Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,00 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

avec DRM

La Chine

De
128 pages

La Chine propose une réflexion sur la situation de l'économie chinoise. Les enjeux liés au développement sans précédent de ce pays sont nombreux - ils sont économiques, mais aussi politiques et écologiques. Quelle est la véritable place de la Chine au sein de l'économie mondiale ? Sa croissance représente-t-elle un risque ou au contraire une chance pour le reste du monde ? Quelles sont les fragilités et les limites du développement de l'économie chinoise ?

Voir plus Voir moins
Introduction
SOMMAIRE
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .7
Chapitre 1 – Quelle est la place de la Chine dans l’économie mondiale ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .9
1. – Des statistiques chinoises peu fiables
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .10
2. – L’émergence d’un géant économique, commercial et financier . .16
Chapitre 2 – La Chine est-elle en train de rattraper son retard technologique ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .23
1. – Un rattrapage technologique soutenu par les IDE . . . . . . . . . . .24 2. – La montée en puissance de la science et de la technologie chinoises . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .29 3. – Un pays éloigné de la « frontière technologique » . . . . . . . . . . . .32
Chapitre 3 – La Chine est-elle entrée dans la société de consommation ?. . . . . . . . . . . . . .39 1. – Les réformes des années 1980 et 1990 ont bouleversé la structure sociale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .40 2. – Vers une « société de prospérité moyenne » ? . . . . . . . . . . . . . . . .48
Chapitre 4 – La croissance chinoise est-elle sous contrôle ?. . . .53 1. – Les signes de la surchauffe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .54 2. – Quel pilotage pour la croissance chinoise ? . . . . . . . . . . . . . . . . .56
Chapitre 5 – Le système bancaire et financier chinois est-il menacé de banqueroute ?. . . . . . . . . . . . . . . .63
1. – Une épargne abondante et captive
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .64
2. – Un système bancaire sous perfusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .67
3. – Des marchés financiers balbutiants
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .71
Chapitre 6 – Le yuan est-il l’instrument d’une concurrence déloyale ?. . . . . . . . . . . . . . . . . .77 1. – Des changes toujours sous contrôle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .78 2. – Undumpingmonétaire ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .80 3. – Le yuan et les contradictions de l’économie mondiale . . . . . . . .84
Chapitre 7 – L’émergence de la Chine, opportunité ou menace pour le reste du monde ?. . . . . . . . . . . .91
1. – Gagnants et perdants de l’essor économique chinois
. . . . . . . . .92
2. – La Chine est-elle un facteur d’ordre ou de désordre international ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .102
Chapitre 8 – Quelles sont les menaces qui pèsent sur le développement de l’économie chinoise ?. .111 1. – Retour aux sources du dynamisme chinois . . . . . . . . . . . . . . . . .112 2. – Les fragilités internes du mode de croissance . . . . . . . . . . . . . . .16
Conclusion. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .122 Bibliographie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .123 Repères chronologiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .126
INTRODUCTION
Si la Chine a été projetée, au début de l’année 2008, sous les feux de l’actualité, ce n’est pas forcément pour la raison attendue – la tenue des Jeux olympiques sur son territoire. De façon tragique, le tremblement de terre qui a touché le sud-ouest du pays et avant lui la sanglante répression au Tibet ont pris de court les autorités et perturbé tous les plans de com-munication officiels. À leur façon, ces événements agissent en révélateurs des contradictions qui affectent le pays après deux décennies de bouleversements. Confrontée à une catastrophe naturelle de grande ampleur, la Chine peut-elle tenir son rang de grande puissance et assumer l’essentiel des secours ou doit-elle recou-rir à l’aide internationale à l’instar des pays en voie de développement ? Voulant faire des Jeux olympiques le symbole de leur ouverture au monde, les autorités n’ont-elles pas au contraire focalisé l’attention de l’opinion publique mondiale sur les pesanteurs du régime et l’oppression qu’il exerce sur les opposants politiques et les minorités ? Ce ne sont là que quelques-uns des multiples paradoxes, souvent relevés, d’un pays qui, en dépit des références offi-cielles au marxisme, développe une forme de capitalisme sauvage ; qui, bien que jouant un rôle clé dans le système monétaire et financier mondial, bloque en partie les flux de capitaux et contrôle étroitement le taux de change de sa mon-naie ; qui ne parvient à écouler son immense flot de marchandises sur le marché américain qu’en prêtant indéfini-ment aux États-Unis de quoi régler leurs factures… La Chine est un pays officiellement communiste devenu – du moins en apparence – arbitre du capitalisme, une nation encore pauvre créancière de la nation la plus riche. Une telle situation n’est pas sans susciter interrogations et analyses, sou-vent tranchées : on ne compte pas les prophéties qui accordent
8
LA CHINE
à la Chine leleadershipéconomique mondial à plus ou moins brève échéance, ni les spéculations sur la date à laquelle le niveau de vie y aura rejoint celui des pays industrialisés. À défaut de formuler des pronostics, nous tenterons dans ces pages d’estimer à leur juste mesure les transformations qui ont affecté la Chine sur le plan économique, et, par contre-coup, politique et social, depuis le début des réformes. Sans nier les évolutions qui rapprochent la Chine des principaux pays industrialisés – industrialisation, progrès scientifique et technique, essor des classes moyennes, développement finan-cier –, il s’agira aussi d’en apprécier les limites.
10
LA CHINE
Un économiste de la banque Morgan Stanley, Jim O’Neill, a formé à partir des initiales de quatre pays émergents (le Brésil, la Russie, l’Inde et la Chine) l’acronyme BRIC. Selon lui, ce BRIC est en passe de devenir le moteur de l’économie mondiale et la Chine a vocation à en constituer la pièce maîtresse. Elle devrait détrôner les États-Unis en tant que première économie mondiale au plus tard en 2040, alors qu’aujourd’hui son PIB n’atteint que 60 % du niveau américain. Mais que sait-on de la manière dont est établie la compta-bilité nationale chinoise sur laquelle repose en partie un tel pronostic ? Rien de très rassurant, même si les autorités chi-noises ont consenti quelques efforts de mise aux normes internationales. Le Bureau national des statistiques (BNS) n’est guère prémuni contre les pressions politiques. En outre, la comparaison des données en yuans avec celles qui sont rela-tives aux économies plus développées, libellées dans d’autres monnaies, nécessite la prise en compte du niveau des prix en Chine, pour lequel on manque de mesures fiables.
1. – Des statistiques chinoises peu fiables
Qu’est-ce que le produit intérieur brut (PIB) ?
Le PIB est une mesure de la richesse créée par une nation, calculée en général sur un an en additionnant les valeurs ajoutées des unités productives. La croissance économique – autre nom de l’augmentation du PIB – entre deux périodes peut avoir deux interprétations. Soit elle mesure une augmentation de la quantité (ou volume) des marchandises produites. Soit elle reflète une hausse du prix de vente de ces marchandises – leur valeur. Ainsi l’infla-tion gonfle le PIB. Il faut donc, pour estimer la croissance réelle (en volume), être capable de « soustraire » de la crois-sance à prix courants (en valeur) les augmentations de prix.