ILS SONT FOUS CES HUMAINS !

De
Publié par

En appliquant le système victimaire du bouc émissaire comme origine structurante du religieux primitif et la triangularité du désir mimétique à l’univers riche et complexe d’Astérix, nous touchons le simple bonheur de relire autrement les aventures du petit guerrier plein d’astuces, avec un angle de vision renouvelée. Puis tout en se divertissant, nous saisirons enfin toute la richesse des thèses de René Girard, illustrées par un corpus d’images familières. Du coup, nous percevons combien nous sommes proches des thèses réputées subtiles, et combien des anecdotes faites pour divertir sont porteuses de sens.
Publié le : mardi 1 janvier 2002
Lecture(s) : 219
EAN13 : 9782296297500
Nombre de pages : 193
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Ils sont fous ces
humains!
Détritus,
la bonne conscience d'Astérix
Les intuitions
de
René Girard
chez
Goscinny et UderzoCollection Crise et Anthropologie de la relation
dirigée par Marie-Louise Martinez
Une situation actuelle de crise diffuse, insidieuse ou
paroxystique est observable dans différents champs et domaines de
la culture (famille, éducation, médecine et thérapie, entreprise,
médias, sport, art, droit, politique, religion, etc.). Elle est envisagée
selon diverses perspectives (littérature, sciences humaines:
psychologie, sociologie, anthropologie, philosophie, etc.) et bien
souvent selon des approches interdisciplinaires, pluridisciplinaires
et transdisciplinaires. Ces recherches et travaux donnent lieu à un
véritable paradigme qui pourrait bien contribuer à définir un
nouvel humanisme. Il paraît utile de les rassembler, pour rendre
plus perceptibles leur cohésion et leur convergence malgré les
diversités ou grâce à elles.
Cette collection se propose de publier en langue française des
ouvrages (inédits ou traductions) dont les traits communs sont:
- décrire, analyser et déconstruire la crise et la violence qui se
manifestent par des dysfonctionnements intrasubjectif,
intersubjectif, institutionnel, civil,
- dévoiler la relation et le lien dans ses perturbations comme ses
ruptures: désir, mimétisme, indifférenciation, exclusion...,
- décrire et analyser afin de substituer à certaines règles
relationnelles une communication intersubjective, institutionnelle,
civile, de respect de la personne et d'ouverture à l'Altérité.
Déjà parus
Jean-Paul MUGNIER, Le silence des enfants, 1999.
Francis JACQUES, Écrits anthropologiques, 2000.
M.L. MARTINEZ, J. SEKNADJE-ASKENAZI, Violence et éducation,
2001.
Olivier MAUREL, Essais sur le mimétisme, 2002.Bernard Lassablière
Ils sont fous
ces humains!
Détritus,
la bonne conscience d'Astérix
Les intuitions de René Girard
chez
Goscinny et Uderzo
L'Harmattan L'Harmattan Hongrie L'Harmattan Italla
5-7, rue de l'École-Polytechnique Hargita u. 3 Via Bava, 37
75005 Paris 1026 Budapest 10214 Torino
FRANCE HONGRIE ITALIE(Ç)L'Harmattan,2002
ISBN: 2-7475-2965-7A MARIE CLAUDERemerciements
à
Anne Marchant pour ses précieux conseils
Isabelle Pichon pour son amicale assistance informatique
Pierre Simorre pour l'illustration
JeanPaul Komobis responsable du site français consacré aux
thèses de René Girard: http://home.nordnet.fr/ @jpkomobis
Pour son soutien
Gilberte et Michel Détraz pour la finition
Marie Louise Martinez pour son enthousiasmeNOTATION DES OUVRAGES CITES
Aventures d'Astérix par Goscinny et Uderzo
Chez Dargaud éditeur
(1) Astérix le gaulois
(2) La sepe d'or
(3) Astérix et les Goths
(4) Astérix gladiateur
(5) Le tour de Gaule
(6) Astérix et Cléopâtre
(7) Le combat des chefs
(8) Astérix chez les Bretons
(9) Astérix et les Nowands
(10) Astérix légionnaire
(11 ) Le bouclier Arverne
(12) Astérix aux Jeux o!Jmpiques
(13) Astérix et le chaudron
(14) Astérix en Hispanie
(15) La ilzanie
(16) Astérix chez les Helvètes
(17) Le domaine des dieux
(18) Les lauriers de César
(19) Le devin
(20) Astérix en Corse
(21) Le cadeau de César
(22) La grande traversée
(23) Obélix et compagnie
(24) Astérix chez les Belges
Aventures d'Astérix par Albert Uderzo
- 7-Aux éditions Albert René
(25) Le grand fossé
(26) L'ocfyssée d'Astérix
(27) Le fils d'Astérix
(28) Astérix chez Rahazade
(29) La rose et le glaive
(30) La galère d'Obélix
(31) Astérix et la Traviata
Ouvrages de René Girard
Aux Editions Grasset
(MR) Mensonge romantique et vérité romanesque, 1961
(VS) La violence et le sacré, 1972
(CS) Critique dans un souterrain, 1976
(CC) Des choses cachées depuis la fondation du monde, 1978
(BE) Le bouc émissaire, 1982
(RA) La route antique des hommes peroers, 1985
(FE) Shakespeare, lesfeux de t envie, 1990
(SAT) Je vois satan tomber comme l'éclair, 1999
Autres éditeurs
(QCC) Quand ces choses commenceront, chez Arléa, 1994
(SCA) Celui par qui le scandale arrive, chez Desclée de Brouwer, 2001
- 8-«Le tout c'est de vivre tranquille
avec la forêt, les Rom.ains, les am.is,
les sangliers, les ... »
Le chef Abraracourcix
Le cadeau de CésarPROLOGUE
1959/2002
Eté 1959 : Goscinny et Uderzo créent Astérix et Obélix ,
qui verront le jour très vite en octobre de la même année dans le
premier numéro du journal Pilote. Cet hebdomadaire comique
se dotera bientôt d'un slogan programme «Le journal qui
s'amuse à réfléchir ».
C'est ce que je propose de faire ici, à propos des trente
et une aventures d'Astérix.
«Tout s'est présenté à moi en 1959.. c'était entièrement
là au départ, tout ensemble. TI n'y a pas de système Girard,
j'exploite une intuition unique mais très dense» déclare René
Girard dans Quand ces choses commenceront. (p. 189)
2002 : Nos héros de papier ont 43 ans; Goscinny nous a
quitté depuis 25 ans déjà; Uderzo vient de publier Astérix et la
Traviata; le film Mission Cléopâtre illumine nos salles de cinéma;
Girard vient d'écrire Celuipar qui le scandalearrive.
Né fin juillet 1959, l'auteur a le même âge qu'Astérix et Obélix,
.. .oui, vraiment, tout commence en 1959.
- 11-INTRODUCTION
« Il ne faut jamais parler sèchement à un Numide. » (17)
«Tous les étés, les Ibéres sont plus rudes.(14») ... comment
oublier ces trouvailles bien goscinniennes, inscrites à jamais au
patrimoine mondial de l'humour !
Découvrir de surcroît dans ces fantaisies de papier de
prometteuses intuitions dignes de figurer au registre du savoir ...
beaucoup en douteraient.
Et pourtant, il y a des choses cachées dans le petit village
gaulois que nous connaissons depuis si longtemps.
Et nous le savons tous.
A chaque relecture, nous découvrons un jeu de mots,
une astuce, une caricature de célébrité qui nous avait échappé.
Avons-nous pris la peine de traduire toutes les citations latines
qui émaillent les dialogues? Non, bien sûr. Et les noms des
personnages, les avons-nous tous déchiffrés? Loin de moi la
tentation de dévoiler ces divins mystères.
Goscinny disait d'Astérix: «C'est un petit bonhomme
dessiné au crayon qu'on peut effacer. C'est tout. »
Eh bien, non!
Ce n'est pas tout.
En utilisant les thèses de René Girard exposées dans La
violence et le sacré et Des choses cachées depuis la fOndation du monde, en
rapprochant le génie de ces deux René, nous allons redécouvrir
Astérix et tout son univers, avec des clés de lectures originales,
en apparence insolites, mais fort révélatrices.
Tout au long de ce parcours, un fil rouge omniprésent
nous guidera, la théorie girardienne, avec ses instruments
mimétiques et victimaires : autant de clés décrivant comment
s'éclipse et se retrouve le bon sens.
En réexplorant les trente et un albums d'Astérix, nous
pourrons goûter le génie propre d'Albert Uderzo qui releva le
défi de la succession et traita à sa manière ces personnages
désormais immortels.
- 13-Mon ambition?
Vous inviter à relire Astérix .
Puis fortifiés par cet élixir d'humour si humain, vous voir quitter
le port gracieux de la bande dessinée et mettre les voiles pour le
grand océan de l'oeuvre girardienne.
(Il n'est pas ici nécessaire d'avoir lu tout Astérix, en revanche
revoir La :dzanieaidera à une meilleure appréciation.)
- 14-- I -
DECHIRANTES RIVALITES
OU
DU DESIR
A LA VIOLENCE
« Ce que je veux,
c'est un bonheur qui n'excite pasl'envie. »
Eschyle. Agamemnon.
« Les gens ne connaissent pas leur bonheur,
mais celui des autres ne leur échappe jamais. »
Pierre DaninosCa commence toujours de la même façon:
Un joli village où tout le monde vit en paix; chacun
vaque à ses affaires dans une ambiance sympathique: les
Gaulois se saluent joyeusement, une anecdote, souvent un gag,
les rassemblent, preuve que ce qui touche l'un d'entre eux les
concerne tous, les souffrances hépatiques d'un chef qui ripaille à
l'excès, l'inquiétude du druide qui attend son fournisseur,
l'arrivée bruyante d'un neveu d'Abraracourcix, et, symptôme
plus révélateur de cette paix, l'ennui qui contamine Obélix dans
sa galère.
Un village si calme, si proche du quotidien français...
Ca finit toujours par un joyeux banquet:
Des convives festoient, réunis en cercle autour d'un feu
où les sangliers rôtissent, tout près d'un arbre où trône une
hutte. A son pied, un homme ligoté et bâillonné.
Entre ces deux images idylliques, quelques péripéties
avec les Romains, souvent un voyage à l'étranger, histoire
d'explorer le monde et de sortir du train-train: chasses en forêt,
rencontres sportives dans les camps romains et débats animés
sur la fraîcheur de la poissonnerie locale.
Cette toile de fond très simple nous installe, lecteurs, en
un ronron intime et confortable; l'aventure peut commencer...
- 16-1-Le bon sens gaulois et ses éclipses
« - Ah! Quand je pense à ma soeur qui a épousé Dithyrambix I..
- Dithyrambix est un imbécile!
- Peut-être, mais un imbécile riche qui a réussi!. »
Dialogue entre Abraracourcix et Bonnemine ?
Non!
Entre Orthopédix et Angine, couple symétrique, dans Le cadeaude
César.
Les Gaulois du village d'Astérix sont-ils dotés d'un bon
sens enviable, au point de nous dispenser d'utiles leçons de
sagesse quotidienne?
Ma foi, oui.
N'ont-ils pas à leur actif une résistance victorieuse contre
un envahisseur tout puissant, Jules César lui-même, excusez du
peu, qui dirige d'une main de fer tout l'empire romain ?
Cette poignée dérisoire de résistants n'ont rien de héros
super virils. Oh, ils tirent leur force de la potion magique qui les
rend invincibles, bien sûr, mais nous savons que la force ne
mène nulle part sans un brin de jugeotte.
Or de ce côté, nous sommes rassurés: Astérix est réputé
futé, malin et astucieux; le druide Panoramix bénéficie d'une
autorité et d'une hauteur de vue incontestées et Abraracourcix le
chef, le héros de Gergovie, incarne le discours politique le plus
responsable, à la fois courageux et soucieux de la sécurité de
tous. Le reste du village peut vivre en paix ; en cas de crise, il
suivra les décisions de ce trio d'adultes, véritable conseil
d'administration, réduit mais fiable.
En fait, ils n'ont peur de rien, nos Gaulois, sauf que le
ciel leur tombe un jour sur la tête et comme aime à le répéter le
chef sur son pavois « C'est pas demain la veille. »
Et pourtant!
- 17-Sont-ils trop humains, ces villageois! Leur bon sens
semble altéré, secoué, voire balayé par accès subits et extrêmes,
pour une broutille, et ces dérapages n'épargnent personne ou
presque. Au point que parfois on a l'impression que le ciel,
vraiment, leur est tombé sur la tête et leur a soufflé bourrasque
en lieu et place de la raison.
Dans Obélix et compagnie,les trois sages doivent gérer une
crise sévère. En effet, tous les habitants vivent une fièvre
concurrentielle démente, le commerce du menhir à vaste
échelle. L'emballement général exerce sur tous une pression
terrible. Abraracourcix, le chef, convoque Astérix et Panoramix
et leur confie son tourment: «Je sais depuis longtemps qu'ils
sont tous dingues, mais c'est Bonemine qui me dit que je devrais
faire des menhirs, elle n'ose plus se montrer devant ses amies...
leurs maris sont pleins de sesterces... »
Le chef reste concerné par la folie ambiante, mais il ne
succombe pas à la course à l'enrichissement, malgré la jalousie
qui dévore sa femme.
Voilà, se dit-on, un homme comme moi, peu enclin à
abandonner son libre arbitre au vent de la mode, et qui oppose
une stature d'autorité aux suggestions dérangeantes du milieu
comme aux injonctions impérieuses de sa compagne.
Hélas!
On le surprend à plusieurs reprises en flagrant délit
d'envie furieuse vis-à-vis de son beau-frère, le riche
Homéopatix. Leur rivalité culmine dans l'introduction des
Lauriers de César. Homéopatix étale sa richesse, son confort et
son mépris pour la province: «Le reste de la Gaule, c'est bon
pour les sangliers.» TI appelle son beau frère «machin».
Abraracourcix va lutter avec vaillance contre ce rival qui éblouit
sa femme. « Tu ne m'impressionnes pas avec tes cochonneries. »
Il joue la seule carte qu'il ait en main : « En tout cas, je n'ai
peut-être pas ton or, mais moi, j'ai la gloire! »
Et voilà!
Notre chef jusqu'ici plein de bon sens va jeter un défi
tout à fait infantile: offrir un ragoût parfumé aux lauriers de la
- 18-couronne de César, pas moins! Et l'alcool ne fait rien à
l'histoire; l'ivresse a bon dos. C'est un simple délire d'orgueil
face à un rival tout puissant qui déclenche l'improbable
expédition à Rome, la plus prestigieuse cité de l'univers.
Farpaitement !
Dans Astérix chez les Belges, notre digne chef dérape
encore plus gravement dans la perte de bon sens, et sans pinte
de vin !Jules César a osé affirmé que « de tous les peuples, c'est
le peuple belge le plus courageux.» (Authentique I Vérifiez
dans La guerre des Gaules.) Abraracourcix clame alors, outragé,
que «de tous les peuples de la Gaule, le plus courageux, c'est
mOl. »
Manifeste embardée narcissique I
Quand la rivalité s'en mêle, le bon sens déserte. L'insulte
est dérisoire, l'enjeu nul, mais dans le contexte de la rivalité entre
Gaulois et Romains dont de nombreux albums s'alimentent, la
notion de fierté nationale, l'honneur du village incarné par son
chef, devient le ressort de l'intrigue.
La remarque pleine de sagesse du druide n'y fera rien:
« Si les Belges sont braves, tant mieux pour eux, et tant pis pour
César, occupons-nous de nos affaires. »
Mais quelques personnages au moins échappent à ces
considérations aussi mesquines que ridicules.
Toumons nous un instant vers le plus enfantin des héros
du village, un bas du ventre qui n'a que deux préoccupations
dans la vie, manger des sangliers et donner des baffes aux
Romains: Obélix est à coup sûr le moins prédisposé à désirer
les désirs d'autrui, à partager des futilités pour le prestige et à
jouer des coudes dans des rivalités de circonstances. Il ne songe
pas à se présenter comme chef du village dans Le cadeau de
César; d'ailleurs, pour lui, tout le monde est fou, dès lors que le
monde se détourne de ses deux préoccupations habituelles.
Autant dire qu'avec Astérix, il apparaît comme le personnage le
moins apte à voir ses envies contaminées, suggérées par les
- 19-

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.