//img.uscri.be/pth/d70807703621fd7625d8204a7db4354cf4999750
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 15,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Jeux de mort

De
208 pages
Comment concilie-t-on mort, ivresse et jeu dans les Andes boliviennes ? Accompagnés de rituels d'inversion, de transgression ainsi que de travestissement identitaire, les jeux funéraires ont des pouvoirs performatifs sur la "vie" après la mort du défunt pour lui permettre d'accéder au monde des morts. Ils apportent la joie nécessaire au défunt pour quitter ce monde et le guident dans son épopée ; ils permettent à la famille et aux personnes dans la douleur de surmonter momentanément leur tristesse.
Voir plus Voir moins
Céline Geffroy
JEUX DE MORT
I v r e s s e e t r i t e s f u n é r a i r e s d a n s l e s A n d e s b o l i v i e n n e s
Prologue de Pascale Absi
R E C H E RC H E S A I v r e s s e e t r i t e s f u n é r a i r e s d a n s l e s A n d e s b o l i v i e n n e s M É R I Q U E S L A T I N E S
Jeux de mort Ivresse et rites funéraires dans les Andes boliviennes
Recherches Amériques latines Collection dirigée par Denis Rolland et Joëlle Chassin La collectionRecherches Amériques latinespublie des travaux de recherche de toutes disciplines scientifiques sur cet espace qui s’étend du Mexique et des Caraïbes à l’Argentine et au Chili. Dernières parutions Charlie DAMOUR,La mort et le désir d’immortalité dans l’œuvre de Gabriel Garcia Marquez, 2016. e Eliott MOURIER,État et Églises dans le Brésil du XXI siècle. Les partenariats Public-Religieux, 2016. Julieta QUIROS,La politique vécue. Péronisme et mouvements sociaux dans l’Argentine contemporaine, 2016. Beatriz PALAZUELOS,Acapulco et le galion de Manille. La e réalité quotidienne d’un port au XVII siècle, 2016. Eric TALADOIRE,Les contre-guérillas françaises dans les Terres e Chaudes du Mexique (1862-1867). Des forces spéciales au XIX siècle, 2016. Sergio Javier VILLASENOR BAYARDO,Vers une éthnopsychiatrie mexicaine. La médecine traditionnelle dans une communauté nahua du Guerrero, 2016. Agripa FARIA ALEXANDRE,L’écologie politique au Brésil. Rio de Janeiro, 2016, 2016. Ute CRAEMER, Renate KELLER IGNACIO,Transformer est possible ! Comment une favela du Brésil est devenue une association communautaire : Monte Azul entre défis et conquêtes, 2016. Mariella VILLASANTE CERVELLO,Violence politique au Pérou. 1980-2000 : sentier lumineux contre l’État et la société. Essai d’anthropologie politique de la violence, 2016.
Céline Geffroy Jeux de mort Ivresse et rites funéraires dans les Andes boliviennes Prologue de Pascale Absi
© L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-11778-2 EAN : 9782343117782
PROLOGUE
Veiller à ce que le défunt quitte ce monde l’âme légère, que rien ne le retienne, personne non plus de peur qu’il refuse de partir seul, qu’il ne trébuche ni ne s’égare en chemin et, surtout, qu’il n’oublie pas d’intercéder en faveur des vivants : voilà à quoi s’affairent ses parents et amis durant les rites funéraires qui prennent place à la mort, à la Toussaint et durant le Carnaval dans les Andes. Un certain nombre de travaux ont interrogé le destin des morts et leurs 1 interactions avec les vivants dans la région andine . L’objet de ce livre est un peu différent.
En s’attachant aux jeux et aux inversions ludiques qui accompagnent les rites funéraires de la région de Cochabamba, en Bolivie, l’ethnographie sensible de Céline Geffroy met en lumière une performance centrale qui échappe aux perspectives plus axées sur le symbolique : celle des émotions créées et libérées par ces jeux. Grâce à eux, les rites font bien plus que permettre au mort de trouver sa place et de vivre en bonne entente avec les vivants ; ils travaillent de l’intérieur la psyché des participants. Les jeux favorisent des états d’âmes propices à l’expérience de l’appartenance à un collectif dont les morts ne sont pas exclus et de la continuité entre la vie et la mort ; ils aident à surmonter le deuil et à apprivoiser l’angoisse de la mort. Omniprésent, l’alcool partagé avec le défunt, aiguise les sentiments et les sens. Il ne s’agit pas d’être un peu grisé, 1 Voir notamment les publications de Valérie Robin Azevedo, entre autres,Miroirs de l’Autre vie. Pratiques rituelles et discours sur les morts dans les Andes de Cuzco (Pérou), Société d’Ethnologie, Recherches américaines, Vol. 7, 2008, 328 p.7
mais bien d’être complètement ivre pour fluidifier les frontières entre ce monde et l’autre. C’est donc d’abord ce que la mort fait aux vivants qu’aborde cet ouvrage ; à l’anthropologue également dont on sent la présence familière et dont on partage l’étonnement et l’émotion.
Une première catégorie de jeux assiste le défunt dans sa pérégrination outre-tombe. Plus encore que le corps lavé, veillé, pleuré et enterré, son âme requiert toute l’attention des vivants. Grâce aux osselets, les joueurs vont connaître le déroulement de son parcours et le seconder par leurs prières et leurs libations ; c’est aussi aux vivants qu’il incombe d’ouvrir, lors d’une sorte de jeu de quilles lithique, les portes de l’au-delà. Mêlant adresse et hasard, ces jeux constituent une allégorie de la condition humaine dans une société profondément religieuse où le destin et les décisions des divinités disputent sans cesse à la volonté et aux agissements humains.
D’autres jeux entraînent les participants et les lecteurs dans un tourbillon d’élan vital où s’immisce le chaos. Leur description minutieuse et enlevée est celle d’une mise en scène théâtrale gagnée par le simulacre, la parodie, le travestissement, la bouffonnerie et l’obscène. Des hommes grossièrement vêtus en femme deviennent un double graveleux et scatologique de l’âme qu’ils reconduisent aux frontière du monde des vivants, d’autres construisent en miniature l’ultime demeure du défunt dont ils débattent facétieusement l’emplacement et le confort, des femmes juchées sur des balançoires géantes laissent généreusement entrevoir le dessous de leurs jupes… L’érotisme et la sexualité débridée des âmes travesties appellent la vie à reprendre le dessus. Elle secoue les spectateurs par le rire et
8
la libido, les codes et les comportements se relâchent, l’alcool fait son travail !
La dimension cathartique des jeux funéraire est palpable. Les émotions débordent, le trop plein s’écoule, les liens se resserrent entre les participants rassurés de sentir qu’ils ne seront pas seuls lorsque eux-mêmes partiront. L’énergie circule entre les uns et les autres et avec les morts ; les dons les dettes aussi, qui obligent la réciprocité. L’ivresse et le travestissement sexuel permettent à chacun de rompre les barrières et les bienséances du quotidien, d’explorer d’autres possibles en même temps qu’ils dissolvent les frontière entre soi et l’autre, l’individu et le collectif, les morts et les vivants, les humains et les forces non-humaines, le monde des ancêtres et le futur.
Céline Geffroy utilise le terme d’interrègne pour décrire ce « hors du temps » que les jeux et l’alcool contribuent à construire durant les rites funéraires. La référence aux analyses de Bakhtine est d’autant plus bienvenue que le Carnaval et ses jeux marquent, dans les Andes, le départ des morts qui reviennent chaque année durant la Toussaint, apportant avec eux la saison des pluies et la fertilité des terres. Le ré-ordonnancement du monde qui, comme une nouvelle naissance, succède aux débordements des rites funéraires accompagne le renouveau des cultures après l’angoisse de la césure. La sexualité humaine, la fertilité de la terre et le pouvoir des morts sur l’agriculture s’articulent en système. D’où l’importance, durant les rites, de mettre à distance le défunt, de le contrôler, sans pour autant le faire disparaitre. Sans morts, pas d’agriculture, sans agriculture, pas de vivants.
9