Intervenir auprès de sectes religieuses en protection de la jeunesse

De
Les sectes fermées peuvent constituer un environnement où des enfants subissent des mauvais traitements qui sont justifiés par une idéologie religieuse. Les jeunes vivant dans ces communautés isolées doivent alors être protégés, mais intervenir en milieu sectaire est ardu et beaucoup plus complexe qu’on peut l’imaginer.
Quels sont les défis auxquels sont confrontés les professionnels des services sociaux quand ils ont à intervenir auprès d’une secte religieuse lorsque des enfants sont en danger ? Quels sont les obstacles à franchir ? Quelles sont les difficultés qui se posent à eux ? Quelles stratégies utilisent-ils pour contrer la complexité de ces situations ? Comment préparent-ils leurs interventions ?
L’auteure tente ici de répondre à ces questions à la lumière de ses rencontres avec des enquêteurs, des agents de la protection de l’enfance, des juges, des avocats et des psychologues qui sont tous intervenus directement auprès de groupes sectaires. Les récits de parents et d’enfants maintenant adultes qui ont fait l’objet de ces interventions apportent un éclairage additionnel sur les stratégies mises en œuvre par leur communauté en réponse aux actions étatiques.
Mettant en évidence les difficultés propres à la protection des enfants des groupes sectaires, mais surtout les facteurs d’une intervention réussie, l’auteure propose un modèle d’intervention dont pourront s’inspirer les professionnels lorsqu’ils auront à intervenir auprès de ce type de communautés.
Publié le : mercredi 29 avril 2015
Lecture(s) : 1
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782760542730
Nombre de pages : 220
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

LORRAINE DEROCHER
PRÉFACE DE NICO TROCMÉ
INTERVENIR
auprès de
SECTES RELIGIEUSES
en
PROTECTION DE LA JEUNESSE
UN DÉFIINTERVENIR
auprès de
SECTES RELIGIEUSES
en
PROTECTION DE LA JEUNESSEPresses de l’Université du Québec
Le Delta I, 2875, boulevard Laurier, bureau 450, Québec (Québec) G1V 2M2
Téléphone : 418 657-4399 Télécopieur : 418 657-2096
Courriel : puq@puq.ca Internet : www.puq.ca
D i usi on   /   D is tr ibu ti on   :
Ca n a da Prologue inc., 1650, boulevard Lionel-Bertrand, Boisbriand (Québec) J7H 1N7
Tél. : 450 434-0306 / 1 800 363-2864
Fr a n ce AFPU-D – Association française des Presses d’université
Sodis, 128, avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny, 77 403 Lagny, France – Tél. : 01 60 07 82 99
Bel giq u e Patrimoine SPRL, avenue Milcamps 119, 1030 Bruxelles, Belgique – Tél. : 02 7366847
Su isse Servidis SA, Chemin des Chalets 7, 1279 Chavannes-de-Bogis, Suisse – Tél. : 022 960.95.32
La Loi sur le droit d’auteur interdit la reproduction des œuvres sans autorisation des titulaires de droits.
Or, la photocopie non autorisée – le « photocopillage » – s’est généralisée, provoquant une baisse des
ventes de livres et compromettant la rédaction et la production de nouveaux ouvrages par des
professionnels. L’objet du logo apparaissant ci-contre est d’alerter le lecteur sur la menace que représente pour
l’avenir de l’écrit le développement massif du « photocopillage ».
f
Membre deLORRAINE DEROCHER
PRÉFACE DE NICO TROCMÉ
INTERVENIR
auprès de
SECTES RELIGIEUSES
en
PROTECTION DE LA JEUNESSE
UN DÉFICatalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales
du Québec et Bibliothèque et Archives Canada
Derocher, Lorraine,
1961Intervenir auprès de sectes religieuses en protection de la jeunesse :
un défi
Comprend des références bibliographiques.
ISBN 978-2-7605-4271-6
1. Enfants – Protection, assistance, etc. 2. Sectes – Influence – Prévention.
I. Titre.
HV713.D47 2015 362.7 C2015-940063-5
Les Presses de l’Université du Québec
reconnaissent l’aide financière du gouvernement du Canada
par l’entremise du Fonds du livre du Canada
et du Conseil des Arts du Canada pour leurs activités d’édition.
Elles remercient également la Société de développement
des entreprises culturelles (SODEC) pour son soutien financier.
Conception graphique
Michèle Blondeau
Image de couverture
Michel Caron
Mise  en  p ages
Info 1000 Mots
eDép ôt lég al : 2 tri mestre2 01 5
› Bibliothèque et Archives nationales du Québec
› et s Canada
© 2 01 5 – Pr es ses del’Univer si té du Québec
T ous  droits de rep roduc tion,  de t raduc tion  et d’ adap tation  réservés
Imprimé au CanadaÀ toutes les Julia de la terre…PRÉFACE
Plus de 20 ans se sont écoulés depuis que les autorités américaines
sont intervenues auprès de la communauté Branch Davidian à Waco
au Texas afin de sauver des enfants présumément victimes d’abus
sexuels et physiques. Après un siège de 51 jours, les forces
policières ont tenté de prendre la communauté d’assaut : 77 membres
du groupe, dont 23 enfants, en sont morts. L’intervention dans un
contexte sectaire est complexe et nécessite une approche réfléchie,
planifiée, informée et ferme. Dans cet ouvrage sur l’intervention
auprès de sectes religieuses en protection de la jeunesse, Lorraine
Derocher présente une analyse remarquablement équilibrée. Tirant
ses leçons d’une série d’études de cas et d’une lecture
systématique de la littérature empirique et théorique sur les sectes, celle-ci
circonscrit le type d’approche à utiliser comme l’élément
différenciant les interventions qui se sont soldées en situations de crise
– comme celle de Waco – des situations où l’on a réussi à protéger
les enfants.
Tout en évitant le sensationnalisme voyeur des médias et la
panique réactive des autorités qui cherchent une solution rapide
et claire, l’auteure ne tombe pas non plus dans le piège du
relativisme et de l’inaction. Madame Derocher commence par exposer
de façon claire et clinique les risques et les séquelles possibles
pour les enfants vivant dans des sectes où des valeurs extrêmes
et un leadership totalitaire menacent leur sécurité et leur
bienêtre. Elle souligne en particulier les expériences bien
documentées de polyvictimisation ainsi que l’isolement extrême vécu par
ces enfants. Ayant établi la nécessité de l’intervention, l’auteure
se penche ensuite sur une analyse détaillée des circonstances et dynamiques résultant de ces situations. Alors qu’une partie du
défi provient de l’isolement des enfants et de leurs parents ainsi
que des difficultés d’accès qui en découlent, dans la majorité des
situations, le risque le plus considérable est de sous-estimer la
personnalité et le pouvoir du leader du groupe. Consacrant un
chapitre entier à ce sujet, madame Derocher dresse un portrait
détaillé des personnalités narcissiques des chefs religieux
totalitaires. Le chapitre final du livre présente une « approche
compréhensive » qui cherche à contourner le leader par une démarche
en concertation neutre et professionnelle axée sur les parents et
leurs enfants, une stratégie qui a fait ses preuves.
Le livre de madame Derocher est un véritable guide
d’intervention qui devrait non seulement être lu par tout
professionnel qui entre en contact avec des sectes religieuses, mais par
quiconque doit intervenir en protection de l’enfance. L’approche
développée est effectivement pertinente même dans le contexte
plus large de l’intervention auprès des familles qui résistent ou
refusent des services étatiques pour protéger leurs enfants.
L’ouvrage montre en effet combien la tâche du travailleur social,
de l’enquêteur ou de l’avocat, lorsqu’il s’agit de protéger des
enfants d’un milieu qui menace leur développement ou leur
sécurité, exige des compétences particulières qui doivent être
exercées dans l’intérêt supérieur de l’enfant. Lorraine Derocher
met en exergue dans cet ouvrage combien le rôle que jouent
les intervenants demeure important, que ce soit par
l’adoption de stratégies d’intervention dans les cas complexes ou par
l’aide qu’ils apportent aux parents, même dans les situations qui
semblent à première vue sans issue.
Nico Trocmé, MSW, Ph. D., TS
Directeur, École de service social, Université McGill
Titulaire de la Chaire Philip Fisher en service social
X — Intervenir auprès de sectes religieuses en protection de la jeunesseREMERCIEMENTS
Ce projet aurait été diffcilement réalisable sans le soutien continuel de
mon ami David. Je tiens également à montrer mon appréciation à mes
amies Rosa Morelli et Lucie Cousineau qui ont toujours été présentes pour
m’encourager dans la poursuite de mes ambitions les plus profondes.
L’appui, l’écoute active et le soutien moral de ces trois personnes m’ont
aidée plus qu’elles ne le croient. Je m’en voudrais de ne pas souligner les
encouragements prodigués par mes camarades Ed, George, Hans, Marc,
Maurice, Michel et Joseph qui ont su, à maintes reprises, me rappeler
l’importance de cette recherche.
Je veux également mentionner la générosité des informateurs
qui n’ont pas craint de me confier l’expérience douloureuse de leur
enfance. De plus, je tiens à préciser que la coopération des parents a été
plus qu’appréciée.
Je ne puis passer sous silence l’apport des intervenants qui ont
accepté, à partir de leurs compétences et de leur savoir, de me livrer leurs
questionnements devant le constat de l’énorme déf que pose l’interven -
tion dans les milieux sectaires. Aussi, la collaboration de M. Mike Kropveld,
président de l’organisme montréa lais Info-Secte, a été très appréciée. Les
nombreux documents auxquels j’ai eu accès se sont révélés indispensables
pour réaliser la présente recherche.
Je désire aussi remercier le Département d’études religieuses de la
Faculté de théologie et d’études religieuses de l’Université de Sherbrooke
pour l’obtention de la bourse BMO Groupe Financier et l’aide au fnan -
cement de voyages que j’ai obtenue par l’inter médiaire des Bourses
de valorisation des travaux des étudiants. Bien plus, sans la Bourse
d’études supérieures du Canada Joseph-Armand-Bombardier du Conseil
de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH), mon parcours doctoral n’aurait pas été possible. À cet égard, je remercie la
professeure Micheline Milot de m’avoir grandement encouragée dans cette
voie et encadrée pour la demande de cette bourse. Les Suppléments
pour études à l’étranger Michael-Smith (CRSH) qui m’ont permis de
rencontrer des spécialistes et des inter venants en France ont été
également fort appréciés. J’en profte d’ailleurs pour exprimer ma gratitude à
la professeure Vincente Fortier, alors directrice du diplôme d’université
Droit et Religions de la Faculté de droit de l’Université Montpellier I, pour
m’avoir accueillie et donné accès à des ressources importantes pour mes
travaux. Je tiens aussi à remercier la professeure Delphine Collin-Vézina,
directrice du Centre de recherche sur l’enfance et la famille (CREF) de
l’Université McGill, pour m’avoir offert, dans le cadre de mon stage
postdoctoral, le temps et les conditions nécessaires pour travailler sur
l’édition de cette thèse doctorale afn d’en faire une version publiable.
Je tiens aussi à exprimer ma reconnaissance de façon toute
spéciale au professeur Claude Gélinas qui a su à tout moment me donner
l’espace, l’appui et l’orientation dont j’ai eu besoin pour réaliser ce
parcours. Pour son encadrement comme directeur de thèse, son
implication dans la préparation de mes demandes de bourse, la souplesse
dont il a fait preuve comme directeur du Centre de recherche Société,
Droit et Religions de l’Université de Sherbrooke (SoDRUS) et pour
l’assistance qu’il m’a accordée pour la rédaction de cet ouvrage, je lui suis
grandement reconnaissante. Finalement, je veux remercier le Centre
d’études ethniques des universités montréalaises (CEETUM), d’une part,
pour m’avoir octroyé la Bourse de fn de rédaction qui m’a permis de
terminer la rédaction de cette thèse et, d’autre part, pour avoir soutenu
fnancièrement l’élaboration du présent ouvrage.
XII — Intervenir auprès de sectes religieuses en protection de la jeunesseTABLE DES MATIÈRES
Préface IX
Remerciements XI
Liste des abréviations XVII
Introduction 1
Chapitre 1
UNE ENQUÊTE QUALITATIVE 5
1.1. L’application de la LPJ en milieu sectaire : un angle novateur 7
1.2. L’accompagnement du professionnel par la sociologie
compréhensive 12
1.3. L’enquête de terrain 15
1.4. La secte fermée comme milieu à risque : une hypothèse 17
1.5. Les thèmes retenus 21
Chapitre 2
DES ENFANTS VICTIMES 23
2.1. La victimisation multiple des enfants vivant dans les sectes 25
2.1.1. Le concept de polyvictimisation 25
2.1.2. Les formes de victimisation des enfants vivant dans les sectes 27
2.2. Des enfants victimes de pratiques religieuses extrêmes 31
2.3. Les enfants victimes du milieu sectaire : des enfants isolés 41






Chapitre 3
LES DÉFIS PARTICULIERS DE L’INTERVENTION EN MILIEU SECTAIRE 45
3.1. L’intervention en milieu sectaire : une réalité diffcile 47
3.2. Des chercheurs français et américains interpellés par le sujet 56
3.2.1. Siskind et la question des signalements aux autorités 57
3.2.2. Bardin et les diffcultés d’intervenir des travailleurs sociaux 60
3.2.3. Radigois et l’intervention socioéducative en contexte sectaire 65
3.3. Les composantes du problème de l’intervention 69
3.3.1. La contre-réaction à l’intervention 70
3.3.2. Le besoin de compréhension du phénomène sectaire 75
3.3.3. Un problème de volonté politique 78
Chapitre 4
UN ENFANT ISOLÉ : UN ENFANT À RISQUE 83
4.1. L’idéologie sectaire : cause principale de l’isolement 85
4.1.1. Deux types de sectes fermées : intramondaine
et extramondaine 85
4.1.2. La secte fermée : une institution totalitaire 90
4.2. L’isolement et son incidence sur le plan psychologique 95
4.3. La notion d’isolement dans le droit québécois 102
4.3.1. La notion d’isolement dans la LPJ : histoire et amendements 102
4.3.2. La notion d’isolement défnie dans la jurisprudence 105
4.4. Les décisions judiciaires appliquant la LPJ
dans les cas de sectes 107
4.5. L’intervention du DPJ en contexte sectaire 113
4.5.1. L’absence de signalements 113
4.5.2. La diffculté d’accéder aux jeunes 115
4.5.3. Les motifs de la non-fréquentation scolaire
et de l’isolement social 117
XIV — Intervenir auprès de sectes religieuses en protection de la jeunesse













Chapitre 5
LE POSITIONNEMENT DU LEADER
EN SITUATION D’INTERVENTION 121
5.1. Les chefs religieux totalitaires :
des personnalités narcissiques 123
5.2. L’intervention auprès d’un chef religieux narcissique 127
5.2.1. Le chef religieux narcissique et son rapport avec la loi 127
5.2.2. cissique et ses contradictions 129
5.2.3. La réaction narcissique du leader faisant l’objet d’interventions 129
5.2.4. L’interaction entre les intervenants et le leader 131
5.3. La prise en compte du narcissisme du leader :
pour une meilleure intervention 134
Chapitre 6
L’APPROCHE COMPRÉHENSIVE :
UNE APPROCHE PROMETTEUSE 139
6.1. Les facteurs de réussite 142
6.1.1. Une stratégie effcace pour sur monter les obstacles 142
6.1.2. Le travail en concertation 147
6.1.3. La neutralité des intervenants 148
6.1.4. La posture professionnelle orientée vers les parents 150
6.2. Deux idéaux-types, deux approches 157
6.2.1. L’idéaltype de Weber : un outil méthodologique 157
6.2.2. Une modélisation de l’intervention basée
sur le type d’approche 160
6.2.3. L’approche interventionniste 165
6.2.4. L’approche compréhensive 167
Conclusion 173
Bibliographie 183
Table des matières — XV




















LISTE DES ABRÉVIATIONS
CIDE Convention internationale des droits
de l’enfant
CS Commission scolaire
DPJ Direction de la protection de la jeunesse
ou Directeur de la protection
de la jeunesse
FLDS Fundamentalist Church of Jesus Christ
of Latter-Day Saints
(Église fondamentaliste de Jésus-Christ
des saints des derniers jours)
IVAC Indemnisation des victimes
d’actes criminels
LPJ Loi sur la protection de la jeunesse
MELS Ministère de l’Éducation, du Loisir
et du Sport
NMR Nouveaux mouvements religieux
PMC Polygamous Mormon community
RCM Religious child maltreatment
RRCA Religion-related child abuse
TFI The Family InternationalINTRODUCTION
En 1920, à l’âge de 11 ans, la jeune Aurore Gagnon rend l’âme à la suite
des blessures infigées par sa belle-mère. L’enquête du coroner détermine
que c’est l’empoisonnement de son sang, dû aux nombreuses lésions non
soignées et un épuisement général qui ont causé son décès. Marie-Anne
Houde, seconde épouse de son père, est accusée et reconnue coupable de
meurtre et, en conséquence, condamnée à la peine capitale par pendaison.
Télesphore Gagnon, le père d’Aurore, est plutôt déclaré coupable
d’homicide involontaire et écope d’un emprisonnement à vie. À la suite de
pressions d’un mouvement de citoyens contre la peine de mort, la sentence
de Marie-Anne Houde est alors commuée en emprisonnement à vie.
Le drame qu’a vécu cette enfant sous les yeux des habitants de
Sainte-Philomène-de-Fortierville sera à jamais gravé dans la mémoire
collective du Québec. Comme si l’on n’avait jamais voulu oublier la leçon,
des flms et des ouvrages relatent depuis ce jour les atrocités qu’a subies
Aurore et meublent la culture québécoise (Dionne, 2005 ; Gleboff, 2004).
Dorénavant, le Québec sait qu’un complice insoupçonné demeure le grand
coupable de cette histoire : le silence. Le mutisme des voisins, des visiteurs,
des grands-parents, des enseignants, des médecins et du curé d’Aurore
aura eu raison de la situation. Les villageois pleurent encore la culpabilité
de leurs ancêtres qui se sont abstenus de parler.
Depuis, le gouvernement québécois s’est doté d’une loi pour
protéger les enfants, la Loi sur la protection de la jeunesse (LPJ), qui est
fondée exclusivement sur le bris de ce silence. Afn de ne pas s’ingérer
dans la vie privée des parents, les agents étatiques ne sont pas autorisés à
intervenir sans la collaboration des citoyens. Cette loi impose effectivement l’obligation à tout professionnel qui travaille auprès d’enfants de faire
un signalement aux autorités s’il a des raisons de croire que l’un d’eux
est en danger et incite tout autre adulte à faire de même.
L’histoire d’Aurore est venue révéler combien un enfant reste
vulnérable et combien son sort dépend de l’adulte qui choisira de lui
venir en aide. Encore aujourd’hui, l’enfant en danger demeure
tributaire de cet adulte qui décidera de faire un signalement aux autorités.
Briser le silence peut véritablement mettre fn à une situation lorsque
le d éveloppement ou la sécurité d’un jeune est compromis.
Les contextes qui nous préoccupent ici touchent la
victimisation des enfants vivant dans des communautés isolées et fermées à la
société, des organisations que l’on qualife de « sectes ». Il semble en
effet qu’ici aussi le silence soit responsable du maintien de situations
abusives qui pourraient cesser. Comme il a déjà été affrmé par un
intervenant social : « Les sectes, c’est comme l’inceste, tout le monde
le sait, mais personne n’en parle ! Ça s’est passé devant nous, mais on
1n’intervenait pas » (I ).
Dès les premiers chapitres de notre étude, nous voyons que les
sectes fermées peuvent constituer un environnement où se côtoient la
violence, la maltraitance, la négligence et… l’idéologie religieuse. Les
intervenants en protection de l’enfance doivent alors faire face à des
cas de cruauté mentale et physique, d’isolement social et de
séquestration, de négligence et d’abandon, de scolarisation illégale ou
d’agressions sexuelles qui ont comme particularité d’être des comportements
justifés par la pensée religieuse. Dès lors, des éléments comme la vie
en communauté, les croyances religieuses ou les situations atypiques
de négligence et de maltraitance viennent compliquer les choses. Les
diffcultés d’intervenir sont alors si nombreuses que la population a l’im -
pression que ces enfants ne bénéfcient pas de la protection étatique à
laquelle ils ont pleinement droit. À dire vrai, plusieurs facteurs rendent
les interventions particulièrement ardues : dans le présent ouvrage,
nous voulons précisément traiter du déf extraordinaire que pose toute
intervention en milieu sectaire.
Afn de connaître les stratégies et approches utilisées par les
agences de protection de l’enfance dans le contexte particulier des
sectes fermées, nous nous sommes centrée essentiellement sur le
discours de professionnels qui ont eu à travailler dans ces milieux. Nous
1 Nous expliquerons les acronymes liés aux informateurs dans le premier chapitre Ici, I
signife « intervenant »
2 — Intervenir auprès de sectes religieuses en protection de la jeunesseavons rencontré des travailleurs sociaux, des juges, des avocats, des
psychologues et des policiers qui ont généreusement accepté de nous
livrer leur expérience dans la limite de ce qu’il leur était permis de
révéler. Nous avons également interrogé des gens qui ont fait l’objet
d’interventions en protection de l’enfance alors qu’ils vivaient dans une
communauté fermée et qui étaient, à cette époque, enfants ou parents.
Pour compléter le tableau, nous avons interviewé des spécialistes des
mouvements sectaires ciblés par notre enquête.
Intervenir auprès de sectes religieuses en protection de la
jeunesse : un déf, c’est un regard posé sur la victimisation d’un groupe
particulier d’enfants : des jeunes qui vivent dans l’ombre, à l’abri de tous
et, parfois même, du « radar » de l’État. C’est aussi d’avoir circonscrit le
facteur « isolement social » de ces enfants puisqu’il constitue, selon notre
analyse, la variable la plus importante de ce problème. Ces quelques
pages veulent également offrir un espace pour comprendre un peu
mieux ceux qui décident de fonder des organisations religieuses qui
se transforment insidieusement en communautés fermées, totalitaires
et sectaires. Intervenir auprès de sectes religieuses en protection de la
jeunesse : un déf, c’est une étude doctorale qui a identifé les diffcultés
propres à la protection de ces enfants, mais aussi les constituantes
des interventions réussies. À partir des propos recueillis lors de nos
rencontres, nous verrons qu’une approche soft a été préconisée, soit
l’approche compréhensive, car elle s’est révélée très effcace. Intervenir
auprès de sectes religieuses en protection de la jeunesse : un déf, c’est
p rincipalement la proposition d’un modèle d’intervention basé sur
cette approche.
Par cette enquête empirique, nous nous faisons en quelque sorte
la porte-parole des professionnels qui sont eux-mêmes intervenus en
milieu sectaire et qui, pour la plupart, avaient amorcé une réfexion sur
leur travail. Nos entretiens nous ont permis de voir des intervenants
concernés, dérangés par leur expérience auprès de membres de ces
communautés, voire troublés, s’étant parfois retrouvés dans des
situations qui semblaient inextriquables. Nous avons été témoin de leur désir
de trouver des réponses adéquates à ce problème. Par cet ouvrage,
nous apportons un éclairage qui leur permettra, sans doute, de
peaufner leurs stratégies lors d’éventuelles interventions en milieu sectaire,
collaborant ainsi, nous l’espérons bien, à une meilleure protection
de ces enfants.
Introduction — 3es sectes fermées peuvent constituer un environnement où des enfants L subissent des mauvais traitements qui sont justifés par une idéologie
religieuse. Les jeunes vivant dans ces communautés isolées doivent alors être
protégés, mais intervenir en milieu sectaire est ardu et beaucoup plus complexe
qu’on peut l’imaginer.
Quels sont les défis auxquels sont confrontés les professionnels des
services sociaux quand ils ont à intervenir auprès d’une secte religieuse lorsque
des enfants sont en danger ? Quels sont les obstacles à franchir ? Quelles sont
les diffcultés qui se posent à eux ? Quelles stratégies utilisent-ils pour contrer
la complexité de ces situations ? Comment préparent-ils leurs interventions ?
L’auteure tente ici de répondre à ces questions à la lumière de ses
rencontres avec des enquêteurs, des agents de la protection de l’enfance, des
juges, des avocats et des psychologues qui sont tous intervenus directement
auprès de groupes sectaires. Les récits de parents et d’enfants maintenant
adultes qui ont fait l’objet de ces interventions apportent un éclairage
additionnel sur les stratégies mises en œuvre par leur communauté en réponse
aux actions étatiques.
Mettant en évidence les diffcultés propres à la protection des enfants des
groupes sectaires, mais surtout les facteurs d’une intervention réussie, l’auteure
propose un modèle d’intervention dont pourront s’inspirer les professionnels
lorsqu’ils auront à intervenir auprès de ce type de communautés.
LORRAINE DEROCHER est sociologue et cher cheur e post doctorale a u
Centre de recherche sur l’enfance et la famille (CREF) de l’Université McGill.
Elle est également collaboratrice au centre de recherche Société, droit et religion
de l’Université de Sherbrooke (SoDRUS). Auteure de Vivre son enfance au sein
d’une secte religieuse : comprendre pour mieux intervenir, publié chez le même
éditeur, elle s’intéresse particulièrement aux enfants élevés au sein de groupes
sectaires. Elle a remporté le Prix de la meilleure thèse de doctorat dans le secteur
des Lettres et sciences humaines et sociales de l’Université de Sherbrooke pour
la thèse dont est tiré le présent ouvrage.
ISBN 978-2-7605-4271-6
,!7IC7G0-fechbg!
Centre d’études ethniques
des universités montréalaisesPUQ.CA

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Le commerce international, 4e édition

de presses-de-l-universite-du-quebec

Hydraulique et hydrologie, 2e édition

de presses-de-l-universite-du-quebec

Conception de bases de données avec UML

de presses-de-l-universite-du-quebec

suivant