//img.uscri.be/pth/01c08d49298f1dea1fdd69ebd7d08d9a10971cbd
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,90 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

L’oeuvre vocale et dramatique de Prokofiev

De
259 pages
Ce livre présente les actes du colloque pour le cinquantenaire de la mort de Prokoviev qui a eu lieu à l'Université d'Evry-Val d'Essonne, en novembre 2003, réunissant des représentants de deux origines et de deux disciplines également incontournables en l'occurence : des Français et de Russes, des musicologues et des slavistes. L'intitulé "œuvre vocale et dramatique" n'est pas une formule fortuite ni approximative : il indique que le colloque ne comptait pas se limiter aux seuls opéras et se devait d'intégrer les œuvres vocales non scéniques, autant que des œuvres scéniques non vocales. Ce volume contribuera sans doute à faire mieux connaître des partitions qui s'affirment, de nos jours, avec une efficacité croissante.
Voir plus Voir moins
L'ŒUVRE VOCALE ET DRAMATIQUE DE PROKOFIEV
Walter Zidaric (coordonné par)
L'Œuvre vocale et dramatique de Prokofiev
Actes du colloque organisé pour le cinquantenaire de la mort de Serge Prokofiev à l'Université d'Evry-Val d'Essonne les 20 et 21 novembre 2003
1
Le Manuscrit www.manuscrit.com
© Éditions Le Manuscrit, 2005 20, rue des Petits Champs 75002 Paris Téléphone : 08 90 71 10 18 Télécopie : 01 48 07 50 10 www.manuscrit.com communication@manuscrit.com ISBN : 2-7481-4999-8 (fichier numérique) ISBN : 2-7481-4998-X (livre imprimé)
Un grand merci à Danièle Pistone pour la relecture finale des articles.
PRÉFACE On peut se réjouir qu’une université française organise un colloque consacré à la musique de Serge Prokofiev, car les travaux relatifs à ce compositeur sont fort rares dans les établissements français. Qui plus est, l’approche de son œuvre vocale et dramatique s’avère chez nous plus riche de surprises encore. En effet, dans l’hexagone comme ailleurs, se font entendre surtout laSymphonie classiqueet l’inusablePierre et le loup– repris même encore récemment dans le « Pomposo » des humoristes de La Framboise frivole – plus encore que le ballet Roméo et Juliette. Sont bien présentes aussi la virtuosité musclée de certainesToccata ou duPas d’acier, voire encore la force musicale duCuirassé Potemkined’Eisenstein. De même, ce sont des pages deCendrillonle réalisateur Régis Wargnier, qui que apprécie particulièrement ce musicien, a utilisées dans son film Je suis le Seigneur du château(1988). En revanche, la musique vocale de ce compositeur, longtemps négligée, semble susciter actuellement dans notre hexagone toujours davantage de curiosité. AprèsL’Ange de feu(Nancy, 1995), ou le succès desFiançailles au couvent données aux Champs-Elysées par le Théâtre Marinski de Saint-Pétersbourg (1997) ou à Lyon quelques années plus tard, plus exceptionnelles furentLa Maddalena interprétée à Montpellier
9
par l’Opéra Helikon de Moscou (2000) ouGuerre et Paixmonté dans le cadre de l’Opéra-Bastille, alors queL’Amour des trois orangesprogrammé encore en 2004 au Festival d’Aix. S’il était est vrai que Mozart, Verdi, Puccini (et Offenbach) dominent la scène lyrique française, Tchaïkovski demeure sans doute le musicien russe le plus souvent représenté dans nos théâtres où Prokofiev s’affirme avec une efficacité croissante, plus encore que Moussorgski ou Chostakovitch. Les articles qui suivent se feront l’écho de ces faveurs grandissantes, à propos de partitions qu’ils contribueront à faire mieux connaître. Bien d’autres contributions viennent en outre enrichir ce volume, tels les ajouts proposés par Michel Dorigné à son importante biographie ou la présentation des Archives Prokofiev de Londres. À tout cet ensemble, il va sans dire que nous souhaitons bonne route et heureuse postérité. Danièle Pistone Professeur de musicologie à l’Université de Paris-Sorbonne