Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB - MOBI

sans DRM

L'Employé aux États-Unis

De
58 pages

La classe de l’Employé, nous nous hâtons de le dire, ne présente aux États-Unis que de rares exemples de ces situations précaires, malheureuses, que nous constatons si souvent et avec tant de peine dans notre pays.

Cela tient à ce que, aux États-Unis, la profession d’Employé, sans être décriée, n’est pas recherchée aussi inconsidérément qu’en France.

Là-bas tout le monde travaille. Plume ou marteau, il n’importe. L’estime pour le prolétaire gagnant sa vie à écrire, à calculer, à vendre, est la même, ni plus ni moins, que pour celui dont un labeur manuel assure l’existence.


Voir plus Voir moins
À propos deCollection XIX
Collection XIXest éditée par BnF-Partenariats, filiale de la Bibliothèque nationale de France.
Fruit d’une sélection réalisée au sein des prestigieux fonds de la BnF,Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes class iques et moins classiques de la littérature, mais aussi des livres d’histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou livres pour la jeunesse… Édités dans la meilleure qualité possible, eu égard au caractère patrimonial de ces e fonds publiés au XIX , les ebooks deCollection XIX sont proposés dans le format ePub3 pour rendre ces ouvrages accessibles au plus grand nombre, sur tous les supports de lecture.
Raoul Fauconnet
L'Employé aux États-Unis
Rapport au gouvernement français
Avant de tracer les premières lignes de ce rapport sur la mission dont nous avons été chargé, nous tenons à exprimer ici toute notre reco nnaissance aux personnes qui, en nous apportant le secours de leur expérience et en nous fournissant les renseignements qui nous étaient nécessaires nous ont si puissamment aidé dans notre entreprise. Mais, d’abord, en quoi consistait notre mission ? Sans qu’elle nous ait été autrement définie, nous avons compris, d’après la teneur de la lettre de M. le Commissaire général à l’Expositi on de Chicago nous informant que notre candidature était acceptée, que, par cette ph rase : «Le but de votre mission est d’étudier les questions concernant votre industrie, la condition des ouvriers américains de votreprofession, et enfin, dans la mesure du possible, les questions commerciales.... », qu’étantemployénous devions entendre que notre rôle serait surtout de nous renseigner sur la situation actuelle, au point de vue individuel et au point de vue social, de l’employé américain. Aucune indication ne nous ayant été fournie par aucun agent officiel du Gouvernement Français dans aucune des villes visitées, ni même à l’Exposition, ce qui, nous l’avouons, nous causa quelque désappointement, le résultat de notre voyage eût probablement été nul, du moins quant à son but principal, si nous n’ avions rencontré en Amérique des hommes bienveillants et éclairés qui se sont efforcés de nous rendre plus aisée la tâche, en nous fournissant les éléments indispensables pour l’accomplir. Parmi ces personnes, nous éprouvons un véritable plaisir à citer : A NEW-YORK M. Samuel Gompers, président de la Fédération Améri caine du Travail ; M.A.-F. Blanck, libraire français ; M. Daniel de Léon, rédacteur en chef au journal «People ». A CHICAGO M. Ed.-E. Mallory, secrétaire de l’Association des Employés de Détail des États-Unis. A BOSTON M. Braggiotti, l’un des directeurs de l’importante maison Jordan, Marsh and Coy.
A PROVIDENCE M. Joseph P. Choquet, comptable dans une banque française. Qu’il nous soit permis de leur donner, en signalant leurs noms au Gouvernement qui nous a envoyé, un faible témoignage de notre profonde et sincère gratitude. Grâce à ces hommes, si bien placés tous pour nous p rocurer de sûres indications, nous avons pu nous faire, sur la situation actuelle aux États-Unis de la classe de travailleurs à la quelle nous appartenons, une opin ion assez précise que nous allons nous efforcer d’exposer par ce qui suit. Rouen, fin février 1894. R.F.
AVANT-PROPOS
En Amérique, comme partout, la classe des employés se divise en deux branches principales : l’Employé aux écrituresl’ et Employé de magasin,se subdivisent lesquelles elles-mêmes en sections dont l’énumération est inutile ici. Nous dirons seulement, pour la plus parfaite intell igence de notre travail, que, par Employés aux écritures, nous comprenons les comptables, les caissiers, les teneurs de livres, les expéditionnaires, les clercs de notaire s, d’avoués, d’huissiers, d’avocats, les commis de banques, de téléphones, etc., etc., bref, tous ceux qui n’effectuent aucun travail manuel, et, parEmployés de magasins,contraire, tous ceux qui, peu ou au beaucoup, sont appelés à manutentionner, àtoucher des marchandises : acheteurs, vendeurs de tissus, de denrées quelconques, commis de confection, etc., etc. Si nous ne les englobons pas dans la simple dénomin ationemployés, c’est qu’il est parfois, pour chacune des deux branches de cette cl asse, des besoins spéciaux, des conditions particulières, qui ont amené des différe nces sensibles, principalement, ainsi qu’on le verra dans la suite, en ce qui concerne leur organisation sociale. Enfin, pour coordonner notre étude avec quelque logique et en déduire les conclusions qu’elle comporte en les faisant découler de l’exposé des faits, nous avons cru devoir la partager en plusieurs chapitres que nous demandons de présenter dans l’ordre ci-après : er CHAPITRE I
Au travail. —Le salaire. —Le « type-writer ». —La durée du travail. —Rapports entre employeur et employé. CHAPITRE II. Chez soi.La nourriture.Le logement.L’entretien.La famille de l’employé. CHAPITRE III. Les associations américaines d’employés. CHAPITRE IV. L’employé français aux États-Unis. CHAPITRE V. Conclusion.
er CHAPITRE I
§ Ier. — AU TRAVAIL
La classe de l’Employé, nous nous hâtons de le dire, ne présente aux États-Unis que de rares exemples de ces situations précaires, malh eureuses, que nous constatons si souvent et avec tant de peine dans notre pays. Cela tient à ce que, aux États-Unis, la profession d’Employé,être décriée, n’est sans pas recherchée aussi inconsidérément qu’en France.
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin