L'Afrique face aux accords de partenariat avec l'Europe

De
Publié par

Les Accords de Partenariat Economique (APE) initiés par l'Union Européenne tendent à reconduire le modèle de développement extraverti de l'Afrique, qui a montré toutes ses limites au cours des cinquante dernières années. L'auteur démontre que les théories économiques, le droit international, le bilan des précédents accords de coopération avec l'Occident et le plan à long terme d'intégration et de développement de l'Afrique sont défavorables à la signature par les pays africains des APE proposés par l'UE, considérés comme de "véritables marchés de dupe".
Publié le : jeudi 1 janvier 2015
Lecture(s) : 5
EAN13 : 9782336365602
Nombre de pages : 120
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

L’AFRIQUE FACE AUX ACCORDS
Joseph Mbita
DE PARTENARIAT AVEC L’EUROPE
L’Union européenne (UE) s’est engagée à négocier des Accords de
partenariat économique (APE) individuels avec chaque pays de la zone
« Afrique, Caraïbes, Pacifi que » (ACP), dans le souci de garantir la
continuité des anciens accords UE-ACP, et ceci en contradiction avec L’AFRIQUE FACE
ses fondements éthiques et ses engagements antérieurs de promouvoir
l’intégration régionale au sein des pays ACP.
Cette initiative surprenante de l’UE, motivée par la crise économique AUX ACCORDS DE PARTENARIAT
structurelle en Europe occidentale, incite les pays africains à adopter un
comportement stratégique et collectif tendant à préserver leurs intérêts
de développement à long terme, ceci d’autant plus que les APE tendent AVEC L’EUROPE
à reconduire le modèle de développement extraverti de l’Afrique,
qui a montré toutes ses limites au cours des cinquante dernières années.
Dans cette perspective, l’auteur démontre notamment que les théories
économiques, le droit international, le bilan des précédents accords de
coopération avec l’Occident, et le plan à long terme d’intégration et de
développement de l’Afrique, sont défavorables à la signature par les pays
africains des APE proposés par l’UE, considérés comme de « véritables
marchés de dupes ».
À cet eff et, en lieu et place des APE, l’auteur propose l’application
rigoureuse du plan rénové d’intégration et de développement de l’Afrique
à long terme, issu du traité d’Abuja du 3 juin 1991 qui, seul, permettra
au continent de gagner, de manière décisive et effi cace, la bataille contre
le sous-développement et la marginalisation sur la scène internationale.
Joseph Mbita est administrateur civil principal de classe hors
échelle, diplômé de l’École nationale d’administration et de
magistrature (ENAM) du Cameroun, major de la section
économie et fi nances de la promotion (1982-1984). Il est également
titulaire du diplôme du cycle long de l’Institut international
d’administration publique (IIAP) de Paris, en administration des relations
économiques internationales (promotion Charles-de-Gaulle, 1991),
du diplôme d’études supérieures spécialisées en administration internationale
de l’université de Paris-I (1991), et du doctorat PhD en économie
internationale et du développement de l’université de Yaoundé-II Soa (2012).
Il compte également à son actif une riche expérience professionnelle de près de
trente ans dans la fonction publique camerounaise.
Illustration de couverture de Djeukeu Jules Samuel, Yaoundé, septembre 2014 :
Cheminement stratégique à suivre par l’Afrique pour passer du stade actuel, d’un
continent désintégré économiquement, à l’avènement de la communauté économique
africaine, situation idéale.
ISBN : 978-2-343-04055-4
13,50 €
L’AFRIQUE FACE AUX ACCORDS DE PARTENARIAT AVEC L’EUROPE Joseph MbitaL’Afriquefaceauxaccords
departenariatavecl’EuropeJosephMbita
L’Afriquefaceauxaccords
departenariatavecl’Europe© L’Harmattan, 2014
5-7, rue del’Ecole-Polytechnique, 75005Paris
http://www.harmattan.fr
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-343-04055-4
EAN : 9782343040554REMERCIEMENTS
Je remercie toutes les personnalités qui ont contribué à mon
encadrementscolaire,académiqueetprofessionnel.
Jepensed’abord à:
1. mon grand-pèreMBITANTYE’EPierre,
2. ma grand-mèreEDJIMBIMBITALydie,
3. ma mèreWOULIMBITASuzanne,
4. mononclematernelEFOUAEBOUTOUJacob,
tousderegrettées mémoires.
Je pense aussi au frère Guy MARTINEAU, ancien Directeur du
collège Saint Kisito de Sangmélima, et à Monsieur NDJODO
Casimir,ancienproviseurdulycéeJossdeDouala.
Jepenseensuiteà :
- Monsieur Germain NDJIEUNDE, Professeur agrégé des
Sciences économiques, enseignant à l’Université de Yaoundé
IISoa,
- Monsieur Edouard AKAME MFOUMOU, ancien ministre
d’Étatchargédel’ÉconomieetdesFinances,
- Monsieur Michel MEVA’A M’EBOUTOU, ancien ministre
del’ÉconomieetdesFinances,SecrétairegénéralduSénat,
- Monsieur MBALA BESSALA Étienne, ancien Directeur de la
comptabilitéetdesfinancesdu ministèredesPetT,
- la société Excellence Plus Prestige de Yaoundé, la secrétaire,
Mme NGNIFONG Henriette, et les Éditions Clé qui ont contribué
àla miseenformeetàlapublicationduprésentouvrage.
Je remercie enfin mon épouse, Mme MBITA née AVEZO’O
Émilienne, qui n’a cessé de m’apporter son soutien dans la
rédactionduprésentouvrage.LISTEDESSIGLESETABRÉVIATIONS
A.C.P: Afrique,CaraïbesetPacifique
A.E.L.E:Associationeuropéennedelibre-échange
A.I.R : Accordd’intégrationrégionale
A.L.E.N.A:Accorddelibre-échangenord-américain
A.N.A.S.E:Associationdesnationsdel’AsieduSud –Est
A.P.E:Accorddepartenariat économique
B.M:Banque mondiale
C.B.I: CrossBorder Initiative
C.E:Communautéeuropéenne
C.E.A: Communautééconomiqueafricaine
C.E.A.O : Communautéiqued’Afriquedel’Ouest
C.E.D.E.A.O: Communauté économique des États de l’Afrique de
l’Ouest
C.E.E:Communautééconomiqueeuropéenne
C.E.E.A.C:Communauté économique des États de l’Afrique
centrale
C.E.M.A:Communautééconomiqueet monétaireafricaine
C.E.M.A.C: Communautéique et monétaire de l’Afrique
centrale
C.E.P.G.L:CommunautééconomiquedespaysdesGrandsLacs
C.E.R:Communautééconomiquerégionale
C.E.M.R:Communautééconomiqueet monétairerégionale
C.E.M.E.A.C.O: Communauté économique et monétaire des États
d’Afriquecentraleetoccidentale
C.E.M.E.A.A.O: Communauté économique et monétaire des États
d’Afriqueaustraleetorientale
C.E.M.E.A.N: Communauté économique et monétaire des États
d’AfriqueduNord
C.E.N.U.A: Commission économique des Nationsunies pour
l’Afrique
C.O.I:Commissiondel’océanindien
7C.O.M.E.S.A: Common Market for Eastern and Southern Africa
(Marchécommunpourl’Afriquedel’Estetaustrale)
C.U.A : Commissiondel’unionafricaine
E.A.C: East AfricanCooperation
E.M.I.C.E.R:Efficience macroéconomique internationale de la
communautééconomiquerégionale
E.M.I.M.R:Efficience macroéconomique internationale de la
monnaierégionale
E.M.I.M.R/I.E.R: Efficience macroéconomique internationale de
la monnaie régionale par rapport à l’intégration des
économiesrégionales
EMIM.R/I.P.R: Efficience macroéconomique internationale de la
monnaie régionale par rapport à l’intégration des
populationsrégionales
E.M.I.C.E.R/I.E.R: Efficience macroéconomique internationale de
la communauté économique régionale par rapport à
l’intégrationdeséconomiesrégionales
E.M.I.C.E.R / I.P.R: Efficience macroéconomique internationale
de la communauté économique régionale par rapport à
l’intégrationdespopulationsrégionales
I.D.E:Investissementsdirectsétrangers
I.O.C: IndianOceanCommission
F.M.I:Fonds monétaireinternational
M.E.R.C.O.S.U.R:Marchécommunducônesud
N.E.P.A.D:NewPartnershipforAfricaDevelopment
O.M.D:Objectifsdu millénairepourledéveloppement
P.P.I.D.A.M.L.T: Plan prioritaire d’intégration et de
développementdel’Afriqueàmoyen etlongtermes
P.P.R.I.D.A.M.L.T: Plan prioritaire rénové d’intégration et de
développementdel’Afriqueàmoyenetlongtermes
P.I.B:Produitintérieurbrut
P.I.B/ha:Produitintérieurbrut parhabitant
P.A.S : Programmed’ajustementstructurel
P.A.L : Pland’actiondeLagos
R.D.M:Restedu monde
8S.A.C.U: Southern African Customs Union (Union douanière
d’Afriqueaustrale)
S.A.D.C: SouthernAfricanDevelopmentCommunity
(Communautédedéveloppementdel’Afrique
australe,rebaptiséeS.A.D.C.)
T.E.C:Tarifextérieurcommun
T.V.Aaxesurlavaleurajoutée
U.A:Unionafricaine
U.E.M.A:Unionéconomiqueet monétaireafricaine
U.P.F:Uniondelapressefrancophone
9INTRODUCTION
Notre gouvernement et la société camerounaise dans son
ensembleontfaitl’objet,aucoursdeshuitderniersmoisdel’année
2013, d’un harcèlement diplomatique de la part de l’Union
européenne, pour la ratification de l’Accord de partenariat
économiqueintérimairesignéen2009.
Ce harcèlement diplomatique soutenu a été notamment marqué
par les sorties médiatiques de Son Excellence RaulMateus Paula,
ambassadeur, délégué sortant de la commission de l’Union
européenne à Yaoundé, respectivement le 07 mai et le 12 octobre
2013, sur invitation du GICAM et du Club de la Presse de l’UPF,
et par le point de pressedonné le 12 novembre 2013 par Son
Excellence Karel de Gucht, commissaire européen au commerce, à
l’occasiondesarécentevisiteauCameroun.
Ce problème de ratification de l’A.P.E intérimaire signé en
2009 a suscité ces derniers temps, sur les plans national et africain,
un débat contradictoire et nourri de la part des économistes
spécialistes des problèmes d’intégration et de développement, et de
lapartdeshommesde média.
Ce débat contradictoire et nourri sur la ratification de l’APE
intérimaire signé en 2009 revêt en ce moment une importance
particulièreàquatretitresqu’ilimportedepréciser.
Il revêt une importance stratégique à un premier titre, par
rapport à l’échéancedu 1er janvier 2014, correspondant à l’arrivée
à terme de l’A.P.E intérimaire signé en 2009, échéance au-delà de
laquelle l’Union européenne menace de supprimer toutes les
facilités commerciales d’accès au marchéeuropéen accordées aux
produits camerounais (banane, aluminium, etc.), au cas où le
Cameroun ne ratifie pas définitivement l’accord de partenariat
économiqueencause.
Cedébatcontradictoirerevêtensuiteuneimportancestratégique
au regard du contexte historique et international qui entoure la
ratificationsouhaitée.
11

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.