L'anxiété

De
Publié par

L’objectif de cet ouvrage est de fournir au lecteur une vue d’ensemble actuelle de l’anxiété et de ses troubles. Il  répond à deux besoins principaux de l’étudiant. Il présente tout d'abord les principales classifications actuelles des troubles anxieux ainsi que les principaux outils psychométriques les évaluant, et ensuite, deux grandes approches théoriques des troubles anxieux en psychologie : les modèles psychodynamique et cognitif de l’anxiété.
Publié le : mercredi 18 avril 2012
Lecture(s) : 36
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782100580859
Nombre de pages : 128
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

© Dunod, Paris, 2012

9782100580859

Visitez notre site Web : www.dunod.com

Consultez le site Web de cet ouvrage

Le code de la propriété intellectuelle n'autorisant, aux termes des paragraphes 2 et 3 de l'article L122-5, d'une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l'usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d'autre part, sous réserve du nom de l'auteur et de la source, que « les analyses et les courtes citations justifiées par le caractère critique, polémique, pédagogique, scientifique ou d'information », toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle, faite sans consentement de l'auteur ou de ses ayants droit, est illicite (art; L122-4). Toute représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, notamment par téléchargement ou sortie imprimante, constituera donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L 335-2 et suivants du code de la propriété intellectuelle.

Ouvrage numérique publié avec le soutien du CNL

CNL

Avant-propos
Le terme « anxiété » est communément utilisé afin de désigner une émotion déplaisante, négative et disproportionnée face à une menace réelle. L’anxiété serait plus précisément provoquée par notre anticipation concernant les conséquences futures de cette menace. Cette émotion se traduit alors par des manifestations psychologiques subjectives et physiologiques. Toutefois, cette simple définition reste grossière au regard de la complexité clinique et phénoménologique des phénomènes anxieux.
i.e. i.e. ahmasangoangerei.e. angustiai.e. 
anxioanxietasi.e. angoanganginaXXeanxiety
Dans la littérature actuelle, les auteurs distinguent également des formes d’anxiété qui diffèrent selon leur nature. Ainsi, le paradigme trait/état distingue l’anxiété en tant que trait de personnalité (i.e. le trait anxieux) et l’anxiété en tant qu’état psychologique (i.e. l’état anxieux). Cet état émergerait d’une interaction entre une situation nouvelle ou menaçante et un trait de personnalité anxieux élevé.
Ces différents termes nous permettent de rendre compte de multiples expériences anxieuses que nous pouvons vivre au quotidien. En effet, nous avons tous, un jour, expérimenté ce type d’émotion face à l’imminence de certains événements tels qu’un examen scolaire, médical, ou même la contraction d’un prêt bancaire important. Souffrons-nous tous, pour autant et à chaque fois, d’un trouble anxieux ? Nous espérons que, pour la majorité des lecteurs, la réponse sera « non », et cette réponse indique que nous pourrions distinguer une anxiété normale d’une anxiété pathologique. En effet, l’anxiété constitue une émotion très utile à l’adaptation et à la survie de l’être humain. Elle nous permet d’anticiper, de nous préparer à l’imminence d’un danger en modifiant le fonctionnement cognitif et physiologique d’un individu. Cet effet bénéfique est décrit par la loi de Yerkes et Dodson, qui montrent qu’en deçà d’un certain seuil, l’anxiété améliore l’efficience cognitive.
Si nous utilisons un terme unique, « l’anxiété », nous désignons en fait un phénomène naturel complexe quant à ses déterminants et multiple quant à ses acceptions. Ces complexités peuvent nourrir de nombreuses questions : si l’anxiété peut être normale, comment pouvons-nous alors distinguer une anxiété normale d’une anxiété pathologique ? Si l’anxiété repose sur une dynamique incluant des déterminants psychologiques, physiologiques et sociaux, quelles sont les théories pouvant nous aider à nous représenter cette dynamique ? Si l’anxiété peut se manifester sous de nombreuses formes avec des signes cliniques psychologiques et physiologiques, quels sont les outils pouvant nous aider dans notre prise de décision diagnostique et dans le traitement des troubles anxieux ?
Nous avons conçu cet ouvrage comme un outil à la fois théorique et pragmatique afin d’apporter des éléments de réponse à ces différentes questions. Le premier chapitre se focalise sur les aspects théoriques de l’anxiété. Il expose une synthèse des modèles psychanalytiques, psychodynamiques et cognitifs de l’anxiété. Nous présenterons également une étude originale posant la question d’un rapprochement entre le modèle psychodynamique et le modèle cognitif. Ce chapitre s’appuiera sur les résultats de recherches empiriques récentes montrant la pertinence de ces modèles dans la clinique de l’anxiété. Le chapitre 2 se focalise sur les aspects cliniques de l’anxiété. Les premières parties du chapitre exposent les principes sous-tendant la nosographie des troubles anxieux. Nous aborderons les taxonomies psychopathologiques décrites dans le DSM-IV TR et dans le Psychodynamic Diagnostic Manual. Nous continuerons par la présentation de plusieurs outils permettant des évaluations psychométriques des principaux troubles anxieux en congruence avec la taxonomie du DSM-IV TR. Enfin, nous terminerons ce chapitre par une présentation des principes sous-tendant différentes formes de traitement psychothérapeutique des troubles anxieux.
Le troisième et dernier chapitre proposera une réflexion critique concernant les modèles et les méthodes présentés tout au long de cet ouvrage.
Chapitre 1
Modèles théoriques de l’anxiété
I Approche psychanalytique et psychodynamique
Dans la première partie de ce chapitre, nous allons aborder les modèles et hypothèses théoriques issus de la psychanalyse. Notre objectif sera de montrer comment ces différents modèles théoriques nous aident à expliquer le rôle de certains processus et états psychologiques dans l’émergence d’une dynamique psycho-affective associée à l’éprouvé de l’angoisse ou de l’anxiété. Dans un premier temps, nous aborderons les modèles de Sigmund Freud et de Jacques Lacan afin de montrer leurs apports dans notre explication des phénomènes anxieux. Cette présentation sera complétée par celle du modèle dynamique héraclitéen.
Dans une seconde partie, nous décrirons le modèle psychodynamique de Vaillant et ses applications à la clinique de l’anxiété. L’approche psychodynamique trouve ses origines dans le modèle psychanalytique et explique les phénomènes mentaux comme des manifestations de conflits psychiques. Ces conflits proviendraient de forces inconscientes cherchant à s’exprimer et qui nécessiteraient un contrôle constant de forces opposées cherchant à prévenir leur expression.
1 Le modèle psychanalytique de l’angoisse
>Le modèle freudien
D’un bout à l’autre de l’œuvre de Freud, il est question de l’angoisse. Dès 1894, dans sa lettre à Fliess, Freud pose la question de l’origine de l’angoisse et il envisage le phénomène comme « cause des troubles névrotiques ». Dans les années 1915-1917, il écrit : « Il est certain que le problème de l’angoisse forme un point vers lequel convergent les questions les plus diverses et les plus importantes, une énigme dont la solution devrait projeter les flots de lumière sur toute notre vie psychique » (p. 420). Enfin, il publie en 1926 son ouvrage majeur sur la question, , dans lequel il situe l’angoisse comme « le phénomène fondamental et le problème capital de la névrose » (p. 69).Inhibition, symptôme et angoisse
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.