Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lire un extrait Achetez pour : 8,99 €

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Partagez cette publication

1
2
L’élégie érotique romaine
L’Élégie érotique romaine
3
4
L’élégie érotique romaine
Paul Veyne
L’Élégie érotique romaine L’amour, la poésie et l’Occident
Éditions du Seuil
5
6
L’élégie érotique romaine
La première édition de cet ouvrage a paru dans la collection « Pierres Vives ».
ISBN 978-2-02-115829-8 re (ISBN 2-02-006555-X, 1 publication)
© Éditions du Seuil, 1983
Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
www.seuil.com
7
STELLAECANDIDAEVENTVRISACRVM
8
L’élégie érotique romaine
Avant-propos et petite anthologie
1
Avant-propos et petite anthologie
9
C’est une des formes d’art les plus sophistiquées de toute l’histoire des littératures; il n’en est pas beaucoup non plus dont la nature ait été davantage méconnue. Deux ou trois décennies avant le début de notre ère, de jeunes poètes romains, Properce, Tibulle et, à la génération suivante, Ovide, entreprirent de chanter à la première personne, sous leur véritable nom, des épisodes amoureux et de rapporter ces divers épisodes à une seule et même héroïne, désignée par un nom mythologique; l’imagination des lecteurs se peupla ainsi de couples de rêve: Properce et sa Cynthie, Tibulle et sa Délie, Ovide et sa Corinne. En Grèce et à Rome, on classait volontiers les genres poétiques d’après le mètre dans lequel ils étaient écrits, de même que nous clas-sons les danses d’après leur rythme ; ces vers d’amour étaient en rythme élégiaque (qui avait été employé aussi à des poèmes de deuil, à des vers didactiques, à des satires, etc.) ; on parle donc de l’élégie érotique romaine. Jusqu’ici, nous pouvons nous croire en pays de connais-sance ; nous songeons à Dante ou Pétrarque racontant leurs amours platoniques pour Béatrice et Laure, aux troubadours chantant une noble dame sous un pseudonyme ousenhal, à Scève avec sa Délie, à Ronsard avec sa Cassandre. Et il est bien vrai que l’élégie romaine a eu en Occident une postérité qui, légitime ou non, durera jusqu’à Lamartine, ou Aragon. Il y a cependant une première différence qui ne sera pas la dernière ni la plus grande ; pour Délie, Cassandre ou Diane, Scève, Ronsard ou Aubigné soupirèrent en vain (c’était presque la loi du genre), tandis qu’en leurs héroïnes
10
L’élégie érotique romaine
nos Romains ne trouvaient pas de cruelles. Sauf dans des élégies où on les voit mendier à leur héroïne des nuits d’amour une par une : il était posé en principe qu’elle dis-tribuait ses faveurs comme elle voulait et à tous ceux qu’elle voulait. Cette héroïne, bien qu’adorée par de nobles poètes (l’élégie est une poésie du beau monde), n’est pas une noble dame, à la différence de sa postérité littéraire; qu’est-elle donc censée être ? Une irrégulière, une de celles qu’on n’épouse pas : nos poètes ne précisent pas davantage et on verra qu’ils n’ont pas besoin d’en dire plus pour que le genre élégiaque soit ce qu’il est. Voilà donc des adora-teurs qui sont prêts à tout pour leur belle, sauf à l’épouser. Ce serait de la muflerie, si c’était vrai ; mais, comme tout cela est en papier, nous commençons à entrevoir ce que fut l’élégie romaine : une poésie qui ne plaide le réel que pour glisser une imperceptible fêlure entre elle et lui ; une fiction qui, au lieu d’être cohérente avec elle-même et de concur-rencer ainsi l’état civil, se dément elle-même. Pour les modernes, Gongora, ou bien leDivan occidentalde Goethe, avec ce qu’on appelle l’ironie goethéenne, en donne peut-être l’analogie la moins éloignée. On devine combien les sémiologues et tous les chimistes de la littérature s’en don-neraient à cœur joie sur un composé aussi raffiné. On devine aussi combien le contresens est inévitable. L’héroïne est une impure : donc l’élégie sera une peinture du demi-monde, ou plutôt elle fera songer à l’art des quar-tiers de plaisir du vieux Japon, avec leurs honorables courtisanes, car un paganisme en vaut bien un autre. Le poète et adorateur, lui, dit « je » et parle de lui-même sous son vrai nom de Properce ou de Tibulle : nous croirons donc retrouver ses traits dans ceux de sa postérité pétrarquiste et romantique et nous ne douterons pas qu’il exprime sa pas-sion, qu’il nous fait confidence de ses souffrances et qu’il parcourt pour nous tous la voie royale du cœur humain. À vrai dire, les commentateurs ont cultivé ce contresens psychologiste beaucoup plus volontiers que le contresens sociologiste; ils ont préféré ne pas trop savoir ce que les amours élégiaques avaient de peu édifiant. En 1957, il a fallu qu’E. Pasoli explique que, dans son élégie I, 5, Pro perce