L’Au-delà des rêves

De
Publié par

Que feriez-vous si le rêve était un cauchemar ? Si votre vie basculait après vos nuits ? Si votre destin vous échappait ?

C'est l'histoire de Gabriel. Ses rêves prémonitoires le rendent inconscient de son destin et prisonnier de songes meurtriers. Son existence sera une véritable lutte, un véritable combat. Un combat contre le temps, contre la mort, contre lui-même. Gabriel sera partagé entre la lumière du monde et l'obscurité de l'homme. Il connaîtra le sens de la vie, de sa vie, de ses cauchemars...


Publié le : lundi 2 février 2015
Lecture(s) : 24
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782332876317
Nombre de pages : 138
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Couverture

Image couverture

Copyright

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet ouvrage a été composé par Edilivre

175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis

Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50

Mail : client@edilivre.com

www.edilivre.com

 

Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction,

intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

 

ISBN numérique : 978-2-332-87629-4

 

© Edilivre, 2015

Préface

Le chemin fut long pour arriver jusqu’ici. Ce livre, bien qu’il relate une histoire complètement fictive, aura été un morceau de ma vie. Une époque et une épopée que je vous livre enfin.

Il est difficile de préfacer son propre ouvrage, surement ne serai-je pas objectif. Mais c’est là que se dévoile le propre des sentiments. Je ne me serais jamais prétendu écrivain et ne le prétends toujours pas aujourd’hui. Cette histoire est un peu comme celle de la vie de tous les jours, elle est imprévisible. Je voulais écrire quelque chose, sur moi, les autres, la vie, la mort, le monde. Je voulais imiter ces grands auteurs aux mots précis et intelligents. Je voulais tout, il y a de cela quelques années. Aujourd’hui, je souhaiterais tout simplement partager avec vous ce travail enfin achevé.

L’histoire de MON histoire commence il y a déjà cinq ans. À l’âge de dix-sept ans alors que le corps et l’esprit changent, je me suis mis à écrire à la suite d’un rêve. Un peu comme mon personnage en somme, même s’il n’est pas moi et que je ne suis pas lui. Puis l’imaginaire m’emporta. Les aventures se dessinaient, ou tout du moins s’écrivaient, sans que je ne contrôle rien. Ce fut le cœur, les émotions, l’instinct qui rédigeait à ma place. Le titre changea beaucoup, le texte et son contenu aussi. Des personnages changèrent de nom, d’autres disparaissaient pendant que certains s’immisçaient dans le décor. Les mots et les phrases ne résonnaient plus de la même manière à mesure que j’évoluais dans ma vie personnelle, à mesure que je la remplissais, que je découvrais et vivais de nouvelles émotions. J’aurais voulu tout réécrire encore et encore. C’aurait été une histoire sans fin, qui peut-être m’aurait ennuyée et que j’aurais désaimée au fil du temps. C’est pourquoi il faut savoir s’arrêter. S’arrêter avant de se perdre complètement. S’arrêter et savoir regarder ce que l’on a déjà fait pour mieux préparer ce que l’on fera. S’arrêter pour faire preuve de maturité. C’est le cas aujourd’hui. À vingt et un ans, j’ai choisi de vous offrir ce livre maintenant, sans le retravailler de nouveau avec les mots qui me touchaient alors.

Pour l’heure, je vous prierais d’être indulgent. Dévoiler un livre, c’est comme se dévoiler soi-même. C’est comme se mettre à nu devant l’inconnu. L’histoire de CETTE histoire commence en réalité maintenant. Son écriture fut une étape de préparation, de confection et d’invention, un moment privilégié avec des personnages que j’ai réellement aimés. Maintenant, cette histoire ne m’appartient plus. Je vous laisse me la prendre, la comprendre selon vos vies et vos humeurs, selon vos rêves et vos sentiments. Pour chacun, elle sera différente et c’est en cela qu’est le vrai début.

C’est ici que je m’arrêterai. Empli de joie que ce texte prenne enfin son envol, comme le parent regarde son enfant quitter le nid. Empli aussi d’inquiétude quant à l’accueil qu’il recevra ailleurs que dans mon cœur. Maintenant, il est temps de lire l’histoire de VOTRE histoire puisque chaque vie se cache dans celle d’un autre…

Citation

 

 

« Le rêve est l’image révélatrice des désirs inavoués. Il est incontrôlable, imprévisible et parfois refoulé. Le cauchemar en est son échec. »

Choix d’un début ou début du choix

Il est toujours difficile de savoir par où commencer. Quels mots l’autre lira en premier ? Quelle image se fera-t-il de moi ? Il est aussi difficile de savoir comment donner envie, envie de rester, envie de croire. Tout se joue dans les premiers mots, les premières lignes, tout se joue maintenant…

Le début de ma vie pourrait se raconter par celle de ma mère. Elle a rencontré mon père très jeune, à l’âge de dix-sept ans, alors qu’ils étaient encore au lycée. Très vite, ils se marièrent et eurent un premier petit garçon qu’ils prénommèrent Oscar. Je ne l’avais jamais connu. Jamais je n’ai rencontré cet aîné à qui j’aurais pu confier tant de choses et avec qui j’aurais pu partager tellement d’instants. Ma mère m’avait expliqué qu’il était mort quelques mois après sa naissance. Un matin, alors que le soleil n’était pas encore tout à fait aux aurores, elle ne dormait plus et admirait son enfant assoupi. Peu sont ceux qui osent l’avouer, mais beaucoup, en secret, admirent leur chérubin, tel un tableau de maître, alors que ceux-ci sont encore plongés dans les bras de Morphée. Or ce matin-là, Morphée, en plus de prendre le sommeil de son fils, avait pris la vie de cet enfant. Je n’en connaissais pas beaucoup plus sur ce qui s’était réellement passé. Ma mère ne voulait pas en parler. Elle ne pouvait pas en parler. Le choc avait été terrible et elle avait encore du mal à surmonter la douleur. Quelque temps après, alors que la blessure n’était pas encore cicatrisée, elle tomba enceinte de moi, inquiète à chaques instants de sa grossesse. Quelques semaines avant ma naissance mon père mourut calciné dans un incendie qui s’était déclaré dans un des hôtels de la ville. Il était pompier. Malgré le souvenir douloureux de l’endroit, ma mère n’avait jamais voulu partir, comme si elle était rattachée à son mari par les murs des bâtisses qu’elle caressait parfois, par ces rues familières, par le jardin public où ils s’étaient si souvent promenés.

L’amitié. Voilà quelque chose en laquelle on entrevoit une lueur d’espoir et de bonheur. Importants, rares et surtout présents, mes amis étaient un morceau de moi-même.

Émilie Arvinkof était une fille mince, légère et attentionnée, toujours à l’écoute de l’autre, là pour me rassurer et me réconforter dans mes moments de doutes. C’était une fille très rationnelle dont le visage fin se laissait dévoiler au travers de ses longues mèches de cheveux. Parfois, j’observais les expressions de son visage comme on essaye de percer les mystères d’une énigme. Elle me semblait flotter entre beauté et grâce. Une fille dont le visage ne pouvait que marquer, une voix dont le timbre apaisait.

Phil Vasochki était en revanche un véritable blagueur. Je crois que je n’avais jamais rencontré quelqu’un d’aussi insouciant. Il était, en comparaison à Émilie et moi, très grand et avait la peau métissée. Il ne prenait pas vraiment la vie au sérieux, persuadé d’être dans un immense jeu dont les règles étaient faites pour être changées. Sa philosophie de la joie de vivre le rendait agréable, attachant. Je me souviens de nos longues soirées passées ensemble, autour d’un feu de camp. Je me souviens de ces longs moments de confidences, où lorsque nous ne riions plus, nous nous livrions comme si nous étions un seul et même être, comme si la vie de l’autre nous appartenait un peu. Je savais tout de lui, il savait tout de moi.

Depuis toujours, ils étaient à eux deux les seules personnes qui avaient osé franchir le pas d’une amitié avec moi. Enfant, je restais seul dans les cours de récréation, absorbé par un trop-plein de solitude. J’observais les autres enfants jouer, rire, se battre, et le soir, en rentrant chez moi et une fois dans ma chambre, je reproduisais tous ces moments avec mes soldats de plomb.

Un jour de printemps, le regard d’Émilie croisa le mien et l’amitié finit par tisser sa chrysalide. Phil, lui, n’apparut pas dans ma vie avec autant de douceur. Tout nouveau dans mon école, il ne connaissait personne et pourtant allait si facilement vers les autres. Un matin, il vint s’asseoir sur le banc où je m’installais à chacun de mes temps libres. Il fixa ses pieds, puis de manière inattendue, se tourna vers moi, me tendit la main et se présenta. Je le regardai, l’air bête, puis, sans vraiment savoir pourquoi, je serrai cette main qu’il me tendait. Nous commençâmes à bavarder, à rire, à nous chahuter. Je devenais enfin un petit garçon comme les autres, laissant peu à peu mes petits soldats de plomb devenir des objets de souvenir, pour vivre cette douce sensation de ne plus être seul.

Dans tout commencement, qu’il s’agisse d’une vie, d’une histoire, d’un sentiment, il y a un endroit, un quelque part. Pour moi, c’était ma maison. C’était dans ce havre, ce lieu si doux que ma vision de la vie avait grandi, que mes souvenirs s’étaient gravés. Une maison est un repère, un endroit qui garde précieusement nos secrets. Certains la voient comme une cachette, comme un refuge, comme un réconfort pour des hommes à la vie trop cassée. D’autres la ressentent comme un reflet de soi ou comme quelque chose qui prend vie et qui nous ressemble. La maison est un lieu quasi sacré où les uns comme les autres naissent, grandissent, vivent et parfois meurent. Ma maison était un peu comme celle-là. Je ne savais pas si quelqu’un y entrerait un jour, si quelqu’un sentirait l’atmosphère que je percevais lorsque j’arpentais ses couloirs, mais j’adorais y errer à chacun des instants de ma vie.

Mes souvenirs étaient intacts même des dizaines d’années plus tard, l’escalier en bois de chêne, ce couloir qui menait à ma mère, la cuisine, pièce ancienne avec en son centre le poêle à bois, le bouquet de roses juste cueillies, les fleurs préférées de ma mère.

Au seuil de la porte d’entrée, un jardin m’accueillait, dominant, reposant. C’était un Éden où j’aimais me perdre. C’était un paysage rare. Tous les éléments étaient réunis à deux pas de mon entrée. Les montagnes dominaient, et malgré le soleil de juillet, elles étaient encore recouvertes d’une neige quasi éternelle. Les rayons du soleil illuminaient de milliers de diamants les courbes du ruisseau et me donnait une impression étrange de me trouver dans un rêve si beau dont je ne voulais pas me réveiller. Je voulais rester là, des heures durant, à admirer cette beauté et cette harmonie que formait la nature.

Cependant, tout n’était pas toujours aussi idyllique. Mon histoire ne commence pas ici, pas maintenant et pas comme cela. Elle débuta lorsque j’étais adolescent, que j’arpentais ma vie comme on affronte une falaise, que les questions se posaient et se bousculaient et que l’existence ne semblait pas aussi simple. Mon histoire connut un début cruel, horrible, déchirant et déconcertant.

Je suis dans mon lit. Je suis bien, je dors. Mon esprit voyage entre mes amis, le merveilleux paysage qui se trouvait face à mon entrée et d’autres choses dont je ne souviens plus vraiment.

Mais soudain ma pensée entre en pleine tourmente. Je n’ai plus de repères. Plus rien à quoi m’accrocher pour lutter. Lutter contre ce tourbillon qui m’entraîne vers les enfers. Plus rien pour me retenir de ce malaise profond qui s’installe, me laissant fragile et apeuré. Soudain apparait le néant. Une obscurité, dans laquelle je n’avais jamais été plongé, s’installe sans prévenir. Seul, sans personne pour me rassurer, j’avance dans l’espoir de trouver enfin la lumière. Je crois la toucher des doigts, lorsque j’aperçois au loin une lueur apaisante. Je veux m’en approcher pour pouvoir la saisir, mais mon corps ne répond plus. Je me demande pourquoi. C’est comme une gifle que l’on prend en pleine figure, comme une évidence que l’on ne voit pas. Cette bougie est en réalité un foyer qui abrite une famille.

En quelques secondes, et alors que je n’ai pas bougé, je me retrouve au milieu de cette maison enflammée de toutes parts. Une épaisse fumée noire m’empêche de discerner les choses. Je vois le corps d’un homme allongé au sol, coincé sous une poutre. Il est prisonnier de son destin. Je ne sais pas pourquoi, mais le temps d’un instant, je crois qu’il s’agit de mon père. Ne reconnaissant pas son uniforme de pompier, je m’aperçois qu’il est question d’un parfait inconnu. Un inconnu que je vois agoniser, les flammes brûlent son corps, ses hurlements perdent son âme. Il implorait sa femme, le visage en larmes, de prendre ses enfants et de fuir hors de cet enfer. Je veux l’aider, mais une fois encore mon corps ne bouge pas. Je suis l’esclave à qui s’impose l’image de cette femme noyée de chagrin qui abandonne son mari à son sort. Elle court dans les escaliers, défonce presque la porte de la chambre pour aller sauver ses trois enfants. Elle prend d’abord le nourrisson qui dormait profondément. Il a une mine d’ange. Ses joues sont noircies, mais on peut deviner sous la suie, un bébé chétif et adorable. Vient ensuite le tour de l’ainé qui tient sa mère d’une main et sa petite sœur de l’autre. La petite hurle de frayeur, ne sait si elle sortira vivante de cette situation qui lui semble irréelle, de ce cauchemar qu’elle ne peut fuir. Je devine dans les yeux de l’adolescent qu’il veut, en cet instant, et plus que jamais, jouer le rôle du grand frère. Il demande à sa sœur de venir, de se dépêcher. Il la tient par la main, répète sans cesse son prénom pour qu’elle se concentre sur le son de sa voix et pour se rassurer lui aussi. Lucie le suit comme un phare dans la nuit. Elle essaye de refouler ses larmes pour paraître plus grande, plus forte qu’elle ne l’est.

Une fois sortie de la maison, la mère confie le nourrisson à son fils qui le prend avec douceur. Je suis là et veux leur cacher ces images qui m’effraient moi-même. Des images d’apocalypse, de terreur. Leur mère se précipite dans la maison pour essayer de sauver son mari dont la douleur avait déjà eu raison de sa vie et les flammes de son corps. Elle le cherche désespérément, crie dans l’espoir de le voir, de l’entendre. Elle aussi voit le piège se refermer, elle aussi est morte.

Les enfants restent figés, espérant en vain le retour de leurs parents. Ils ne veulent pas être seuls. L’ainé a déjà compris, mais il ne bouge pas, ne bouge plus, comme si la peur, la terreur le paralysaient, comme si la tétanie était plus forte que sa volonté. Il comprend que sa vie est terminée, que ses rêves d’enfant, d’adolescent n’auront plus la place ni le temps de s’inventer. La maison s’effondre dans un souffle qui dégage une chaleur insupportable. L’effondrement d’un foyer, d’un repère, de leurs souvenirs, l’effondrement d’un tout.

Au même moment, Lucie lance un hurlement d’une tristesse insoutenable. Elle supplie ses parents de revenir, veut retrouver sa chambre, sa vie d’avant, ses joies de petite fille. Elle supplie son frère, lui demande où sont ses parents. Elle lui tient la main, lui secoue le bras pour qu’il lui réponde quelque chose, qu’il la regarde au moins ! Son grand frère ne peut pas la consoler. Il se contente de la serrer contre lui, il vient de comprendre, du haut de ses seize ans, qu’il devrait assumer seul le rôle de père pour sa sœur et son petit frère. Son visage est déjà marqué, son regard à jamais vide et désespéré. Son désarroi est puissant et sombre, si...

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Brilliant Mistake - Tome 2

de lips-roll-editions

Waldën-Stells

de editions-edilivre

Les 12 portes du Kaama

de editions-edilivre

Le Prix des choses

de editions-edilivre

Le Chant de Marie

de editions-edilivre

suivant