Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 14,40 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

L'insertion des jeunes handicapés en milieu ordinaire de travail

De
217 pages
La Communauté Economique européenne a définie en 1989 les actions de formation professionnelle et l'aide à l'emploi destinées aux travailleurs handicapés. Le Comité national de coordination de l'action en faveur des personnes handicapées et inadaptées - Promotion sociale et professionnelle, fera sienne durant une décennie cette définition en substituant "intégration" à "réintégration" dans la mesure où la mission qu'il s'est donné consiste à faciliter l'accès de jeunes handicapés à un premier emploi en milieu professionnel ordinaire. L'effort économique à eu un impact indéniable. Une frange de jeunes, non insérables habituellement, a été efficacement touchée.
Voir plus Voir moins

L'INSERTION DES JEUNES HANDICAPÉS EN MILIEU ORDINAIRE DE TRAVAIL

TECHNOLOGIE DE L'ACTION SOCIALE Collection dirigée par Jean-Marc Dutrénit, Professeur es Universités Lille3 d à
Les pays francophones, européens notamment, sont très dépourvus d'outils scientifiques et techniques dans l'intervention sociale. Il itnporte de cornbler ce retard. "Technologie de l'Action Sociale" met à la disposition des organistnes, des praticiens, des étudiants, des professeurs et des gestionnaires, les ouvertures et les réalisations les plus récentes. Dans cette perspective, la Collection présente divers aspects des questions sociales du moment, rassemble des informations précises, garanties par une démarche scientifique de référence, permettant au lecteur d'opérationnaliser sa pratique. Chaque volume présente des méthodes et techniques imn1édiatement applicables. Au-delà, la Collection demeure ouverte à des ouvrages tnoins techniques, mais rendant compte d'expériences originales, pouvant servir de tnodèle d'inspiration. Méthodes de diagnostic social, individuel ou collectif: rnodalités efficaces de l'accompagnement social, de la rééducation et de l'insertion, techniques d'analyse et de prévision dans le domaine de l'Action sociale, tnodèles d'évaluation et d'organisation des services et établissements du secteur sanitaire et social. en 111ilieuouvert ou fermé sont les principaux centres d'intérêt de cette Collection. Améliorer l'expertise sociale pour faciliter l'intégration des handicapés de tous ordres à la vie quotidienne, tel est en résumé l'objectif visé. Ceux qui pensent que leurs travaux peuvent trouver place dans cette Collection sont invités à nous contacter. Dernières
BELIN B., Anin1aux au secours de France].

parutions
2003 (2000) [Prix Fernand Méry 2002

du handicap,

de )'Acadétnie

Vétérinaire

CCAH (Coord. par B. Belin), Les personnes handicapées vieillissantes, 2002. CCAH (Coord. par B. Belin), Les personnes handicapées âgées, oÙ en est-on ?, 2003. COLMONT H., La personne handicapée et la vie, 2002. DE CONINCK G., Laforn1ation des surveillants de prison: nÛssion iInpossible ?, 2001. DUTRENIT .LM., Action sociale et qualité sociale, 2002. GAYDA M. (ed), L'enfant polyhandicapé et son nÛliell, 2002 GRANV AL D., Adolescents difficiles, établissen1ents et aide sociale: COl1llnent alnéliorer ?, 2002. .TOING, Ethique et qualité en action sociale, 2002. TEXIER P. et al., La parentalité, nouvelle scène éducative, 2001. VERGNE M.L., Le travail social au cœur des paradoxes, 2002.

CCAH-PSP
Comité national de coordination de l'action en faveur des personnes handicapées et inadaptées Promotion sociale et professionnelle

Bernard BELIN et Théodora GODOMEN, Patrick LECHAUX, Noémia MARQUES et Fabrice MEYNIER

L'INSERTION

DES JEUNES HANDICAPÉS

EN MILIEU ORDINAIRE DE TRA VAIL

Actions "Fonds Social Européen"

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris FRANCE

L'Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest HONGRIE

L'Harmattan Italia Via Bava, 37 10214 Torino ITALIE

DES MÊMES AUTEURS

BERNARD
Prix Fernand

BELIN, ANIMA U~YA U SECOURS

DU HANDICAP,

Paris, L'Harlnattan,

(2000) 2003,
vétérinaire de France

Méry 2002 de ['Académie

BERNARD BELIN, LE Loup & LE CHIEN & L 'HO/v/ME, Essai c)Jnique ! ["Les Chiens d'assistance et de sauvetage / Autres Anitllaux co-thérapeutes"].

Paris, L'Hannattan,

2003.

CCAH (Rédaction coordonnée par BERNARD BELIN), LES PERSONNESHANDICAPEES VIEILLISSANTES [Prel11ière artie], PARIS, L'Harmattan, 2001. P CCAH (Rédaction coordonnée par BERNARDBELIN), LES PERSONNES HANDICAPEESÂGEES, OU EN EST-ON? [Deuxièl11e artie], PARIS, L'Harlnattan, 2002. P PATRICI( LECHAUX (BRUNO REMaND et) L'ACCES A LA FORA1ATIONPROFESSIONNELLE DES TRAVAILLELIRS HANDICAPES, Rapport au Ministre du travail, de l'e111ploi et de la .for111ationprofessionnelle, Paris, La Docutnentation française, 1991.

2003 ISBN: 2-7475-5424-4

@ L'Harmattan,

CCAH-PSP
Comité national de coordination de l'action en faveur des personnes handicapées et inadaptées Pron1otion sociale et professionnelle

Bernard BELIN et Théodora GODOMEN~ Patrick LECHAUX, Noémia MARQUES et Fabrice MEYNIER

COl11position et prêt à clicher : Marilia MARTINS

Bernard BELIN., Directeur du Comité national de coordination de l'action en faveur des personnes handicapées (CCAH), Président du CCAH-PSP Théodora GODOMEN., Chargée de nu'ssion au CCAH-PSP

Patrick LECHAUX, Noéll1ia MARQUES, Fabrice MEYNIER.,

Directeur de CAIRN Ingénierie Consultante de NMC Ingénierie Consultant de CAIRN Ingénierie

AVANT PROPOS
"Actions d'élévation de la qualtfication des handicaJ}és incluant des phases d'expériences professionnelles... Ces 111eSUres visent à pern1ettre leur réintégration dans le nlllleu SOClOprqfesslonnel norn1al... Des n1esures d'accol11pagnel11ent sont jJrévues pour faciliter cette insertion en tenant C0l11pte des jJossibilités des personnes concernées et des exigences du 111arché de I 'en1ploi... ", ainsi ont été définies en 1989 par la Con1n1unauté Econonlique Européenne - ancêtre de l'actuelle Union Européenne
-

les actions de fonnation professionnelle et d'aide à l' en1ploi

destinées aux travailleurs handicapés. Le CCAH-PSP fera sienne durant une décennie cette définition en substituant intégration à réintégration dans la n1esure olt la n1ission qu'il s'est donné consiste à faciliter l'accès de jeunes handicapés à un prenlier en1ploi en Inilieu professionnel ordinaire. Le CCAH-PSP ne pouvait qu'adhérer à une telle politique qui - si elle a en l'occurrence une final ité essentiellen1ent voire uniquen1ent éconolnique - correspond néann10ins, par les n10yens qu'elle Inet à disposition des personnes handica]Jées, à la pol itique sociale et d'intégration voulue par les personnes directelnent concernées et leur environnelnent falnilia1. :Depuis 1975, en sa qualité d'organislne collecteur agréé de la taxe d'apprentissage et avec l'aide d'entreprises assujetties à lad ite

taxe., le CCAH-PSP a l11ené une action en faveur de l'anlélioration des conditions dans lesquelles sont dispensées les prenlières fonnations technologiques et professionnelles aux jeunes handicapés Inentaux ou physiques (Inoteurs ou sensoriels). Ces enseignelnents sont essentiel1enlent du ressort des instituts nléd ico-professionnels (IMPro)., des centres de rééducation professionnelle (CRP) et de diverses autres structures spécial isées. Lesd its établ isselnents ne disposent pas habituellenlent des l110yens suffisants leur pennettant de réussir une véritable orientation des jeunes vers l'entreprise du Inonde ordinaire du travai I. L'effort éconolllique européen correspond à un réel besoin en France au niveau des structures spécialisées. Pour envisager une elnbauche et une insertion en entreprise., tout jeune a besoin d'une fonnation., Inais le jeune handicapé a de surcroît besoin d'un accolnpagnelnent et d'un soutien lui pernlettant de passer de ce nlilieu "protégé et adapté" que constitue l'établissetnent spécialisé au "rude" Inonde du travail et de la vie en société. La volonté européenne., la détennination et l'énergie et la pugnacité du CCAH-PSP., l'accord de l'adlllinistration française., l'engagelllent sur le terrain des responsables et équipes éducatives des établisselllents de fonnation., la participation essentielle des entreprises., ont été successivel11ent et cOlnplénlentairenlent indispensables pour que soient l11ises en place., expéritnentées et appliquées aux jeunes handicapés., de 1990 à 2000., les nlesures décidées en faveur de l' el11ploi dans le cadre des Progranllnes opérationnels uni-fonds 1990-1993 et 1995-1999 cofinancés par le Fonds social européen (FSE). Les nloyens du FSE et la synergie précitée ont pernlis - outre le

renforcenlent des acquisitions des jeunes

-

de développer les

relations des centres de fonnation avec le Inonde du travai I., et notalnlnent d'associer les entreprises à une fornlation du jeune la nlieux adaptée possible à l'enlploi susceptible de lui être proposé. Il apparaît que le financenlent du FSE a eu un inlpact indéniable. Une frange de jeunes., non insérables habituellenlent., dans le cadre de l'action courante des centres de fonnation opérateurs., a été efficacel11ent touchée. Bernard BELIN,
Président du ('(>1 J-I-PSP

10

PREMIERE

PARTIE

LE FONDS SOCIAL EUROPÉEN (FSE), UN OUTIL DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE

CHAPITRE I GÉNÉRALE DES PROJETS ET RÔLE DU FONDS SOCIAL EUROPÉEN (FSE) ÉCONOMIE

Les interventions

progral11111ées par l' Union Européenne

sont

destinées

-

dans le cadre d'une politique éCOn0171ique se veut qui

active et efficace - à "insérer sur le nlarché du travail la 111ain d'œuvre dont le systèlne productif a besoin" (I). L'Union Européenne met en place des dispositifs en vue tant de conlbattre le chôl11age de longue durée que d'aider à l'insertion des jeunes arrivant sur le l11arché du travail. Pour ce faire, l'Union dispose de cet outil de (léve/olJ1Je171ent écon(J111ique qu'est le Fonds social européen (FSE)'I ledit outil ayant vocation d'accolllpagner les personnes (et aussi les régions

(1)

menées en France depuis la mise rancêtre de l'Union Européenne l en 1989 du Cadre C0J11J111111autaire'Appui (CCA) pour l'intervention d du Fonds Social Européen pour la période du 1cr janvier 1990 au 31 décennlhre 1992 prolongée j usqu' au 31 déceJ11bre 1993, - et plus préciséJ11ent du Programme Opérationnel 1990-1993 (Objectif 4 / Axe 3 / Sous-axe 3.3) -, lequel sera suivi par la J11iseen place par J'Union Européenne du Programme Opérationnel 1995-1999 (Objectif 3, Mesure "Üançaise" 17).
en place par la C0J111TIUnauté Econonlique Européenne

Le présent ouvrage rend conlpte de résultats d'actions

ou zones géographiques) en difficulté par rapport au nlarché du travai l. Visant à cOITIbler l'écart entre les qualifications offertes et les besoins réels du ITIarché de l' elllploi, la stratégie générale proposée a pour objectifs: - d'une part de contribuer à l'adaptation entre offre et denlande d'enlploi par des ITIeSUres de fonnation professionnelle (fonnation la plus élevée possible en prêtant attention à l'introduction de nouvelles technologies en relation avec Ie systèlne de production) ~ d'autre part de valoriser le potentiel existant de Illain d'œuvre au chônlage, ceci en stilTIulant l'offre d' enlplois par des aides à la création d' elTIplois stables. Concernant plus particulièrelllent les jeunes et l'alnélioration de leur situation sur le nlarché de l'enlploi, les clisjJ()sitfl\' ((clajJtés consistent: en une alnélioration de l'efficacité, et donc de la qualité, des dispositifs Inassifs de fonnation professionnelle et en une élévation du niveau de celle-ci;
-

à aider le développel11ent des initiatives individuelles et locales
afin de favoriser la création d'activités par des jeunes.

S'agissant des catégories défavorisées face au Illarché de l'enlploi en France et plus généralel11ent en Europe, notanll11ent les jeunes les plus en l11arge de l'insertion que sont les jeunes handicapés, certaines interventions spéctfiques sont considérées indispensables pour faciliter leur insertion professionnelle: - une élévation de leur qualification avec des phases d'expérience de travai I dans le cadre de leur forlllation (fornlation en alternance) ; des nlesures d' accol11pagnenlent pour faci Iiter leur inseliion "en tenant conlpte des possibilités des personnes concernées et des exigences du 11larché de l'enlploi" ~ la fonnation des fOrlllateurs. En l'absence de telles interventions spécifiques., l'évolution des exigences des entreprises en nlatière de recrutenlent et de quai ification fait peser "un risque ilnportant d'exclusion éconolnique et sociale des jeunes les plus délnun is". 14

A. Les initiatives développement

des établissements

et les conditions

de leur

l. Incitation du CCAH-PSP à partir du co-.financen1ent du Fl)E 1990 et le Progral11l11eopérationnel 1990/1993... La volonté de la COlnnlunauté éconolnique européenne et les potential ités financières du FSE existent. L'indispensable partenariat (I) des pouvoirs publics français sollicité par le CCAH-PjSP est obtenu. Les établissenlents spécialisés dispensant en France une prenlière fOflnation professionnelle à des jeunes handicapés sont donc potentiellelllent en situation de pouvoir accéder aux aides financières proposées au niveau de chaque Etat nlelnbre de la COlnl11unauté éconolllique européenne en vue de faci Iiter l'accès des jeunes handicapés au Inonde du travai I. Dans la continuité de l'action initiée par ses soins, le CCAH-Pl)P est agréé en qualité d'organisnle inter111édiaire par l'autorité responsable qu'est - pour la France, Etat nlenlbre de la

CEE

-

le Ministère ayant en charge les personnes handicapées (2).

En sa qualité d' organisn1e intern1é(liaire, la 111ission du CCAI-I-PSP est ainsi définie: "Inise en œuvre, coord ination, su ivi et anitnation des actions, sélection et contrôle des o/Jérateurs chargés de la réalisation, distribution et contrôle de rutilisation des crédits et évaluation des résultats". La possibilité de participation au Progranlnle Opérationnel a été

portée

-

par le CCAH-PSP - à la connaissance des associations

gestionnaires d' établisselTIents ou/et des établ issenlents. 1995 et le ProgralTIl11eopérationnel 1995/1999... Le processus sera sitnilaire à celui de 1990 (avec l'expérience en plus !). COlnlne suite aux incitations du CCAH-P51P et aux ill1pulsions données par celui-ci, divers établissenlents nl0tivés ont été en nlesure de faire acte de candidature, la Iiste des o/Jérateurs définitivelnent retenus étant arrêtée par le Bureau du CCAI-I-P51P siégeant en conllnission ad hoc.
(I) (2) Cofinancement à hauteur fonds pubncs français. Ministère Ministère Direction de 45 % par le Fonds Social Européen et de 55 (Yopar les

de la sondarité, de la santé et de la protection sociale - devenu en 2002 des affaires sociales, de l'etllploi et de la solidarité - représenté par la [générale] de l'action sociale. ] 5

2. ('ronditions du développen1ent des initiatives Les programlnes s'adressent à des jeunes atteints soit d'un handicap nlental, soit d'un handicap physique (handicap nloteur, déficience visuelle ou déficience auditive). Ces jeunes bénéficient d'une prenlière fornlation professionnelle, après l'âge de la scolarité, dans des établisselllents financés à l'aide de fonds publics, en vue de leur donner le nlaxinlunl de possibilités pour s'insérer sur le 11larché du travail. Il s'avère que, cOlnpte-tenu des délais de paienlent, seu Is peuvent accéder aux progralnllles opérationnels les associations gestionnaires et établ isselllents disposant d'une trésorerie suffisante pennettant l' avancelnent du Inontant des coûts engagés durant les délais avant règlelnent par le FSE (via l'autorité re,-~ponsable ). 3. Contraintes auxquelles sont assujettis les IJrqjets

Le fi nancelnent à l'aide de fonds en provenance d u Fonds social européen doit être utilisé à la réalisation d'actions sUjJplélnentaires ou/et con1plén1entaires non inscrites dans les progralnlnes et budgets des fonnations habituelles des jeunes. Sont finançables par le FSE des coûts en personnel enseignant (interne à l'établissenlent ou extérieur) et personnel non enseignant, ainsi que les séjours et déplacelnents des stagiaires., des Inatières consolnlnables non anlortissables et équipenlents nécessaires à la forl11ation et divers coÜts indirects et frais de gestion. (Les achats d'équipel11ents et de constructions anlortissables ne sont pas finançables par le FSE).

B. La diversité

des établissements

et des publics concernés

Il est évident que - du fait de leur handicap - les jeunes éprouvent des difficultés pal1iculières à s'intégrer dans la vie professionnelle. Ces difficultés sont différentes selon qu' ils' agit de jeunes atteints d'un handicap physique ou d'un handicap nlental et selon le degré et la spécificité du handicap de chacun. 16

J. Insertion pro.fèssionnelle

des jeunes handicaJ)és 111entaux

Les fornlations des jeunes atteints de handicaps nlentaux sont le plus souvent dispensées en Instituts 111édico-/Jro.!essionnels (IMPro). (1) (2) Dans le contexte général actuel., et si l'on a pour perspective l'insertion professionnelle du jeune en nlilieu ordinaire de travail., les fonnations existantes doivent être cOlnplétées. La fornlation initiale au travail et à la vie sociale., selon les possibilités de chacun., est en effet insuffisante. De trop rares IMPro fonctionnent en étroite liaison avec l'environnement éconolnique (industrie., agriculture., COlnlnerCe.,services., etc.) qui concernera indirectenlent ou directenlent les jeunes handicapés., quand iIs seront confrontés au nlilieu ordinaire du travail et à son environnelnent social. La fonnation générale doit inclure une véritable fornlation professionnelle., adaptée aux potentialités de chacun: apprentissage au travail général (exactitude., soins et continuité dans l'exécution de la tâche)., adaptation au changenlent de type de travail., de personnel d'encadrelnent., etc. ~ apprentissage ciblé d'un Inétier choisi à la fois en fonction des aptitudes et goûts de chacun et des débouchés possibles dans le futur environnelnent éconolnique ~ stages en entreprise et visites à l'extérieur alternés avec des retours en IMPro : conlplélnents de fornlation pratique sur le tas indispensable.

-

-

Actuellelnent la situation de l'enlploi a tendance à linliter le flux de sortie des IMPro vers le travail en Inilieu ordinaire. Ceci a contribué à accroître le nOlllbre de jeunes déficients nlentaux qui., en attente de travail, retournent dans leur fanlille oÙ iIs régressent rapidel11ent. L'insertion en Inilieu ordinaire de travail peut cependant être possible sous certaines conditions pour une nlinorité de personnes hand icapées nlentales sortant d' IMPro :
( I) L' appellation Institut 111édico-éducatif (IME) désigne une structure cotnprcnant Ù la fois une section 111édico-professionnelle (IMPro) et une section 111édieo-pédagogiquc (IMP). (2) Il est rappelé que, en France, les Instituts médieo-professionnels et Instituts médicoéducatifs (lME) relèvent du secteur privé associatif [exception: Etabl issenlent publ ie national Antoine Kœnigswarter / IME à Janville sur Juine (Essonne)l.

17

-

J'ouverture

de l'établisselnent
de

vers J'extérieur

est à rechercher,
ique en

par nlotivation parti cu Iier ~
-

l' environnelnent

socio-écononl

chaque fois que c'est possible le travailleur doit être préparé,
par l'établisselnent spécialisé., pour un elnploi bien précis chez un elnployeur détenniné qui., en cas de stage satisfaisant, l'elnbauchera.

L'insertion professionnelle du travai lieur nlentalenlent handicapé en nlilieu ordinaire échoue le pJus souvent s'il n'y a pas un double suivi:
-

suivi au travail., l'enlployeur sachant qu'en cas de difficulté un
responsable interven ir ~ de l' établisselnent de fornlation est prêt à

-

accolnpagnelnent
quotidienne au travai I.

de la personne handicapée dans sa vie
régulier conditionne la réussite

dont le déroulelnent

2. Insertion pro./essionnelle

des jeunes handicaJ]és lJh~vsiques

Les fonnations des jeunes handicapés nloteurs sont le plus souvent dispensées en centres de réadaJJtation .!àl1ctiol1l1elle ou/et de rééducation pro./essionnelle ainsi qu'en instituts c/'éclucalion lnotrice. (3) Les fonnations des jeunes handicapés sensoriels sont le plus souvent dispensées en centres de réadaptation .!ànclionnelle adaptés et dans quelques instituts spécialisés soit pour jeunes aveugles ou déficients visuels, soit pour jeunes sourds ou déficients auditifs (4). La fonnation professionnelle des jeunes handicapés physiques s'affronte à deux difficultés Inajeures. L'une très générale., tient à la Inutation rapide des professions et à l'élévation des niveaux de fornlation, l'autre résulte des difficultés particulières d'un certain nonlbre de jeunes en raison de leur handicap.
(3) (4) Etabl issements relevant du secteur privé associatif.

Etablissenlents relevant du secteur privé associatif à r exception des cinq étahl issements publics que sont les Instituts nationaux de jeunes sourds (INJS) de Paris. Gradignan, Metz et Cognin, et l'Institut national des jeunes aveugles (lNJA) de Paris.

18

Il existe en effet une contradiction difficile à résoudre entre l'élévation des niveaux de fonnation, les quai ités professionnelles exigées et les difficultés scolaires et physiques de ces jeunes. COlnpte tenu de ces contraintes liées au handicap., les adaptations, les évolutions, l' élargisselnent de la gallll1le des fornlations., sont extrêlnelnent difficiles à nlettre en œuvre. L'observation et l'orientation professionnelle sont une étape essentielle de la fonnation. Celle-ci se réalise sous des forllles diverses selon les établisselnents et vise à nlettre en contact le jeune avec les outils, la Inatière, la réalité d'une tâche., donc à développer ses capacités d'organisation., de réflexion., de logique. A côté de l'approche de diverses fanlilles de nlétiers., la fornlation générale et l' enrichissetnent personnel doivent être largelllent développés. La fonnation professionnelle des jeunes handicapés doit Inaintenir ce triple objectif. COlnnle pour les jeunes valides, l'élévation du Iliveau de fornlation générale et technologique doit évidenlnlent être recherchée. l...es jeunes qui présentent des déficiences I1lotrices lourdes associées à une efficience intellectuelle linlitée posent un problèlne encore plus cOlnplexe: nlênle si la fOrJllation professionnelle ne leur pennet pas d'atteindre des niveaux de quai ification élevée, elle n'en présente pas nloins les Illênles intérêts que pour leurs calnarades., elle visera à plus de polyvalence., à l'ouverture sur des tâches diversifiées. La question de l' accolnpagnelnent à l'insertion professionnel le à la suite d'une fonnation nécessite beaucoup d'attention.. Le travail conditionne souvent la réussite sociale de la personne handicapée physique. A côté de ce qui fera la valeur professionnelle de la personne., le développelllent de la personnalité., la recherche de l'autononlie., la capacité à entrer en relation, représentent des élénlents essentiels de la fonnation professionnelle du jeune hand icapé. La fonnation professionnelle doit anlener le jeune handicapé nloteur ou/et sensoriel à connaître., à développer., à uti Iiser ses possibilités physiques. EUe le conduira aussi à oser., à prendre des ri sq ues., à se dépasser. 19

Il faut développer les possibi Iités de conlnlun ication~ d'échange~ de déplacenlent~ et ceci particulièrenlent pour les sujets

les plus dépendants

-

et notanllTIent grâce à une utiIisation des

aides techniques (ordinateurs~ synthèse de parole~ etc.). La participation à la vie socio-professionnelle dépend de la gravité du handicap moteur ou sensoriel~ tllais aussi de la capacité de la personne handicapée à aller vers l' autre~ à échanger. Le souci porté à l'épanouisselTIent de la personnalité et aux possibilités de CotTI1TIunicationconditionne l'intégration présente et future dans la société et particulièrelTIent dans le Inonde du travail.

II faut donner à chaque jeune les nloyens et I envie de
participer~ d'être reconnu grâce à ce qu' iI réal ise dans une activité de type professionnel et social. L'élévation du niveau de fornlation générale et technique~ le développenlent de ses capacités à s'adapter~ à évoluer~ à entrer en relations~ à prendre des initiatives~ sont les objectifs très généraux poursuivis pour l'enselllble des jeunes et pas seulenlent pour les jeunes handicapés ~Inais pour atteindre ces objectifs encore faut-i I créer pour les jeunes handicapés les conditions favorables au dépassel11ent ou au contournenlent des difficultés pal1icuJières qui sont les leurs. L'acquisition des outils de connaissance et de fornlation professionnelle représente une dénlarche essentielle dans la perspective de l'intégration sociale future. Apporter à chacun le l11axilTIUlllde ce qu' iI peut acquérir apparaît COllll11eun objectif très général qui prend cependant une signification patiiculière pour des jeunes présentant des difficultés spécifiques. Cette anlbition ne peut se réaliser qu'en intégrant au nlaxinlunl la fornlation professionnel1e des jeunes handicapés physiques dans le contexte général de la fonnation et en apportant les nloyens conlplénlentaires nécessaires au soutien. c. Les Programmes Opérationnels FSE opportunité pour l'évolution des établissements une ,.éelle

~

Les deux Progranl111es Opérationnels (1990/1993 et 1995/1999) pilotés par le CCAH-PSP ont pour finalité de faciliter l'insertion professionnelle des jeunes handicapés. 91 établ issenlents ont pu~ 20

grâce au co-financelllent du Fond Social Européen, tester de nouvelles pistes pour l'insertion professionnelle des jeunes et apporter une véritable valeur ajoutée à leur action. Au cours de ces deux progralll111es opérationnels, plus de 3.500 jeunes ont bénéficié des actions déployées par les établissenlents et nonlbre d'entre eux ont pu accéder plus faci lenlent au nlarché du travai I. Les projets l11isen œuvre par les établisselllents visent à trouver des réponses adaptées aux problél11atiques des jeunes tout en prenant en cOI11pteles contraintes externes et internes pour pouvoir nlieux adapter leur action. I. Des contraintes externes

Les établissel11ents doivent faire face depuis plusieurs années aux l11utations économiques penllanentes des différents secteurs éconol11iques. Des secteurs éconol11iques se sont effondrés, notal11nlent dans l'industrie ou encore dans le secteur prinlaire (par exenlple le cas du secteur de la pêche et de la conserverie en baie de Douarnenez) ~ en conséquence, on observe un déplacelllent des "n iches" d"enlploi qui se situent désoflllais de plus en plus dans le secteur des services, et de nl0ins en l110ins dans le secteur industriel. Ces nlutations éconol11iques n'ont pas été sans conséquence sur le positionnelllent des établ issel11ents : certains ont été contraints de nl0difier partiellel11ent., voire totalel11ent., le type de fornlation professionnelle qu'ils dispensaient., ce qui les a parfois anlenés à restructurer tout ou partie de leurs ateliers. 2. Des difficultés internes aux établissel11ents Outre les contraintes externes., les établ issenlents doivent égalel11ent faire face à des difficultés internes Marquées par l'histoire des établissenlents spécialisés., elle-nlêl11e Iiée à un environnel11ent écononl ique qui s'est profondénlent transfornlé dans les dern ières années., certaines fOflllations proposées aux jeunes peuvent être en décalage avec les besoins du nlarché du travai 1 (peinture-nlaçonnerie., anlénagenlent d'espaces verts., horticulture et floriculture., cuisine-restauration., 21