//img.uscri.be/pth/1ee4f7be198a47c5603baddcfc2ab0c2dd1b14ea
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

L'enfant réfugié en Afrique

De
192 pages
La condition de réfugié est un obstacle à l'exercice du droit à l'éducation des enfants, droit fondamental. Au Gabon, plusieurs facteurs concourent à faire obstacle à son application. La résolution de ce cas nécessite l'intervention et la collaboration des différents acteurs : l'école, le HCR, les populations locales et le pays d'accueil afin que l'enfant retrouve son équilibre physique et psychique.
Voir plus Voir moins
La condition der féguéie tsu  nstobleac l àxeecicrud eord à tiduca lé destionnaste fnxuc- .eC pntsoi des vériiord ec ulp el tneat,lc  sofdnma offre lelui quiilib sétp seissoépe ouanundvie llmedieudnvieii lemeociaet sent lp ,nobaG uA .tnrseuctfas urieus eritsboelcal à on curcot enfaà ecd orti: l sec application de uqimonocp sed seontidionoécisos d féostnbaelvarots rareniés éfugréa siusetn  l àircsoitp à snilnnement lenvirofnnast ,etd see leaborav fas psten laicosohcyspiété socs la danitnogéaritnà l  nesirlaaréppre  sap tneafne selccue dat leil egoar srps ocmmsensdaeu lpar  dysiroenig uo snadnts réfugiés à lue rniétrgtaoi nsec ed noituloséeséc nesèmblro psyd  saptuerd aLa rnce.sidee ré sedffidtaro noieuct: rsenér atstnreevtnisetl ia collabion et ldcaya s laucieales locle p et pop sel snoitalue,oléclR,HCe  l tspcyihuq eteq libre physique eorte evu nosiuqéqun le faen rnttousour ve pectie ffostioi ncutaédlà t oidre  dnoitacilppal eunces de  en ScieD coetruAMANe ts MulYIPAiéugPas.stnafér sel fne muna Come lays deue moqicÉnotu éAfde irtanéMot c elartneC euqir Il a trgestion.epdnna tvaiall ée inande unzadiel sap sseénnad neÉ ne tip ehtois d(payque AfritsEl edpua te ) ldes rèismmCoa moemS épiclasiet de léducation,nof oitcuq n lierex aceuectemllSI.e: NBirfAniacUnln ioonsie  d3-81 36-29112 978-2-3
© LHarmattan, 2013 5-7, rue de lEcole polytechnique, 75005 Paris
http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1 wanadoo.fr ISBN : 978-2-336-29112-3 EAN : 9782336291123
LENFANT RÉFUGIÉ EN AFRIQUE :
SON DROIT À LÉDUCATION AU GABON
Educations et Sociétés Collection dirigée par Louis Marmoz
La collection Educations et Sociétés  propose des ouvrages, nés de recherches ou de pratiques théorisées, qui aident à mieux comprendre le rôle de léducation dans la construction, le maintien et le dépassement des sociétés. Si certaines aires géographiques, riches en mise en cause et en propositions, lAfrique subsaharienne, lEurope du Sud et le Brésil, sont privilégiées, la collection nest pas fermée à létude des autres régions, dans ce quelle apporte un progrès à lanalyse des relations entre laction des différentes formes déducation et lévolution des sociétés. Pour servir cet objectif de mise en commun de connaissances, les ouvrages publiés présentent des analyses de situations nationales, des travaux sur la liaison éducation-développement, des lectures politiques de léducation et des propositions de méthodes de recherche qui font progresser le travail critique sur léducation, donc, sans doute, léducation elle-même...
Dernières parutions
Gilles BOUDINET, Deleuze et lanti-pédagogue, Vers une esthétique de léducation , 2012. Salé HAGAM, Le développement de l'éducation en Afrique subsaharienne , 2012. Guy BERGER et Augustin MUTUALE, Conversations sur léducation. Sautoriser à éduquer , 2012. Gaston MIALARET, Pour léducation. Recueil de quelques textes significatifs sur les aspects actuels, souvent méconnus, de léducation , 2012. Rose-Marie BOUVET, Pôle Emploi et les chômeurs. Une ethnographie de lintérieur , 2012. Georges BERTIN et Danielle RAUZY, Pour une autre poli-tique culturelle. Institution et développement , 2011. Gilles PINTE, Lexpérience et ses acquis , 2011. Françoise CHEBAUX, La pensée unique à luniversité , 2010 Louis MARMOZ et Véronique ATTIAS DELATTRE (dir.), Ressources humaines, force de travail et capital humain , 2010. Madeleine GOUTARD, L'école porteuse d'avenir, 2010.
Paul MPAYIMANA
LENFANT RÉFUGIÉ EN AFRIQUE:
SON DROIT À LÉDUCATION AU GABON
LHarmattan 
Aux enfants réfugiés dont la vie a souffert ou souffre encore de lomission de leur droit à léducation, cet ouvrage est dédié.
INTRODUCTION
L'Assemblée générale des Nations Unies, en sa 27 e session extraordinaire de mai 2002, a réaffirmé l'obli-gation de promouvoir et de protéger les droits des enfants. Elle s'est résolue à respecter la dignité et à assurer le bien-être de tous les enfants. L'enfant est si dépendant de ses parents, que beaucoup de droits, se rapportant à lui, sont assumés par eux ; l'un de ces droits est l'éducation en vue de son développement intellectuel, moral et social. Pour atteindre cet objectif, lÉtat et les familles sattellent à faire de léducation une de leurs priorités pour préparer les jeunes à vivre harmonieusement dans la société ; car, lobjet de l'éducation dans chaque pays est la transmission d'une génération à l'autre de la sagesse et de la connaissance accumulées de la société et la préparation des jeunes à devenir de futurs membres de cette société et à participer à sa conservation et à son développement. Le droit à léducation reste la préoccupation de la communauté internationale. Il a connu une évolution depuis la Déclaration universelle des droits de lhomme (1948). Cette évolution sexplique par le souci constant datteindre les objectifs de léducation en tant que droit universel dont tous les enfants doivent bénéficier, peu importe les circonstances dans lesquelles ils se trouvent ; ces enfants sont les premiers bénéficiaires de ce droit et c'est surtout à eux que la société confiera son patrimoine 1 culturel .
                                                1 Volio (1979), p. 23.
7
Promouvoir le droit à l'éducation, c'est contribuer au développement de la culture de lenfant et au maintien de son identité culturelle. Car, il faut développer sans déraciner, enrichir sans amputer, introduire aux valeurs universelles de la culture sans ignorer la richesse et la valeur des cultures locales, épanouir un individu qui puisse participer activement à la construction du monde de demain, grâce à la fois, à ses activités, à son autonomie et à sa créativité ; telles devraient être les grandes lignes directrices dune éducation pour laquelle il vaut la peine de se battre et qui justifie pleinement tous les efforts déployés pour que soit reconnu, défendu et appliqué le 2 droit de lenfant à léducation . Promouvoir le droit à l'éducation est un processus global par lequel les personnes et les groupes sociaux apprennent à assurer consciemment, à l'intérieur de la communauté nationale et au bénéfice de celle-ci, le développement intégral de leur personnalité, de leurs capacités, de leurs aptitudes, de leurs attitudes et de leur savoir. L'enfant africain puise sa dimension et son éthique dans les valeurs de l'oralité traditionnelle qui lui transmettent la relation vivante de l'homme avec son univers, les richesses inestimables de l'amitié et de la solidarité 3 . En situation de réfugié, léducation joue un rôle dans la normalisation de la situation de lenfant et réduit au minimum les tensions psychosociales subies car, la famille et lenvironnement de lenfant sont soudainement et violemment déstabilisés. Cette éducation est essentielle pour aider lenfant réfugié à faire face à lavenir avec confiance et lui permettre de contribuer à lédification dune société pacifique. Les instruments juridiques internationaux, régionaux et nationaux fournissent une base normative du droit à                                                 2 Mialaret (1979), p. 53. 3 Itoua et al., (1988), Préface.
8
léducation ; ils définissent les obligations juridiques inter-nationales sur ce droit et uvrent pour un même objectif : la promotion et le développement du droit de chaque individu à pouvoir accéder à une éducation de qualité. La mise en exercice de ce droit constitue une force contraignante pour les États dune part, parce quils ont adopté et ratifié les instruments juridiques internationaux et, dautre part parce que ces instruments sont revêtus dun caractère obligatoire et quau moment de leur adoption, les États souscrivent à des engagements moraux. Les États sont donc tenus à rendre lenseignement primaire obli-gatoire et gratuit pour tous les enfants sans distinction de race, de groupe ethnique, de couleur, de sexe, de langue, de religion, dappartenance politique ou autre opinion, dorigine nationale et sociale, de fortune, de naissance ou autre statut (article 28 de la Déclaration des droits de lenfant de 1989). Le Gabon a non seulement ratifié les instruments internationaux et régionaux, mais aussi a défini des mesures appropriées pour rendre effectif ce droit et plus particulièrement à fournir un enseignement de base obligatoire et gratuit. La loi n°16/66 du 9 août 1966 portant organisation générale de l'enseignement et la loi n°05/98 du 5 mars 1998 portant statut des réfugiés en République gabonaise traduisent la volonté du Gouver-nement gabonais à rendre effectif le droit à léducation. Pays de tradition hospitalière, le Gabon est devenu une terre dasile où les parents réfugiés affrontent les pro-blèmes d'intégration socioculturelle et économique; la réussite de leur intégration conditionne celle des enfants. Face à cette situation, lon peut se demander comment les enfants réfugiés qui ont dû endurer tant dépreuves physiques, psychologiques et sociales pendant les conflits dans leur pays dorigine, sur le chemin de lexil et dans un pays daccueil, peuvent bénéficier du droit à léducation
9