//img.uscri.be/pth/4f2f5a745816eda50d80aeb450ef9424303f6f9e
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

L'évaluation du travail social : une nécessité impossible?

De
166 pages
Quelle évaluation de l'activité et de sa qualité en travail social? Cette question révèle des enjeux cruciaux pour les pratiques professionnelles. En mobilisant la sociologie des émotions et les théories du "care", l'auteure ouvre de nouvelles perspectives de compréhension du travail invisible et essentiel réalisé par les assistant-e-s de service social, ainsi que des enjeux activés par le New Public Management dans les services.
Voir plus Voir moins
Marie Mormesse
L’évaluation du travail social : une nécessité impossible ?
L’évaluation du travail social : une nécessité impossible ?
TessitureSpropose deux collections qui abordent les questions du social par des formes et des sensibilités différentes. Notre démarche s’appuie sur le principe d’une autorisation de parole qui ne serait pas confisquée par un statut. Collection recherches études réseau TessitureS Cette collection met l’accent sur des pratiques d’accompagnement de recherche action et leur valorisation par la publication. Que produit une sociologie impliquée et agissante ? Comment les acteurs s’approprient-ils les méthodes, les outils pour réinterroger les politiques, les dispositifs, les pratiques, et leurs effets sur les questions sociales et environnementales ? Regards croisés, paroles diversifiées qui densifient la compréhension et donnent à entendre la multiplicité des points de vue et des pratiques. L’écriture collective est prise ici comme moyen de mettre en mouvement, de partager, de coproduire, de prendre de la distance. Déjà parus Pierre Bertaut – Michel Cotto (coord.),La solidarité des générations, c’est l’avenir !, 2014. Anne Olivier (dir.),Sexe, genre et travail social, 2010. Anne Olivier (dir.),L’expérience d’un observatoire de la jeunesse, 2010. Collection TessitureS Littératures Cette collection propose des éclairages différents sur les mondes sociaux. La littérature comme accès à l’imaginaire et à l’émotionnel par lesquels éprouver les réalités humaines. La littérature comme une autre manière de percevoir son rapport au social et au lien social. La littérature comme lieu d’une possible identification transformatrice de soi, de sa relation aux autres. Déjà parus Claude Rouyer,Tu viens avec moi, 2010. Patrick Cauche,Souvenirs et itinéraire d’un gosse de la DASS. Être et avoir été…, 2013. Enrique Garcia, Jusqu’à la moelle ! Le roman d’un éducateur,2014.
Marie MORMESSE
L’évaluation du travail social : une nécessité impossible ?
© L’Harmattan, 2014 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Paris www. harmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-06077-4 EAN : 9782343060774
RemerciementsAvec toute ma reconnaissance aux professionnel(le)s rencontré(e)s pour leur confiance et l’authenticité de leur parole. Ce travail, fruit de nos échanges, participera je l’espère à rendre compte du travail essentiel, invisible et extraordinaire, réalisé quotidiennement auprès de ceux qui en ont besoin. Avec une profonde gratitude et une réelle admiration pour la qualité, le professionnalisme et l’engagement des formateurs et des documentalistes de l’Etsup. Et tout particulièrement à Anne Olivier et Philippe Lyet, pour leurs encouragements et leur implication dans la publication de cet ouvrage. A Véronique Bayer, une figure, un guide, une amie… les mots ici, ne suffiront pas. Enfin, aux êtres chers, pour leur présence indispensable, leur soutien sans faille, leur attention de tous les jours, la joie qu’ils me donnent : mes parents, mes enfants, mon homme bien évidemment.
7
Préface A Rose, Cet ouvrage, nous pouvons le dire sans ambages, est un geste rare et exemplaire. Il s’attache à interroger la question difficile de l’évaluation dans le travail social sans recourir à des arguments simplificateurs et impérieux. Il est aussi la trace d’une aventure intellectuelle et humaine que cette préface me donne l’occasion d’exprimer et qui témoignera, je l’espère, de la reconnaissance et de la gratitude que j’ai pour l’auteure. Dès les commencements, Marie Mormesse souligne avec finesse et implication les paradoxes des modèles de l’évaluation dans le travail social ; ils permettent, certes, de projeter, structurer et donner de la valeur à l’action mais ils révèlent aussi des impasses structurelles et complexes, difficiles à aborder. Assistante de service social, elle témoigne de son expérience et de celle de ses pair-e-s dans des processus d’évaluation. Elle rend compte du questionnement et des difficultés qu’ils génèrent dans les pratiques professionnelles lorsqu’ils se réduisent à des données quantifiables et véhiculent des idéologies et des justifications inspirées par le monde marchand. Ces modèles engendrent des dysfonctionnements qui incitent l’auteure à s’engager sur ce terrain de recherche et à se demander : comment mesurer la valeur et la qualité des
9