre que le cri de l’indépendance italienne parte une quatrième fois de la Calabre, et qu’il trouve de l’écho jusqu’aux Alpes !