//img.uscri.be/pth/16e1f5e1ca80fda2bfed20a36eb14b13754e1ae0
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

L'histoire interdite

De
206 pages
ALÉSIA n’est pas en Bourgogne, mais dans le Jura. JEANNE d’ARC était manipulée à son insu. CORNEILLE a rédigé les pièces de MOLIÈRE. NAPOLÉON n’est pas dans le tombeau des Invalides. L’AFFAIRE DREYFUS en cachait sans doute une autre.Ces vérités historiques – pourtant démontrées – sont niées en bloc par le monde universitaire et médiatique. Il fallait, pour les clamer haut et fort, la passion contagieuse de FRANCK FERRAND. « Le présent ouvrage va me faire des ennemis, écrit l’auteur, m’attirer la condescendance des mandarins et peut-être, me créer des ennuis. On ne s’attaque pas impunément à certains bastions… Cependant j’assume les inconvénients de cette entreprise, et d’autant plus volontiers que j’ai le sentiment, en bravant quelques interdits, d’oeuvrer à l’avancée de la seule cause qui vaille pour un homme dont l’existence est vouée à l’histoire événementielle : le lent progrès – l’inexorable progrès – de la vérité. »
Voir plus Voir moins
Franck Ferrand L’HISTOIRE INTERDIT RÉVÉLATIONS SUR L’HISTOIRE DE FRANCE
L'HISTOIRE INTERDITE
DU MÊME AUTEUR
Jacques Garcia ou léloge du décor, Flammarion, 1999 Le Bal des Ifs, Flammarion, 2000 Parfums, lempire dun sens, Flammarion, 2001 Bruges, invitation au voyage, Flammarion, 2002 Ils ont sauvé Versailles, Perrin, 2003 La Grande Époque des sports dhiver, éditions du Chêne, 2003 Bordeaux, grands crus classés, Flammarion, 2004 Gerald Van der Kemp, un gentilhomme à Versailles, Perrin, 2005 La Régente noireLa cour des Dames,I, Flammarion, 2007 Les Fils de FranceLa cour des Dames,II, Flammarion, 2008
FRANCK FERRAND
LHISTOIRE INTERDITE
TALLANDIER
© Tallandier Editions 2008 Tallandier Editions, 2 rue Rotrou, 75006 Paris www.tallandier.com
A la mémoire de Laurent Le Chatelier
Je croirais manquer au public, à la vérité, à ma profession et à moimême (comme on dit) si je restais muet. Jai pris des engage ments, il faut les remplir. Voltaire,Lettres, 1762
« LHistoire, ironisait Napoléon, est un mensonge que personne ne conteste. » Pour avoir, depuis tant dannées, consacré lessentiel de mon temps à cette discipline, jai pu mesurer la justesse dune telle définition. Tant il est vrai que la plupart des événements passés ont été distordus par la mémoire communesurtout quand ils présentaient une valeur symbolique. À propos dun fait quelconque, il suffit le plus souvent de gratter le vernis et de creuser un peu pour découvrir une réalité différente de lopinion admise, voire éloignée delle. Chaque semaine ou presque apporte son lot douvrages contestant lexistence effective de telle bataille, dévoilant les ressorts cachés de tel assassinat, bouleversant linterprétation de tel traitéJe mefforce chaque fois de les lire et de forger ma conviction. Contrairement à ce que daucuns penseraient, je demeure sceptique le plus souvent, et ne suis pas très facile à convaincre. Mais il arrive, naturellement, que la démonstra tion soit assez convaincante pour emporter mon adhésion. Ce fut le cas pour les cinq thèses développées dans ces pages. Seulement cinq thèses, diraton, sur des centaines dénigmes traitées à la radio pendant cinq ans ! La propor
9
L'HISTOIRE INTERDITE
tion est faible, jen conviens. Seulement elle donne la mesure de mon exigence pour ce livreexigence double au demeu rant. Dabord, je nai retenu que des points de vue sérieux et argumentés. Car cest une chose de contester une vérité éta blie ; cen est une autre de fournir les preuves à lappui de ce quon avance. Or, me sembletil, plus une position diffère de la norme, et plus elle se doit dêtre étayée. Parmi tout un chapelet de thèses solides, je nai conservé, de surcroît, que celles qui me paraissaient le plus porteuses de sens. Quel intérêt y auraitil en effet à contester une version autorisée, si sa remise en cause naidait à une compréhension meilleure de lépoque ou de la situation ? En dautres termes, il faut, pour quune version déviante de lhistoire mintéresse vraiment, quelle se révèle explicative.
Autant lavouer : les positions que je vais exposer ici sont devenues pour moi des chevaux de bataille. Il se peut quelles heurtent des convictions et perturbent certains de mes lec teurs, moins attachés à la vérité quà leurs certitudes. Je le regrette. Mais sans chercher à les bousculer pour le plaisir, je ne puis dissimuler ma puissante envie de les convaincre. Quon ne sy trompe pas pour autant : ces différentes thèses doivent bien peu à mes propres recherches (je suis, pour ma part, avant tout historien de Versailles). Si je les reprends à mon compte, ce nest pas dans lintention de les faire miennes ; il sagit, au contraire, de mettre en avant leurs inventeurs. Tous sont morts aujourdhui. Je veux croire que cette initiative rendra justice à leurs efforts. Puisque les circonstances mont offert quelque audience, je trouve utile de la mettre au service de celles et ceux qui ne bénéficient pas des mêmes avantages. Combien de cher cheurs, après des années dun labeur obscur en archives et en bibliothèques, aurontils vu ruiner le fruit de leurs tra vaux, uniquement parce que les conclusions auxquelles ils étaient parvenus dérangeaient lorthodoxie ? La propension naturelle des institutions à défendre les vérités officielles parfois en dépit du bon sensest un phénomène auquel je
10