L'affaire Nina Sawyer

De
Publié par

Cet ouvrage décrypte notre société, il peut être assimilé à un miroir. Ce livre est intriguant et fascinant à la fois. C'est un rendez-vous du donner et du recevoir. Je vous invite vivement à le lire afin de vous évader à travers sa délicieuse trame narrative.


Publié le : jeudi 17 avril 2014
Lecture(s) : 3
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782332660121
Nombre de pages : 28
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Couverture

Image couverture

Copyright

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet ouvrage a été composé par Edilivre

175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis

Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50

Mail : client@edilivre.com

www.edilivre.com

 

Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction,

intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

 

ISBN numérique : 978-2-332-66010-7

 

© Edilivre, 2014

L’affaire Nina Sawyer

 

 

Je m’appelle Nina Sawyer, j’ai trente-trois ans, j’ai été retrouvée morte dans ma maison de campagne d’Inside dans des conditions atroces. J’ai reçu deux balles dans le dos. Il semblerait que mon corps ait été nettoyé délicatement, afin de supprimer toutes les empreintes.

Je n’ai même pas atteint la quarantaine et l’on m’a arrachée sauvagement à la vie. Je menais une existence paisible jusqu’au 25 octobre 2000. Laissez-moi vous raconter ma triste histoire.

 

 

Qui suis-je ?

J’ai grandi dans une famille bourgeoise catholique à l’abri du besoin. Mes parents m’ont remplie d’amour, et m’ont transmis une très bonne éducation digne de notre milieu. Présents dans toutes les étapes de mon existence, mes parents m’encourageaient en tout à explorer de nouveaux horizons, ce qui favorisait mon esprit ouvert. Cette famille aimante m’a longtemps surprotégée. Cette charpente parentale délicieuse m’a permis de croître au sein d’un milieu saint. Je ne manquais de rien. A l’école j’excellais dans tous les domaines, je franchissais brillamment la fac sans embûches, où j’obtenais mon professorat en sociologie ; ce fut une fierté pour papa et maman. Lorsque je fus en 1re année de fac, je tombais sous le charme d’un beau garçon ténébreux qui se nommait Andrews Walker.

Andrews Walker mon amoureux

Andrews naquit dans une famille très pauvre, c’est pourquoi sa mère le confia à l’adoption ; il erra de famille d’accueil en famille d’accueil. Son existence fut peu joviale. Dans sa tête, il rêvait d’une famille en or. La vie lui décrivait une autre image. Grandissant dans l’insatisfaction et la frustration, il se voua corps et âme à ses études, sa seule bouée d’oxygène. Il obtint son agrégation en médecine avec brio à la faculté de Sainte-Lucie.

Notre rencontre à la faculté de Sainte-Lucie

Je rencontrais un joli jeune homme dans les amphithéâtres de la faculté, il me dressait des sourires coquins, c’était lui Andrews ; quand je le voyais mon cœur battait la chamade. Sa beauté n’échappait à personne. Ainsi je pris la décision de faire sa douce connaissance.

L’on s’entretenait beaucoup lors des pauses et je me rendis compte que nos sentiments affectueux étaient partagés. Nous fûmes amoureux l’un de l’autre ; il me racontait sa vie sans occulter la réalité et sa triste histoire m’abasourdissait. Tous les jours, j’essayais de combler Andrews d’amour, lui donner ce qu’il n’avait jamais reçu ; la partie n’était pas gagnée d’avance. Étant prête mentalement et moralement, je décidai de présenter Andrews à ma famille.

L’enfance

...

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Les 12 portes du Kaama

de editions-edilivre

Le Prix des choses

de editions-edilivre

Le Chant de Marie

de editions-edilivre

suivant