Initiation thématique à la sociologie

De
Revue et augmentée, cette deuxième édition du manuel paru en 1990 initie les étudiants du niveau postsecondaire aux méthodes qualitatives et quantitatives en sociologie. L’ouvrage réunit les contributions de seize spécialistes sur des thèmes incontournables en sociologie qui sont aussi des préoccupations d’actualité : famille, sexualité, éducation, jeunesse, vieillissement, santé, déviance, relations ethniques, stratification sociale, travail, économie et économie sociale, politiques, mouvements sociaux, communication. Les introductions à la sociologie sont généralement axées sur les théories et les écoles, et accordent moins de place aux données empiriques. Et la plupart proviennent de la France. Parmi les quelques introductions conçues pour le Québec et le Canada, Initiation thématique à la sociologie est la seule qui intègre des données tant québécoises que canadiennes.
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
souestealmmLfaminoladireJeLnaitcednoSdeonafntta
sociologie Initthiàltamioantique
Initiation thématique dàe ux ilè maeé d ist i o nor e vcu eie taou glm e not é egie
sous la direction de Jean Lafontant et de Simon Laflamme
Extrait de la publication
Prise deparole Cognitio
Initiation thématique à lasociologie
Autres ouvrages des directeurs du manuel JEANLAFONTANT Introduction à la sociologie : notes de cours du professeur,Winnipeg, Presses universitaires de Saint-Boniface, 2002. (dir.),L’État et les minorités,Winnipeg, Éditions du Blé et Presses universitaires de Saint-Boniface, 1993. (dir.),Initiation thématique à la sociologie,Winnipeg, Éditions des Plaines, 1990. avec Raymond Théberge (dir.),?,Demain la francophonie en milieu minoritaire Winnipeg, Centre de recherche, Collège universitaire de Saint-Boniface, 1987.
S L IMON AFLAMME Suites sociologiques,Sudbury, Prise de parole, Collection Épistémè, 2006. Homogénéité et distinction, Sudbury, Prise de parole, Ancrages, 2003. Avec Ali Reguigui. Des biens, des idées et des personnes au Canada, 1981-1995. Analyse macrologique relationnelle, Sudbury, Prise de parole / Paris, L’Harmattan, 2000. Vivre dans l’alternance linguistique. Médias, langue et littératie en Ontario français, Sudbury, Centre franco-ontarien de ressources en alphabétisation (FORA), 1998. Avec Christiane Bernier.Deux groupes linguistiques, une communication de masse, Montréal et Paris, L’Harmattan, Logiques sociales, 1997. Avec Ali Reguigui. Humain objet, humain sujet : initiation à quelques notions de philosophie de l’histoire et d’épistémologie des sciences humaines, Série monographique en sciences humaines et Institut franco-ontarien, 1996. Communication et émotion. Essai de microsociologie relationnelle,Paris, L’Harmattan, Logiques sociales, 1995. Être un être social, Montréal, Guérin, 1994. Avec Christiane Bernier. La société intégrée. De la circulation des biens, des idées et des personnes, Peter Lang, New York, Berne, Worcester Polytechnic Institute, Studies in Science, Technology and Culture, 1992. L’ambition démesurée: enquête sur les aspirations et les représentations des étudiants et des étudiantes francophones du Nord-Est de l’Ontario, Sudbury, Prise de parole et Institut franco-ontarien, Collection universitaire, 1990. Avec Donald Dennie. Contribution à la critique de la persuasion politique, Sillery (Québec), Presses de l’Université du Québec, 1987.
Initiation thématique à lasociologie D E U X I È M EÉ D I T I O N,R E V U EE TA U G M E N T É E
sous la direction de Jean Lafontant et de Simon Laflamme
Cognitio CollectionCognitioÉditions Prise de parole Sudbury 2008
Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives Canada
Initiation thématique à la sociologie / sous la direction de e Jean Lafontant et Simon Laflamme. — 2 éd., revue et augm.
(Collection Cognitio) Comprend des références bibliographiques et un index. ISBN 9782894231302
1. Sociologie. I. Lafontant, Jean II. Laflamme, Simon III. Collection.
HM55.I55 2008
301
C20089015800
Distribution au Québec : Diffusion Prologue • 1650, boul. Lionel-Bertrand• Boisbriand (QC) J7H 1N7 • 450-434-0306
Ancrées dans le NouvelOntario, les Éditions Prise de parole appuient les auteurs et les créateurs d’expression et de culture françaises au Canada, en privilégiant des œuvres de facture contemporaine.
La maison d’édition remercie le Conseil des Arts de l’Ontario, le Conseil des Arts du Canada, le Patrimoine canadien (Programme d’appui aux langues officielles et Programme d’aide au développement de l’industrie de l’édition) et la Ville du Grand Sudbury de leur appui financier.
La collection « Cognitio » publie des manuels et des ouvrages de synthèse en sciences humaines, destinés en priorité aux programmes postsecondaires du Canada français.
Conception de la page de couverture & mise en pages : Olivier Lasser
Tous droits de traduction, de reproduction et d’adaptation réservés pour tous pays.
Imprimé au Canada.
Copyright © Ottawa, 2008
Éditions Prise de parole
C.P. 550, Sudbury (Ontario) Canada P3E 4R2
http://pdp.recf.ca
ISBN 9782894231302
ISBN 9782894233047 (Numérique)
Extrait de la publication
Remerciements
Nous remercions les Éditions Prise de parole pour son initiative de publier une version nou-velle et augmentée du manuel d’Initiation thématique à la sociologie, suite à la première, parue aux Éditions des Plaines en 1990. Nous remercions particulièrement nos collaboratrices et collaborateurs pour leur patience à formuler leur savoir spécialisé, à la fois avec rigueur et mansuétude, de manière à pouvoir le transmettre à des apprentis-sociologues. Enfin, notre reconnaissance va à tous ceux et celles qui nous ont encouragés et aidés dans la réalisation de ce projet.
J L S L EAN AFONTANT ET IMON AFLAMME
Extrait de la publication
5
Extrait de la publication
Avant-propos
Jean Lafontant a dirigé la publication d’Initiation thématique à la sociologie, manuel qui est paru en 1990 aux Éditions des Plaines. Certains chapitres ont été reproduits séparément dans divers contextes. Après peu de temps, le manuel a été réimprimé ; puis les réserves se sont épuisées. De toute évidence, ce livre répondait à un besoin. C’est le constat auquel plusieurs sont arrivés et c’est la raison pour laquelle il est apparu nécessaire de produire une nouvelle édition de l’ouvrage.
L’objectif du manuel était simple : initier l’étudiant francophone canadien, de niveau postse-condaire, à l’approche sociologique et aux divers domaines de recherche de la discipline.
Il y a plusieurs façons d’aborder les questions intellectuelles qu’examine la sociologie. Par exemple, on peut les situer par rapport au contexte sociohistoriquequi les a formulées ; carac-tériser leur développement théorique par rapport aux disciplines voisines qui ont été ses inter-locutrices, en particulier la philosophie, l’histoire, la psychologie. Jean Lafontant avait choisi, comme d’autres avant lui issus notamment de la traditionuniversitaire anglo-saxonne, de réunir des contributions de spécialistes. Si cette stratégiea l’inconvénient de livrer un en-semble auquel on peut éventuellement reprocher des défauts d’uniformisation, elle a néan-moins le mérited’offrir des contenus qui correspondent à la manière dont un spécialiste perçoit le domaine à l’intérieur duquel il opère.
Quand est venu le tempsde rééditer l’ouvrage, il a été convenu d’entrée de jeu qu’il fallait de nouveau recourir aux spécialistes, aussi bien pour assurer la continuité avec le premier ouvrage qu’à cause des vertus qui sont associées à cette façon de proposer une initiation. Afin d’atté-nuer les difficultés attribuables à la pluralité des contributions, il a été entendu que tous les auteurs qui collaboreraient au manuel recevraient des directives communes quant à la perti-nence pédagogiquedes aspects suivants : les descriptions empiriques résultant de recherches canadiennes ; la diversité des paradigmes d’interprétation ; les bénéfices de l’interpellation intellectuelle, par l’usage approprié du paradoxe ; une structuration explicite du discours et un langageclair. Il a par contre été convenu que ces consignes ne devaient pas éliminer la per-sonnalité de chacun des textes. Il a aussi été retenu qu’un travaild’édition, effectuéa poste-riori, tenterait de donner au tout une unité formelle, sans pour autant affecter chacun de ses éléments. Il a par ailleurs été décidé que tous les chapitres devaient être repris et mis à jour, qu’il fallait en ajouter de nouveaux à l’édition précédente afin de permettre au manuel de couvrir davantage de domaines et de mieux correspondre à la sociologie contemporaine.
Extrait de la publication
7
8aI ni t i at i on à l t hémat i que soci ol ogi e
Le nouveau manuel compte 16 chapitres ; le précédent en comptait 12. Se sont ajoutés des thèmes comme l’éducation, la santé, les mouvements sociauxet la communication. On y retrouvera des chapitres sur les méthodes, la famille, le travailou le vieillissement. Un chapitre sur la religionn’a pas été repris.
Il y a plusieurs façons de regrouper les questions sur lesquelles travaillent les sociologues. On peut, par exemple, réunir, d’un côté, celles qui ont trait aux institutions, comme l’écoleou la famille, et, de l’autre, celles qui se rapportent aux activités, comme le travailou le militantisme. On peut aussi rassembler des sujets plus abstraits, comme les méthodes et les théories, puis les distinguer des diverses constituantes de la société, comme la familleou la politique. Toutes ces nomenclatures ont leurs qualités et leurs défauts, le principal de ces défauts découlant du fait que tout objet est multiforme. Si, par exemple, on distingue ce qui est de l’ordre des institutions de ce qui est de celui de l’activité, on découvre qu’une réalité comme la familleest aussi bien une institutionque le produit d’activités, ou encore qu’un milieuau sein duquel ont cours des activités. Si la classification sépare les questions en fonction de leur degré d’abstraction, on s’aperçoit rapidement que la présentation de toute thématique suppose l’apport de l’abstrac-tion, qu’on ne peut, par exemple, discuter de la familleen l’absence de théorie ou d’informations obtenues dans un cadre méthodologique. Conscients, donc, que toute classification comporte ses difficultés, mais comprenant également que les thèmes ne pouvaient être distribués aléatoi-rement dans le manuel, nous avons convenu de les répartir dans quatre parties.
La première partie est d’ordre général. Elle comprend deux chapitres. Le chapitre I présente des notions sociologiques de base, introduit aux approches les plus classiques de la discipline, c’est-à-dire à diverses manières dont les sociologues ont compris les modes selon lesquels les sociétés sont constituées ou les façons dont les humains interagissent. Le chapitre II, lui, fait état des méthodes auxquelles recourent les sociologues quand ils veulent rendre compte des structures sociales, ou encore des comportements des individus ou des collectifs.
La deuxième partie rassemble six chapitres (III à VIII) dont on pourrait dire qu’ils ont trait au vécu des individus, à leur bien-être, à leur développement. Le chapitre III porte sur la famille; il trace les formes de l’organisationfamiliale et leurs transformations. Le chapitre IV s’inté-resse à la sexualitécontemporaine ; il en décrit aussi bien les nombreuses manifestations que les théories qui en rendent compte. Le chapitre V concerne l’éducation; il parle de l’école, bien sûr, mais surtout de son influencesur le devenir des individus et sur les inégalités sociales. Le chapitre VI s’arrête sur la jeunesse ; il en montre les étapes et les modalités ; il indique à quel point l’objet est difficile à appréhender pour la sociologie. Le chapitre VII, lui, insiste sur le vieillissement; il en décrit les formes, les moments et les conditions. Le chapitre VIII, enfin, se penche sur la santé; il permet de comprendre que la santéest aussi bien sociale que physio-logique. Tous ces chapitres révèlent qu’un même objet peut être interprété de diverses façons sans pour autant ouvrir la sociologie sur l’infinitude ou sur la subjectivité ; tous ces chapitres rappellent que les phénomènes sociaux sont complexes autant par leur pluralité que par leurs transformations.
La troisième partie propose trois chapitres (IX à XI). Elle met l’accent sur la division sociale. Le chapitre IX discute de la déviance ; il signale qu’il n’est pas toujours simple de déterminer ce qui est normatif et ce qui ne l’est pas ; il montre comment les sociétés s’y prennent pour mini-miser la fréquence des actions qui ne correspondent pas aux normes. Le chapitre X apporte quelque éclairage sur les relations ethniques ; il examine la dynamique sociale contribuant à la
Extrait de la publication
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Rêve totalitaire de dieu l'amibe

de editions-prise-de-parole

Corbeaux en exil

de editions-prise-de-parole

Strip

de editions-prise-de-parole

suivant