Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

J'ai bien dit l'amour

De
202 pages
Dans son cinquième roman, l'auteure a voulu définir ce qu'est l'amour passé soixante ans. Après avoir montré qu'hommes et femmes, réunis ou désunis, ensemble et séparément, développent leurs propres façons de vivre les choses, tout en suivant son évolution personnelle, la narratrice lève le voile sur un sujet tabou dont on ne parle pas dans la littérature : l'amour. Au sens véritable.
Voir plus Voir moins
Danièle Sastre
J’ai bien dit l’amour
Roman
J’ai bien dit l’amour
Danièle Sastre
J’ai bien dit l’amour
Roman
Du même auteur
Cahiers de vie –Laurent Terzieff, Gallimard, 2011. Totale fiction, Heures perdues, 2012. La réponse de l’oiseau, L’Harmattan, 2013. Du féminisme dans l’œuvre de Michel Foucault, Àdemain le bon sexe, L’Harmattan, 2014. Femmes victimes de violence pendant les conflits,Sofia, la belle solitude, L’Harmattan, 2014. Mon ami cher, Heures perdues, 2015. Ruptures, Heures perdues, 2015.
© L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris
http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-343-10086-9 EAN : 9782343100869
Pour Paco, Santi, May, Dani-Azad.
Peut-être au fond suis-je avant tout une sorte d’esthète analyste, et la vie n’est-elle qu’un décor pour moi. Peut-être jamais ne m’absorberai-je dans une pas-sion jusqu’à l’aveuglement. Que ce soit ensuite la vie simple et calme. L’amour tranquille et la puissante amitié. J’ai peur, à tourner les robinets, que ce soit de la douleur qui coule. Laisser plus de fluide élégance au souvenir.Et en plus, il y a ce baiser. Jean de Tinan,Journal intime, 1894-1895 Comment résoudrele problème du gouffre apparem-ment infranchissable qui sépare le matériau et le principe scénique – « l’histoire », construction fixanta posteriorides évènements qui, à l’origine, se sont déroulés d’une manière totalement différente ? Imre Kertész,Journal de galère, 1961-1978  La force déterminante, cette puissance absurde, triomphe toujours de nous : elle nous trouve un nom qui n’est pas le nôtre et fait de nous un objet, bien que nous ne soyons pas nés pour cela. Imre Kertész, IL PART (au large)
7
1 – Volé au temps Je comprends pour quelle raison je ne date plus les notes que je prends au jour le jour, c'est pour ne pas voir combien il s'écoule de temps avant que je n'aie à nouveau quelque chose à écrire. La littérature est une merveilleuse profession parce que la hâte y est superflue, disait Stefan Zweig. Une année plus tôt, une année plus tard, cela n'y fait rien, quand il s'agit d'un vrai livre. Et cela est d'autant plus vrai quand, justement, l'on n'a aucunement l'intention d'en faire un livre. Ou alors peut-être que chez moi, tout est destiné à finir en livre, je ne sais pas quand - ni quelle sorte de livre. Zweig encore : "L'affaire est terminée, me dis-je, scep-tique comme je l'ai toujours été à l'égard de moi-même et de mon œuvre littéraire." (N'ayant pas écrit à la main depuis plus d'un mois, le stylo m'échappe, il bave, c'est un calvaire...) Il m'arrive de penser que si je n'ai plus rien à raconter, s'il ne se produit plus rien dans ma viedigne d'être écrit-je n'écris pas pour le plaisir - je me laisserai mourir à petit feu, mais je sais très bien que c'est faux, je ferai comme tout le monde, je vivrai quand même, je vivoterai, je me laisserai vivre - attendant la fin. Et je sais que quelque chose se présentera, je ne suis pas inquiète. Il suffit d'attendre, de laisser venir. La vie réserve toujours des surprises pour qui sait y prêter attention. J'entends les pessimistes dire "c'est certain, et pas toujours des bonnes..." Je le sais. Même celles-ci, les « mauvaises », dont on se passerait volontiers, attirent ma curiosité. 9
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin