La Caste dans l'Inde en développement - Entre tradition et modernité

De
Publié par

L’imaginaire « orientaliste » a fait de l’Inde le pays de la mystique et de la tradition. Le système de caste, pensé comme millénaire et immuable, est l’une des caractéristiques indiennes les plus fortement associées à cette idée. Ce point de vue offrait une interprétation facile à l’atonie de la croissance indienne entre les années 1950 et la fin des années 1970 : on a même parlé d’un taux de croissance « hindou ».
Mais depuis le début des années 1980, la croissance économique indienne s’est accélérée brusquement, le sous-continent acquérant en l’espace de trois décennies le statut de puissance économique de premier plan, en pointe dans de nombreuses industries.
L’Inde « éternelle » s’est donc révélée pleinement capable d’entrer dans la modernité, sans que le système de caste disparaisse pour autant. Aujourd’hui encore, la caste joue un rôle central dans la vie quotidienne de millions d’Indiens, influant à la fois sur leurs choix les plus intimes et sur leur environnement socioéconomique, souvent de façon violente.
Si l’Inde est en train de s’extraire de la pauvreté pour entrer de plain-pied dans la « modernité », comment comprendre qu’une institution aussi ancienne que le système de caste perdure, voire se renforce ? C’est cet apparent paradoxe que cet opuscule cherche à comprendre et à mesurer à partir de sources quantitatives réunies ici pour la première fois. Car la caste, qui est aujourd’hui présente partout, sauf dans les statistiques officielles, est loin d’être un anachronisme : en phase avec l’évolution du sous-continent, elle a su s’adapter, comme elle avait su s’adapter dans le passé à d’autres transformations.
Publié le : jeudi 23 juillet 2015
Lecture(s) : 1
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782728839759
Nombre de pages : 72
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Introduction
Sî ’Inde est en traîn de s’extraîre de a pauvreté pour entrer de paîn-pîed dans a « modernîté », comment comprendre qu’une înstîtutîon aussî ancîenne que e système de caste perdure, voîre se renforce ? C’est cet apparent paradoxe que nous aons tâcher d’étudîer dans cet opuscue. Car a caste est oîn d’être un anachronîsme : en phase avec ’évoutîon du sous-contînent, ee a su s’adapter, comme ee avaît su s’adapter dans e passé à d’autres transformatîons. En effet, sî ’Inde s’enrîchît très rapîdement depuîs troîs décennîes et sî a structure de son économîe se modîie profondément, ce n’est pas encore une économîe de marché, au sens où nombre de transactîons ne passent pas par un échange monétîsé et couvert par un contrat maîs par e 1 bîaîs d’échanges récîproques înformes . Or ’exîstence de marchés néces-sîte égaement a présence d’une autorîté à même de faîre respecter es contrats : un cadre éga déinîssant et faîsant respecter es droîts de pro-prîété. Maîs ’État îndîen n’est pas encore à même d’assurer ce rôe, dans es régîons ruraes notamment. Paraysé par a corruptîon et ’absentéîsme, î peîne à être présent. L’État ne pouvant paîer es défaîances de marché, nous verrons que a caste se substîtue partîeement à uî, par ’întermédîaîre d’effets de réseau et de systèmes d’assurance înformes, au prîx souvent d’une forte contraînte exercée sur es choîx îndîvîdues. Le système de caste joue donc un rôe essentîe dans ’Inde contem-poraîne et, à ce tître, est une înstîtutîon résoument « moderne ». Maîs avancer un te argument ne répond que partîeement à notre înterrogatîon înîtîae : sî ’on peut comprendre que e système de caste soît toujours pré-sent en Inde aujourd’huî parce que cee-cî n’est pas encore sufisamment
1. Seon une ogîque de don/contre-don (voîr M. Mauss, « Essaî sur e don. Forme et raîson de ’échange dans es socîétés archaïques », 1925).
12
« rîche », doît-on pour autant s’attendre à sa dîsparîtîon une foîs que ce pays sera peînement entré dans une économîe de marché encadrée par un État eficace ? S’î est déîcat de se ancer dans des prévîsîons, nous verrons que a spécîicîté du système de caste, fondé notamment sur un prîncîpe de dîscrîmînatîonsouventextrêmementvîoent,créeunenvîronnementfavorabe à sa survîe, tandîs que a voonté poîtîque de utter contre uî, pourtant nécessaîre, est extrêmement faîbe. D’une part, es contraîntes qu’î împose aux îndîvîdus tendent à raentîr a mobîîté et donc e déveop-pement économîque, et, d’autre part, des mécanîsmes de dîscrîmînatîon statîstîque font perdurer es înégaîtés entre castes. Face à cet état de faît, es poîtîques de a caste mîses en pace par ’État îndîen pour utter contre es dîscrîmînatîons se révèent assez îneficaces. Sous ’înluence de ces poîtîques, en revanche, a caste s’adapte et se transforme, « s’ethnîcîse » peut-être, et sembe pus que jamaîs présente dans a vîe poîtîque. 1 Les récents travaux de J. Drèze et A. Sen souîgnent e rôe de a socîété cîvîe, et des médîas en partîcuîer, dans ’absence de progrès socîo-économîque pour es couches es pus défavorîsées de a popuatîon. Prîs dans un entre-soî confortabe, ceux-cî ne perçoîvent pus a caste comme un probème de ’Inde contemporaîne, au même tître qu’îs négîgent es dîficutésquotîdîennesdeamajorîtédeapopuatîonteesqueaccèsaux sanîtaîres, à ’eau potabe ou à ’éectrîcîté, pour se concentrer sur es soucîs des casses moyennes urbaînes. I ne sufit donc pas de souhaîter a dîsparîtîon du système de caste et de supposer que cette dîsparîtîon seraît une conséquence înéuctabe du déveoppement de ’économîe îndîenne. Lutter contre ce système néces-sîte une actîon concertée à a foîs de ’État et de a socîété cîvîe. Maîs une tee actîon ne peut avoîr d’ambîtîon sans outîs de dîagnostîcs et d’éva-uatîon. Or, î n’exîste pas d’înformatîons oficîees sur es condîtîons de
1. J. Drèze et A. Sen,An Uncertain Glory : India and its Contradictions, 2013.
13
vîe des castes et eur évoutîon, sauf à des nîveaux extrêmement agrégés. Depuîs ’Indépendance, en effet, ’État ne recueîe pus de données sur es castes : a caste est aujourd’huî présente partout, sauf dans es statîstîques. Pour paîer ce manque, e recensement de 2011 devaît réîntroduîre a 1 questîon de a caste. Maîs face à a controverse , cee-cî n’a pu être încuse avec e questîonnaîre de recensement et a donné îeu à un recensement séparé, quî n’étaît pas encore achevé en décembre 2013. I n’exîste donc aujourd’huî aucune donnée oficîee sur es castes en Inde, souîgnant ’hypocrîsîe de a reatîon d’un pays prétendant utter contre des dîscrîmî-natîons qu’î ne se donne pas a peîne de mesurer ain – peut-être – de pouvoîr mîeux es îgnorer.
1. Voîr, par exempe, S. Deshpande et M. E. John, « Le dénî de a caste en Inde », 2010, pour un argumentaîre – traduît en françaîs – en faveur de ’încusîon de a caste dans e recensement.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.