//img.uscri.be/pth/da37167601f6eb0cab02aac6b39f68ce742a18e7
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Jean Mfoulou, Jean-Marc Ela

De
79 pages
Voici un recueil des textes des hommages académiques rendus, par l'auteur, à ses deux illustres aînés, Jean Mfoulou et Jean-Marc Ela, décédés en 2007 et 2008. Présentés respectivement comme "père fondateur de la sociologie camerounaise" et comme "sociologue des pauvres d'Afrique", Jean Mfoulou et Jean-Marc Ela se posent comme deux baobabs du champ sociologique camerounais et africain.
Voir plus Voir moins
Jean MFOULOU, JeanMarc ELA : deux baobabs de la sociologie camerounaise
Sociologie africaine Collection dirigée par Valentin NGA NDONGO D’après Georges Gurvitch, « la sociologie est une science qui fait des bonds, ou au moins fluctue, avec chaque crise sociale de quelque envergure ». Cette assertion sied fort bien à la sociologie africaine. La conjoncture sociopolitique actuelle crée comme une sorte de « printemps de la sociologie en Afrique », pour emprunter la savoureuse formule d’Albert Bourgi. Après bien des vicissitudes, en effet, la sociologie a fini par sortir du ghetto où l’avait confinée le régime de la pensée monolithique pour acquérir ses lettres de noblesse, à la faveur d’une double et pressante demande venant d’une société civile émergente et d’une communauté internationale plus que jamais déroutée face à une Afrique noire toujours déconcertante et « ambiguë », selon le mot de Georges Balandier. Mais si le temps de la sociologie africaine s’impose, il reste que celleci doit encore convaincre de la crédibilité de ses paradigmes, de la solidité de ses méthodes ainsi que de la spécificité de ses problématiques, de sa vocation et de ses enjeux politiques et géopolitiques dans le monde d’aujourd’hui. La sociologie africaine doit également démontrer qu’elle n’est pas une sociologie argotique, tropicalisée, périphérisée, adossée à quelque absurde revendication raciale mais qu’elle est une sociologie tout court, une sociologie prométhéenne, c’estàdire une appropriation, par les Africains, d’un savoir qui, ayant longtemps servi à leur oppression, doit désormais constituer l’instrument par excellence de leur libération. La présente collection se veut donc un espace public, au sens habermassien, de réflexion et de débat pour la défense et l’illustration d’une sociologie africaine à refonder. Déjà parus : Joseph DOMO,Le nord du Cameroun. Mythe ou réalité, 2010. Valentin NGA NDONGO et Emmanuel KAMDEM (dir.),La sociologie aujourd’hui : une perspective africaine, 2010.
Valentin NGA NDONGO Jean MFOULOU, JeanMarc ELA : deux baobabs de la sociologie camerounaise
© L’Harmattan, 2010 57, rue de l’Ecole polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 9782296125186 EAN : 9782296125186
INTRODUCTION
Le 17 juillet 2007, à Yaoundé, et le 26 décembre 2008, à Vancouver, deux patriarches ou comme le disent les sages de la forêt méridionale de notre pays, deux baobabs sont tombés au champ d’honneur de la science, de la sociologie camerounaise. Il s’agit respectivement du professeur Jean Mfoulou et du professeur Jean-Marc Ela.
En tant que chef de Département de Sociologie où ils ont brillé de mille feux, je me devais, dans la pure tradition universitaire, de rendre un vibrant hommage à ces deux illustres disparus. Cela s’est accompli à l’Amphi 700, devant un impressionnant parterre d’enseignants, tous grades confondus, d’étudiants, de personnels administratifs et de membres des familles, avec l’approbation et les encouragements des plus hautes autorités de l’université de Yaoundé I et en présence du ministre de l’Enseignement supérieur.
A l’issue de la lecture de chaque hommage académique, un tonnerre d’applaudissements m’accompagnait jusqu’à mon siège dans la salle, ce qui est quand même surprenant en pareille circonstance funèbre. Et en me félicitant, nombre de collègues ne cessaient de m’exprimer leur appréciation positive et de m’inviter à diffuser le texte de l’hommage surtout à l’intention des
7