L'Odeur du si bémol. L'univers des hallucinations

De
Publié par

Vous est-il déjà arrivé de voir quelque chose qui n'était pas vraiment là ? De vous entendre appelé par votre nom dans une maison vide ? D'avoir l'impression que quelqu'un vous suivait puis de vous retourner sans rien découvrir ?


La migraine peut faire voir des arcs-en-ciel chatoyants aussi bien que de minuscules personnages lilliputiens. La malvoyance ou la cécité peut paradoxalement finir par précipiter dans un monde visuel hallucinatoire. Une simple fièvre, ou même l'acte de se réveiller ou de s'endormir, peut faire halluciner des lumières colorées, des visages détaillés ou des ogres terrifiants. Les sujets endeuillés reçoivent parfois la " visite " réconfortante de l'être cher qui les a quittés.


Procédant avec son élégance, sa curiosité et sa compassion habituelles, Oliver Sacks mêle ici les récits de ses patients à ses propres expériences des psychotropes pour tenter de répondre à plusieurs questions majeures : Les hallucinations reflètent-elles l'organisation et la structure de nos cerveaux ? En quoi ont-elles influé sur le folklore et l'art de chaque culture ? Et pourquoi la capacité d'halluciner potentiellement présente chez chacun d'entre nous constitue-t-elle une facette essentielle de la condition humaine ?



Oliver Sacks


Médecin, professeur de neurologie et de psychiatrie à la Columbia University (New York). Auteur de plusieurs best-sellers, notamment L'homme qui prenait sa femme pour un chapeau (1988), et plus récemment, de Musicophilia (2009).



Traduit de l'anglais par Christian Cler


Publié le : jeudi 23 janvier 2014
Lecture(s) : 11
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782021156850
Nombre de pages : 355
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
L’ODEUR DU SI BÉMOL
Du même auteur
AUXÉDITIONSDU SEUIL
Migraine « La Couleur des idées », 1986 (nouvelle édition, revue et augmentée), 1996 L’Éveil (Cinquante ans de sommeil) 1987 (nouvelle édition, revue et augmentée) « Points Essais », n° 263, 1993 Sur une jambe 1987 L’homme qui prenait sa femme pour un chapeau et autres récits cliniques « La Couleur des idées », 1988 « Points Essais », n° 245, 1992 Des yeux pour entendre Voyage au pays des sourds « La Couleur des idées », 1990 (nouvelle édition, revue et augmentée) « Points Essais », n° 337, 1996 Un anthropologue sur Mars Sept histoires paradoxales « La Couleur des idées », 1996 « Points Essais », n° 495, 2003 L’Île en noir et blanc « La Couleur des idées », 1997 Premiers Regards « Points », n° P661, 1999 Oncle Tungstène « Biographies-Témoignages », 2003 Musicophilia La musique, le cerveau et nous « La Couleur des idées », 2009 « Points Essais », n° 698, 2012 L’Œil de l’esprit « La Couleur des idées », 2012 « Points Essais », n° xxx, 2014
OLIVER SACKS
L’ODEUR DU SI BÉMOL L’univers des hallucinations
TRADUITDELANGLAIS PAR CHRISTIAN CLER
ÉDITIONS DU SEUIL e 25, bd Romain-Rolland, Paris XIV
Ce livre est publié dans la collection « La Couleur des idées »
Le traducteur remercie le docteur Joachim Mullner pour sa lecture attentive et Fred Perrot pour ses conseils musicaux ; quant à l’odeur dusi bémol du titre français, le lecteur pourra essayer de la sentir en se reportant aux p. 117 et 120.
Titre original :Hallucinations Éditeur original : Alfred A. Knopf, Inc., New York Toronto 2012 ISBN original : 978-0-307-95724-5 © original : Oliver Sacks, 2012
ISBN 978-2-02-115684-3 © Éditions du Seuil, février 2014, pour la traduction française
Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
www.seuil.com
À Kate
Introduction
e Le mot « hallucination » remonte au début duXVI siècle, époque où il ne dénotait rien d’autre qu’une « errance mentale ». Ce fut le psychiatre français Jean-Étienne Dominique Esquirol qui donna son sens actuel à ce terme dans les années 1830 : avant cette date, ce qu’on qualifie aujourd’hui d’hallucinations était simplement appelé « apparitions ». Les définitions précises du vocable « hallucination » varient encore considérablement, surtout parce qu’il n’est pas toujours facile de discerner où la frontière se situe entre l’hallucination, la perception erronée et l’illusion ; mais les hallucinations sont généralement définies comme des percepts surgissant en l’absence de toute réalité extérieure – elles consistent à voir ou à entendre des choses 1 qui ne sont pas là . Les perceptions sont partageables jusqu’à un certain point – nous pouvons convenir vous et moi qu’il y a un arbre là-bas ; mais, si je dis : « Je vois un arbre là » et que vous n’apercevez rien de tel, vous tiendrez mon « arbre » pour une hallucination,
1. Ma définition favorite est celle qui figure dans lesPrinciples of Psychology(1890) de William James : « toute hallucination est bel et bien une sensation ; et l’objet serait là qu’il n’y aurait ni une meilleure, ni une autre sensation. Mais l’objet n’est pas là ; c’est le seul point qui sépare la sensation de l’hallucination. » (William James,Précis de psychologie, trad. par E. Baudin et G. Bertier, Paris, L’Harmattan, 2006, p. 436). Beaucoup d’autres chercheurs ont proposé leurs propres définitions, et Jan Dirk Blom en cite des dizaines dans son encyclopédique Dictionary of Hallucinations.
10
L’Odeur du si bémol
c’est-à-dire pour quelque chose qui, parce que seul mon cerveau ou mon esprit l’a concocté, n’est perceptible par nul autre que moi. Les hallucinations semblent pourtant très réelles à qui-conque y est sujet ; elles parviennent à imiter la perception à tous égards, en commençant par la façon dont elles se projettent dans le monde extérieur. Les hallucinations tendent à surprendre. Tout en étant quel-quefois dû à son contenu – une gigantesque araignée qui se dresse au milieu de la pièce ou de minuscules personnages hauts de quinze centimètres –, ce trait tient plus fondamentalement encore à ce qu’aucune « validation consensuelle » n’est possible ; personne d’autre ne voyant ce que vous voyez, vous découvrez avec stupeur que l’araignée géante ou les gens minuscules que vous contemplez ne doivent exister que « dans votre tête ». Quand vous vous représentez des images ordinaires – un rec-tangle, le visage d’un ami ou la tour Eiffel –, celles-ci restent à l’intérieur de votre crâne. Elles ne se projettent pas dans l’espace extérieur comme une hallucination, et elles sont moins détaillées qu’un percept ou qu’une production hallucinatoire : vous créez activement ces images volontaires que vous pouvez remanier à votre guise. À l’inverse, les hallucinations sont synonymes de passivité et d’impuissance : elles adviennent puis suivent un cours autonome – elles apparaissent et disparaissent à leur convenance, non à la vôtre. Il existe une autre expérience hallucinatoire, dite parfois pseudo-hallucination, durant laquelle ce qu’on hallucine n’est pas projeté dans l’espace extérieur, mais est vu, pour ainsi dire, sur la face interne des paupières : ces sortes d’hallucinations habituellement concomitantes des états proches du sommeil sont vécues les yeux fermés. De telles hallucinations intérieures présentent pourtant toutes les autres marques du mode halluci-natoire, car elles sont involontaires, incontrôlables et peuvent se distinguer tout à fait de l’imagerie visuelle normale par leurs couleurs et leurs détails surnaturels ou par leurs formes et leurs transformations bizarres. Il peut arriver que des hallucinations, d’une part, et des per-
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.