L'identité entre actualisation de soi et conscience sociale

De
Publié par

Ce livre présente des réflexions qui se proposent de refaire l'homme et la société dans une logique de reconsidération des valeurs ontologiques et éthiques, d'une part, et de leur réorganisation, d'autre part. Il développe un discours pluridisciplinaire sur l'homme (philosophie, psychologie, sociologie, anthropologie, histoire, géocritique, etc.), dans la perspective de la consolidation de son identité.
Publié le : mercredi 1 juin 2016
Lecture(s) : 30
EAN13 : 9782140011689
Nombre de pages : 166
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Sous la direction de EmmanuelBINGONO
L’IDENTITÉ ENTRE ACTUALISATION DE SOI ET CONSCIENCE SOCIALE
L’identité entre actualisation de soi et conscience sociale
Sous la direction de Emmanuel BINGONO
L’identité entre actualisation de soi et conscience sociale
Du même auteur Éthique et personnalité politique, perspectives camerounaises, L’Harmattan Cameroun (éd. sc.), juin 2015. Apprentissage, une approche psychosociale du rôle des acteurs, L’Harmattan Cameroun, novembre 2015. © L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-09334-5 EAN : 9782343093345
COMITÉ SCIENTIFIQUE
Pr Jacques FAME NDONGO (Université de Yaoundé II), Pr Lucien AYISSI (Université de Yaoundé I), Pr Pierre FONKOUA (Université de Yaoundé I), Pr MBONJI EDJENGUELE (Université de Yaoundé I), Pr Hubert MONO NDJANA (Université de Yaoundé I), Pr André MVESSO (University of Buea), Pr Gabriel NDINGA (Université Catholique d’Afrique Centrale), Pr NKOLO FOE (Université de Yaoundé I), Pr Pius ONDOUA (Université de Yaoundé I), Pr Jean Emmanuel PONDI (Université de Yaoundé I), Pr Jacques-Philippe TSALA TSALA (Université de Yaoundé I), Pr Flora AMABIAMINA (Université de Douala), Pr BELINGA BESSALA (Université de Yaoundé I), Pr Chandel EBALE MONEZE (Université de Yaoundé I), Pr George FONKENG EPAH (University of Buea), Pr Émile KENMOGNE (Université de Yaoundé I), Pr Marc Bruno MAYI (Université de Yaoundé I), Pr Raymond MBASSI ATEBA (Université de Maroua), Pr Charles Romain MBELLE (Université de Yaoundé I), Pr Luc MEBENGA TAMBA (Université de Yaoundé I). COMITE DE REDACTION Dr Michel-Yves ESSISSIMA (Université de Maroua), M. Joseph Patrice FOUMAN (Université de Maroua), M. Williams Fulbert YOGNO TABEKO (Université de Maroua), Mme. DJODOM Bertille Kritty épse Kuaté (Université de Maroua).
 Sommaire
Présentation ............................................................................................... 9
Malaise dans le capitalisme néolibéral et troubles psychopathologiques en Afrique : le cas du Cameroun Germain Fabrice MENYE NGA ............................................................. 13
Vers la mort de la mort ? Williams Fulbert YOGNO TABEKO ..................................................... 31
Conflit cognitif et amélioration des apprentissages en mathématiques Christian Landry ODOU’OU .................................................................. 49
Le Cameroun dans le roman hispano-africain actuel. Lecture géocritique d’un référent spatial à substance objective Michel-Yves ESSISSIMA ...................................................................... 65
Hegel, lecteur de Kant : de la moralité subjective à la moralité objective. Wiliam DEUGA TCHEUGOUE ........................................................... 79
Cultures bantoues et christianisme Louis Dominique BIAKOLO KOMO .................................................. 101
La représentation sociale du nom au Cameroun Sosthène Marie Xavier ATENKE ETOA ............................................. 127
La maîtrise de soi Emmanuel BINGONO .......................................................................... 141
Présentation Voici un ouvrage collectif du Département de Philosophie-Psychologie de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’Université de Maroua. Il est l’aboutissement d’un objectif que les enseignants avaient décidé d’atteindre chaque année. Objectif qui se décline par la publication d’un ouvrage collectif issu des conférences « Café Philo-Psycho » tenus au cours de l’année en plus des différentes propositions d’articles issus de l’appel à communication. Cette année 2013-2014 nous avons retenu le thème d’identité sociale. En fait, le concept d’identité sociale est un enchevêtrement complexe du social et de l’individuel. Le présent volume publie huit contributions rédigées par, Emmanuel Bingono, Germain Fabrice Menye Nga, Fulbert Williams Yogno Tabeko, Michel-Yves Essissima, Sosthène Marie Xavier Atenké Etoa, Landry Christian Odou’ou, Willam Deuga et Dominique Biakolo. Toutes ces contributions mettent à la place publique des éléments de réponses voire des pistes de recherche sur les problèmes d’identité des acteurs qui, au quotidien doit être pris dans le double prisme de l’actualisation de soi et de la conscience sociale.
La recherche permanente de la réduction de la souffrance psychique est selon Menye Nga consécutive au progrès aveugle de la science et du néolibéralisme. En fait, il montre que le néolibéralisme est une représentation idéologique conçue, pensée par des hommes. Il convoque ainsi le modèle psychanalytique pour mettre l’accent sur la libération incontestable des pulsions, de l’éros, du thanatos qui livrent les individus par « excès » (dirigeants) à la satisfaction de leurs besoins. Ces excès sur l’enrichissement vont même à la désacralisation de la vie qui peut être réinventée ou protégée par la technoscience. Ce droit indéniable à la vie, à l’humanité et à la nature est repris par le disciple de Jonas, Yogno Tabeko. Ce dernier, en cogitant sur la mort de la mort montre qu’elle est la manifestation de notre finitude ontologique, le signe caractéristique de la condition humaine. Il affirme en outre, que l’homme est le seul à savoir qu’il doit mourir. Le termemortelpour lui comme le est synonyme du concepthommeet s’oppose àimmortel, attribut essentiel de Dieu.Avec les nouvelles technologies, l’homme voudrait ainsi désormais prendre en main sa propre évolution dans le but de ralentir les processus du vieillissement et prolonger sa vie. Avec la technologie, l’homme veut contrôler et mécaniser la vie et faire en sorte que la mort cesse d’être
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.