Ils nous parlent

De
Publié par

Après la mort, sommes-nous perdus dans le néant ou sommes-nous entourés par des êtres bienveillants ?

Où vont les êtres décédés ? Sont-ils encore parmi nous de manière invisible ?

Qu’appelle-t-on une entité ?

Les fantômes existent-ils ?

Les êtres désincarnés peuvent-ils vraiment nous aider à évoluer ?

Que puis-je faire pour devenir de plus en plus conscient(e) de ce que je ne vois pas ?

Existe-t-il des capacités que je pourrais activer pour percevoir davantage ?

Autant de questions auxquelles l’auteur, de par son expérience thérapeutique, son ressenti et les témoignages de ses patients, essaie de répondre de façon simple.


Publié le : vendredi 22 avril 2016
Lecture(s) : 1
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782334108980
Nombre de pages : 154
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Couverture

Image couverture

Copyright

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet ouvrage a été composé par Edilivre

175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis

Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50

Mail : client@edilivre.com

www.edilivre.com

 

Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction,

intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

 

ISBN numérique : 978-2-334-10896-6

 

© Edilivre, 2016

Remerciements

A tous mes patients qui ont confirmé mes ressentis sur les messages que me donnaient les êtres disparus qui les accompagnaient.

A mes professeurs de bioénergie et d’hypnose spirituelle qui m’ont enseigné leurs techniques.

Aux présences invisibles qui nous guident et nous soutiennent à tout instant.

A tous ces êtres disparus qui nous enseignent pour nous délivrer.

A la vie pour tout ce qu’elle nous propose de merveilleux à expérimenter.

A la mort car elle nous fait prendre conscience de notre condition humaine mais aussi de l’importance de la vie.

A mon ami Laurent qui a fait preuve d’un tel courage face à la mort et qui s’est éteint à la fin de l’écriture de cet ouvrage.

Introduction

La mort. Tant redoutée par beaucoup, objet de fascination pour certains, aucun autre thème n’a fait se poser autant de questions à l’humanité et ceci depuis la nuit des temps.

J’ai longtemps eu peur de la mort préférant ne pas y penser tant elle pouvait être un sujet d’angoisses conscient qu’un jour je la rencontrerai et y serai moi aussi confronté.

De ce fait, je me suis intéressé très tôt à tout ce qui pouvait toucher à ce sujet délicat pour essayer d’en connaître un peu plus afin de me rassurer et appréhender peut-être plus sereinement ce passage tant redouté.

Des anciens écrits égyptiens en passant par les livres de Raymond Moody, d’Elizabeth Kübler Ross, de Michael Newton et de bien d’autres, je n’ai eu de cesse de vouloir en savoir le maximum sur les différentes théories existant. Malheureusement, jamais personne, à ma connaissance, n’est revenu du royaume des morts pour nous dire ce qu’il se passait réellement même si les témoignages des EMI (expérience de mort imminente) relatent un tunnel, une grande lumière blanche, le contact avec des guides ou des êtres décédés et d’autres détails communs à toutes les expériences de conscience modifiée au cours d’une mort clinique.

La peur de la mort est ce qu’il y a de plus paralysant pour l’être humain surtout dans le monde occidental.

Pour beaucoup elle empêche même de vivre librement et sereinement.

Et, pour nous tous, elle est un questionnement.

Que se passe-t-il après la mort ?

Existe-t-il une vie après la mort ?

N’y a-t-il plus rien ou bien une conscience continue-t-elle d’exister ?

Retrouvons-nous les êtres chers dans l’au-delà ?

Pouvons-nous communiquer avec les morts ?

Nous réincarnons-nous ?

Le paradis et l’enfer existent-ils ?

Que penser de ce que disent les traditions sur ce sujet ?

Que faire des médiums prétendant transmettre des messages de l’au-delà ?

Que de questions restées sans réponses vérifiables scientifiquement !

On peut lire toutes les théories sur ces questions s’appuyant sur différentes religions ou traditions où la mort a toujours été décrite comme le passage vers une autre vie, immatérielle, dans laquelle nous continuons à exister en tant qu’esprit.

Mais qu’en est-il des athées pour qui la seule réalité est celle de la vie matérielle et l’état de poussière le seul engendré par la mort ?

De ce fait, toutes mes lectures sur ce sujet m’ont toujours laissé dans l’expectative et dans le questionnement jusqu’au jour où j’ai découvert la bioénergie. Découverte qui a considérablement changé ma vision et mes ressentis sur la mort.

Ce livre s’articule autour de deux parties. La première brosse l’essentiel de ce qui a été écrit au sujet de la mort, la deuxième est le fruit de mon expérience vécue dans le contact établi avec les êtres désincarnés qui accompagnent les personnes que je reçois en consultation, non pas de voyance mais de thérapie énergétique.

Je n’affirme aucunement détenir une vérité, quelle qu’elle soit. Je suis simplement désireux de partager les expériences qui sont les miennes dans le quotidien de mes consultations. Celles qui m’interpellent sur la proximité vibratoire manifestée par des personnes défuntes.

Et je reste totalement ouvert et disponible pour tout échange sur ce sujet.

Avertissement

L’homme occidental ne donne souvent crédit qu’aux phénomènes expliqués par la science mais il a tendance à perdre de vue que la science est faite par l’homme, elle dépend donc du stade d’évolution de ce dernier. Si l’homme se trompe, la science se trompe, ce ne sont pas les exemples du passé qui manquent. La science, en l’état actuel, ne peut pas tout expliquer mais ce n’est pas parce qu’un phénomène n’est pas expliqué ou prouvé scientifiquement qu’il n’existe pas pour autant.

De ce fait, vont être abordées dans cet ouvrage des notions actuellement rejetées par la majorité de la communauté scientifique comme les EMI, le voyage astral, la télépathie, les êtres désincarnés, les perceptions extrasensorielles.

Ces phénomènes, pourtant reconnus par tous les peuples de la planète, sont reniés par la croyance scientiste de la pensée matérialiste.

Les témoignages, dans ce livre, ne s’appuient sur aucune tradition ni religion. Ils sont le strict reflet de ma pratique professionnelle quotidienne.

Je n’ai, pour autant, aucunement l’envie de faire un énième ouvrage regroupant des témoignages d’EMI. Cela a déjà été fait et je ne vois donc pas l’intérêt d’une telle démarche.

De même, beaucoup d’ouvrages ont été rédigés sur les mémoires familiales et comment elles interférent dans notre vie. Cet ouvrage n’est donc pas, non plus, un livre sur les mémoires en psycho généalogie.

Il aborde un thème bien plus singulier qui est la possibilité que des êtres désincarnés puissent nous délivrer des messages pour nous faire évoluer.

Ce que je vais vous relater est le fruit de mon expérience, vécue dans mon cadre professionnel depuis plusieurs années. Elle consiste à ressentir et à entendre certaines « manifestations non rationnelles » quand je reçois des personnes en consultation.

J’insiste sur le fait que ces êtres désincarnés se manifestent d’eux-mêmes car, en aucun cas et en aucune circonstance, je ne veux les invoquer.

Il est commun de parler des médiums qui peuvent capter les messages d’êtres décédés. Je ne suis pas médium et je le revendique. J’ai étendu mes perceptions extrasensorielles, comme chacun peut le faire, en m’exerçant afin de les développer. Cela va aussi être exposé dans cet ouvrage.

A
Le fonctionnement cérébral

1) Les perceptions extrasensorielles

Nous percevons notre environnement par nos cinq sens : le toucher, la vue, l’ouïe, l’odorat et le goût. Néanmoins, certaines perceptions ne se font pas par nos cinq sens. Cette autre faculté de perception a été appelée, de façon réductrice, le sixième sens. Cette appellation populaire porte une dénomination plus scientifique : les perceptions extrasensorielles. Elles regroupent la médiumnité, la claire audience, la claire voyance, la télépathie, la capacité à percevoir des informations vérifiables de façon intuitive.

Le cerveau est un émetteur récepteur qui est loin d’avoir livré tous ses secrets. En effet, les neurosciences ne cessent de découvrir ses extraordinaires facultés. La kinésiologie, à son niveau, a aussi beaucoup contribué à mieux comprendre l’utilisation de ce magnifique ordinateur. J’ai découvert la structure des perceptions extrasensorielles grâce à la kinésiologie mentale développée par les australiens et je n’ai cessé de m’y intéresser au travers de différentes approches complémentaires dont la bioénergie.

Les perceptions extrasensorielles sont une faculté innée du cerveau qui ne demande qu’à être développée. Nous sommes tous dotés de perceptions extrasensorielles.

Certains sont dotés naturellement d’une médiumnité extraordinaire. Toutefois, chacun a la possibilité de travailler cette faculté. Je n’ai jamais eu de faculté particulière mais à force de me « brancher » sur les personnes que je reçois en consultation en essayant de taire mon mental, j’ai développé, peu à peu, la faculté de recevoir des images, des mots, des phrases puis des scènes que je relate à la personne qui atteste de la véracité des messages reçus.

Plus j’accueille sans juger ce que je reçois plus ma faculté de médiumnité se développe.

Nous connaissons tous les ondes électromagnétiques, les ondes radio et nous n’avons aucun doute sur leur existence bien qu’elles ne soient pas visibles. Nous sommes moins nombreux à savoir que la pensée est une information, une bande fréquentielle qui voyage dans l’espace de la même manière qu’une onde radio. Le cerveau est un récepteur émetteur d’ondes et chaque cerveau, selon son degré de sensibilité, va capter des ondes spécifiques.

De la même manière qu’un poste radio capte la fréquence d’une station radio en fonction de la bande choisie, le cerveau peut capter des informations voyageant dans le monde de l’astral, c’est-à-dire dans le monde de la pensée, en fonction aussi de sa propre fréquence vibratoire.

Le cerveau peut donc capter la pensée des vivants mais aussi celle des êtres décédés et ceci via les perceptions extra sensorielles.

Pour entrer en communication avec un être désincarné il faut être en mesure de capter sa fréquence vibratoire. On dit que l’on est sur la même longueur d’ondes. Ceci est valable, bien entendu, aussi pour les vivants. De ce fait, les médiums peuvent capter certains défunts et pas d’autres en vertu de ce critère.

Certains médiums captent sans arrêt les messages de défunts qui viennent à eux car leurs antennes sont très développées. Cependant, s’ils n’apprennent pas à filtrer les communications, outre la fatigue que cela implique de toujours être branché sur leurs perceptions extrasensorielles, leur vie peut vite se transformer en cauchemar. Il est donc nécessaire que la médiumnité soit canalisée ce qui demande un cadrage émotionnel et mental.

Certaines communications peuvent être très claires et d’autres moins selon que le canal de communication est bien syntonisé ou non.

Il est évident qu’un vrai médium ne peut pas se brancher sur dix personnes décédées par jour sans courir le risque de commettre des erreurs d’interprétation des messages reçus.

Toute la difficulté est de déterminer les ondes reçues et si le message est bien envoyé par le défunt en question. Ceci demande beaucoup de discernement et d’expérience et de savoir toujours prendre du recul par rapport aux informations reçues.

2) Le fonctionnement croisé du cerveau

Avant d’aborder la partie dédiée aux êtres décédés et aux témoignages, je voudrai faire un bref exposé sur la manière dont notre émetteur récepteur fonctionne.

Le cerveau se divise en deux parties, le cerveau droit et le cerveau gauche.

Le cerveau droit est le cerveau intuitif, il fonctionne dans une vision globale des choses.

Le cerveau gauche est le cerveau rationnel, il fonctionne dans une vision fractionnée et analytique des choses.

Le corps calleux effectue la liaison entre les deux cerveaux. Un cerveau équilibré est donc un cerveau capable de fonctionner sur ses deux hémisphères, en mode croisé via le corps calleux.

Une personne fonctionnant en excès sur son cerveau gauche va être dans une rationalité exacerbée qui a de fortes chances de la couper de son ressenti et d’une vision globale de la réalité. Le cerveau gauche prône une vision scientifique des phénomènes et ne croit que ce qu’il voit ou ce que la science peut prouver. Le but de cet hémisphère est « contrôle à tout prix ». Ce rationnel risque donc fort de ne pas être ouvert à tout ce qui va être abordé dans ce livre et il mettra en avant des arguments pour démonter ce qui n’est pas prouvé scientifiquement.

Une personne fonctionnant en excès sur son cerveau droit risque de ne pas mettre de discernement dans les informations reçues, prenant pour argent comptant tout ce qu’elle reçoit et perçoit. Le but de cet hémisphère est « ressenti à tout prix ». C’est dans ce fonctionnement du cerveau droit à outrance que l’on trouve les gens manquant d’ancrage et, entres autres, les délires mystiques.

Un cerveau équilibré fonctionne donc avec son ressenti mais en soumettant l’information reçue au filtre de la rationalité. Il est donc important de faire travailler son cerveau en mode croisé. Nous verrons au fil de cet ouvrage des méthodes simples pour faire travailler le cerveau en mode croisé.

Image 20

3) Les 9 fonctions cérébrales

La kinésiologie spécialisée nous apprend que le cerveau est muni de neuf fonctions cérébrales :

• L’imagination : c’est un outil incroyablement puissant qui est souvent mal compris donc mal utilisé. La créativité est souvent écrasée à l’école par l’obligation de se conformer au moule imposé qui ne lui laisse guère de place. Les enfants finissent ainsi, malheureusement, par être coupé de leur capacité à imaginer. Pourtant, si les enfants sont si souvent dans l’imaginaire c’est que cela est indispensable à leur épanouissement. Une incapacité à imaginer est une incapacité à vivre. Comment effectuer quelque chose si vous n’avez pas déjà imaginé, au préalable, le faire.

• La conscience ou capacité à changer : la vie nous demande sans arrêt de nous adapter. Ne pas s’adapter c’est se scléroser et courir le risque d’une rencontre brutale avec la réalité. Vivre c’est changer, si nous résistons à cela, nous créons un amas de tension préjudiciables à notre santé et à notre évolution. La traversée de la vie peut être plus ou moins douloureuse selon notre point vue sur les évènements qui surviennent. C’est souvent par le biais d’une maladie, d’un accident, ou de toute autre face à face avec la réalité que nous sommes obligés de changer notre regard.

• La capacité à récupérer ou récupération : notre corps est prévu pour réparer les dommages subis dans la journée. Cette récupération se déroule pendant la nuit. Si notre sommeil n’est pas réparateur, il se crée une dette de récupération. Nos ressources s’épuisent si nous ne pouvons pas récupérer.

• La compréhension : c’est la capacité à observer quelque chose à partir de points de vue et de positions différentes. Le cerveau nous permet de tourner autour d’une chose et de l’envelopper. Plus nous utilisons différentes directions pour aborder un sujet plus notre compréhension s’accroît.

• Le système d’activation réticulaire (SAR) ou concentration. Les enfants qui ont cette capacité débranchée n’arrivent pas à se concentrer ne serait-ce que quelques secondes ce qui, persistant dans le temps, handicape sérieusement leur capacité d’apprentissage et de mémorisation. Le SAR est donc la capacité à se concentrer sur une priorité dans une situation donnée et à un moment donné. Le SAR est une aire neurologique composée de minuscules neurones appelés formation réticulée qui se trouve dans le tronc cérébral. Il a été baptisé cerveau de l’éveil.

• La confiance ou capacité à faire confiance : si nous ne pouvons pas nous faire confiance nous nous invalidons nous-mêmes et avons tendance à projeter cette invalidation sur les autres. Nous nous sabotons et allons chercher l’approbation chez les autres. Si nous sommes capables de nous faire confiance nous pouvons nous sentir en sécurité en nous-mêmes.

• La capacité à répondre ou responsabilité : elle nous permet d’avoir la réaction appropriée à chaque stimulation ou circonstance extérieure nous permettant ainsi de faire les choix adéquats.

• Les voies de récompense cérébrales : elles libèrent les catécholamines dans le cerveau. Cette libération stimule le cerveau pour la production de nouvelles catécholamines. Cependant, sous l’influence d’une charge émotionnelle négative, le système limbique peut arrêter de produire des catécholamines. Or, nous avons besoin de ces hormones car elles sont associées aux processus d’apprentissage et de mémorisation ainsi qu’à la capacité à ressentir de la satisfaction et du plaisir. Ce qui peut expliquer que certaines personnes sont capables d’apprendre plus facilement en pratiquant une activité physique en même temps.

• L’apprentissage et la mémoire : ils sont intimement reliés aux voies de récompense cérébrales. Si on ne se souvient pas d’une information on ne peut pas réaliser le processus associé à cette information. Par exemple si on ne se souvient pas des instructions pour conduire un véhicule il nous sera très difficile de savoir le faire.

Quand une ou plusieurs fonctions cérébrales sont « débranchées » ou peu performantes suite à un traumatisme physique ou psychique, le cerveau ne fonctionne pas comme il devrait. Ceci peut entraîner tout un panel de troubles cognitifs. De ce fait, si vous avez des problèmes d’apprentissage, de concentration, de difficulté d’accès au plaisir, de blocages divers, il est essentiel de faire contrôler vos neuf fonctions cérébrales par un kinésiologue compétent formé à cette approche de kinésiologie mentale.

Image 8

Trois fonctions cérébrales vont retenir plus particulièrement notre attention pour développer la médiumnité :

• La conscience ou la capacité à changer.

• Le système d’activation réticulaire SAR ou concentration.

• La capacité à répondre.

La combinaison de ces trois fonctions ne produit pas les perceptions extra sensorielles mais crée les ressources requises pour accéder à des capacités de perception extrasensorielles efficaces et fiables. Chaque fonction cérébrale correspond à une position des yeux dans l’espace ainsi, le positionnement de ces trois fonctions crée une ligne verticale centrée au milieu du visage. La conscience est située en haut de cette ligne, la concentration avec le regard droit est située devant et la capacité à répondre se situe en bas. Ainsi, en parcourant avec le regard cette ligne de haut en bas et inversement de bas en haut, tête immobile, en respirant profondément, cela produit une activation de ces trois fonctions cérébrales donc une activation des ressources nécessaires au bon fonctionnement des perceptions extrasensorielles.

 

TECHNIQUE DE STIMULATION

Le premier exercice que je vous proposerai dans ce livre est donc la stimulation de cette ligne verticale centrée au milieu du visage. La technique consiste à balayer du regard cette ligne sans bouger la tête, sur une respiration profonde en laissant défiler les pensées qui se présentent.

Inspirez quand vous montez le regard, expirez quand vous descendez les yeux.

Pratiquez cet exercice régulièrement deux fois par jour quelques minutes, cela abaisse le niveau de stress, augmente la concentration et active de façon très efficace les perceptions extrasensorielles.

Il peut être pratiqué à tout moment et ne nécessite aucun matériel.

Nul besoin de matériel sophistiqué. Nous avons tout en nous pour nous relaxer, évoluer et grandir.

Les médiums, vous l’aurez compris, ont donc leurs perceptions extra sensorielles plus développées que la plupart des gens.

Cependant, nos facultés extrasensorielles ne fonctionnent pas seulement grâce à l’intégration de nos neuf fonctions cérébrales. Dans mon premier ouvrage « La santé sur tous les plans » aux éditions Qunitessence ou dans les livres de Yann Lipnick ou de Stéphane Cardinaux, il est fait une description de tous les canaux de perception que nous portons naturellement, que ce soit le canal de télépathie, le canal de médiumnité, de clair ressenti, de claire audience et de claire voyance.

 

4) Les canaux de perception

Ces canaux permettent de récupérer les vibrations venant du monde énergétique. Ce sont des voies de perception du monde environnant visible ou non. Toutes les informations vibratoires récupérées via nos canaux vont ensuite être analysées au niveau cérébral par une coordination de nos fonctions cérébrales.

Le canal de claire information ou clair savoir permet de capter l’ensemble des informations aboutissant à la conceptualisation d’une situation donnée, il permet de se connecter à la bibliothèque universelle qui porte le nom d’annales akashiques.

Le canal de claire vision ou claire voyance permet de recevoir des images, des flashs du monde invisible pour une situation donnée.

Le canal de claire audience permet d’entendre des sons, des mots provenant des plans subtils

Le canal de claire olfaction, moins performant pour la plupart des personnes il permet de sentir les odeurs physiques ou éthériques provenant du monde subtil.

Le canal de clair ressenti parcourt les bras jusqu’aux oreilles. Il permet la palpation de l’immatériel, de l’énergie. Il est le plus facile à développer.

Le canal de télépathie permet l’échange d’information d’une personne à une autre ou d’une présence invisible vers nous quelle que soit la distance.

Le canal de claire saveur tout comme celui de la claire olfaction il est moins performant pour la plupart. Il permet de recevoir des informations subtiles au niveau des saveurs physiques et éthériques.

Le canal de claire guidance ou médiumnité permet la réception avec les guides, les êtres de lumière, les êtres décédés via la réception d’un fichier crypté à décoder. Il dépend du taux vibratoire de celui qui l’utilise, de sa clarté mentale et de son humilité. Si ces derniers sont insuffisants des présences mal intentionnées peuvent abuser la personne qui utilise ce canal la conduisant à un déséquilibre mental, ce qui est malheureusement le cas de certains médiums assénant leur perception comme une vérité.

Tous ces canaux arrivent, à l’exception du canal de clair ressenti, à quelques centimètres de la glande pinéale qui sert de relais entre les canaux et le cerveau. Celui du clair ressenti est relié à la glande pinéale par une membrane passant par l’oreille interne.

5) La glande pinéale

La glande pinéale ou épiphyse est riche en cristaux d’apatite. L’apatite est une pierre qui a la propriété de résonner avec les fréquences provenant des plans subtils non matériels. Elle est indispensable à notre survie et à notre développement cérébral.

Elle crée la sérotonine qui est une hormone qui produit l’état de sommeil.

Elle crée également la DMT (Dimethyltryptamine) qui est une drogue produisant les rêves.

La DMT est relâchée toutes les...

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Les 12 portes du Kaama

de editions-edilivre

Le Prix des choses

de editions-edilivre

Le Chant de Marie

de editions-edilivre

suivant