Hugo Chávez et Álvaro Uribe ou la force des mots

De
Publié par

Cette étude propose une analyse politique enrichie par les méthodes de statistique textuelle. Le discours de Chávez est-il vraiment de gauche, celui d'Uribe de droite ? Ce livre tente aussi de répondre à des questions délicates pour les deux pays. Quel est le bilan des expropriations réalisées par Chávez pour l'économie du Venezuela ? Les pauvres y sont-ils moins nombreux ? Quel est, en Colombie, le bilan de la politique de sécurité démocratique et du processus de paix avec les paramilitaires ?
Publié le : dimanche 1 juillet 2012
Lecture(s) : 5
EAN13 : 9782296499867
Nombre de pages : 185
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Hugo Chávez et Álvaro Uribe ou La force des mots
Recherches Amériques latines Collection dirigée par Denis Rolland et Joëlle Chassin La collectionRecherches Amériques latinespublie des travaux de recherche de toutes disciplines scientifiques sur cet espace qui s’étend du Mexique et des Caraïbes à l’Argentine et au Chili. Dernières parutions Sophie DAVIAUD (dir.),Amérique latine : De la violence politique à la défense des droits de l’homme, 2012. Sébastien JAHAN (dir.),Les violences génocidaires au Guatemala, une histoire en perspective,2012. Marie-Claire ALEXANDRINE-SINAPAH,Itinéraire d’un esclave poète à Cuba. Juan Francisco Manzano (1797-1854), entre littérature et histoire, 2012.e Fabrice PARISOT (éd.),siècleAlejo Carpentier à l’aube du XXI , 2012. Karim BENMILOUD, Alba LARA-ALENGRIN, Laurent AUBAGUE, Jean FRANCO et Paola DOMINGO,Le Mexique. De l’indépendance à la révolution. 1810-1910, 2011. Carine CHAVAROCHETTE,Frontières et identités en terres mayas. e e Mexique-Guatemala (XIX -XXI siècles), 2011. Christian Edward Cyril LYNCH,Brésil. De la monarchie à l’oligarchie, 2011. J.-P. BLANCPAIN,Les Européens en Argentine. Immigration de masse et destins individuels (1850-1950), 2011. J.-P. BERTHE et P. RAGON (eds),Penser l’Amérique au temps de la e e domination espagnole, Espace, temps et société, XVI – XVIII siècle, Hommages à Carmen Val Julian, 2011. Henri FAVRE,Changement et continuité chez les Mayas du Mexique, Contribution à l’étude de la situation coloniale en Amérique latine, 2011. Marcos EYMAR, La langue plurielle. Le bilinguisme franco-espagnol dans la littérature hispano-américaine (1890-1950),2011. Pauline RAQUILLET,Alfred Ebelot. Le parcours migratoire d’un Français e en Argentine au XIX siècle, 2011. Pierrette BERTRAND-RICOVERI,Mitología shipibon2010. German A. de la REZA,Les nouveaux défis de l’intégration en Amérique latine, 2010. João Feres Júnior,Histoire du concept d'Amérique latine aux Etats-Unis, 2010.
María Fernanda GonzálezBinettiHugo Chávez et Álvaro Uribe ou La force des mots Deux discours pour gouverner Préface de Jean-Michel Blanquer L’HARMATTAN
© L'HARMATTAN, 2012 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-96271-2 EAN : 9782296962712
Sommaire Préface deJean-Michel BlanquerIntroduction Chapitre I. Le « chaverxisme », un modèle politique importé des années 1960 ? Où sont passées les idées marxistes-léninistes ? Le fil conducteur de la rhétorique chavézienne Le chaverxisme entre mythes et réalités Chapitre II. L’uribisme, un nouveau modèle politique en Colombie ? À la recherche du discours de l’efficacité Du discours de l’efficacité au registre de la peur L’uribisme entre mythes et réalités Chapitre III. Égalité versus sécurité : les fondements du chaverxisme et de l’uribisme Égalité versus sécurité Emploi, corruption et sécurité (Uribe)/ production, Développement et souveraineté alimentaire (Chávez) Un ennemi interne et externe Vers un discours nationaliste et patriotique Entre international et local, deux visions du monde
Conclusion Bibliographie Remerciements Table des graphiques Table des matières
9 11
25
28 46 66
81
85 119 126
139
143
148 150 152 155
161 171 177 179 181
Préface « L’inconscient est structuré comme un langage » disait Jacques Lacan. La politique aussi. L’art politique est par essence l’art du langage par ce qu’il dit, par ce qu’il sous-entend, par ce qu’il traduit et par ce qu’il trahit. Il est donc nécessaire que la science politique se préoccupe d’être, sous différents angles, une science du langage. De ce point de vue, les croisements entre les recherches linguistiques et les recherches politistes peuvent être très fructueux. C’est le cas du travail de María Fernanda González qui, avec cet ouvrage, se situe dans ce cadre conceptuel à partir d’un travail particulièrement éclairant, celui de la comparaison entre la Colombie et le Venezuela et de deux leaders emblématiques, Uribe et Chávez, dont le « pouvoir charismatique » a reposé ou repose sur le verbe. Les médias, les analystes politiques et l’opinion publique ont consacré des milliers d’articles, d’études et de débats sur Hugo Chávez, président de la République Bolivarienne depuis 1999 et Álvaro Uribe, ancien président de la Colombie entre 2002 et 2010. L’image d’un Hugo Chávez révolutionnaire et radical s’opposerait à l’image d’un Álvaro Uribe, représentant d’une droite dure non seulement en Colombie mais dans la région. Hugo Chávez et Álvaro Uribe ou la force des mots. Deux discours pour gouverner présente pour la première fois une analyse approfondie des émissions radio-télévisées « Aló Presidente » et les « Consejos Comunitarios », constituantes des principaux dispositifs de communication. Cette étude propose une analyse politique, enrichie par les méthodes de statistique textuelle, qui permet de comprendre le cœur des deux programmes présidentiels. Elle révèle les éléments clés de chaque modèle : pour le « Socialisme du e XXI siècle » la valeur de l’égalité sera sa ligne directrice tandis que pour la « Sécurité démocratique », la valeur centrale sera l’efficacité des politiques contre l’insécurité. En étudiant minutieusement le langage utilisé par chaque président au cours de ces rencontres avec le Venezuela et la Colombie d’en bas,
9
l’auteur livre aussi un bilan sur les principales réussites, difficultés et défis politiques de chaque mandat. Comment peut-on définir les propos d’Hugo Chávez ? Son discours est-il vraiment de gauche ? Le discours d’Uribe peut-il être défini comme un discours de droite ? L’étude sur le discours politique des présidents nous permet-elle d’affirmer que nous sommes en face de deux dirigeants populistes et autoritaires ? Ce travail ne manque pas de poser les questions sur la réalité des faits. Il tente de répondre à des questions délicates pour les deux pays. Pour le Venezuela : quel est le bilan des expropriations réalisées par le Commandant Chávez pour l’économie du Venezuela ? Existe-il vraiment moins de pauvres au Venezuela après treize ans de mandat ? Pour la Colombie : quel est le bilan de la politique de Sécurité Démocratique et du processus de paix avec les paramilitaires ? Et pour les deux pays : est-ce qu’il existera un chavisme sans Chávez et un uribisme sans Uribe ? L’uribisme et le bolivarisme s’inscriront-ils dans l’héritage politique de chaque nation ? L’intérêt de ce livre est de permettre de comprendre à travers la densité des paroles présidentielles et la force des mots, l’identification d’une stratégie politique et la construction d’un projet de nation. Il contribue aussi à la réflexion sur le clivage droite-gauche, son ancrage rhétorique et ses limites pratiques. À ce titre aussi, il s’agit d’un travail d’un grand intérêt. Jean-Michel Blanquer Directeur général de l'enseignement scolaire (DGESCO) Ministère de l’Éducation Nationale Président de l’Institut des Amériques
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.