Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Achetez pour : 16,88 €

Lecture en ligne

Publications similaires

L'anthropologie

de presses-universitaires-de-france

Norbert Elias et l’anthropologie

de cnrs-editions-via-openedition

Lanthropologie
Pour Comprendre Collection dirigée par Jean-Paul Chagnollaud  Lobjectif de cette collectionPour Comprendreest de présenter en un nombre restreint de pages (176 à 192 pages) une question contemporaine qui relève des différents domaines de la vie sociale.  L idée étant de donner une synthèse du sujet tout en offrant au lecteur les moyens daller plus loin, notamment par une bibliographie sélectionnée. Cette collection est dirigée par un comité éditorial composé de professeurs duniversité de différentes disciplines. Ils ont pour tâche de choisir les thèmes qui feront lobjet de ces publications et de solliciter les spécialistes susceptibles, dans un langage simple et clair, de faire des synthèses.  Le comité éditorial est composé de : Maguy Albet, Jean-Paul Chagnollaud, Dominique Château, Jacques Fontanel, Gérard Marcou, Pierre Muller, Bruno Péquignot, Denis Rolland. Dernières parutions Georges M. CHEVALLIER,Systèmes de Santé. Clés et comparaisons internationales,nouvelle édition, 2011. Charles KORNREICH,Une histoire des plaisirs humains, 2011. Jean-Jacques TUR,Les nouveaux défis démographiques, 7 milliards dhommes déjà !, 2011. Iraj NIKSERESHT,Kant et la possibilité des jugements synthétiquesa priori, 2011. Adriana NEACŞU,Histoire de la philosophie ancienne et médiévale, 2011. Marcienne MARTIN,De la démocratie à travers langue et univers médiatique, 2011.Patricia TARDIF-PERROUX, son territoire, une :La France ambition. Mutations, situation, défis, 2011. Dominique GÉLY,Le parrainage des élus pour lélection présidentielle,2011. Marie-Hélène PORRI,Le suicide il faut en parler, 2010. Michel PARAHY,L'inconscient de Descartes à Freud : redécouverte d'un parcours, 2010. Jean-François DUVERNOY,La fabrique politique Machiavel, 2010. Gérard LAROSE,La stratégie de la vie associative, 2010.
Bernardin MINKOMVÉ
Lanthropologie LHARMATTAN
Du même auteur  :La société gabonaise entre tradition et postmodernité hétéroculture et dysculturation, ANT, Lille, 2002. entre tradition et post-modernité (Dynamique desGabon structures daccueil Fang-Ntumu), Paris, LHarmattan, 2003. Tourisme au Gabon(dir), Paris, LHarmattan, 2006. Mondialisation et sociétés orales secondaires gabonaises (coauteur), Paris, LHarmattan, 2007 Varia anthropologica gabonensis 2004(dir), Paris, Le Manuscrit, 2007. Savoirs et dynamiques sociales au Gabon(dir), Libreville, EDILA, 2007. Gabonies de notre temps,Paris, Publibook, 2008. A paraître Gabon : la postmodernité en question, Paris, Publibook, 2012. La richesse de la misère,Paris, ILV Edition, 2012 Recueil des contes Fang du Gabon,Paris,LHarmattan, 2012
© L'HARMATTAN, 2012 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-96211-8 EAN : 9782296962118
A Damien Minko Mvé, Cyril Minko Mvé et Florence Minko Mvé (Née Thiers) A Madeleine Avomo Ovono, Martin Assoumou Mvé, Rachel Mekui Mvé, Tatiana Mengue Mvé, Reine L. Ntsame Mvé, Chimène Nze Nkoghe A tous mes Collègues et Etudiants Au Pr Jean-Emile Mbot A Feu Jean Poirier
INTRODUCTION 1.Ce quest lanthropologieIl est dusage dopposer deux approches principales, lanthropologie physique et lethnologie, lune préoccupée de lhomme dans ses caractères physiques, lautre de lhomme en société. Mais lambition de lanthropologie, prise au sens le plus large, serait de rassembler dans une perspective globalisante toutes les disciplines étudiant lhomme. En attendant une telle réunification, on ne peut confondre, malgré leurs zones de recouvrement, cette anthropologie avec son actuel épicentre, lanthropologie sociale. On a souvent réduit lanthropologie sociale à létude des sociétés dites primitives. Cette orientation a grandi au point de sétendre à lensemble des sociétés traditionnelles, quelles appartiennent au Tiers Monde ou au monde industriel; et létude de la vie contemporaine dans la ville ou dans lentreprise constitue lun de ses nouveaux axes de recherche. De ce point de vue, elle ne se distingue guère de sciences de la société telles que la sociologie ; certains veulent même la confondre avec elles en raison de lidentité de leur objet.Or, ce qui fonde la spécificité de lanthropologie, cest une façon particulière dappréhender une même réalité. Son approche « holiste »1, qui cherche à saisir la totalité dune société, est donc par définition monographique ; elle contraint lanthropologue à une analyse qualitative et exhaustive dunités sociales nécessairement restreintes 1Rappelons que holisme soppose à lindividualisme, cest une interprétation de nature globalisante. 7
village, tribu ou quartier, accessibles au regard dun seul et même observateur. Ce serait donc sa méthode qui la distinguerait de sa voisine, la sociologie. Lune procéderait plutôt par questionnaires et statistiques ; dans lautre, lobservateur, «immergé» dans la société quil étudie, travaillerait sur son propre vécu. Toutefois, lune et lautre sempruntent de plus en plus souvent leurs méthodes. Le paradoxe de la démarche anthropologique réside donc, comme le souligne Claude Lévi-Strauss2, dans le fait que lon y «cherche à faire de la subjectivité la plus intime un moyen de démonstration objective ». Lexpérience anthropologique est unique, en ce quelle oblige lobservateur à mettre en question ses propres catégories, à souvrir au raisonnement des autres, à les analyser et à les restituer à la compréhension de sa propre société. Par son approche monographique et par cette remise en question, à quoi elle tend et à laquelle elle contraint le spécialiste, lanthropologie a élaboré de nouveaux concepts, qui ont défini ses divers domaines : religieux, politique, juridique, économique, etc. Mais la critique de lethnocentrisme dont sont marquées ces catégories issues de la culture occidentale a conduit à les élargir, à les remodeler. Parfois, il a été nécessaire de fonder de nouveaux domaines tels que lanthropologie de la parenté, qui a constitué longtemps lun des champs privilégiés de la discipline.2 Pèreil doit sa notoriété grâce à son du structuralisme, né en 1908, uvre sur la parenté, mais aussi de ses séductions de lAmazonie qui lont conduit à écrireTristes tropiques, récit philosophique dun voyage parmi les Indiens de lAmazonie brésilienne.Tristes tropiquesbrosse le tableau de la vie rude, innocente et nue des derniers nomades Nambikwara. 8
Il est douteux, toutefois, que lon puisse définir une science uniquement par sa méthode; cest le cas tout particulièrement de lanthropologie, dans un moment où la sienne est exportée dans dautres disciplines et où, donc, expulsée du lieu même où certains veulent fonder sa spécificité, elle risquerait dêtre vouée à sa propre dissolution, ne pouvant prétendre par ailleurs à lexclusivité de son objet empirique. Ce statut équivoque jette le trouble dans lesprit de qui ne considère pas que, au-delà de lobjet empirique, se situe un objet intellectuel; que, au-delà de la méthode, saffirme une volonté de découvrirpar la comparaison et la synthèse des normes, des discours et des pratiquesdautres niveaux de réalité, la logique de leurs interrelations et de leurs transformations, à partir desquels lhomme peut modifier son rapport à lui-même etqui sait ?élargir le champ de sa liberté. La méthode et lhistoire de lanthropologie se confondent quant à leur rapport à lobjectivité. Ses objets, ses concepts et ses théories ne sont pas nés dun seul mouvement. Lanthropologie a dû sans cesse les critiquer, les remanier face à sa propre histoire et à lhistoire, au sein dune communauté scientifique internationale qui ne suivait pas nécessairement un chemin unilinéaire. Les débats qui se sont déroulés entre les chercheurs des deux côtés de lAtlantique ou de la Manche furent nombreux, mais ils ont fait apparaître des idées nouvelles, qui, au fil du temps, ont conduit lhomme à se considérer lui-même, en tous lieux, en tout temps, comme lobjet de sa propre étude. La recherche de lobjectivité nest pas une affaire de méthode, cest aussi lhistoire même de lanthropologie, de ce mouvement quia fait passer lethnologue de la reconnaissance des autres au refus de soi, et qui lui permet maintenant détudier le monde le plus proche comme les mondes lointains. Cest une parabole précisément géométrique, définie comme « le 9
lieu des points équidistants dune droite et dun point fixes » ; selon laquelle les enseignements du discours sur les autres conduisent au discours sur soi, dans une disposition où le discours quon tient sur soi se situe dans une différence et à une distance égale à celles où se déploie le discours quon tient sur les autres. Montrer comment un tel discours sur soi a progressivement abandonné droite et point fixes pour se placer sur la courbe avec les « autres», cest expliquer toute la construction de lanthropologie jusquà nosjours. Pour mieux saisir la nature de lanthropologie, il est utile de faire allusion aux enjeux intellectuels et les conditions historiques qui ont motivé son développement. Dune manière générale, on peut reconnaître une triple origine, dans lhistoire de la pensée, à la connaissance dun champ relevant spécifiquement de lanthropologie.2.Le regard sur les sauvages Au commencement était le regard sur les « sauvages ». Cette période coïncide avec le Moyen Age et la Renaissance. Les voyages des chercheurs3 chez les Scythes, les Perses, les Egyptiens etc. légitiment en quelque sorte les observations et réflexions sur les murs exotiques. On en a pour preuve la description, dans le détail, des pratiques chamaniques chez les Scythes ou les ritualisations des combats féminins lybiques (en Afrique du Nord). Durant donc tout le Moyen Age, il y a eu un fort intérêt pour lexistence des peuples monstrueux (homme à tête de chien, homme-loups, cannibales, entre autres). 3 Par exemple, Hérodote chez les « barbares», cest-à-dire les non-Grecs. 10