L'ENFANT ET LA TRANSMISSION CULTURELLE

Publié par

Au sommaire de ce numéro : Eléments précoces de construction d'une identification culturée (Michelle Cadoret) ; Des filiations désarrimées, adolescence et exil parental (Olivier Douville) ; L'homme aux Loups et la voix des contes (Monique Schneider) ; Du renoncement à l'éducation (Leandro de Lajonquiere) ; Enlèvement parental de l'enfant : une guerre des transmissions ? (Jean-Charles Nayebi) ; L'exil de l'adolescence comme antichambre de l'histoire (Ana Maria da Costa)…
Publié le : mercredi 1 janvier 2003
Lecture(s) : 109
EAN13 : 9782296307599
Nombre de pages : 167
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Cahiers

de l'Infantile

L'enfant

et la transmission

culturelle

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris FRANCE

L'Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest HONGRIE

L'Harmattan Italia Via Bava, 37 10214 Torino ITALlE

CAHIERS DE L'INFANTILE
DIRECTEURS: Philippe LEVY et Marie-Claude FOURMENTAPTEKMAN. SECRETAIRES DE REDACTION: Elisabeth CHAPUIS et Anne LOHEAC. Les manuscrits doivent être adressés à: E. CHAPUIS, 37 rue SaintGeorges, 75009 PARIS.
COMITE DE REDACTION: Eric BIDAUD, Patrick BAUCHE, OUVRY, Jean-Jacques RASSIAL.

Elisabeth

CHAPUIS,

Olivier

COMITE SCIENTIFIQUE: Professeurs membres de l'Unité de Recherche: M.-C. FOURMENTAPTEKMAN (Paris 13), M.D. GINESTE (Paris 13), C. HOFFMANN (Poitiers), P. LEVY (Paris 13), M.-R. MORO (Paris 13), J.J. RASSIAL (Aix-Marseille 2). Enseignants universitaires hors unité de recherche: A. AUBERT (Rouen), C. BASTIEN (Aix-Marseille), M. BERTRAND (Besançon), D. BRUN (Paris 7), P. COLLE (Chambéry), M.J. DEL VOLGO (AixMarseille), O. DOUVILLE (Paris 10), A. FLIELER (Nancy), J.E. GOMBERT (Rennes), R. GaRI (Aix-Marseille), P. GUITON (AixMarseille), F. HURSTEL (Strasbourg), C. MIOLLAN (Nice), J. PAIN (Paris 10), M. PORTE (Brest), A. VAN1ER (Paris 7), A. WEILBARAIS (Angers), M. WOLF-FEDIDA (Paris 7). Professeurs étrangers: J. BIRMAN (Université de Rio de Janeiro), M.C. KUPFER (Université de Sao-Paulo), L. DE LAJONQUIERE (université de Sao-Paulo), P. DENEUTER (Université de Louvain) Personnalités extérieures: C. AUSSILLOUX (Psychiatre, Montpellier), J. BERGES (Psychiatre et Psychanalyste, Paris). Responsable de la rubrique «Lecture d'articles et d'ouvrages»: BIDAUD. Eric

Sommaire

Editorial. . . ... ... ... .. . ... ... . . . .. . . . . . .. ... . . . . . . . . . ... . . .. ... .. . .. . ... ... . Il Instructions aux auteurs... ... .. . ... .. . .. . ... ... . . . .. . ... .. .. . ... ... . .. ... 13

L'enfant et la transmission culturelle
Eléments culturée précoces de construction d'une identification
17

Michelle Cadoret... . .. ... . . . ... ... . .. .. . . . . ... . . . .. . .. . .. . . . Dès la naissance, et même avant, par des sensorialités déjà complexes prenant une corporéisation en œuvre, les voies d'étayage passent par des processus de perception, qui mèneront ensuite bien plus rapidement qu'il fut longtemps pensé, à un travail psychique de représentation et d'identification. Ce n'est pas encore l'Œdipe ni l'éducation imitative, mais déjà une transmission culturelle, animée par des rythmes et des rites, nourrie par des perceptions, largement transférée d'inconscient à inconscient. Arrivant au stade pré-pubertaire, l'enfant est déjà un corps et un psychisme culturés, lieu actif de représentations.

Des filiations désarrimées, adolescence et exil parental
Olivier Douville... . .. ... ... .. . .. . ... .. . .. . .. . ... . .. .. . ... ... .. ... 35 A partir d'une description des processus caractéristiques de la construction de l'adolescence, l'auteur interroge les effets des exils et des ruptures culturelles sur cette construction. L'adolescent qui réorganise et ré-ordonne ses romans d'origine vers un « mythe individuel» met à l'épreuve la transmission de sa vie psychique d'une génération à l'autre. Soustrait à son désir, le sujet, faute de prendre appui sur un « mythe individuel », ne sait pas à qui il est donné, vers quoi il est constitué comme objet de don dans l'ordre social. C'est l'un des aspects traumatiques des processus identifiants qui sera analysé ici.

L'Homme

aux Loups et la voix des contes
47

Monique Schneider... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... Les contes sur lesquels s'étaie la cure de l'Homme aux Loups mettent au premier plan le thème de la dévoration et les lieux du corps que sont la bouche et le ventre. Dans le travail interprétatif: un décentrement s'opère en direction du fantasme de castration, qui vient occulter la question posée par le patient sur la gestation: les hommes peuvent-ils « avoir un enfant dans le corps (im Leib) ? ».

Un terrorisme entre effacement et inscription Janine Altounian
Il s'agit ici d'interroger l'écriture d'un « descendant-scripteur» issu de générations persécutées. C'est une écriture de soi qui passe par l'inscription de l'autre resté muet et qui introduit une dimension triangulaire entre l'écrivain, les ascendants et le monde. L'écriture permet ainsi la conversion de la réalité matérielle de faits en réalité psychique par le biais d'une « transitionnalisation » entre mode extérieur et monde intérieur.

..63

Du renoncement à l'éducation
Leandro de Laj onquiere. . . . . . ... . .. .. . . . . . . . .. . .. . . . .. . .. . .. . ... 77 Analyse des impasses dans l'éducation contemporaine en tant que court-circuit de la loi opératrice dans l'acte éducatif luimême - on enseigne par devoir, on apprend par amour - dû au changement du statut libidinal de l'enfant par rapport aux adultes.

Enlèvement parental de l'enfant:

une guerre des transmissions?

Jean-Charles Nayebi... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... ..97 Lorsque la séparation d'un couple tourne à la guerre, il arrive parfois que l'enfant soit kidnappé par l'un ou l'autre des parents. L'actualité récente en a donné l'exemple chez des couples franco-allemands ou franco-nord-africains. A partir d'une étude clinique, l'auteur s'interroge sur le devenir de ces enfants, victimes instrumentalisées d'un conflit qui pervertit radicalement ce que la fonction familiale a d'organisateur, les exposant aux risques de multiples handicaps sociaux.

8

L'exil de l'adolescence comme antichambre de l'histoire
Ana Maria da Costa... .. . .. . ... . .. ... ... .. .. ... ... ... ... .. . .. . 113 Comment sortir de l'adolescence? Cette question est étudiée à

travers deux films. Dans le premier - brésilien - I'histoire montre
comment l'enfermement dans une relation exclusive père - fille conduit au délire de la fille. Le second - Orange mécanique présente un gang de jeunes très violents opérant sur un mode pervers. Ces exemples permettent d'interroger ce qui permet de faire passage adolescent ou impasse vers la psychose ou la perversIon.

Varia Le fraternel et l'indivis Philippe Lévy... ... ... .. . .. . ... ... .. . .. . ... .. . ... ... ... 125 A partir de la devise républicaine, est abordée la question du rapport conflictuel qui existe entre la revendication de la liberté pour tous et le principe d'égalité en tant que sa résolution impose l'obligation de fraternité. Envisagée dahs son rapport au droit, l'illusion fraternelle implique un saut éthique de l'idée du «juste» à celle du « bien ». En fait, la fraternité en tant qu'elle prétendrait assurer le lien du sujet à l'indivisible, ne constitue-telle pas la dénégationmême de l'existence d'un lien fraternel?

Le père capitaliste
Maria Cristina Poli-Felippi ... ... ... ... ... ... ... ... ... ... .135 L'auteur tente de donner au terme « exclusion», généralement entendu comme « exclusion sociale », sa valeur de concept analytique en le rapprochant de la fonction de « plus de jouir» (Lacan), et en le référant également à l'organisation du lien social contemporain.

«Aime ton prochain comme toi-même », réflexions à partir de « Malaise dans la culture»
Marie-Claude Fourment-Aptekman... ... ... ... ... La lecture du texte prémonitoire de Freud s'organise autour du précepte: «Aime ton prochain comme toi-même». Cette injonction d'amour narcissique est porteuse de la haine de celui qui n'est pas un semblable. Elle conduit, dans les pratiques actuelles du lien social, à une discrimination entre les sexes, à une fausse fraternité entre les garçons, sans qu'il Yait pour autant déviation du but sexuel de la pulsion. 9 147

Notes de lecture
Les psychanalystes et le développement de l'enfant... ... ... 157

L'ambivalence de la mère. Etude psychanalytique sur la position
maternelle. .. . .. ... . . . . . .. . .. ... . . . ... .. . . . . ... . . . ... . . . .. . .. . . . . ... . . . 159

« L'enfant au miroir», Freud, Wallon, Lacan...

... ... .. . ... ... .. . .161

Annonce
Colloque « L'enfant, l'animal, le primitif» ... ... ... ... ... ... ... ...168

10

Editorial Cahiers de l'Infantile: l'enfant et la transmission culturelle
Si la culture consiste en ce qui reste quand on a tout oublié, l'infantile apparaît comme ce qui résiste et persiste, dans le refoulement, aux dépends de l'oubli. Au-delà de la tension dont Freud s'est saisi entre Les sollicitations pulsionnelles et les Restrictions réalistes, la transmission culturelle vient fonctionner comme instance régulatrice entre l'interdit et la vergogne dans l'intention de pacifier les rapports que l'individuel tisse avec le collectif, le singulier avec l'universel. S'il y a des lustres que la notion d'homme adulte, blanc et civilisé a montré son insuffisance à étalonner les rapports des cultures à la civilisation; si les notions de « culturalisme», «d'acculturation» ou « d'enculturation» et leurs dérives intégratives ou assimilatrices ont largement perdu, au cours des dernières décennies, de leur valeur prétendument paradigmatique, une recension de la manière dont entendent se fonder les différentes approches actuelles en sciences humaines des phénomènes multi, inter ou intra-culturels nous paraît devoir se constituer, au-delà de la polémique. En effet, anthropologues, psychologues et psychanalystes se sentent de plus en plus interrogés au sein de leur pratique tout autant que sur les présupposés épistémiques et méthodologiques sur lesquelles elles se fondent, face à ce qui semble de plus en plus comme une mise en accusation de la «jeunesse» en rapport à ce qui apparaît dans l'opinion ou au cœur d'un certain nombre de discours politiques comme une dérobade, un rejet ou une opposition tranche à la mission qui lui a été traditionnellement dévolue d'être l'instrument privilégié de la transmission des valeurs et de la garantie de leur pérennité. Si l'on érigeait, par exemple, en maxime le début de la deuxième strophe de notre hymne national que l'on a entrepris tout récemment de remettre dans la tête de nos jeunes concitoyens: Nous entrerons dans la

carrière quand nos aînés n y seront plus, nous y trouverons leur poussière et la trace de leur vertu, force nous serait faite de constater qu'elle vient justement mettre en relief la mise en crise signifiante de la notion de transmission où la transmission culturelle ne représente bien sûr qu'un des aspects. En effet, le terme de transmission ne peut être considéré comme représentant une notion affme à celle de continuité du fait qu'il se rapporte à la préservation d'un contenu imaginaire, réel ou symbolique, qui reste constamment lié à la reconnaissance d'un devenir adulte dont il constitue pour l'enfant et l'adolescent la condition. Issu du «vir» latin, le terme de vertu (<< virtus »), qui vient désigner dans notre langue depuis le XIe siècle le courage et la vaillance physique en tant que distinctifs du mérite, a dérivé vers la notion de valeur comme force qui pousse l'homme vers le bien par sa propre vertu. Il n'est pas indifférent non plus que le latin « virtus » ait trouvé son autre dérive dans la création (en 1503) de l'adjectif virtuel pour désigner ce qui n'est encore qu'en puissance et qui, comme possible ou probable, demande une effectuation. Pourrons-nous tirer les leçons des effets de la «panne d'effectuation» dont les générations montantes menacent notre cité à travers de la mise en échec de la parénèse (du grec parainetikos), c'està-dire de l'exhortation à la vertu, que cela soit par la voie éducatIice, celle de l'exemple ou de l'admonestation? L'« impunité zéro» pas plus que les T.I.G., à l'époque généreuse où ont les a prônés, ne sauraient se substituer à la prise en compte de ce questionnement.

Philippe Lévy

12

Instructions aux auteurs
Les Cahiers de l'Infantile sont ouverts aux praticiens et aux chercheurs des psychologies, de la psychanalyse, de l'anthropologie et de l'histoire des sciences humaines, dans les champs de l'enfance et de l'adolescence, de l'infantile et du juvénile. La parution est bi-annuelle et thématique. Le comité de rédaction accepte toutes les propositions de thèmes et invite ses lecteurs à réagir aux numéros publiés. Chaque parution comporte aussi une partie de textes originaux hors de la thématique, une partie actualités des recherches en psychologie, une partie lecture d'ouvrages. Les manuscrits sont soumis de manière anonyme à deux lecteurs appartenant au comité de rédaction ou au comité de lecture. La décision de publier ou non un manuscrit appartient au comité de rédaction. Des modifications ou corrections peuvent être proposées aux auteurs. Le manuscrit corrigé sera alors soumis à une seconde lecture. Les manuscrits sont à adresser à Elisabeth Chapuis, secrétaire de rédaction des Cahiers de l'Infantile, 37 rue Saint-Georges, 75009 Paris. Ils seront présentés sous forme dactylographiée au moyen d'un traitement de texte format d'échange RTF, police Times new roman Il points. La disquette doit obligatoirement être jointe. Les articles originaux présentés doivent être suivis d'un résumé de 5 lignes maximum en français et en anglais, suivi d'une liste de 3 à 5 mots clés, traduits également en anglais. Les titres des auteurs ainsi que leur adresse institutionnelle (ou privée) doivent également être précisés. Le titre du texte, dont le volume ne devra dépasser 30000 signes, peut être révisé par le comité de rédaction en accord avec l'auteur. Les renvois à la bibliographie seront indiqués entre parenthèses par nom d'auteur suivi de l'année de publication. La bibliographie sera rédigée selon les normes internationales et libellée de la façon suivante:

La référence d'un ouvrage doit comporter dans l'ordre: nom de l'auteur en majuscule et initiale du prénom, titre de l'ouvrage, lieu de l'édition, année. Exemple: LECLERC G., L'observation de I 'homme, Paris, Seuil, 1979. La référence d'un article doit comporter dans l'ordre: nom de l'auteur et initiale du prénom, titre de l'article, titre de la revue, année, tome, numéro du fascicule, première et dernière page de l'article. Exemple: NETCHINE S., Sur les notions d'enfance et de changement dans le débat entre rationalistes et empiristes, Enfance, 1970, 3-5, 303-324. Pour un chapitre dans un ouvrage collectif, indiquer: nom de l'auteur et initiale du prénom, titre du chapitre ou de l'article, in (souligné), initiale du prénom et nom du ou des auteurs, suivi de la mention (Eds), titre de l'ouvrage, lieu d'édition, année, tome, première et dernière page du chapitre. Exemple: HARNISH R.M., Logical forme and implicature, in T.G. BEVER, J.J. KATZ et C.T. LANGER (Eds), An integrated theory of linguistic ability, New York, Crowell, 315-320. Les titres de livres et de revues citées doivent apparaître en italique, les titres d'articles et de chapitres en romains entre guillemets. Tout article accepté ne peut faire l'objet d'une publication sur un autre support sans l'accord préalable du comité de rédaction. Les auteurs disposent de 8 jours pour la relecture des épreuves. Au-delà de ce délai, l'article sera considéré comme bon à publier. Les manuscrits, acceptés ou non, ne sont pas rendus.

14

L'enfant et la transmission culturelle

Eléments précoces de construction d'une identification culturée
Michelle Cadoret (1) Etayage ou éthologie
Depuis un certain nombre d'années, les« éthologues »nous entretiennent de leurs études des comportements animaux et se risquent vers les comportements humains. Il se passe, dans ce champ expérimental, exactement ce qui peut aussi se passer dans le champ des neurosciences, où l'on se risque à des interprétations de l'activité psychique, et parfois même à construire des modèles de fonctionnement. C'est pourquoi il est toujours intéressant, en assumant justement le travail de culturation, d'interroger les sources historiques et étymologiques des tennes, pour repérer les glissements sémantiques de leurs usages. S'agissant de l'éthologie, le retour est édifiant: Le tenne« éthologie» appartient au champ de la philosophie, introduit par John Stuart Mill au milieu du XIxe siècle, dans son œuvre associationniste, intriquant logique déductive et empirisme de la connaissance, dans une continuité certaine avec les travaux de David Hume environ un siècle auparavant. Rappelons que ce dernier insistait sur ce fait que les constructions d'idées, de pensées, ressortaient du monde des représentations sensibles. On sait comment Emmanuel Kant avait fait une critique positive en assumant le dépassement de la pensée de Hume. Au tournant du XIxe siècle, un« psychologue» comme Wilheim Wundt a été fondateur d'une psychologie expérimentale, qui a eu une influence sur le début des recherches de Sigmund Freud: le grand œuvre, « La psychologie des peuples », rédigé entre 1900 et 1920, a été un peu comme le pendant de l'œuvre sociologique d'Emile Durkheim. On sait qu'une des thèses de Wundt a été que le temps de réaction aux excitations sensorielles pouvait correspondre à un travail associatif qu'il caractérisait comme «passif », mais était de toute façon à l'origine de la pensée logique. Il serait possible donc de dire que Wundt a été à l'origine de
(1) Psychiatre, psychanalyste, anthropologue
-

8, rue de Bièvre -75005 Paris.

l'usage expérimental actuel de la méthode et de la théorie éthologiques. C'est bien de cela dont Freud s'est ensuite écarté. Il faudrait aussi ajouter qu'avec Marcel Mauss, l'Ecole historique des Annales, l'anthropologie historique et le structuralisme de Claude Lévi-Strauss, les démarches se sont rapprochées de la psychanalyse, ne serait-ce qu'en insistant sur le travail de symbolisation et de mise en langage. Que disaient les philosophes en se référant à une « éthologie» ? Le tenne introduit par Mill était directement lié à la question de la Morale, de l'Ethique. Bacon, dans son projet de scientificisation de l'empirisme, insistait déjà sur le fait que cet empirisme« apparent» de la connaissance, était un travail de passage du particulier au général: il n'y a pas que les mœurs mais aussi les « représentations morales ». Parlà, n'était pas seulement désignée une régularité des conduites, mais aussi une intention politique de projet sociétal. Et même Wundt, tout «expérimentaliste » qu'il ait été, insistait sur la valeur « historienne» de l'étude éthologique, sur la nécessité de prendre en compte dans toute étude des mœurs et des « caractères », leur adossement à des repères de morale, au sens philosophique de ce tenne. Nous voyons bien que l'usage actuel scientiste du tenne éthologie n'a guère à voir avec ce corpus pluricentenaire de théorisations. C'est maintenant une démarche objectivante, descriptive, modélisante, d'étude des comportements, en développement direct du néo-behaviorisme contemporain. Ce «compoltementalisme » de fait, sinon d'intention idéologique, ne saurait être satisfaisant ni acceptable, s'agissant de la question de l'infantile et des voies d'étayage de son psychisme. S'en sufflfe mènerait à évacuer l'inconscient, le traumatique, le désir d'origine, le besoin d'appartenance, la fonction des rêves et des fantasmes, l'idéalisation et la mise en croyance, bref, toute la subjectivité de I'homme. A cet égard, on peut comprendre ce besoin des comportementalistes de s'adosser aux modèles du cognitivisme, par une démarche totalisante, aux effets assignateurs d'applications éducatives et thérapeutiques. Le rappel à la philosophie était bien nécessaire, s'agissant de «transmission culturelle»: simple affaire de dressage ou encore d'imitation? Bien sûr que non, et il POUITaitmême être affmné que dressage d'un côté et imitation de l'autre pourraient signer l'échec de la transmission, relançant la question de l'aliénation, philosophique, sociale, politique, aussi familiale concernant les discours-maîtres parentaux. La clinique n'est pas loin: autisme et psychotisation, effondrement et 18

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.