//img.uscri.be/pth/28d24cb3e48d0e1ee42596643410d1a2c056df93
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 21,75 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Itinéraires de chercheurs

De
276 pages

Voici rassemblés les itinéraires de François Dubet, Jeanne Favret-Saada, Jacques Généreux, Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, Jean-Pol Tassin et Anne Vincent-Buffault. Cet ouvrage donne à voir le point de vue de chacun sur son parcours.

Publié par :
Ajouté le : 01 juillet 2012
Lecture(s) : 32
EAN13 : 9782296498433
Signaler un abus
  
   Changement Social
   N° 17     
Itinéraires de chercheurs   
 
 
 
 
  
                               
      
 
© L'H ARMATTAN , 2012 5-7, rue de l'École-Polytechnique, 75005 Paris   http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr  ISBN : 978-2-296-96619-2 EAN : 9782296966192
  
 
    Changement Social
   N 17 °     
Itinéraires de chercheurs   
 Coordonné par Elsa Tuffa  
 
 
  
 
Changement Social  Direction : Vincent de Gaulejac , Université Paris Diderot Paris 7 — LCS Jean-Philippe Bouilloud , Ecole Supérieure de Commerce de Paris (ESCP-Europe) — LCS  Comité de rédaction : Gilles Arnaud , Université Paris Diderot Paris 7— LCS Nicole Aubert , Ecole Supérieure de Commerce de Paris (ESCP-Europe) — LCS Jacqueline Barus-Michel , Université Paris Diderot Paris 7— LCS Frédéric Blondel , Université Paris Diderot Paris 7— LCS Pascal Fugier , Université Paris Diderot Paris 7— LCS Florence Giust-Desprairies , Université Paris Diderot Paris 7— LCS Fabienne Hanique , Université Paris Diderot Paris 7— LCS Nathalie Montoya , Université Paris Diderot Paris 7— LCS Elsa Tuffa , Université Paris Diderot Paris 7— LCS  Comité Editorial : Pierre Ansart , Université Paris Diderot Paris 7 (France) — Ana Maria Araujo , Université de Montevideo (Paraguay) — Bertrand Bergier , Université Catholique d’Angers (France) — Frédéric Blondel , Université Paris Diderot Paris 7 (France) — Robert Castel , Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (France) — Teresa Carreteiro , Université Fluminense (Rio de Janeiro, Brésil) — Adrienne Chambon , Université de Toronto (Canada) — Jean- François Chanlat , Université Paris XI (France) — Martine Chaudron , Université Paris Diderot Paris 7 (France) Sabine Delzescaux , Université Paris Dauphine — Bernard Eme , Institut d’Etudes Politiques (France) — Eugène Enriquez , Université Paris Diderot Paris 7 (France), Emmanuel Garrigues , Université Paris Diderot Paris 7 (France) — Véronique Guienne , Université de Nantes (France) — Claudine Haroche , CNRS, France — Roch Hurtebise, Université de Sherbrooke (Canada) — Michel Legrand  Université de Louvain la Neuve (Belgique),  — Alain le Guyader , Université d’Evry (France) — Francisca Marquez  (Centro de Estudios Sociales y Educacion, Santiago (Chili) — Igor Masalkov , Université Lomonossov, Moscou (Russie) — Klimis Navridis , Université d’Athènes (Grèce) — Max Pagès , Université Paris Diderot Paris 7 (France) — Françoise Piotet , Université Paris I Panthéon-Sorbonne (France) — Jacques Rhéaume , Université du Québec à Montréal (Canada) —Stéphanie Rizet , Université Paris Diderot Paris 7, LCS — Pierre Roche , CEREQ (Marseille, France) ; Shirley Roy , Université du Québec à Montréal (Canada) — Robert Sévigny , Université de Montréal (Canada) — Laurence Servel, Université Paris 9-Dauphine (France) — Abderaman Si Moussi , Université d’Alger (Algérie) — Jan Spurk , Université Paris 5 (France) — Norma Takeuti , Université de Natale (Brésil) — Elvia Taracena , Universidad Nacional Autonoma de Mexico (Mexique) — Jean Vincen t, Institut National Agronomique (AgroParisTech).
 
 
Changement Social   La collection Changement Social publie des recherches, des essais et des études de chercheurs français et étrangers. Elle s’inscrit dans une perspective clinique qui allie la recherche et l’intervention, en mobilisant des approches sociologiques et psychosociologiques principalement, mais aussi des perspectives politiques, philosophiques, historiques ou psychanalytiques. Prolongement des Cahiers du Laboratoire de Changement Social de l’Université Paris Diderot — Paris 7, la collection veut promouvoir une sociologie vivante, qui interroge les rapports entre « l’être de l’homme et l’être de la société , à l’articulation du singulier et du collectif, du subjectif et du social. Carrefour d’expériences et de recherches, la collection se veut ouverte à tous les travaux novateurs sur les problématiques contemporaines des changements sociaux.   Ouvrages parus : — Pratiques de consultations,  Histoire, enjeux, perspectives, n° 7. Sous la direction de Dominique Lhuillier — Paris 2002. Argent : valeurs et sentiments , n° 8. Sous la direction de Jean-Philippe Bouilloud — Paris 2004. — La mondialisation et ses effets : nouveaux débats  n° 9. Sous la direction de Florence Pinot de Villechenon — Paris 2005. — Parcours de femmes n° 10. Sous la direction de Claude Zaidman – Paris 2006. — Itinéraires de Sociologues n° 11. Sous la direction de Vincent de Gaulejac — Paris 2007. — Itinéraires de Sociologues (Suite…)  n° 12. Sous la direction de Jean-Philippe Bouilloud – Paris 2007. — Exister dans l’entreprise n° 13. Sous la direction de Fabienne Hanique et Laurence Servel – Paris 2008.
 
 
 
 
 
 
 
Entre social et psychique : questions épistémologiques n° 14. Sous la direction de Florence Giust-Desprairies – Paris 2009.
La subjectivité à l’épreuve du social : Hommage à Jacqueline Barus-Michel . n° 15 Sous la direction de Florence Giust-Desprairies & Vincent de Gaulejac – Paris 2009.
La société hypermoderne : Ruptures et contradictions n° 16 Sous la direction de Nicole Aubert — Paris 2010.
Itinéraires de Sociologues : n° 16 (Tome IV) Sous la direction de Stéphanie Rizet — Paris 2011.
 
SOMMAIRE  Introduction : Engagements et institutions  Elsa Tuffa  .......................................................................................  7 La sociologie comme substitut à l’action politique François Dubet  .............................................................................. 11  Ma-vie-mon-œuvre jusqu’en 1981 Jeanne Favret-Saada  .................................................................... 39 Un chercheur pluridisciplinaire et engagé  Jacques Généreux   .........................................................................   55  Des sociologues chez les riches  Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot   .............................  103  Je n’aurais pas eu assez d’imagination pour inventer ma vie Jean-Pol Tassin  ............................................................................ 143  L ’histoire des sensibilités comme une arrière-boutique Anne-Vincent Buffault ................................................................. 205  N OTES DE LECTURE : D. Lhuillier , F. Giust-Desprairies et M. Litim (dir.) ‘‘Risques psychosociaux’’ Jean-Emile Berret ........................................................................ 243 Ginette Francequin (dir.) Tu me fais peur quand tu cries. Sortir des violences conjugales, Éres, collection sociologie clinique, Paris, 2010 Alice Canabate  ............................................................................. 249  Dan Ferrand-Bechmann et Abou Ndiaye (dir.) Violences et société, regards sociologiques, Paris, Desclée de Brouwer, collection L’époque en débat, 2010 David Faure  ..................................................................................  255 Christine Delory-Momberger et Christophe Niewiadomski (dir.) Le sujet dans la cité Pascal Fugier  .........................................................................  261   Vincent de Gaulejac , Travail, les raisons de la colère Agnès Vandevelde-Rougale  ........................................................  267  
 
 
 
 
INTRODUCTION  Engagements et institutions
Elsa Tuffa Doctorante à l’Université Paris Diderot Laboratoire de Changement Social  Le présent numéro de la collection Changement Social  est le 6 e  consacré au séminaire « Histoires de vie et choix théoriques . Rappelons que ce séminaire prend ses racines dans l’histoire même du Laboratoire de Changement Social. A la fin des années 70, à Lourmarin, Vincent de Gaulejac et Michel Bonetti expérimentent un dispositif intitulé « Roman familial et trajectoire sociale  dans le cadre duquel les participants explorent les liens qu’ils identifient entre leur roman familial et leur propre trajectoire sociale. En 1994, au sein de l’université Paris 7, où le laboratoire a été recréé, Vincent de Gaulejac adapte le dispositif afin, cette fois, d’explorer avec ses collègues-chercheurs les liens entre histoire de vie et choix théoriques. L’invité-chercheur y expose librement, pendant une heure un quart, les articulations qu’il a construites, à la suite de quoi, l’assemblée, constituée généralement des doctorants du laboratoire et de chercheurs en affinité avec l’approche clinique de la recherche – soit une quarantaine de personnes – pose des questions et entame un débat avec l’invité. Présentations et échanges sont enregistrés, retranscrits avant d’être retravaillés par leur auteur pour publication dans la collection « Changement Social . Les chercheurs physiquement et intellectuellement proches du laboratoire ont été les premiers à élaborer des présentations ; puis le séminaire s’est progressivement ouvert et a convié toutes les grandes figures de la sociologie française. Comme nous l’explique Eugène Enriquez dans le film consacré aux 40 ans du laboratoire 1 , une fois que tous « les grands “B”  de la sociologie seront venus, tout le                                                1  Dont le colloque du même nom fera l’objet d’un numéro spécial de la collection « Changement social 
Engagements et institutions
 
monde viendra faire l’exercice. Ce séminaire non seulement relie ainsi les diverses époques de la vie du laboratoire, mais participe également de manière significative à son institutionnalisation et à la reconnaissance de ses approches épistémologiques. Un ouvrage, Devenir sociologues,  rendra compte d’une recherche épistémologique effectuée par Jean-Philippe Bouilloud à partir du corpus des premières interventions présentées dans ce séminaire. Il y explorera notamment la génération des sociologues qui, nés avant-guerre, mais en activité dès l’immédiat après-guerre, participera à l’institutionnalisation de la sociologie française. Pour autant, la population concernée ne tardera pas à dépasser, d’une part, le seul milieu des sociologues, pour investiguer également des disciplines en proximité - anthropologie, ethnologie, psychologie sociale clinique, psychologie clinique – et, d’autre part, des acteurs nés après-guerre. Le précédent numéro de la collection, le N° 16, en donne un large aperçu. Pour ce qui concerne les interventions regroupées dans le présent numéro, qui se sont déroulées entre 2009 et 2011, l’ouverture disciplinaire a fait un pas de plus. Nous y retrouvons, ainsi, en plus de deux sociologues et d’une ethnologue, une historienne, un économiste et un neurobiologiste. L’hypothèse qui se dessine revient à considérer qu’il n’y a pas que dans les sciences de la compréhension que se tissent les liens entre histoire de vie et choix théoriques. Ce numéro a un fil rouge qui se déploie autour de la double question de l’engagement et du rapport à l’institution, fil rouge que l’on retrouve régulièrement au travers des parcours et rapprochements effectués par les divers intervenants. François Dubet fait partie de la deuxième génération de sociologues, ceux qui sont nés après-guerre et qui ont vécu mai 68 du point de vue de l’étudiant et non du sociologue et de l’institution. Son implication dans le mouvement au côté des trotskystes marquera son entrée et sa sortie de l’action politique : « La langue politique révolutionnaire tombait à plat sur ce mouvement de révolution culturelle . La sociologie se présentera alors pour lui comme « un substitut à l’action politique , une manière de traiter des événements sans nécessité « d’(y) coller , une action collective, presque « une histoire de
8