L'oignon du Niger

De
Publié par

Forte d'une production annuelle de plus de 400 000 tonnes, la filière oignon représente aujourd'hui pour le Niger la principale source de recettes d'exportation après l'uranium. L'étude de cette filière ouvre des perspectives nouvelles et contribue à redéfinir le rôle de l'agriculture sahélienne dans le développement et l'intégration régionale. En dépit de la mondialisation, la filière nigérienne reste dominante sur les marchés régionaux.
Publié le : mardi 1 mai 2012
Lecture(s) : 5
Tags :
EAN13 : 9782296490895
Nombre de pages : 164
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
’oignon
du
Niger
G iorgia Robbiati, A bass Mallam A ssoumane, Vieri Tarchiani
L’oignon du Niger
E tude d’une filière traditionnelle face à un marché globalisé
A RM A TT A N
57
rue
de
© LHarmattan 2012 l É colePolytechnique ;
75005
http:wwwlibrairieharmattancom diffusionharmattan@wanadoofr harmattan1@wanadoofr
IS B N : 9782296562820 EA N : 978229562820
Paris
«
Un
oignon suffit à faire pleurer les core inventé le légume qui
gens mais on n'a pas en-les ferait rire »
Will
Rogers
Sommaire Remerciements ...........................................................................9
ntroduction ..............................................................................11
C hapitre 1 es évolutions récentes de la filière oignon au Niger...............19
C hapitre 2 a filière oignon dans le département de eita ........................39
C hapitre 3 a commercialisation .............................................................101
C hapitre 4 C onclusion ..............................................................................123
B ibliographie ..........................................................................133
A nnexe A pproche méthodologique.....................................144
A nnexe  Sigles et abréviations ............................................157
7
Remerciements es auteurs sont particulièrement reconnaissants aux Profes-seurs Maurizio Tiepolo de l’Université Polytechnique de Turin, F elice a Rocca de l’Université de F lorence et B oubakar Yam-ba de l’Université A bdou Moumouni de Niamey, pour leur sou-tien et leurs conseils précieux. C ette étude n’aurait jamais pu être réalisée sans le soutien du Ministère des A ffaires E trangères d’ talie. E n particulier, les au-teurs sont reconnaissants à C laudio E rrighi, C TP du P D -AD M pour son soutien quotidien à eita et pour l’amitié qu’il nous a exprimée, et au D octeur Roua B ello, directeur national du P D -AD M. Une appréciation particulière est adressée à G ioacchino C arabba et Riccardo Morpurgo pour avoir soutenu l’engagement de l’ B M E T-C NR ( nstitut de B iométéorologie du C onseil National des recherches) dans la valorisation de l’expérience de eita, à travers l’initiative eita ab et le portail web dédié « E T A Niger » (www.case.ibimet.cnr.it/keita-niger/), et à G ennaro G entile pour le support fourni par la UT de Niamey. e soutien scientifique et humain du Professeur G iampiero Maracchi a été comme d’habitude exemplaire, alors que l’approche « critique » de A ndrea D i Vecchia et les larges discussions avec Patrizio Vignaroli nous ont permis de finaliser cette étude.
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.