Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,00 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Partagez cette publication

L'Héritage des damnés de l'histoire

Points de vue
Collection dirigée par Denis Pryen et François Manga-Akoa Déjà parus Marcel PINEY, Coopération sportive français en Afrique, 2010. Cyriaque Magloire MONGO DZON, Pour une modernité politique en Afrique, 2010. Thierry AMOUGOU, Le Christ était-il chrétien ? Lettre d'un Africain à l'Eglise catholique et aux chrétiens, 2010. Thimoté DONGOTOU, Repenser le développement durable au XXIe siècle, 2010. Martin KUENGIENDA, République, Religion et Laïcité, 2010. Maurice NGONIKA, Congo-Brazzaville: 50 ans, quel bilan ?, 2010. Dieudonné IYELI KATAMU, La musique au cœur de la société congolaise, 2010. Mahamat MASSOUD, La Banque des États de l'Afrique Centrale, 2010. SHANDA TONME, Analyses circonstanciées des relations internationales 2009, 2010. Alassane KHODIA, Le Sénégal sous Wade, 2010. Gérard BOSSOLASCO, Éthiopie à la une. Journaux et publicités. 1865-1935, 2010. Jean-Célestin EDJANGUE, Les colères de la faim, 2010. Jean-Célestin EDJANGUE, Cameroun : un volcan en sommeil, 2010. Gilbert TOPPE,.Communication politique et développement en Côte d’Ivoire, 2010. Alexandre WATTIN, Les détachements Hawk Épervier au Tchad 1986-1989, 2010. Essé AMOUZOU, Gilchrist Olympio et la lutte pour la libération du Togo, 2010. Alexandre GERBI, Décolonisation de l’Afrique ex-française, 2010.

Joseph NLEBE-ETOO

L'Héritage des damnés de l'histoire

© L’Harmattan, 2011 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-54320-1 EAN : 9782296543201

Sommaire
Préambule 9 Chapitre 1 La place des guerres dans la société en déclin du xxIe siècle ... 15 Chapitre 2
Le racisme est une forme de guerre .......................................... 19

Chapitre 3
Nouvelles de l'histoire en faveur des « damnés de l'histoire » . 25

Chapitre 4
Le rôle des médias modernes sur l'image des « damnés de l'histoire » ............................................................................ 33

Chapitre 5
Pourquoi l'esclavage et la colonisation sont-ils considérés comme dramatiques pour l’humanité ? .................................... 39

Chapitre 6
Les révélations de la crise écologique ...................................... 49

Chapitre 7
L'équilibre entre la paix et la guerre par les armes ................... 53

Chapitre 8
Et si les « sous-developpés » refusaient le « développement » ? ................................................................ 57

Chapitre 9
Le « sel gâché » et la « lumière ternie » des religions .............. 67

5

Chapitre 10
La révolution de la civilisation industrielle a commencé aux Etats-Unis .......................................................................... 83

Chapitre 11
L'essentiel de « l'héritage » ....................................................... 91 Bibliographie ............................................................................ 99

6

Mesdames, Messieurs, Depuis le mois de septembre 2008, la société industrielle, aux fondamentaux technocratiques et financiers, a révélé par un « crash » économique, son ahurissante fragilité, cachée sous une toute-puissance soutenue par des structures incroyablement injustes et prédatrices. Il n'est pas nécessaire de réfléchir longtemps pour conclure que l'humanité, ployant sous les servitudes d'un tel système, doit s'en détourner radicalement. Dans ce contexte historique d'une incomparable importance, le dialogue des cultures, tant de fois souhaité, mais établi unilatéralement sous la domination de la toute-puissance de la mentalité industrielle à productivisme illimité, devrait accorder leur juste place aux peuples jugés « en retard », bâillonnés et écrasés. Ce sont les « damnés de l'histoire », présents surtout dans l'hémisphère sud, mais déportés dans des circonstances dramatiques en Europe et en Amérique du Nord. L'auteur de ce projet est diplômé de l'université de Paris III ; chargé pendant quelques années, de dispenser une formation portant sur « LA SOCIÉTÉ TRADITIONNELLE D'AFRIQUE NOIRE » dans un Institut Catholique d'enseignement supérieur. L'ouvrage qu'il publie est la présentation de l'ancien empire précolonial du DAHOMEY, où la terre, propriété de la divinité, est l'objet d'un culte parce qu'elle est source de vie. Gérée sous l'autorité divine et la lumière de la sagesse ancestrale, la terre perçue par l'ancienne société dahoméenne n'aurait jamais pu être condamnée à mort comme elle l'est par la civilisation industrielle obligée de fermer des autoroutes si elle veut laisser à notre planète la chance d'être pour quelques années encore, un lieu où nous aurons la possibilité d'être « logés et nourris ». Cette culture africaine à la subsistance raisonnable excluant toute obsession d'abondance illimitée est une possible alternative.

7

Préambule
Il est facile d'imaginer que les excellents ingénieurs affectés à la recherche pour les armements (fabrication des sous-marins nucléaires, des avions de guerre toujours plus perfectionnés) soient reconvertis à la reconstitution de la banquise, des glaces polaires en rapide dégradation pour la sauvegarde de la terre réellement menacée de destruction. Mais cela n'est qu'un rêve. Pourtant, l'adversité que l'espèce humaine doit affronter à partir du 21e siècle sera le fait de devoir perdre ce merveilleux lieu de vie qu'est la Terre. Pour diverses raisons, des personnes parfois respectables, y compris des savants « dissidents » (environ 3 % des effectifs d'hommes de science), refusent de croire à l'idée que la civilisation industrielle puisse être remise en question, ou soit à l'origine de la dégradation du climat. Il est temps de considérer comme certain le fait qu'aucune civilisation n'est supérieure aux autres. Le « progrès » initié en Occident au début du 19e siècle, et imposé au monde entier comme modèle d'existence a certes montré d'intéressantes valeurs qui ont transformé la vie des hommes notamment dans le domaine de la santé et du confort de la vie quotidienne. Mais le prix à payer pour le maintien de ce confort est devenu de plus en plus envahissant et difficile, sinon impossible à assumer pour les milliards d'habitants de la planète terre. La très orgueilleuse attitude de l'Occident qui souvent n'accepte d'observer les autres civilisations que pour en mesurer le degré de conformité à la sienne est de plus en plus surprenante dans plusieurs domaines. − Des guerres ont été engagées contre des dictatures en Afghanistan, en Irak et dans certains pays choisis selon des critères surtout liés aux intérêts des agresseurs. Il est difficile de comprendre en quoi l'Irak est moins démocratique que le Tchad ou le Gabon, pays africains avec lesquels les Occidentaux, Américains en tête, entretiennent de pacifiques relations commerciales. Pourquoi condamner à mort

9

SADDAM Hussein et recevoir partout avec des honneurs MOBUTU ? − Après la prise de pouvoir par le fils du président EYADEMA au Togo, à la suite d'une « élection » pour le moins discutable, la France et les autres membres du Conseil de sécurité des Nations Unies ont adressé leurs félicitations au fils d'un dictateur ayant régné de 1967 à 2005 ! Les peuples se prétendant « riches » et « démocratiques », réunis dans le cadre du fameux « G8 », vivent sous la terrible dictature de l'argent. En effet, ce système asservit les hommes plus malicieusement que les « dictatures » caractérisées selon les seuls critères des modèles anglo-saxons ou d'Europe continentale. L'extrême détresse visible dans le regard de l'ouvrier qui perd son emploi chez MICHELIN, GOOD-YEARGENERAL MOTORS ou CONTINENTAL ; la peur de l'avenir pour les jeunes universitaires troublés par le dérèglement du marché du travail, dans une société en vérité plongée dans une grande fragilité liée aux aléas de la bourse et de la concurrence, ne nous semble pas moins grave que celle des jeunes des pays dits « sous-développés ». − Qui entreprendra la guerre destinée à libérer l'Occident du dictateur « ARGENT » ? Le citoyen le plus libre de la terre qui n'en a pas est condamné à mort ! Des millions de personnes dans cet Occident sont bien conscients que la civilisation du « progrès » ne sait plus très bien vers quoi elle continue de « progresser. » Mais pourquoi accepte-t-on d'imposer à d'autres peuples un mode de vie confronté à ses propres impasses ? Le mois de septembre 2008, au cours duquel le monde occidental et ses « satellites » sont entrés dans une crise aussi grave que révélatrice des terribles tares du système capitaliste spéculatif, marque une irréversible rupture historique que certains préfèrent refuser d'admettre. En vérité, il s'agit d'un système condamné à de très nombreux égards ; il est urgent d'ouvrir la réserve immense des biens accumulés par un petit nombre, pour les partager avec tous ceux qui semblent écartés des profits générés par le « progrès » industriel.

10