//img.uscri.be/pth/3237b710b98277e298010b62dec5f132839e06d8
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

La Chaîne du livre en Afrique noire francophone

De
179 pages
L'étude est une introduction à une série d'analyses dont l'ambition est de rendre compte de la chaîne du livre en Afrique noire francophone. L'objectif est d'établir le bilan de la situation sur le terrain afin de poser les bases concrètes du développement de l'édition du livre dans les pays concernés. Dans ce premier volet, l'objectif poursuivi est d'identifier les éditeurs du livre au Bénin, Burundi et Cameroun.
Voir plus Voir moins

La chaîne du livre en Afrique noire francophone

Recherches en bibliologie Collection dirigée par Eddie Tambwe
La collection Recherches en bibliologie est un espace ouvert à tous les chercheurs engagés dans des travaux relevant de la bibliologie, science générale de la communication écrite, l'une des sciences de l'information et de la communication. Destinées aussi bien aux étudiants, aux chercheurs-enseignants, qu'aux professionnels, les publications de la collection témoignent de la vigueur de la recherche sur l'écrit, dans le monde.
Déjà parus Eddie TAMBWE KITENGE BIN KITOKO (dir), La chaîne du livre en Afrique noire francophone, 2006. (Sous la direction de Jacques HELLEMANS et Eddie T AMBWE), Les Bibliothèques, le Livre, l'Écrit et les Technologies de l'Information et de la Communication en République Démocratique du Congo, 2006. Emmanuel BEBE BESHELEMU, Presse écrite et expériences démocratiques au Congo-Zaïre, 2006. Didier MUMENGI, Panda Farnana, Premier universitaire congolais (1888-1930),2005. Robert ESTIV ALS, Le signisme, 2005. Eddie TAMBWE, Recherches sur l'Écrit (au Congo-Kinshasa), 2004.

Sous la direction de

Eddie Tambwe Kitenge bin Kitoko

La chaîne du livre en Afrique noire francophone
Qui est éditeur aujourd'hui?

Contributions d'Achille Penou Somé et de Marc Ngwanza Kasong' Abor

Du même auteur
chez le même éditeur Bibliothèques, Livre, Ecrit et Nouvelles technologies de l'Information et de la Communication, avec Jacques Hellemans, 2006.
Recherches sur l'écrit au Congo-Zaïre. Essai de Bibliologie, 2003.

Ecrit et Pouvoir au Congo-Zaïre. 1885-1990. Un siècle d'analyse bibliologique, 2001.

www.librairieharmattan.com harmattan l@wanadoo.fr diffusion.hannattan@wanadoo.fr

@L'Hannattan,2006
ISBN: 2-296-01419-4 EAN : 9782296014190

La présente étude reprend une série d'enquêtes menées auprès des éditeurs de l'Afrique noire francophone, au courant des années 2004 et 2005. L'étude ne prétend nullement à l'exhaustivité: dans un secteur aussi mouvant, il est possible que, depuis, certaines données aient évolué, dans un sens ou dans un autre. Les auteurs en sont conscients. Aussi, demeurent-ils à la disposition de tout chercheur, de toute organisation, disposés à enrichir la réflexion engagée dans ces pages. Toute contribution serait la bienvenue, à l'adresse suivante: harmattanl@ yahoo.fr

Sommaire
Introduction Bénin Burundi Cameroun Centrafrique Congo (Brazzaville) Congo (Kinshasa) Gabon Guinée (Conakry) Mali Niger Ruanda Sénégal Tchad Togo Conclusion et recommandations Tableau récapitulatif 7 13 25 31 43 47 59 99 105 111 121 125 133 143 151 163 173

Introduction
L'édition du livre en Afrique noire francophone constitue, depuis des décennies, l'objet de diverses études, sous forme des études universitaires, des rapports et enquêtes commandés par des institutions (publiques, internationales). Toutes ces productions ont, évidemment, le mérite de jeter divers éclairages sur « les problèmes du livre» en Afrique noire, qui sont nombreux, et aujourd'hui connus: il est en effet démontré sans cesse que les obstacles auxquels l'industrie africaine du livre est confrontée concernent l'ensemble du processus de la communication écrite, en somme chacun des maillons de la chaîne du livre: - l'analphabétisme, qui touche une bonne partie des populations en les excluant de fait de l'univers de l'écrit; -la faiblesse du pouvoir d'achat des populations, donc des acheteurs/lecteurs potentiels; - le rôle négatif de l'Etat dans le domaine de l'édition, qui se manifeste par la mise en place des politiques du livre inadaptées, inefficaces, et l'instauration des cadres réglementaires, fiscaux et douaniers pesants; -le manque de qualification du personnel de l'édition; - l'insuffisance et la désorganisation des circuits de diffusion; - la diversité linguistique...

7

L'état embryonnaire de l'édition en Afrique noire est évidemment une conséquence du sous-développement économique général du continent et de la faiblesse de ses économies. Quelques données chiffrées permettent d'évaluer le retard de l'Afrique. Le continent importe en moyenne 70 % de ses livres et exporte moins de 5 % de sa production locale. Elle produit à peine 2 % des livres fabriqués dans le monde, alors qu'elle représente 12% de la population mondiale1. Les éditeurs privés africains ne produiraient que 20% du nombre total de livres publiés dans le continent. Mais des espoirs semblent permis: depuis les trois dernières décennies, le secteur africain du livre n'a pas cessé d'enregistrer d'importantes croissances; si, par exemple, en 1983, l'Afrique ne comptait que 818 éditeurs, professionnels et institutionnels confondus, le chiffre est passé à plus de 4 ODD,quinze ans plus tard, dont 80 % des éditeurs professionnels2. Les données dégagées par ces études, qui sont souvent d'une belle information, constituent évidemment des outils indispensables à la connaissance de la situation du livre dans le continent. La critique que l'on pourrait néanmoins formuler à l'encontre de certaines études concerne une sorte de tentation à noyer la réalité concrète dans des considérations générales. Il convenait alors de proposer une étude technique, devant déboucher sur des applications concrètes, pour
1

Altbach

et Teffera (eds), Publishing and Development:
Oxford, Bellagio Publishing Network, 1998.

A Book of

Readings,
2

UNESCO, An Intellectual Survey on Book Production During the last
1985.

Decades, Paris:

8

faire avancer les choses au plan pratique. Une telle étude était indispensable d'autant plus que, entre-temps, le marché du livre en Afrique noire est confronté, depuis une décennie, à deux nouveaux impératifs. D'une part, le phénomène technique lié à l'émergence des nouvelles technologies de l'information et de la communication. Celles-ci contraignent les éditeurs à évoluer, à s'adapter. En guise d'exemple, avant l'arrivée des logiciels de traitement de texte et de mise en page, la pratique de l'édition obéissait à des règles précises basées sur la chaîne chronologique et traditionnelle de la production imprimée. Aujourd'hui, l'édition électronique conduit à une fusion de compétence: directeurs artistiques, graphistes et maquettistes disposent désormais d'outils simples et rapides permettant de traiter illustrations et textes. L'avènement de la micro-informatique produit une génération de techniciens qui assimilent toutes les fonctions éditoriales. Ils sont par nature polyvalents. D'autre part, à la suite de l'avènement du multipartisme (1990), la plupart des pays de l'Afrique noire francophone sont engagés dans une période de transition qui les voit évoluer du système de parti unique au multipartisme. Ces transformations politiques ont nécessairement des conséquences sur un modèle éditorial longtemps tributaire du Parti-Etat et de ses subventions. Pour toutes ces raisons, une actualisation des données s'imposait, une nouvelle étude sur l'édition du livre dans les pays de l'Afrique francophone s'avérait indispensable, dans une perspective pratique. L'objectif de la présente étude n'est pas de proposer une nouvelle synthèse sur la situation du livre dans le continent africain. Elle vise 9

plutôt à établir un bilan général de la situation actuelle sur le terrain et, partant, esquisser les bases concrètes du développement de l'édition du livre dans les pays de l'Afrique noire ayant le français comme langue officielle et/ou d'administration. Les pays sélectionnés sont les suivants: le Bénin, le Burundi, le Cameroun, le Centrafrique, la République du Congo, la République Démocratique du Congo, le Gabon, la Guinée (Conakry), le Mali, le Niger, le Ruanda, le Sénégal, le Tchad, et le Togo. En tenant compte de la chaîne du livre, où en est aujourd'hui l'édition du livre dans ces pays, qui ont le français comme langue officielle et/ou d'administration? Pour fixer les idées, rappelons que «la chaîne la livre» désigne les opérations successives (rédaction, production, impression, distribution, vente promotion, consommation) de l'activité éditoriale: l'expression s'appliquerait aux rapports de dépendance reliant les différentes entités participant au processus éditorial (auteur/éditeur, éditeur/imprimeur, éditeur/libraire, libraire/lecteur), etc. Comme on le voit divers acteurs, diverses institutions sont concernées. Aussi, pour d'évidentes raisons de méthodologie, il fallait systématiser l'étude, constituer des dossiers. La présente étude constitue le premier volet d'une série d'analyses dont l'ambition est de rendre compte de la chaîne du livre en Afrique noire francophone. Elle cherche à identifier les éditeurs, aujourd'hui, en Afrique noire francophone. Si l'objet de ce premier dossier est clair, son approche se voudrait tout aussi simple. Le croisement des données extraites des sources disponibles à ce jour 10

permettra dans un premier temps l'établissement d'un premier répertoire formel. Il faudra ensuite approcher chacune des structures éditoriales de manière plus concrète, afin de dresser, in fine, la liste de vrais professionnels de l'édition dans les pays de l'Afrique noire francophone. Un questionnaire a été adressé, à cet effet, aux éditeurs africains. Des questions étaient relatives à : l'historique de la maison d'édition (année de création) ; l'appartenance (Eglise, Etat, initiative privée, société issue d'un partenariat avec un éditeur étranger ?) ; la spécialité et la politique éditoriales (quels publics et marchés visés ?) ; la production (nombre de titres depuis la naissance, production annuelle moyenne ?) ; la mise au point des moyens matériels de production; (combien disposent-ils de leurs imprimeries ?) ; l'importance des tirages (combien par titre édité ?) ; la pratique des politiques de promotion (quels types d'actions: foires? salons ?) ; la formation des personnels (qui travaille dans le secteur, sont-ils formés, leur nombre, etc. ?) ; l'importance des chiffres d'affaires (par an) (quelles sont les proportions ?)... Au travers de ces questions, il s'agissait, simplement,

de savoir: qui est

«

vraiment éditeur du livre» en Afrique
Il

noire francophone. Si la plupart des éditeurs africains de l'aire francophone ont reçu notre questionnaire, force est de constater que très peu d'entre eux ont répondu à nos questions. Pourtant nos questions concernent des informations classiques d'exploitation d'une maison d'édition... Dans les lignes qui suivent, nous tentons de répertorier les éditeurs les plus représentatifs des pays concernés, et ceux qui ont bien voulu nous répondre. Ces monographies permettent de comprendre l'état actuel des éditeurs africains.

12

L'édition du livre au Bénin

. Capitale: Porto-Novo. . Superficie: 112 620 kilomètres carrés. .Population (en M): 7. .Principales langues nationales: fon, .PIByorouba, somba, peul, bariba.: 388. par habitant (en dollars $) .Monnaie: Franc CFA.
~-Tr Repères historiques

Le Bénin se profile comme un couloir filiforme entre le Nigeria et le Togo. Une face maritime, étroite, donne sur deux autres pays, de climat sahélien: le Burkina Faso et le Niger. Avant la colonisation, l'espace occupé aujourd'hui par la république du Bénin est partagé par des ensembles politiques organisés en « royaumes ». A la suite d'une longue guerre de résistance, le roi Béhanzin (1889-1894) est déchu de son trône, et le territoire, placé sous le protectorat français, prit le nom de « Dahomey» - allusion erronée au royaume du Danxomé, qui dominait, dès le XVèmesiècle, une bonne partie du territoire béninois. La colonie s'installera pendant longtemps dans une instabilité politique et institutionnelle chronique, caractérisée par une succession des régimes (administration directe, en 1900, mise en place du système 13

des partisans, 1940-1950, système des dynasties dirigeantes, collèges électoraux, etc.). Indépendant en 1960, le Dahomey connut, de 1960 à 1972, une douzaine de coups d'Etats, une dizaine de présidents (parmi lesquels 6 militaires), cinq changements de constitution. La dictature marxiste-léniniste instaurée (1972-1990) par le colonel Mathieu Kérékou maintient le pays dans une relative stabilité. En 1975, le Dahomey devint la République du Bénin. Pourtant, le Bénin se révélera dès 1990 comme le pays pionnier du mouvement de démocratisation qui soufflera sur l'Afrique noire. Initiateur de la formule de la «conférence nationale », adoptée dans une douzaine des pays africains, le Bénin négocie difficilement mais avec un certain succès son virage démocratique en 1991 : l'arrivée au pouvoir de M. Soglo, et, en 1996, la victoire aux élections présidentielles de Kérékou qui sera réélu en 2001. "t Environnement du livre

Longtemps présenté comme le «Quartier Latin» de l'Afrique noire, le Bénin est doté à ce jour d'un environnement culturel relativement favorable aux activités éditoriales, même si celles-ci sont d'une apparition récente. L'enseignement primaire et secondaire couvre inégalement le pays. L'enseignement supérieur et universitaire est concentré, au total, à Cotonou et à Porto Novo, avec une dizaine d'institutions: Université nationale du Bénin: basée Cotonou, elle fut fondée par l'Etat béninois en 1962; 14 à

Institut national des recherches agricoles; Institut supérieur panafricain d'économie coopérative; Ecole normale supérieure; Ecole polytechnique universitaire; Université d'Abomey Calavi. ..

Données actuelles sur l'enseignement au Bénin (Sources: Nations-Unies1 et UNESC02, 2003/2004)
Cycle primaire Cycle secondaire Enseignement supérieur et universitaire 18 753 Taux d'analphabétisme (des adultes) 59

932 424

229 228

Ce réseau d'institutions universitaires disposent des bibliothèques et centres de documentation. Il faut inclure dans la catégorie des bibliothèques spécialisées appartenant à diverses autres institutions: la Bibliothèque de la Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest à Cotonou; le Centre de documentation et d'informations pédagogiques, fondé en 1972 (Porto Novo); le Service de documentation du Centre de formation administrative et de perfectionnement de Cotonou; la Bibliothèque de la Direction de la recherche scientifique et technique; la Bibliothèque de l'Ecole nationale d'administration de Cotonou, le Service Information et Documentation du Ministère des Affaires étrangères; le centre de
1 ONU, 2

Annuaire Statistique. Quarante-septième édition, New York, 2003. UNESCO, Recueil de données mondiales sur l'éducation 2004. Montréal:

Statistiques comparées sur l'éducation dans le monde, Institut de Statistique de l'UNESCO, 2004. 15

documentation de l'Ecole Polytechnique Universitaire; le Centre de documentation et d'Information pédagogique (dans la province de Zou); le Centre provincial de documentation et d'Information pédagogique de l'Institut national de formation et de recherche en éducation (INFRE) de Porto Novo... Le gouvernement béninois a développé dans les années du parti unique (1960-1990) un réseau de bibliothèques publiques dépendant du ministère ayant la culture dans ses attributions. Dans cette catégorie, notons la Direction des Archives, administrativement rattachée au ministère de la culture; la Bibliothèque Nationale du Bénin, à Porto Novo; la Bibliothèque provinciale de l'Atakora; la Bibliothèque provinciale de l'Atlantique; la Bibliothèque provinciale de Borgou; la Bibliothèque provinciale du Mono-Lokossa; la Bibliothèque provinciale de l'Ouémé; la Bibliothèque provinciale de Zou; la Bibliothèque provinciale de l'administration publique de Cotonou. .. Quant à la diffusion par le biais commercial des librairies, ces dernières années, le marché du livre au Bénin était dominé par les libraires suivants: la librairie S.A. Gaston Nègre à Cotonou; la librairie du Centre de littérature chrétienne EPM; La Cigogne, à Cotonou; Las Bénin, à Cotonou; la société Les Arts BOBO, qui dispose d'un réseau de kiosques disséminés principalement à Cotonou; la librairie Bufalo; La librairie OREDOLA, à Parakou; Société TUNDE 9 Compagnie; SONAEC, à Cotonou; la SONAPAL (Société nationale de papeterie et des librairies), qui disposait d'un réseau national comprenant près de 50 points de vente (9 à Cotonou, et le reste dans les provinces); la librairie La Renaissance, à
16

Cotonou; la librairie Waterman, à Cotonou; LIPAJODI (Librairie, Papeterie, Journaux et divers)(à Porto Novo); Librairie Evangélique, à Parakou; la librairie Orédola, Cotonou; la librairie Notre-Dame, à Cotonou; Trois imprimeries dominaient le marché de l'imprimé: la Grande Imprimerie Béninoise (Cotonou) ; Imprimerie nationale du Bénin (Porto Novo); Imprimerie Notre Dame (Cotonou)... Le marché béninois du livre est fortement tributaire des importations des livres français. Exportations françaises vers le Bénin1 Année 2001 2002 2003 2004 ~t Qui est éditeur au Bénin? Qui est éditeur, aujourd'hui, au Bénin ? Jusqu'à la veille de l'avènement du processus de libération politique (1990), le Bénin ne disposait pas d'éditeurs privés, au sens professionnel de l'expression. Le pays était alors fortement tributaire des importations des livres français. Le parti unique avait encouragé la création d'une structure monopolistique: Office national d'édition de presse et d'imprimerie de Cotonou. A côté de celle-ci, six autres « éditeurs institutionnels» publiaient, En milliers d'euros 1660 1348 1442 1772

1 Syndicat national de l'édition, Paris, 2005, p.25.

Repères statistiques International 2004, 17