L'art et la mesure. Histoire de l'art et méthodes quantitatives

De
Publié par


Parler de chiffres en histoire de l’art est souvent malvenu, car cela semble considérer que l’on pourrait codifier des données dont on aime à penser qu’elles relèvent de l’immesurable, de l’insondable, du spirituel : « On ne met pas la beauté en boîte. » Mais pourquoi ? On met bien les tableaux dans des cadres, sur des murs et dans des musées, et on sait bien aussi que les œuvres d’art vivent d’abord par leur rang dans un classement élaboré depuis des siècles, dont les musées et les histoires de l’art, mais surtout le marché, sont les meilleurs comptables.

Cette question préoccupait depuis plusieurs années les participants du séminaire « Art et Mesure », tenu à l’École normale supérieure, à l’Institut d’histoire moderne et contemporaine, depuis 2006 : aucun n’aurait jugé honnête de ne pas reconnaître ce qu’apportait l’approche quantitative à ses recherches – et d’abord la constitution d’une base de données rigoureuse. Les premiers travaux ayant abouti à un numéro spécial de la revue Histoire et Mesure (déc.
2008), le présent volume va plus loin : il réunit, outre des historiens, des économistes, des sociologues, des mathématiciens, des statisticiens. Il se veut un outil de travail pour les historiens de l’art qui souhaiteraient, en cohérence avec les questions suscitées par leur objet de recherche, passer par l’analyse quantitative, qu’elle soit très simple ou plus raffinée.

Les articles qu’il contient proposent, à partir des exemples les plus divers, une approche très méthodique de l’analyse quantitative, qui vise d’abord à faire comprendre ce qu’est une base de données, comment il faut la construire et ce qu’elle peut apporter. Mais on a veillé à ce que les auteurs ne se dérobent pas à la question heuristique des effets du chiffre sur l’interprétation des arts…
L’ouvrage s’articule ainsi en trois grandes parties : « L’approche quantitative est-elle utile à l’histoire de l’art ? », « De la sociologie à l’histoire de l’art » et « Défis pour l’approche métrique ». Indispensable à la formation des spécialistes de l’histoire de l’art, il ne veut cependant pas les faire renoncer à l’originalité de leurs approches : la connaissance de l’histoire des styles et des formes ; le désir de comprendre les arts sans les déconnecter de leurs époques, tout en gardant la conscience de leur rayonnement jusqu’à nos jours ; l’intérêt jamais démenti pour la dimension matérielle des objets qu’ils étudient, pour la manière dont ils ont été faits, et pour la philosophie ou l’esthétique qui en a inspiré la création ; l’amour des belles choses, et le désir de comprendre pourquoi on les tint ou on les tient pour belles ; et plus généralement une curiosité affirmée pour l’intimité : celle des artistes, celle des amateurs, celle des contemplateurs, comme celle qui s’instaure, on ne sait comment, entre un objet et celui qui l’apprécie.

Publié le : vendredi 1 janvier 2010
Lecture(s) : 26
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782728836536
Nombre de pages : non-communiqué
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
La mesure en histoire de l’art : un état des lieux, pour espérer mieux
1 BéatriceJoyeux-Prunel
Paé dé chïé é hïstôïé dé ’at ést sôûvét mavéû, das a mésûé ôù céé dÈmaché aïssé pésé qûé cé qûï ïtÈéssé ést pûs é chïé qûé ’œûvé, ét qûé ’ô pôûaït côdïié dés dôÈés dôt ô aïmé à pésé qû’éés éèvét dé ’ïmmésûabé, dé ’ïsôdabé, dû spïïtûé. Aûssï é côôqûé « At ét Mésûé », dôt cét ôûvagé Ècapïtûé ûé agé paé dés ïtévéôs, sûscïta dé vïvés dïscûssïôs. Téûé à ’Écôé ômaé sûpÈïéûé (ENS) és 3, 4 ét 5 dÈcémbé 2008, céé écôté Ètaït éécvémét ûé tétavé dé ÈÈchï côécvémét aû dÈi û jôû acÈ pa ûé côègûé : « O é mét pas a béaûtÈ é bôtés. »
Pôûqûôï é pas méé a béaûtÈ é bôtés ? O mét bïé és tabéaû das dés cadés, sû dés mûs ét das dés mûsÈés, ét ’ô saït bïé aûssï qûé és œûvés d’at vïvét d’abôd pa éû ag das û cassémét ÈabôÈ dépûïs dés sïècés, dôt és mûsÈés ét és hïstôïés dé ’at, maïs sûtôût é machÈ, sôt és méïéûs cômptabés. Céé qûésô pÈôccûpaït dépûïs pûsïéûs aÈés és pacïpats dû sÈmïaïé « At ét Mésûé », téû à ’Écôé ômaé sûpÈïéûé, à ’Istût d’hïstôïé môdéé ét côtémpôaïé (IHMC), dépûïs 2006 : aûcû ’aûaït jûgÈ hôêté dé é pas écôaté cé qû’appôta ’appôché qûatavé das sés tavaû dé échéchés – ét d’abôd a côstûô d’ûé basé dé dôÈés ïgôûéûsé. I ôûs sémbaït qûé a béaûtÈ gagaït, pafôïs, à êté mïsé é bôté pacé qû’éé sé tôûvaït sôûvét, sïmpémét,
7
8
La mesure en histoire de l’art : un état des lieux pour espérer mieux
mïéû épacÈé das sô côtété dôc mïéû mïsé é Èvïdécé, ôû tôût sïmpémét pacé qûé ’appôché qûatavé péméaït dé gagé é cômpÈhésïô hïstôïqûé, sôcïaé, ésthÈqûé, cé qûï cômpésaït cé qûé ’ô pédaït Èvétûéémét é « aûa » asqûé. Jé émécïé chaéûéûsémét és pacïpats dû sÈmïaïé, é pacûïé Fabïé Accômïô, SÈbasé Dûbôïs, Pïéé Façôïs, Caïé Lémécïé, SÈvéïé Sôiô, Jûïé Véaïé ét Baïsé Wïfét pôû cé tavaï côécf abôû das a pûbïcaô d’û ûmÈô spÈcïa dé a évûéHïstôïé ét Mésûé (dÈcémbé 1 2008), dôt ô pôûa côsûté és acés é ïgé . I faaït aé pûs ôï, cépédat, qûé cé tavaï dé gôûpé ôù és hïstôïés dé ’at Ètaïét iaémét mïôïtaïés, tat pa éû aaché dïscïpïaïé qûé pa éû fômaô scïéiqûé dé dÈpat. I ôûs sémbaït ïmpôtat dé faïé sé écôté és épésés, és appôchés, vôïé és phïôsôphïés : céés dés Ècôômïstés, dés sôcïôôgûés, dés mathÈmacïés, dés stascïés, dés hïstôïés ét dés hïstôïés dé ’at. Sï céé écôté péméaït séûémét aû hïstôïés dé ’at dé é pas pédé é témps qûé a majôïtÈ d’été ôûs avaït pédû à appédé séûs ’Èabôaô d’ûé basé ét sô épôïtaô qûatavé, sï éé péméaït aû dÈbûtats das ’appôché qûatavé dés ats dé tôûvé dés mÈthôdés pôû pôdûïé û tavaï sôïdé, aôs éé séaït Èûssïé. Lé pôjét Ètaït à a fôïs hûmaï ét scïéiqûé : qûé dïé, qûé faïé, dé a écôté été ’hïstôïé dé ’at ét ’appôché qûatavé ? Nôûs vôûïôs, aû-déà dés jûgéméts sôûvét tôp apïdés d’ûé dïscïpïé sû ’aûté, ét é pacûïé dés égads côïsÈs dé a sôcïôôgïé ét dé ’hïstôïé dé ’at, édé féé a écôté été és appôchés ét és pôféssïôs. Cé dÈi fût accéptÈ pa és mémbés dû cômïtÈ scïéiqûé, qûé jé é émécïéaï jamaïs asséz pôû éû côtïbûô à a sÈécô dés ïtévéôs pÈsétÈés : Chïstôphé Chaé (Païs I/IHMC), Cathéïé Chévïôt (mûsÈé d’OsaY), Pïéé Façôïs (CNRS-CSO), Rôbét Jésé (ûïvésïtÈ dû KétûckY), Caïé Lémécïé (IHMC, CNRS), Pïéé-Mïché Mégé (EHESS), SÈgôèé Lé Mé (Païs X), Gïsèé Sapïô (Cété dé sôcïôôgïé éûôpÈéé), Baïsé Wïfét (ENS). Uïvésïtaïés, côsévatéûs, chéchéûs, hïstôïés, hïstôïés dé ’at,
La mesure en histoire de l’art : un état des lieux pour espérer mieux
sôcïôôgûés ôû Ècôômïstés accéptèét d’Èabôé ésémbé, à pa d’û ômbé ïmpôtat dé pôpôsïôs dé cômmûïcaô, é pôgammé dû côôqûé « At ét Mésûé », das é éspéct dé éûs dïÈécés mûtûéés, ét tôûs dÈsïéû dé cômpédé cé qûé a mésûé faït à ’hïstôïé dé ’at ét, dïaécqûémét, cé qûé ’at faït à a mésûé. Né ÈpÈtôs pas ïcï é pôgammé dÈtaïÈ dû côôqûé. O é tôûvéa és éégïstéméts cômpéts sû é sïté dé dïûsïô dé Savôïs é MûmÈdïa, hÈbégÈ pa ’Écôé ômaé sûpÈïéûé ét 2 aïmÈ pa Chïstôphé Dûpaz . La pémïèé jôûÈé, ïtûÈé « Dé a sôcïôôgïé à ’hïstôïé dé ’at », dévaït péméé, apès û bïa dé ’ûïsaô dé ’appôché qûatavé é hïstôïé dé ’at ét é hïstôïé ïÈaïé, dé dôé qûéqûés éémpés jûgÈs caactÈïsqûés dé ’ûïsaô a pûs abôdabé dû chïé é hïstôïé dé ’at – céé qûï pémét d’Èabôé ûé hïstôïé sôcïaé ét Ècôômïqûé dé ’at, qû’ï s’agïssé dé a mïsé é Èvïdécé dé machÈs, dé caïèés, dé tajéctôïés ôû dé gÈôgaphïés, cômmé dé ’Ètûdé, téchïqûémét pûs cômpéé, dé Èséaû ét dé ôgïqûés dé champ. La déûïèmé jôûÈé fût céé dés écôtés. La maÈé, côsacÈé aû basés dé dôÈés, vïsaït à pôpôsé aû chéchéûs dés éémpés dé « bôés basés dé dôÈés », maïs Ègaémét à faïé côaté dés basés actûéémét dïspôïbés é hïstôïé dé ’at, vôïé à sûggÈé a mïsé é cômmû dé dôÈés sïmïaïés. I s’agïssaït aûssï dé ÈÈchï aû « ôûvéés pôbÈmaqûés » ôûvétés pa ’ûïsaô, iaémét Ècété, dés basés dé dôÈés ïfômaqûés é hïstôïé dé ’at. La tabé ôdé dé a sôïÈé, ïtûÈé « L’hïstôïé dé ’at a-t-éé péû dû qûataf ? », a ÈtÈ imÈé ét ést dïspôïbé sû Savôïs é mûmÈdïa. La tôïsïèmé ét déïèé jôûÈé dû côôqûé, éi, ôûs côfôtaït à ûé qûésô pûs dïîcïé : péût-ô tôût mésûé ? N’Y a-t-ï pas û ôYaû, é hïstôïé dé ’at, qûé ’appôché mÈtïqûé é pavïéda jamaïs à tôûché, ét é péût qû’abmé ? Hïstôïé dés stYés, hïstôïé dés hïÈachïés asqûés, appôché dé a cÈaô, aûtat dé dÈis pôû ’appôché mÈtïqûé, dôt cétaïs sôt tès péû abôdÈs pa és chéchéûs, tadïs qûé pôû d’aûtés, cômmé ’hïstôïé dû gôÛt, ’aaYsé qûatavé sémbé s’ïmpôsé, mêmé sï éé é péût êté écûsïvé.
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi