//img.uscri.be/pth/bdcd93367d5ec7421700203432f0a25f980eb9ec
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,00 €

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

L'hypnose en psychosomatique

De
115 pages
Certains problèmes de santé causent une souffrance chronique chez les patients. Dans ces situations les médicaments et les procédures médicales se révèlent peu efficaces. Parmi ces problèmes, certains sont d'origine psychologique. Souvent, les causes en sont inconscientes. L'hypnothérapie permet de comprendre rapidement la psychodynamique des symptômes et aboutit à des résultats positifs et durables. L'hypnose clinique concerne entre autres les psoriasis, la migraine, l'insomnie, la stérilité, les problèmes sexuels, le syndrome de l'intestin irritable.
Actes du premier Congrès de l'Association Européenne des Praticiens d'Hypnose.
Voir plus Voir moins

INTRODUCTION
L’Association Européenne des Praticiens d’Hypnose (A.E.P.H..) a été créée en 2006 à l’initiative de certains anciens élèves de l’Institut Sakti d’Hypnose Clinique. Le but de cette association est de réunir les praticiens d’hypnose pour leur donner l’occasion d’échanger leurs expériences professionnelles. L’A.E.P.H. a également pour but de faire connaître l’hypnose clinique aux psychothérapeutes, aux professionnels de santé ainsi qu’au grand public. Le thème de cette journée étant l’hypnose en psychosomatique, je vais vous dire quelques mots sur ma conception de l’hypnose et de la psychosomatique. D’abord, qu’est-ce que l’hypnose ? L’hypnose est tout simplement un état modifié de conscience, un état intermédiaire entre la veille et le sommeil, un état spécial où le patient est capable de se concentrer sur la communication avec l’hypnothérapeute en faisant abstraction de l’environnement. L’hypnothérapie constitue une psychothérapie brève où l’état hypnotique est utilisé à des fins thérapeutiques. Ainsi, l’hypnose peut être associée à la psychanalyse, ce qui nous permet de pratiquer l’hypno-analyse pour traiter la cause et l’origine du problème. Une forme sophistiquée d’hypnoanalyse consiste à travailler en hypnose avec les différentes parties de la personne. C’est ce qu’on appelle la thérapie des états du moi. L’hypnose peut être également associée aux techniques de la thérapie comportementale et cognitive. Ainsi, nous pouvons pratiquer l’hypnomodification du comportement et l’hypno-

restructuration cognitive pour éliminer les croyances erronées qui sont souvent la cause des troubles anxieux, phobiques et dépressifs. L’hypnose peut aussi être associée à des techniques préconisées par le célèbre psychiatre Milton H. Erickson. Ainsi, en hypnose éricksonienne, le thérapeute communique par des métaphores et par des suggestions indirectes. Il va adopter une attitude utilisationnelle, c’est-à-dire qu’il va utiliser les ressources, les croyances et, même, les résistances du patient pour le guérir. L’hypnothérapie, pratiquée ainsi d’une manière intégrative, éclectique et globale, nous permet de faire face efficacement et rapidement aux demandes usuelles de psychothérapie comme la dépression, les phobies, les troubles anxieux, les addictions (tabac, alcool) et les problèmes psychosomatiques. Que veut dire psychosomatique ? Le terme « psychosomatique » vient de deux mots grecs qui signifient esprit et corps. En 1818, il a été introduit par Heinroth pour désigner des problèmes de la pathologie médicale ayant un rapport avec la vie psychique. Un problème psychosomatique est donc un problème organique causé par des facteurs psychologiques. La cause étant d’origine psychologique, émotionnelle ou inconsciente, le symptôme se manifeste au niveau du corps. Des facteurs socio-culturels peuvent également contribuer à l’émergence d’un symptôme psychosomatique. En France, on préfère parler de psychosomatique quand on peut déceler une lésion observable comme dans le cas de l’eczéma. En l’absence de lésions, s’il s’agit d’une fonction qui est perturbée à cause d’un problème psychologique, on préfère parler de trouble fonctionnel comme dans le cas du syndrome de l’intestin irritable. 8

Dans les pays anglo-saxons, la tendance est de considérer tout problème organique causé ou maintenu par des facteurs psychologiques comme psychosomatique, indépendamment de l’absence ou de la présence de lésions observables dans le corps. Durant cette journée, nous utiliserons le mot psychosomatique au sens large du terme. Par ailleurs, il importe également de distinguer un problème psychosomatique d’une conversion hystérique. Xavier Rassel nous éclairera sur ce sujet. Les applications de l’hypnose en psychosomatique sont nombreuses. En fait, dans chaque branche de la médecine, il existe des pathologies qui peuvent être traitées efficacement par des techniques hypnotiques. Dans ce congrès, les intervenants, qui ont une longue pratique en tant qu’hypnothérapeute, nous feront part de leur expérience. Ainsi, au cours de la journée, seront présentés, entre autres, des cas cliniques de stérilité psychogène, de psoriasis, de polyarthrite, de problèmes gynécologiques, de syndrome de l’intestin irritable, d’insomnie, de migraines, de problèmes sexuels et d’insomnie chronique.

9

L’HYPNOSE DANS LE TRAITEMENT DE LA STERILITE PSYCHOGENE
Djayabala VARMA De nombreux problèmes gynécologiques sont d’origine psychosomatique du fait que le système génital féminin est facilement influencé par les émotions ressenties par la femme. Les problèmes couramment traités par l’hypnothérapie en gynécologie et en obstétrique sont l’aménorrhée secondaire, la dysménorrhée, la stérilité psychogène, les malaises prémenstruels, l’insuffisance mammaire, certains problèmes liés à la grossesse (nausées, vomissements, brûlures d’estomac, fausse couche spontanée), l’accouchement sans douleur, l’augmentation de la lactation... Dans le traitement des problèmes gynécologiques, un examen gynécologique initial est indispensable. Il est important d’éliminer toute cause organique du problème. D’un point de vue physiologique, la période la plus favorable pour la grossesse se situe entre l’âge de dix-huit ans et de vingt-cinq ans. Généralement, les femmes, se situant dans cette tranche d’âge, n’ont pas de difficulté pour devenir enceinte. Donc, peu de femmes de cette tranche d’âge sont concernées par le problème de la stérilité. Par contre, d’autres femmes ajournent leur maternité et souhaitent avoir un enfant après l’âge de trente ans. Certaines de ces femmes peuvent avoir des problèmes pour avoir un enfant. Après deux ans sans grossesse, le couple est considéré comme infertile. De nombreux facteurs psychologiques sont responsables de la stérilité. De plus en plus de gynécologues en tiennent compte